Programme de recyclage Nespresso, greenwashing ou réelle avancée ?

Dans A LA UNE, Alimentation, Autres Recyclages, Communication, Déchets Naturels, Durable, Emballages, Entreprise, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 2 mai 20164 Commentaires

Un membre de notre organisation est récemment passé dans un centre commercial devant un container de recyclage des capsules Nespresso. Sur le comptoir du magasin dépositaire, on y trouve des prospectus expliquant le processus de recyclage engagé par cette société. Nous avons décortiqué la méthode et vous livrons ici notre sentiment sur les 3 points clés du programme :

  1. 5000 points dédiés à la collecte en France.
  2. Un centre de traitement spécialisé pour les capsules
  3. La seconde vie des capsules

Comment sont recyclées les capsules ?

recyclage-capsule-nespresso-aluminium-marc-de-cafe

Les capsules sont acheminées par camion en France et arrivent sur une chaine ou le marc de café et l’aluminium sont séparés.

Les capsules sont acheminées par camion en France et arrivent sur une chaine ou elles sont ouvertes. Le marc de café et l’aluminium sont séparés.
L’aluminium qui est un métal recyclable à l’infini est envoyé par camion vers une usine de recyclage, et le marc de café est envoyé dans des déchèteries pour faire du composte.
Sur le principe, vous le savez, nous sommes tout à fait favorables aux programmes de recyclage (voir notre article sur le tri sélectif et le guide du recyclage).

Cependant, il faut quand même se poser un certain nombre de questions. Qu’est ce qui m’empêche aujourd’hui de recycler moi-même ces fameuses capsules ?
La réponse est RIEN ! L’aluminium se recycle dans la poubelle jaune. Le marc de café va dans le bac à composte. What else ? Nothing Mr Restrito…

Conseils pour recycler vos capsules vous-même

  • Vous n’avez pas de bac à composte, placer le marc dans une boite et une fois de temps en temps, faite un saut à votre déchèterie la plus proche pour la vider.
  • Vous avez un bac de compostage, pensez à laisser sécher le marc de café au préalable avant de le mélanger au reste de votre composte.
  • Vous l’ignorez peut être mais le marc de café a de très bonnes vertus pour vos plantations et peut être ajouté directement dans la terre, sans passer par la phase compostage (respectez la période de séchage et n’en mettez pas trop quand même !).

Notre ressenti sur l’opération Nespresso ?

C’est au niveau du bilan carbone que ce programme n’est pas satisfaisant. Trop de transports sont utilisés pour acheminer les capsules vers les centres de tri alors que vous pouvez le faire vous-même à la maison.
On peut se demander si ce programme n’est pas un immense coup de pub ? Une forme de greenwashing car 5000 points dédiés à la collecte munis de prospectus sont autant de publicités déguisées pour la marque.

Soulignons tout de même un point positif, dans le cadre d’ AluCycle™, Nespresso et l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) travaillent ensemble pour promouvoir la création d’un « Aluminium Responsable ». Ce programme vise à  améliorer les normes et les pratiques écologiques dans l’industrie de l’aluminium. Les usines d’aluminium et autres industries lourdes ont un retard considérable en matière d’écologie et continuent de polluer fortement l’environnement. Le programme concerne tous les acteurs de la chaine de l’aluminium : sociétés minières de bauxite, entreprises de recyclage, organismes de protection de l’environnement, des droits de l’homme et du travail, organismes académiques, gouvernementaux et internationaux.

On pourra surtout regretter le manque singulier d’engagement de Nestlé dans un réel programme de développement durable pour sa filière café. Le modèle proposé est principalement le commerce équitable. Ce qui est certes une avancée pour les producteurs, mais pas sur le long terme.

Quelles alternatives à Nespresso ?

Bonne nouvelle pour les bio-addicts consommateurs de café qui ont succombé aux dosettes, vous pourrez vous servir un café bio à votre machine Nespresso ! Mais pas avec les capsules du géant de Nestlé. C’est une petite entreprise allemande, Gourmesso, qui a pris cette initiative de produire des capsules de café compatibles Nespresso contenant du café issu de l’agriculture biologique.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Une usine de méthanisation va voir le jour au ZooParc de Beauval

Dans A LA UNE, Alternatives, Animaux, Déchets Naturels, Energies, Entreprise, Environnement, Recyclage par le 18 février 2014Pas de commentaire

Autant l’annoncer clairement, la rédaction du blog n’est pas trop favorable aux zoos ! Nous pensons qu’il est préférable de favoriser une conservation au niveau local, en fabriquant dans les pays concernés, des zones protégées où les animaux peuvent évoluer en « liberté surveillée ». Malheureusement ce n’est pas toujours possible, alors les zoos sont parfois la solution pour qu’une espèce ne disparaisse pas complètement.  Le Zoo Parc de Beauval est d’ailleurs engagé sur plusieurs projets internationaux au travers de son association pour la recherche et la conservation (BEAUVAL NATURE)
Alors pourquoi faire un article sur le zoo de Beauval me direz-vous ? C’est le projet de construction d’une usine de méthanisation qui a attiré notre attention. Un projet ambitieux qui a nécessité un investissement de 2,3 millions d’euros et qui pourrait bien donner des idées à d’autres parcs dans le monde !

