Le gouvernement abandonne le projet NDDL

Dans Environnement, Règlementation par le 17 janvier 2018Pas de commentaire

On vient juste de l’apprendre de la bouche d’Édouard Philippe, le gouvernement abandonne le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. et met fin à un projet obsolète, maintenu pendant de trop longues années malgré des impacts environnementaux néfastes.

abandon de Notre-Dame-des-Landes

Une décision courageuse, appuyée sur une méthode innovante

L’ensemble du mouvement France Nature Environnement salue l’annonce du Premier Ministre d’abandonner le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et de réaménager l’aéroport existant à Nantes-Atlantique. Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement, « cette décision courageuse montre que loin de s’entêter dans un projet du passé, le gouvernement change de logiciel ; intègre les enjeux d’aujourd’hui et, via une méthode innovante, sort par le haut de ce dossier complètement enlisé ».
Il s’agit d’une décision cohérente avec les enjeux et les engagements de la France concernant la protection de la nature, du climat et de l’eau. La parution du rapport de médiation a permis de mettre à jour le comparatif réel des deux projets d’aéroport, répondant au même besoin de transport aérien mais intégrant enfin des enjeux essentiels d’aménagement durable du territoire et d’environnement, comme le demandaient depuis longtemps nos associations.
Au plan régional, cette décision doit être l’occasion d’une mise à jour climato-compatible des politiques de transport, et de réorienter les infrastructures de transports vers un maillage des services de mobilité durable.

Préparer l’avenir par la co-construction plutôt que par la force

Pour les décisions concernant la gestion des terrains prévus pour l’ex-projet d’aéroport, France Nature Environnement demande au gouvernement de prendre le temps de co-construire un projet de territoire, de ne pas avoir recours à l’usage de la force et rappelle le sage avis des rapporteurs : « la situation initiale très complexe nécessiterait la mise en place d’une gouvernance particulière de ce dispositif, afin de garantir l’ouverture à tous les acteurs et partenaires dans un cadre de négociation et d’action opérationnelle efficace, alors que des tentations d’exclusion de telle ou telle catégorie peuvent se manifester, et conduiraient à un échec assuré ». Le gouvernement doit rendre possible la sortie apaisée d’un trop long conflit. L’annonce de ne pas évacuer immédiatement la ZAD va dans ce sens.

Maintenir la cohérence pour un projet de territoire

Les activités qui se déroulent dans le secteur de Notre-Dame-des-Landes intègrent déjà la dimension de préservation du patrimoine naturel résultant des interactions entre l’homme et la nature. L’avenir de ce territoire ne doit pas être une urbanisation et une agriculture intensive destructrices.
Il passe notamment par l’agroécologie pour aménager ce territoire de manière durable et développer, en circuits courts et de proximité, des activités et des pratiques compatibles avec la préservation de l’environnement. Un tel projet consoliderait les synergies entre nature, agriculture, qualité de vie et activité socio-économique du territoire. Il répond aussi à la lutte contre le changement climatique et à la préservation de la ressource en eau.
Dans cette perspective, l’ensemble du mouvement France Nature Environnement soutient et relaie l’appel à venir sur la ZAD le 10 février prochain pour « enraciner l’avenir » à Notre-Dame-des-Landes.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Un nouveau péril pour les eaux européennes écarté ?

Dans A LA UNE, Alimentation, Animaux, Environnement, L'eau par le 17 janvier 20181 Commentaire

Mise à jour de l’article suite aux amendements déposés le 16 janvier au parlement européen (lire en fin d’article)
Le 21 novembre prochain, la Commission de la pêche du Parlement européen doit décider si la pêche électrique peut être considérée comme une méthode de pêche « conventionnelle ». Cela reviendrait à l’autoriser une fois pour toutes en Europe. Comme si électrocuter des poissons pouvait être une pêche conventionnelle ? On se souvient de la mobilisation de certaines célébrités (Gillian Anderson, Aure Atika, Barbara Cabrita, Jean-Marc Barr) contre le chalutage profond, une technique de pêche désastreuse pour les fonds marins. Alors à la rédaction d’Acteur Durable nous avons décidé de nous mobiliser et de rédiger cet article pour qu’un maximum de français signe la pétition qui est lancée sur le site bloomassociation.org

peche-electrique

La pêche par électrocution : est-ce une méthode durable ?