usine méthanisation Beauval 1 (c) société d'architecture Boitte

Voici le projet d’usine de méthanisation à Beauval tel que la société d’architecture Boitte l’a conçue

L’usine de méthanisation, un pas en faveur du développement durable

Les démarches RSE du parc de Beauval

Beauval est en train de créer la première usine au monde de méthanisation intégrée à un parc zoologique. Celle-ci s’inscrit dans un projet d’aménagement global, confortant une démarche très active en terme d’environnement. Voici quelques exemples de démarches RSE qu’il faut souligner :

Pastilles

Les différentes actions éco-responsables du zoo parc

Comment fonctionne l’usine ?

fonction-usine-methanisation

Un dessin valant mieux qu’un long discours… remarquez que l’usine produit de la chaleur mais aussi de l’électricité !

Proche de l’enceinte du Zoo Parc, elle transformera en énergie le fumier des animaux ( qui est source de méthane, un gaz haut en effet de serre) de Beauval ainsi que des déchets verts – certains issus de Beauval (dont la tonte, la taille et les feuilles de toute la végétation des 30 ha du Zoo Parc) et d’autres apportés par des agriculteurs locaux. L’énergie produite – appelée aussi biogaz - permet de produire de l’électricité mais surtout de la chaleur qui servira aux installations du parc.

usine-methanisation-Beauval

Plan de l’usine de méthanisation (vue du dessus). Comme vous le constaterez le projet est complexe !

Trois ans après l’initiation du projet, l’usine de méthanisation devrait ouvrir ses portes fin mars 2014, pour entamer une période de rodage de 3 mois.

Quels sont les objectifs de l’usine ?

  1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre et produire une énergie verte locale : une réduction des gaz à effet de serre estimée à hauteur de 762 tonnes de CO2/an.
  2. Diminuer le coût de l’énergie pour le Zoo Parc : la prévision table sur une réduction de 10% sur la facture totale de gaz nécessaire au chauffage du Zoo Parc.
  3. Valoriser des ressources locales : traitement biologique et valorisation énergétique et agronomique de déchets organiques locaux.

Beauval utilise actuellement du gaz naturel pour tous ses besoins thermiques. Le biogaz produit fera baisser la facture énergétique et augmentera la diversification des activités de Beauval dans la production d’électricité verte afin de diminuer l’impact carbone du Zoo Parc. Dans cette optique, il faut noter que Beauval a déjà installé en 2011, 280 m2 de panneaux solaires sur le toit de la maison des éléphants, qui produisent 40 000 kW par an. La quantité d’électricité revendue à EDF (1,9 Gigawatt) représente l’alimentation annuelle de 3 000 foyers. Pas si mal !

Recycler son portable peut aider les grands singes

Savez-vous que les téléphones portables sont fabriqués à partir de coltan. Malheureusement  pour les gorilles, 70 % de ce minerai se trouvent sur leur territoire. Le recyclage de téléphones usagés limite donc la déforestation et préserve l’habitat des grands singes. Plus de 3000 appareils ont déjà été collectés par Beauval puis recyclés ! Consultez notre article sur le sujet pour tirer le meilleur profit du recyclage de vos mobiles, grâce au comparateur de prix de recyclage.


carte_france_beauvalComment se rendre à Beauval ?

Au cœur des châteaux de la Loire, le ZooParc de Beauval se situe entre Tours et Vierzon, au sud de Blois, dans le département du Loir-et-Cher (41).
Pensez au covoiturage pour vous rendre au ZooParc, un mode de transport alternatif, une solution économique et conviviale : www.vadrouille-covoiturage.com

Consultez le site du zoo parc de Beauval >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Rachatdemobile.com redonne vie à vos vieux portables

Dans A LA UNE, Electronique, Recyclage, Tri sélectif par le 13 février 20142 Commentaires

Qu’est-ce que le recyclage de mobile ?

Aujourd’hui, il y a encore trop peu d’anciens téléphones portables qui sont recyclés. En effet, il est estimé que seuls 18% des appareils connaissent une nouvelle vie, alors que ces produits présentent encore un intérêt certain à plusieurs titres. Même dépassés technologiquement, les vieux téléphones sont faits des mêmes composants que les fleurons d’aujourd’hui. Aluminium, circuit imprimés ou encore verre sont autant de composants qui sont récupérables et exploitables à nouveau. Il faut pour cela démonter avec précaution l’appareil pour en extraire ces produits, parfois dangereux.

Rachat de mobile

Comparez les offres de rachat de mobile pour obtenir la meilleure compensation pour le recyclage de votre mobile : http://www.rachatdemobile.com

C’est pour cela que nous souhaitions vous parler de Rachatdemobile.com un site qui propose un comparateur d’offres de recyclage aux consommateurs afin d’envoyer leurs appareils qui sont parfois oubliés dans un placard ou un tiroir, et afin de procéder à un recyclage en bonne et due forme via un recycleur partenaire. Toutes les générations d’appareils sont concernées, et les bénéfices sont multiples, comme vous pourrez le découvrir sur le site…

Seuls 18% des appareils connaissent une nouvelle vie..!