Aujourd’hui en Europe, les populations de poissons ont atteint des niveaux si bas qu’aller les pêcher coûte plus que ça ne rapporte. Au lieu de réduire le nombre de navires de pêche et laisser les poissons se reconstituer, comme c’est le cas près de Marseille avec la réserve marine qui a vu le jour en avril 2012, les industriels ont au contraire décidé de les capturer jusqu’au dernier, et par tous les moyens ! Pourtant un grand nombre d’espèces sont menacées, lisez notre article sur le sujet. Comment ça se passe concrètement ? Les Néerlandais équipent leurs bateaux avec des électrodes qui envoient une impulsion électrique afin de déloger les poissons enfouis dans le sable.

Ne les laissons pas nos océans se transformer en désert

L’électrocution provoque chez le poisson des hémorragies et des fractures de la colonne vertébrale. De plus on ignore les effets du courant électrique sur les œufs, les juvéniles ou les espèces électro-sensibles comme les raies et les requins… Les autres pêcheurs sont opposés à cette méthode de pêche dont l’efficacité radicale pourrait vider en quelques années nos océans de toute ressource. Pour ceux qui le souhaite, vous pouvez consulter notre dossier sur l’alimentation durable qui vus explique comment on peut manger durablement et sainement en même temps.

Nous pouvons faire reculer les industriels néerlandais !

Encore une fois, tout est question de lobbies industriels qui ont réussi à convaincre la Commission européenne d’accorder des dérogations à cette pêche pourtant interdite en Europe. Mais ça ne leur suffit pas ! Ils veulent faire basculer l’ensemble des pêches européennes vers leur technique morbide. Nous devons empêcher ces industriels irresponsables d’agir en demandant aux députés européens de faire preuve de discernement le 21 novembre afin qu’ils s’opposent avec détermination à la déchéance programmée de nos océans.

IL Y A URGENCE À FAIRE ENTENDRE NOS VOIX AUPRÈS DES DÉCIDEURS EUROPÉENS ALORS SIGNEZ CETTE PÉTITION URGENTE ET PARTAGEZ-LA AVEC TOUT VOTRE ENTOURAGE !

A voir reportage édifiant !

Vote de la commission de la pêche du parlement européen – victoire des lobbies contre les citoyens

Les 27 députés membres de la Commission PECH ont voté pendant près de deux heures les 750 amendements apportés au Règlement Mesures Techniques, qui met en œuvre les objectifs et ambitions de la Politique commune de la pêche. L’ensemble du vote a été terriblement mauvais pour l’avenir des eaux européennes mais les votes portant sur les quelques amendements concernant la pêche électrique ont été particulièrement désastreux. Les lobbies néerlandais ont obtenu tout ce qu’ils voulaient.
Dans le détail : 23 eurodéputés contre 3 ont approuvé un compromis politique (le compromis n°10 sur l’article 24) permettant :

D’opérer un glissement sémantique dangereux en qualifiant la pêche électrique d’engin « innovant » au lieu de la nommer pour ce qu’elle est, comme le reste du monde : une pêche DESTRUCTRICE ;
De continuer à pêcher alors que la pratique est interdite en Europe depuis 1998 ;
D’étendre largement le nombre de chalutiers électriques en Europe dès à présent en passant d’un cadre dans lequel la tolérance est (par dérogations) de 5% des flottes de chalut à perche de chaque Etat membre à 5% des « métiers », ce qui augmente drastiquement le nombre possible de licences par pays ;
Summum de la perversion institutionnelle : le compromis permet, d’ici quatre ans, si la science n’a pas prouvé les impacts « négatifs » pour les « habitats » de la pêche électrique, de l’autoriser sans limite en Europe. Comme les Néerlandais clament faire de la recherche depuis 10 ans, comme les baleiniers japonais en quelque sorte, ils pourront toujours faire valoir leurs « efforts » de recherche pour faire immédiatement faire sauter ce ridicule garde-fou.
Ce langage ouvre la brèche à une controverse scientifique infinie, comme on le voit sur d’autres questions majeures comme le glyphosate ou les néonicotinoïdes. Il faudrait donc que certains Etats membres consacrent un budget de recherche à démontrer qu’électrocuter la vie marine est une idée stupide et dangereuse (inversion de la charge de la preuve) ! Car aujourd’hui la recherche vient des Pays-Bas et fait partie du dispositif de lobbying des industriels. Les les Néerlandais pourront donc équiper 100% de leur flotte s’ils le souhaitent, réglant ainsi le problème de leurs nombreuses licences illégales.

À l’annonce de ces résultats, le lobby néerlandais a exulté, ce qui a conduit l’eurodéputé Yannick Jadot à leur demander de respecter le travail des parlementaires ou de sortir de la salle pour faire leurs commentaires.

Seule consolation de la journée : ce résultat désastreux peut encore être remis en cause d’ici le vote en plénière, qui aura bien lieu car le rapporteur du Règlement, l’espagnol de droite (groupe PPE) Gabriel Mato, n’a pas reçu l’aval de ses collègues pour négocier directement en trilogue le texte de loi final au nom du Parlement, avec le Conseil de l’Union et la Commission européenne.

Une première victoire dans la lutte contre la pêche électrique

panneau-electriqueA Strasbourg, le 16 janvier, au Parlement européen, les députés champions qui ont porté les amendements pour l’interdiction de la pêche électrique, les pêcheurs qui ont joué un rôle majeur et une partie de l’équipe de BLOOM.

Hier, le 16 janvier, le Parlement européen s’est prononcé à 402 voix contre 232 pour l’interdiction totale et définitive de la pêche électrique en Europe. L’issue du vote est demeurée incertaine jusqu’au dernier moment, les pêcheurs industriels néerlandais se sont déchaînés auprès du Parlement qui a été inondé de « fake news » de la part des lobbies. Nous avons réussi à démonter leurs « arguments » un par un lors d’une campagne-éclair de 3 mois qui nous laisse les membres de bloom sur les genoux mais extrêmement heureux. La rigueur, la démonstration scientifique et notre motivation nous ont permis de remporter cette première victoire.

Ce résultat aurait été impossible sans votre mobilisation, sans l’engagement et le soutien des pêcheurs, sans la prise de position claire du secteur privé.

Merci de votre confiance, merci de vos encouragements, merci de votre soutien dont nous avons besoin pour obtenir des résultats aussi concrets et efficaces.

Continuez de nous soutenir car ce n’est pas fini. Nous avons encore beaucoup de travail pour affronter la prochaine étape avec d’énormes négociations en perspective pour faire adopter en Trilogue le texte final d’interdiction de la pêche électrique en Europe.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

S.T.O.P aux Boues Rouges de l’usine de Gardanne !

Dans Environnement par le 11 janvier 2018Pas de commentaire

Depuis 50 ans, l’usine de production d’alumine de Gardanne, près d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), bénéficie d’un droit de rejeter à terre et en mer ses déchets toxiques. Plus de 30 millions de tonnes de boues rouges toxiques ont été ainsi déversées dans les fonds marins du Parc National des Calanques. Plusieurs associations de défense de l’environnement et de riverains dénoncent la toxicité et la radioactivité de ces boues rouges.

S.T.O.P aux Boues Rouges de l'usine de Gardanne !