A quoi sert la reprise de mobiles ?

Le consommateur qui désire s’équiper du dernier téléphone ne pense que trop rarement au recyclage, alors que cela peut représenter un véritable atout. En effet, l’envoi d’un appareil à un recycleur rapporte de l’argent, qui varie selon l’ancienneté de celui-ci, et un téléphone récent peut ainsi permettre de gagner plusieurs dizaines, voire centaines d’euros, une part non-négligeable dans l’achat d’un nouveau produit. Ce gain financier se double par ailleurs d’un gain de place, les portables et leurs chargeurs pouvant être très envahissants !

De même, c’est un geste écologique, qui permet d’économiser les ressources naturelles qui sont menacées. Le jeter à la poubelle est la pire des solutions, et ce site est une alternative qui est gagnante à tous les coups. Les centres agréés limitent au maximum l’impact de ces produits du quotidien et dont on estime parfois mal la nocivité.

Enfin, c’est un acte de solidarité que propose les sites de rachat de mobile. S’il est parfois important pour certaines personnes d’avoir le dernier téléphone à la pointe du progrès, bien des personnes ne peuvent se les offrir. Elles se contentent ainsi très bien d’un appareil moins sophistiqué, mais tout à fait à même de leur permettre d’être joignable et indépendante. Ces personnes sont parfois en réinsertion, et peuvent grâce aux anciens téléphones, disposer d’un appareil fonctionnel. Tous les appareils que revend la plateforme sont certifiés comme étant fonctionnels.


Ainsi, avec le comparateur de recycleurs Rachatdemobile, tout le monde est gagnant : une somme d’argent pour l’ancien propriétaire, la planète est épargnée et d’autres personnes bénéficient d’un appareil utile à moindre coût.

Pour en savoir plus cliquez ici

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Recyclage, passez à la vitesse supérieure !

Dans A LA UNE, Emballages, Recyclage, Tri sélectif par le 30 janvier 20143 Commentaires

Entre le Japon et la côte ouest des Etats-Unis, il existe un gigantesque courant marin tourbillonnaire nommé le vortex. Son flux puissant attire et emprisonne des déchets flottants dans des zones qu’on appelle « gyre ». Celle du pacifique s’étend sur une superficie équivalant à celle de l’Europe !
Afin de lutter contre cette pollution qui menace les écosystèmes marins et valoriser simultanément ces détritus que personne ne collecte, un cabinet d’architecture de Rotterdam (le WHIM) propose de les transformer en… une île artificielle d’une superficie de 10 000 kilomètres carrés.  L’idée de nettoyer la mer et de créer un nouvel habitat en même temps est une solution très intéressante, mais le chantier semble titanesque.

dechets-flottants

Chaque année, entre 5 et 20 millions de tonnes de plastique sont déversées dans nos océans. L’île imaginée par Ramon Knoester, approximativement de la taille de l’île d’Hawaï, serait constituée exclusivement de plastique. Pour la bâtir, des unités de retraitement flottantes fabriqueraient sur place des dalles de plastique recyclé qui serviraient de structure à l’île artificielle. Sur cette base viendraient ensuite se greffer d’autres modules produits à partir du recyclage, notamment des bacs de plastique à remplir de terre pour constituer un sol naturel dans lequel planter fruits et légumes.

Un projet viable ?

Masdar, la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet

Masdar, la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet

Comme souvent dans ce genre de projet ; l’effet d’annonce créer un peu de buzz et puis le projet retombe comme un soufflet. Vous avez surement entendu parlé de Masdar City la ville durable qui est née en plein désert. L’ambition était grandiose : pour 18 milliards de dollars, il s’agissait d’inventer la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet. Une éco cité solaire en somme !
Pari tenu : Masdar, c’est une architecture traditionnelle mêlant le pisé aux panneaux photovoltaïques, les arcs et les colonnes, aux toits végétalisés et des modes de transport inventifs. Écoutez le témoignage d’un des rares journaliste à s’être rendu sur place pour constater de visu le résultat final
Seul petit problème, la ville est déserte. Gageons cependant qu’elle finira bien par se remplir. Dubaï n’accueillera pas tout le monde et une ville de plusieurs degrés plus fraîche que la capitale pourrait bien à terme attirer de riches entrepreneurs qui souhaitent sortir de la torpeur des grandes villes.

En attendant, je recycle…

En Europe il n’y a aucun projet de cette envergure. Cependant, nos pays commencent vraiment à prendre le recyclage au sérieux depuis que des filières industrielles de recyclage naissent ici et là. Comme d’habitude la France est en retard, sauf en matière de traitement des matières plastiques. Les français, eux ont toujours du mal à faire l’effort de bien trier leurs poubelles. Subsiste cette idée saugrenue mais bien française, qu’il faudrait rétribuer nos concitoyens, sous une forme ou une autre, pour leurs efforts de recyclage !


Lorsque l’on fait des études consommateur, on se rend compte que les gens la plupart du temps ne savent pas bien trier leurs déchets. Alors pour remédier à ce problème, nous vous invitons à découvrir ce portail internet du recyclage conçu pour permettre à chacun de trouver une solution de recyclage à tout type de déchet.

http://www.lesjoyeuxrecycleurs.com/memento-recyclage

ljr_recyclage_6_box_bureauConcrètement, il fonctionne comme un moteur de recherche. L’utilisateur saisit le déchet qu’il souhaite recycler et se voit proposer en retour des fiches déchets (papiers, gobelets en plastique, gravats, chaussures, etc.). Sur chaque fiche déchet est indiquée en premier lieu la (ou les) solution(s) recyclage. Cela peut être par exemple le type de poubelle lorsqu’on se trouve à son domicile, ou bien un point d’apport en extérieur (une déchetterie, une borne de collecte pour les vêtements, etc.).
L’objectif est d’y recenser à terme tous les points de collecte existant en France. Lorsqu’elles existent, l’utilisateur peut y trouver les principales consignes de tri : à titre d’illustration concernant le papier, cela peut être de laisser ou non les agrafes, les trombones… ou alors la possibilité de recycler les enveloppes à fenêtre…

Pour les entreprises, il existe aussi une large gamme de boites dédiées au recyclage.

Bon recyclage !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Réduisons vite nos déchets, çà déborde !

Dans A LA UNE, Autres Recyclages, Déchets Naturels, Electronique, Emballages, Recyclage, Tri sélectif par le 19 décembre 2013Pas de commentaire

590 kilos c’est le poids moyen de déchets rejetés en une année par un français ! Le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’énergie et l’ADEME ont décidé de réagir en créant la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD). Inscrite dans le cadre de cette campagne nationale sur la réduction des déchets, elle dépasse nos frontières nationales, puisqu’elle est également organisée dans plus de 23 pays en Europe où près de 11 000 actions ont été organisées.

Quel est l’objectif de la SERD 2013 ?

Il s’agit avant tout de sensibiliser nos citoyens sur la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et de donner des outils pour agir au quotidien. Et pour réduire cette quantité le mieux reste encore de ne pas produire de déchet.

Les actions pour la réduction des déchets menées au niveau européen

Comment réduire ses déchets ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Voici quelques pistes qui seront détaillées plus loin dans notre article

  • Achetez des produits avec des emballages réduits et privilégiez les produits des industriels qui utilise des procédés de fabrication éco-conçus.
  • Prolongez la durée de vie de vos produits en effectuant des réparations ou des dons : Ecoles, crèches, associations caritatives, associations locales, entreprises d’économie sociale… ils reprennent vos anciens matériels. Vous pouvez également revendre certains objets dans les brocantes, braderies, marchés aux puces et vide-greniers
  • Recyclez dans les bornes prévues à cet effet et compostez vos déchets alimentaires (épluchures de légumes, restes de repas, tontes de gazons, feuilles mortes, tailles de haies, etc.)
  • Parcourez le site dédié au recyclage de l’ADEME >>

590 kilos c’est le poids moyen de déchets rejetés en une année par un français !

Comment acheter malin ?

> Avant de partir faire mes courses, je prépare ma liste en regardant ce qu’il reste dans mon réfrigérateur et dans mes placards : cela m’évitera de racheter la même chose. Et je planifie si possible les repas de la semaine.
> Une fois dans le magasin, je suis vigilant sur les dates de péremption et je fais mes achats dans le bon ordre… c’est à dire en finissant mes courses par le frais et le surgelé.
> Si je reçois, j’achète les quantités qui correspondent au nombre de mes invités et je prépare plutôt des plats qui peuvent encore être consommés le lendemain.
>

Comment bien conserver mes aliments ?

> Je respecte le mode de conservation indiqué sur les emballages.
> Je regarde les dates limites de consommation et je range devant ou au-dessus les aliments qui doivent être consommés le plus rapidement.
> Dans le réfrigérateur, je range les produits à la bonne place en fonction des zones de fraîcheur, je les mets dans des boites fermées pour mieux les conserver et je nettoie régulièrement mon frigo pour éviter la prolifération des bactéries.
> Je pense à congeler les aliments pour allonger leur durée de vie mais attention je ne congèle pas des aliments déjà périmés ou trop proches de la date limite de consommation.
> Dans la corbeille de fruits, j’enlève ceux qui sont abîmés : les fruits pourris contaminent ceux qui sont sains.

Comment cuisiner astucieusement ?

> Je cuisine des quantités adaptées au nombre de personnes à table.
> Je regarde la durée de vie des produits que j’ai en stock : j’utilise en priorité les produits entamés et dont la date limite de consommation est la plus proche.
> Je respecte les dosages indiqués sur les recettes et à cette fin j’utilise les instruments appropriés : verre doseur, balance, cuillères à soupe ou à dessert…
> J’accommode les restes en vérifiant au préalable qu’ils sont encore consommables.

Comment trier mes déchets et rapporter mes objets et produits usagés ?