Pour Ségolène Royal, « il aurait fallu avoir le courage d’imposer à l’entreprise une mutation du site et une dépollution ». « L’entreprise a obtenu une dérogation pour continuer à polluer », a-t-elle ajouté, espérant « qu’il y aura des recours pour que toute la clarté soit faite ». « Les dernières enquêtes de l’Anses (Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire) ont démontré qu’à l’endroit des rejets, il y avait une contamination beaucoup plus forte aux métaux lourds », une pollution « dangereuse pour la santé », a-t-elle noté.

À quoi correspondent les «boues rouges»?

rejets toxiquesOn parle de boue rouge pour désigner les résidus issus de l’extraction d’alumine -qui permet notamment d’obtenir de l’aluminium- à partir de la bauxite. Cette roche sédimentaire est présente dans le sud-est de la France, où elle a été découverte.

Les boues rouges correspondent aux déchets insolubles qui se séparent de l’alumine et de la soude au cours de l’extraction. Leur couleur rouge est liée à l’oxyde de fer. La substance, qui se transforme en une poussière rouge après évaporation des fluides, contient de nombreux métaux lourds (arsenic, fer, mercure, silice, titane…). Elle tapisse la ville de Gardanne, où se trouve l’usine. Dans le cas du procédé Bayer, encore majoritairement utilisé à travers la planète, la production d’une tonne d’alumine engendre environ deux tonnes de boues rouges.

Pour stopper cela signez la pétition sur change.org >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Plan climat, qu’est-ce que le paquet solidaire ?

Dans A LA UNE, Chauffage, Climat & Météto, Energies, Equipement par le 3 janvier 2018Pas de commentaire

le plan climat - 4 mesures en 2018<

Entrée en vigueur de 4 mesures concrètes depuis le 1er janvier 2018 avec le Plan Climat. La France s’est engagée à rendre la mobilité propre accessible à tous et à éradiquer la précarité énergétique. Pour y parvenir, Nicolas Hulot présente le paquet « solidarité climatique ». Prime à la conversion de véhicules, chèque énergie, crédit d’impôt pour la transition énergétique et changement des chaudières au fioul : ces quatre mesures concrètes visent à améliorer le quotidien des Français. Explications...

Energie : le chèque énergie

chèque énergie

4 millions de ménages peuvent bénéficier du chèque énergie généralisé en 2018. D’un montant d’environ 150€ par an, il permet aux familles en situation de précarité de payer leurs factures d’énergie. Ce chèque énergie a été conçu comme  un outil de lutte contre la précarité énergétique qui aide les Français aux revenus très modestes à payer leurs factures d’énergie, quel que soit leur moyen de chauffage.

Le crédit d’impôt énergie (CITE)

le crédit d'impôt CITE

Le dispositif d’aide à la rénovation destiné aux ménages et aux entreprises est prolongé en 2018 mais sera transformé en prime en 2019. Le taux d’aide de 30% du montant des travaux reste la règle générale. Ce crédit d’impôt pour la transition énergétique permet de financer des travaux d’isolation des logements et d’amélioration du chauffage des logements, et donc de faire des économies d’énergies permettant de réduire la facture de chauffage, tout en luttant contre le changement climatique. En savoir plus ici >>

Transport : prime à la conversion

Prime à la conversion

En 2018 les français qui remplacent un vieux véhicule polluant par une neuve ou d’occasion récente peu polluante reçoivent une aide. Son montant peut aller jusqu’à 2500€, bonus écologique inclus. La prime à la conversion des véhicules vise à accélérer la sortie du parc des véhicules essence et diesel les plus polluants. Quels sont les vieux véhicules concernés ? Quelle prime pour quel véhicule acheté ? Plus d’info ici >>

Les certificats d’économie d’énergie

Les certificats d’économie d’énergie

En 2018, les ménages modestes et très modestes qui se débarrassent d’une vieille chaudière au fioul pour plus performante peuvent recevoir une aide pouvant aller jusqu’à 3000€. En complément du crédit d’impôt transition énergétique, l’aide au remplacement sera attribuée aux ménages qui investissent dans les énergies renouvelables : pompe à chaleur, chaudière bois ou granules.

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Billebaude, une revue à la coisée de l’art et la nature

Dans Animaux par le 14 décembre 2017Pas de commentaire

La Fondation François Sommer.

Créé en 1964 par François et Jacqueline Sommer, la Fondation François Sommer abrite à Paris, au sein d’un hôtel particulier dans le Marais, le musée de la Chasse et de la Nature. C’est un lieu d’accueil et d’échanges pour tous les utilisateurs de la nature. Le musée propose une programmation culturelle exigeante : expositions, visites thématiques, conférences, colloques, lectures, concerts, projections, performances… ainsi qu’une très belle bibliothèque !

Mais la mission principale de la fondation est de promouvoir l’utilisation respectueuse des ressources de la nature, telle que la chasse raisonnée et le partage des richesses du patrimoine artistique et culturel.
La fondation répond au souhait de François et Jacqueline Sommer de partager leurs œuvres d’art animalier avec le plus grand nombre. Elle s’appuie notamment sur une remarquable collection d’art ancien, moderne et contemporain.

fondation-francois-sommer

La revue nature Billebaude

billebaude-ours-oct16Lancée en 2012 par la Fondation François Sommer et les Editions Glénat, la revue Billebaude explore et mène une réflexion profonde sur les usages et les représentations de la nature.
Chaque semestre, la revue propose autour d’un thème choisi, des contributions de chercheurs, journalistes, acteurs de terrain, artistes. Ces contributions permettent de tisser des liens entre le monde de la recherche, de l’art et celui de la gestion de l’environnement autour des enjeux de conservation de la nature.

Plus qu’une revue !

Consciente que la crise écologique et économique invite à recomposer un nouveau savoir où la science dialogue avec la culture et la gestion avec les pratiques et savoirs traditionnels, la revue fonctionne comme un laboratoire d’idées et d’échanges.

Sans militer pour un bon usage de la nature, Billebaude cherche à révéler les paradoxes de la société contemporaine marquée à la fois par une sensibilité croissante à la nature et une méconnaissance pratique de plus en plus grande du fonctionnement des écosystèmes.
Revue d’analyses, d’interviews, de récits, Billebaude est aussi galerie d’art, qui prolonge sur papier l’espace du musée de la Chasse et de la Nature en exposant des propositions artistiques originales.

La bibliothèque de la Fondation François Sommer

La bibliothèque de la Fondation François Sommer et le fonds documentaire du musée de la Chasse et de la Nature constituent un ensemble documentaire unique sur l’œuvre de François et Jacqueline Sommer, l’art animalier, la cynégétique et la pensée environnementale contemporaine. Archives, ouvrages anciens et actuels, catalogues de collections et d’expositions, revues et photographies sont accessibles uniquement sur rendez-vous aux étudiants et aux chercheurs.

Comment se procurer la revue Billebaude ?

BILLEBAUDE-10La revue est diffusée en librairies et sur abonnement.

Collection Billebaude
96 pages Format : 230 mm x 300 mm
Prix public TTC France : 19.90 €

Le N°10 de la revue BILLEBAUDE sortie en juin 2017 « SUR LA PISTE ANIMALE » a été conçu en partenariat avec l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, spécialiste du suivi scientifique de la faune sauvage en France. Ce numéro explore les différentes façons, venues des premiers chasseurs, de suivre la piste des animaux et de comprendre leurs modes d’existence.