Pour les déchets courants : vieux papiers, déchets d’emballage et de verre je vais au bac de recyclage ou à la déchetterie
Le tri se fait généralement chez moi : je dépose ces produits dans des poubelles dédiées, identifiables grâce à un code couleur et qui font l’objet d’un ramassage spécifique. Des bacs de collecte peuvent également être mis à ma disposition sur la voie publique pour le verre et les papiers.

Pour les déchets plus occasionnels : appareils électriques et électroniques hors d’usage, mobilier cassé, textiles et piles usagées, lampes grillées, médicaments non utilisés, déchets de produits ménagers dangereux…

Différents modes de collecte peuvent exister :

> un service d’enlèvement à domicile pour les encombrants à jour fixe ou sur des points de regroupement, selon les communes ;

> la collecte dans certains magasins pour les piles, cartouches d’encre d’imprimantes, lampes usagées… ;

> la collecte chez les détaillants pour les déchets d’équipements électriques et électroniques ;

> la collecte via des associations, certains magasins, des conteneurs dans la rue, des espaces dédiés en déchéteries pour les textiles, linges de maison et chaussures usagés ;

> la collecte chez les pharmaciens pour les médicaments non utilisés ;

> la collecte dans l’une des 4500 déchèteries installées sur le territoire principalement pour les encombrants, les déchets dangereux et les déchets verts ;

> la collecte via les recycleries (telles que le réseau Emmaüs, le Réseau des ressourceries, etc.) qui récupèrent, valorisent ou réparent des produits tels que les meubles, vêtements, objets de décoration…

Le problème de l’éco-emballage

Je vous invite à découvrir également notre article sur l’Eco-emballage (Attention le logo de la société privée Eco-emballage qui ne signifie pas que l’emballage est recyclé ou sera recyclé !!) et de télécharger notre guide sur le recyclage.

Testez vos connaissances en matière de recyclage !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Le sapin de Noël respecte t-il l’environnement ?

Dans A LA UNE, Bois, Consommation, Déchets Naturels, Emballages, Environnement, Végétaux par le 10 décembre 20131 Commentaire

arcre sapin de noelÀ l’inverse du sapin artificiel qui requiert des produits d’origine pétrolière lors de sa fabrication, la culture du sapin de Noël a des effets positifs sur l’environnement :

  • Limiter les gaz à effets de serre. Au cours de leur croissance, les sapins absorbent du dioxyde de carbone (CO2) pour le transformer en bois et en oxygène. En réduisant le CO2 dans l’atmosphère, ils limitent donc les gaz à effets de serre et favorisent le filtrage de l’air.
  • Offrir un recyclage écologique. 100 % biodégradable, le sapin peut être transformé en copeaux de bois ou composté après les fêtes.
  • Améliorer la stabilité des sols. Grâce à son système racinaire, il réduit les risques d’inondations liées à l’érosion et les ruissellements lors des pluies estivales.

Un circuit de distribution court pour un meilleur bilan carbone

Le transport du sapin de Noël joue un rôle primordial sur son impact sur l’environnement. Pour mieux respecter la nature, il est important de privilégier un sapin produit localement, qui voyage peu. Les français continuent de marquer leur préférence pour le sapin naturel.

Les foyers français ont été 22,9 % à faire l’acquisition d’un sapin, parmi lesquels 19,3 % ont fait le choix du naturel contre 3,6 % pour l’artificiel.
Les puristes préfèreront la replantation en jardin avec décoration sur pied tous les ans. Encore faut-il avoir un jardin !

Chaque année à partir de la mi-novembre, les sapins de Noël arrivés à maturité sont coupés, mis sous filet puis palettisés pour rejoindre les fleuristes, les jardineries, les grandes surfaces, les marchés…. Pour mener à bien cette logistique ultra-saisonnière, les 1000 emplois permanents sont rejoints par 5000 saisonniers pour accomplir cette mission dans les meilleurs délais. Sur le plan économique et social, la culture du sapin de Noël concourt au développement de l’emploi dans certaines régions défavorisées.

Le sac à sapin d’Handicap International

sac à sapin

Pour acheter le sac à sapin d’Handicap international, cliquez sur l’image

L’Association Française du Sapin de Noël Naturel est partenaire  du programme « Sac à Sapin  » d’Handicap International. Vous le connaissez sûrement, en voici les grandes lignes. Le Sac à Sapin a convaincu plus de 535 000 familles et a permis ainsi de collecter près de 700 000 €.
Pratique et malin, le Sac à Sapin décore le pied du sapin, protège le sol des aiguilles pendant toute la durée des fêtes de Noël, puis emballe proprement le sapin à jeter.
Généreux, le Sac à Sapin est vendu 5 € dont 1,50 € est reversé à Handicap International pour agir en faveur des personnes handicapées dans plus de 60 pays.
100 % biodégradable et compostable, il peut donc être jeté avec le sapin dans le bac des déchets verts, où il se dégradera en 4 à 8 semaines. Le Sac à Sapin est disponible, en France, dans toutes les grandes surfaces alimentaires et spécialisées, dans les grands magasins et chez les fleuristes et pépiniéristes.