 Les membres du comité éditorial
  • Claude d’Anthenaise
  • Pierre de Boisguilbert
  • Philippe Chardonnet
  • Andrée Corvol-Dessert
  • Patrick Degeorges
  • Philippe Dulac
  • Jacques Glénat
  • Yves d’Hérouville
  • Jean-Michel Leniaud
  • Philippe Salvadori
  • Anne Simon

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’OMC réussira-t-elle à amener la pêche mondiale à la durabilité ?

Dans A LA UNE, Environnement par le 7 décembre 2017Pas de commentaire

Alors que le personnel de l’OMC s’apprête à prendre l’avion pour Buenos Aires, l’équipe de la campagne Low Hanging Fish fait de même. Etant donné que l’OMC laisse les «observateurs» sortir des salles où de véritables négociations ont lieu, il peut être difficile d’observer et de comprendre les négociations de près pour le grand publique. Par conséquent, si vous trouvez des inexactitudes ou un manque de précision dans cet article, ne nous en étonnez pas, cela est surement dû au manque de transparence de l’OMC.

surpêche mondiale

1999 semble loin, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est à ce moment-là que l’élimination des subventions aux pêcheries nuisibles a été discutée pour la première fois à l’OMC. Près de vingt ans plus tard, les attentes n’ont jamais été aussi élevées pour trouver un accord international contraignant. Après tant d’années, cela devrait être le poisson à faible pendaison de la Conférence de l’OMC.

The low hanging fish

Des attentes élevées pour les négociations

Les attentes sont élevées cette année car en septembre 2015, tous les chefs d’État et de gouvernement avaient déjà demandé à l’OMC de prendre des mesures immédiates contre les subventions à la pêche qui sont extrêmement préjudiciables pour les réserves de poisson. L’Objectif de développement durable des Nations Unies n ° 14.6 interdit d’ici 2020 « les subventions à la pêche, qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche [...] et à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée ». [1] Un appel à l’action aussi clair aurait dû faire passer les négociations de l’OMC de « si » à « comment» interdire les subventions aux pêcheries nuisibles.

Parvenir à un accord à Buenos Aires est crucial

Hélas, les choses ne sont pas si simples dans le monde du commerce multilatéral. Certains négociateurs commerciaux semblent ignorer la direction politique établie par leurs dirigeants. Nous espérons que les négociations de la semaine prochaine nous prouveront que nous avons tort, mais au cours des derniers jours, le niveau d’ambition semble avoir diminué sérieusement. Les ministres du commerce des pays aux vues similaires devront investir des capitaux politiques dans cette question pour parvenir à un résultat positif à Buenos Aires.

Poissons rejettes mort à la mer

La plupart des subventions à la pêche encouragent directement la surpêche

La plupart des subventions à la pêche encouragent directement la surcapacité de la flotte et la pêche au-delà de la raison économique et écologique. Tant que nous continuerons de fournir ces incitations financières, tous les efforts pour amener la pêche mondiale à la durabilité seront vains. Si les gouvernements veulent vraiment préserver des secteurs de pêche viables et des communautés de pêcheurs artisanaux, ils doivent s’attaquer sans plus tarder à la question des pêcheries nuisibles. 84% des subventions mondiales vont à la pêche à grande échelle, sapant ainsi les moyens de subsistance des pêcheurs artisanaux. [2] Selon une étude publiée par l’Université de la Colombie-Britannique, les pays les plus dépensiers sont la Chine, le Japon, l’Union européenne, les États-Unis et la Russie.

La question a été défendue par plusieurs pays et groupes de pays, notamment la Nouvelle-Zélande, l’UE et un groupe de six pays d’Amérique latine (Argentine, Colombie, Costa Rica, Panama, Pérou et Uruguay). Le Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et le Groupe des pays les moins avancés (PMA) sont également favorables à une interdiction, pour autant que leur besoin de traitement spécial et différencié soit pris en compte.

bloom association et Varoa group

Atteindre un accord est crucial

Parvenir à un accord à Buenos Aires est crucial en raison du caractère juridiquement contraignant des règles de l’OMC. Les gouvernements ont souvent dit que le financement public des activités de pêche non durables et destructrices devrait être réduit, mais cela commence à ressembler à un record battu à moins et jusqu’à ce que les ministres du commerce formalisent un engagement à l’OMC. Il est maintenant temps de mettre les mots en action.