Offrir une seconde vie à son sapin

Les particuliers qui souhaitent replanter leur sapin après les fêtes doivent opter pour un arbre cultivé en conteneur, conditionné en pot ou en motte, qui conserve les racines intactes. Ainsi, il pourra entamer une seconde vie avec un maximum de chances de reprise. Cependant, certaines précautions doivent être prises lors de son installation dans la maison et lors de sa replantation.

Dans la maison :

  • ne pas l’installer dans une pièce chauffée à plus de 17 °C (véranda, jardin d’hiver),
  • éviter toute source de chaleur (radiateur, cheminée)
  • prévoir un pied de sapin avec réserve d’eau miser ses aiguilles pour éviter leur dessèchement,
  • le placer dans une pièce non chauffée quelques jours avant de le replanter.

Le jour de sa replantation, il est important de veiller à :

  • éviter un jour où il gèle,
  • imbiber la motte du sapin durant un quart d’heure,
  • ajouter un peu de terreau et de terre de bruyère dans le trou préalablement réalisé,
  • arroser copieusement à la base du sapin.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder une parcelle de terrain, il leur reste la possibilité transformer leur sapin en compost ou en bois de chauffage, après l’avoir fait sécher.

Les différentes sortes de sapin de noël

Pour combler toutes les attentes et correspondre à tous les budgets, les producteurs français de sapins s’engagent à offrir un très large choix de sapins pour les fêtes de fin d’année. Variétés, tailles, présentations,… il est possible de trouver le sapin idéal parmi l’offre proposée. Bien que deux variétés, l’Epicéa et le Nordmann, prédominent sur le marché, différentes espèces de conifères affichent également des qualités intéressantes.

LE NORDMANN : Le majestueux
Apprécié pour ses aiguilles brillantes, souples et douces, le Nordmann se distingue par sa silhouette harmonieuse. Ce sapin à pousse lente atteint en moyenne 2 mètres au bout de 10 à 12 années de culture. C’est le sapin le plus apprécié des Français (69,1 % des parts de marché en 2011).
prix moyen de 27,90 euros

L’EPICEA : La tradition
L’Épicéa se caractérise par sa bonne odeur de résine. Doté de fines aiguilles, il présente une forme conique et généralement touffue. Sa silhouette équilibrée, de la base à la cime, participe à une décoration soignée. Sa pousse est la plus rapide des sapins de Noël : il nécessite 8 ans de culture pour atteindre une taille de 2 mètres.
prix moyen de 16,70 euros.

LE PUNGENS : Le sapin bleu
Plus connu sous le nom de sapin bleu, le Pungens est un sapin original et décoratif. Il se distingue des autres sapins grâce à ses aiguilles bleutées, épaisses et piquantes. Sa pousse est lente : il atteint 10 mètres au bout de 10 années de culture. Sélectionné pour son agréable senteur, le Pungens ne perd pas ses aiguilles avant plusieurs semaines.

L’OMORIKA : L’élégance
Son port lancé et ses aiguilles vert foncé au revers argenté lui valent une élégance particulière. Sa forme effilée nécessite des tailles successives pour qu’il puisse atteindre la silhouette conique tant appréciée. Une fois paré de ses décorations, l’Omorika participe à un décor raffiné.

LE NOBILIS : Résistant et odorant
Distingué, le Nobilis est un sapin pourvu d’aiguilles légèrement bleutées et douces au toucher. Il s’agit d’un arbre à pousse lente qui, une fois coupé, conserve longtemps son bel aspect. Quant à son parfum boisé, il participe à recréer une atmosphère unique dans la maison.

Comment replanter en milieu naturel

Replanter votre sapin de Noël en milieu naturel c’est possible, mais sous certaines conditions :

  • Assurez-vous déjà que l’espèce de sapin (ou autres arbres) puisse s’adapter aux conditions climatiques de votre région. Par exemple, inutile de planter un épicéa à Marseille, il ne résisterait pas à la chaleur.
  • Renseignez-vous sur le propriétaire de la parcelle que vous avez repérée. Il existe 2 sortes de forêts : communales ou domaniales. Privilégiez les forêts communales gérées par les communes et l’ONF. En vous rapprochant de l’agence ONF locale la plus proche de votre lieu d’habitation, vous demanderez à parler à votre garde forestier locale, qui vous indiquera si vous pouvez replanter. Il peut également vous conseiller un autre domaine à replanter en priorité, en fonction de l’urgence.

Pour les forêts domaniales, dont une grande partie est privée, vous ne pouvez bien sûr pas replanter sans autorisation du propriétaire. Comme il est difficile d’identifier chaque propriétaire, nous vous conseillons de vous adresser à votre commune, pour connaitre les propriétaires des parcelles boisées de votre commune.

Enfin, vous pouvez vous regrouper avec vos voisins et présenter une demande à votre Maire pour la création d’une opération locale de reboisement. Les communes ayant des forêts domaniales et/ou communales, certaines acceptent toutes les bonnes volontés, a fortiori quand la main d’œuvre est gratuite !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Connaissez-vous vraiment SUEZ ENVIRONNEMENT ?

Dans Communication, Déchets Naturels, Eaux, Recyclage par le 21 novembre 2013Pas de commentaire

Présentation du groupe SUEZ ENVIRONNEMENT

SUEZ ENVIRONNEMENT, ex Lyonnaise des Eaux, est le deuxième groupe mondial dans les domaines de la gestion de l’eau et des déchets derrière Veolia Environnement. Avec un chiffre d’affaires de 15 Milliard d’€ elle emploie 79 550 collaborateurs. Suite à la fusion de Suez avec Gaz de France, SUEZ ENVIRONNEMENT s’est détaché en partie du nouveau géant européen GDF SUEZ et est entré à la Bourse de Paris le 22 juillet 2008. Le groupe SUEZ ENVIRONNEMENT exerce dans 2 domaines : l’eau et les déchets. SUEZ ENVIRONNEMENT s’est fixé 2 priorités en faveur du développement durable :

  • Innover pour développer ses activités et faire de ses clients des leaders de la performance économique et environnementale
  • Faire de ses métiers des contributeurs à l’attractivité des territoires et co-construire les solutions avec ses parties prenantes

Les enjeux du marché de l’eau

Les acteurs de la gestion de l’eau, de la distribution à l’assainissement, doivent aujourd’hui faire face à de nouvelles problématiques : le manque croissant d’eau dans différentes régions du monde, une réglementation toujours plus contraignante, et des collectivités locales et industrielles plus exigeants en ce qui concerne le respect de l’environnement, la lutte contre le gaspillage et contre la pollution.
Face à ces enjeux, SUEZ ENVIRONNEMENT modernise son offre et développe des innovations qui favorisent une gestion durable des ressources en eaux :

  • des services aux particuliers pour favoriser une meilleure gestion de l’eau au sein de l’habitat : suivi des consommations d’eau en temps réel, déploiement de systèmes d’alerte fuites d’eau,
  • des technologies avancées, permettant une réutilisation de l’eau (eaux usées, eaux industrielles, eaux pluviales…) ,
  • des stations d’épuration plus vertes comme la station Aquaviva, en cours de construction dans la bassin cannois, qui a pour objectif de présenter un bilan carbone neutre en compensant les émissions de gaz à effet de serre par l’installation de panneaux solaires et la valorisation des boues séchées,
  • de nouvelles activités, comme la récupération de la chaleur des eaux usées à Levallois-Perret ou Nanterre

Les enjeux des déchets domestiques et industriels

Face à la croissance du volume de déchets domestiques et industriels générés dans les pays occidentaux, il devient de plus en plus nécessaire de collecter, de traiter et de valoriser les déchets. C’est pourquoi le groupe SUEZ ENVIRONNEMENT s’est positionné sur l’ensemble des métiers de la gestion des déchets (hors déchets radioactifs) pour en maîtriser la valorisation.

  • Valorisation de la matière collectée avec la production de matériaux recyclés comme le plastique.
  • Valorisation énergétique avec la production d’énergie par incinération des déchets domestiques collectés
  • Valorisation biologique avec la production de compost.

Les métiers de SUEZ ENVIRONNEMENT

L’eau

Dans le domaine de l’eau, SUEZ ENVIRONNEMENT a pour principales activités :

  • les études et la modélisation des ressources souterraines,
  • la conception et la construction d’usines de production et de traitement d’eau,
  • le captage, le traitement et la distribution d’eau,
  • la maintenance du réseau d’eau ,
  • la collecte et l’épuration des eaux domestiques et industrielles, notamment avec l’innovation Greenbass™ qui permet d’optimiser la consommation énergétique du traitement,
  • la valorisation biologique et énergétique des boues d’épuration


Les déchets

Dans le domaine des déchets, SUEZ ENVIRONNEMENT a pour principales activités :

  • la collecte des déchets de toute nature (excepté les déchets radioactifs et nucléaires) et la propreté urbaine,
  • le tri et le prétraitement des déchets,
  • le recyclage, la valorisation matière, biologique et énergétique des déchets valorisables,
  • l’élimination par incinération ou enfouissement des déchets résiduels,
  • la dépollution et la réhabilitation de sites et sols pollués,
  • le traitement et la valorisation de boues.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

SUPER TRASH : le film Documentaire Martin Esposito

Dans Autres Recyclages, Déchets Naturels, Electronique, Emballages, Environnement, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 9 octobre 20131 Commentaire

Ce mercredi 9 octobre 2013 est sorti sur les écrans le film du réalisateur Martin Esposito dénommé « Super Trash »
Il aborde la gestion des déchets dans les décharges avec leurs graves conséquences sur l’environnement et pour la santé .

A cette occasion, une présence symbolique a eu lieu devant les entrées des « lieux de stockage » situés dans les différentes communes suivantes :  Claye Souilly à Vauxaillon, Grisolles à Allemant de Nurlu, Saint-Florentin… Cette première série d’action sera suivie par d’autres initiatives « surprises » durant le trimestre à venir !

Nous rappellerons ainsi  qu’il est nécessaire d’œuvrer pour la réduction et à terme la fin/fermeture  des incinérateurs et des décharges, possible de gérer autrement nos déchets car il existe une vraie alternative crédible  à une  politique déchets du tout incinérateur,  du tout décharge  notamment par la réparation, la réutilisation, le réemploi, le recyclage, la chasse aux gâchis alimentaires organisés et à l’obsolescence programmée.