Les questions qui dominent les discussions à Genève comprennent la portée des interdictions et comment et quand celles-ci s’appliqueront dans les pays en développement. Certains voudraient limiter la décision aux subventions qui encouragent la pêche illégale, non réglementée et non déclarée (INN), mais une portée aussi étroite ne permettrait pas de remplir le mandat de l’ODD14 sur l’océan.

En fin de compte, si le dénominateur commun multilatéral est trop bas, les pays qui préconisent des disciplines en matière de subventions fortes devront évaluer si un résultat plurilatéral ambitieux est préférable, en plus ou en lieu et place d’un accord multilatéral de faible ambition.

Lisez la revue éditée par  The VArda Group qui émet un ensemble de proposition pour la fin des subventions « BLOOM-Briefing-Harmful-Subsidies-1 »

[1] ODD14.6:D’ici 2020, interdire certaines formes de subventions aux pêcheries qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche, éliminer les subventions qui contribuent à la pêche illégale, non déclarée et non réglementée et s’abstenir d’introduire de nouvelles subventions spéciales. le traitement réservé aux pays en développement et aux pays les moins avancés devrait faire partie intégrante des négociations sur les subventions à la pêche de l’Organisation mondiale du commerce.

[2] Schuhbauer et al. (2017) Comment les subventions affectent la viabilité économique de la pêche artisanale. Marine Policy 82: 114-121.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Feuille de route économie circulaire

Dans A LA UNE, Alternatives, Clean tech, Energies, Environnement, Règlementation par le 1 décembre 2017Pas de commentaire

Pour une fois qu’on vous demande votre avis, saisissez cette chance unique de participer et de contribuer au débat en répondant à différentes questions. Vos contributions permettront d’alimenter les débats et les ateliers qui ont vocation à élaborer la feuille de route de l’économie circulaire. Vous pouvez aussi échanger avec les autres participants en commentant leurs propres contributions. La consultation est ouverte du 30 octobre 2017 au 6 décembre 2017.

Feuille-route-economie-circulaire

Quel est le but de cette feuille de route sur l’économie circulaire ?

La feuille de route économie circulaire : un objectif national, une démarche collective
Avec la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, la France s’est fixé des objectifs ambitieux pour engager la transition vers une économie circulaire. Afin de passer à l’action et définir les mesures concrètes qui permettront d’atteindre ces objectifs, une feuille de route économie circulaire doit être élaborée avant la fin du premier trimestre 2018. Sa mise au point va associer toutes les parties prenantes ainsi que le public, via une consultation en ligne.

Se donner les moyens de nos ambitions pour l’économie circulaire

La feuille de route économie circulaire s’inscrit dans le Plan climat et doit permettre à la France d’atteindre les objectifs de transition vers une économie circulaire fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

La consultation est ouverte du 30 octobre 2017 au 6 décembre 2017

Pour cela elle doit apporter des solutions opérationnelles à plusieurs défis : comment produire avec moins de ressources ? Comment consommer mieux ? Comment recycler mieux ?
L’élaboration de la feuille de route économie circulaire va être l’occasion de mobiliser l’ensemble des acteurs – entreprises, collectivités, citoyens – pour lancer la dynamique de l’économie circulaire à plus grande échelle dans notre pays et signifier auprès du grand public le basculement vers une économie écologique innovante, sobre en ressources mais riche en emplois et favorisant la cohésion sociale où chacun a un rôle à jouer.
L’élaboration de la feuille de route vise à permettre à l’ensemble des acteurs d’apporter leur contribution, sans oublier le grand public.