Cette action bénéficie  bien évidemment du soutien de nombreuses  associations, collectifs, citoyens agissant dans ce domaine en France qui ne pourront participer directement à cette action ce jour là !

 


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Comment économiser de l’argent et la planète avec votre auto ?

Dans A LA UNE, Autres Recyclages, Communication, Dépenses, Déplacements, Electronique, Entreprise, Environnement, Recyclage, Tri sélectif par le 13 juin 20131 Commentaire

Vous ne saviez sûrement pas que vos anciennes pièces automobiles ont de la valeur ! En effet, certaines pièces détachées sont consignées, il suffit de la restituer à son fabricant. Dans les faits, personne ne prend le temps. Et pour cause, trouver le fournisseur et renvoyer sa pièce s’apparente parfois au parcours du combattant. Le site JeRepareMaVoiture.fr se charge de cette procédure pour vous et vous rembourse en plus le montant de la consigne.

Vos anciennes pièces automobiles ont de la valeur. Jusqu’à 60€ selon le type de pièces !

Le site qui rachète vos pièces consignées !

Le site qui rachète vos pièces consignées !

Comment connaitre le montant de sa consigne ?

Rendez-vous sur la page d’accueil du site JeRepareMaVoiture.fr, recherchez la pièce que vous devez remplacer à l’aide de l’outil proposé (recherche par véhicule, référence, ou type mine) ; le site vous retourne une liste de pièces classées par types, choisissez celle que vous souhaitez remplacer (voir ci-dessous  liste des pièces consignées). Enfin une liste de produits vous est proposée avec une brève description, une référence (notez-là afin de la retrouver plus facilement lors de votre prochaine visite) et le montant de la consigne, suivi d’un lien en vert [+d’info ?].

Voici la liste des pièces consignées, celle-ci n’est pas exhaustive et sera mise à jour régulièrement
Alternateur | Crémaillère | Cardan | Injecteur | Pompe assistance | Démarreur | Etrier de Frein | Filtre à particules

Comment restituer votre pièce ?

Lors de votre commande, cochez l’option « Retour consigne ». Vous recevrez dans votre colis un « Bon de Retour Prépayé » vous permettant de renvoyer votre ancienne pièce et d’obtenir le remboursement de la consigne (jusqu’à 60€ selon le type de pièces !)


Comment fonctionne le recyclage de vos pièces ?

JeRepareMaVoiture.fr lutte activement pour la protection de l’environnement. C’est dans cette démarche qu’il a établi des partenariats avec deux entreprises (Chimerec et Sevia) leaders français du recyclage des déchets automobiles. Ces pièces sont renvoyées par JeRepareMaVoiture.fr pour ensuite être recyclées : refondues pour certaines ; et dépolluées pour d’autres.

En commandant sur JeRepareMaVoiture.fr vous économisez de l’argent et la planète !

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Ouverture du Forum Mondial de l’Eau 2012 à Marseille

Dans A LA UNE, Eaux, Environnement, L'eau, L'eau de pluie, Les eaux grises, Recyclage par le 12 mars 20121 Commentaire

C’est aujourd’hui 12 mars 2012 l’ouverture du Forum Mondial de l’Eau 2012 à Marseille. Tous les trois ans depuis 1997, le Forum Mondial de l’Eau mobilise les imaginations, les innovations, les compétences et les savoir-faire, pour faire avancer la cause de l’eau. Il rassemble tous les acteurs autour des enjeux actuels – aussi bien locaux que régionaux ou mondiaux – qui ne peuvent se traiter qu’avec toutes les parties prenantes réunies dans un cadre commun, avec des objectifs partagés.

forum mondial de l'eau marseille 2012

forum mondial de l'eau marseille 2012

Les objectifs du Forum Mondial de l’Eau

L’objectif premier des Forums Mondiaux sur l’Eau sont de donner un accès à l’eau à chaque homme sur terre. Objectif ambitieux sinon vital pour près d’un homme sur trois dans le monde dont l’accès à l’eau, même non potable, reste extrêmement difficile.

L’objectif du 6ème Forum Mondial de l’Eau est de relever les défis auxquels notre monde est confronté, et d’agir afin que l’eau se retrouve en tête des agendas politiques. Il n’y aura pas de développement durable tant que les questions de l’eau resteront non résolues. Partout sur la planète, pour toutes et pour tous, le droit à l’eau (reconnu par 189 États au sein de l’ONU, il y a un an) doit être garanti et mis en œuvre.

Consulter le programme >>

Les chiffres clés

  • du 12 au 17 mars 2012
  • 140 délégations ministérielles
  • Plus de 180 pays représentés
  • 25 000 participants attendus
  • Plus de 400 heures de discussions et débats
  • Plus de 250 sessions et panels et environ 100 événements « Racines & Citoyenneté »
  • Des trialogues régionaux organisées entre ministres, parlementaires et autorités locales / régionales.
  • Des tables rondes de haut niveau

Les liens utiles

ajoutez cet article a votre liste de favoris