Feuille -de-route-economie-circulaire

Une consultation en ligne ouverte à tous

Le public est invité à s’exprimer en formulant ses propositions via le site internet dédié dans la rubrique « participer », après inscription sur la plateforme. La consultation en ligne est ouverte du 30 octobre au 6 décembre 2017.

La consultation du public s’organise autour de 5 grands thèmes de réflexion :

  1. Consommation durable : agir sur la demande et le comportement du consommateur
  2. Gestion des déchets : mieux trier pour mieux recycler
  3. Production durable : limiter l’impact environnemental des produits
  4. Mobilisation des acteurs : mettre en œuvre des leviers d’action en transverse
  5. Cadre financier : quels soutiens et incitations financiers pour favoriser la transition vers l’économie circulaire ?


Un comité de pilotage et des ateliers de travail

Les parties prenantes institutionnelles – élus, professionnels, associations de protection de l’environnement et de consommateurs, administrations de l’État, établissements publics … – sont associées à la concertation à travers : un comité de pilotage qui se réunit sous l’égide du ministre de la transition écologique et solidaire ; des ateliers de travail thématiques où seront abordés les sujets clés de la feuille de route : déployer l’économie circulaire dans les territoires ; viser 100 % de plastiques recyclés en 2025 ; production et consommation durable ; outils économiques.

Des ambassadeurs auprès du grand public

Un panel de 9 « ambassadeurs de l’économie circulaire », personnalités engagées dans cette thématique, est investi d’une mission de pédagogie, de promotion de l’économie circulaire auprès du grand public, et de mobilisation des acteurs. Il apporte son soutien et participe à l’animation de la concertation (ateliers thématiques). Il peut contribuer à alimenter la feuille de route par ses préconisations.

Les ambassadeurs de l’économie circulaire :

Des événements participatifs

Pour renforcer la dimension participative de l’élaboration de la feuille de route, plusieurs événements seront organisés début de 2018 (barcamp, data session, atelier de design de service) et un hackathon après la sortie de la feuille de route de l’économie circulaire.

Des travaux prévus sur 5 mois

Annoncée par Brune Poirson lors des assises des déchets le 28 septembre à Nantes, l’élaboration de la feuille de route économie circulaire va s’étaler sur 5 mois pour une publication de la feuille de route au 1er mars 2018.

Calendrier :

  • 1ère étape : Lancement des travaux – consultation du public en ligne – novembre 2017
  • 2ème étape : Synthèse des contributions – mise au point d’un premier projet de feuille de route – décembre 2017
  • 3ème étape : Consultation du public sur le projet de feuille de route – janvier/février 2018
  • 4ème étape : Publication de la feuille de route économie circulaire – mars 2018
Comment participer ?

Rdv sur cette page et déposez simplement votre avis, recommandation, idée… et si vous n’avez pas bien compris comment participer, n’hésitez pas à consulter la page d’aide en ligne


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Glyphosate : vous en reprendrez bien pour 5 ans ?

Dans Agriculture, Alimentation, Environnement, Pollution, Végétaux par le 30 novembre 2017Pas de commentaire

Après de nombreux rebondissements, le verdict est tombé ; le glyphosate a été ré-autorisé pour 5 années supplémentaires. Cette molécule chimique est l’herbicide le plus utilisé à travers la France, l’Europe et le monde. Son usage massif rend la situation extrêmement préoccupante pour l’avenir : dangereux pour l’environnement, cancérigène pour les animaux, probablement pour l’Homme, perturbateur endocrinien… l’Europe a raté le coche de la santé environnementale et décide de bafouer le principe de précaution. Si la bataille pour interdire immédiatement cette molécule s’achève, France Nature Environnement reste mobilisée pour que l’agriculture se désintoxique du glyphosate.

Glyphosate

Une décision mitigée pour une réautorisation polémique

France Nature Environnement salue la position de la France au cours des âpres négociations sur la sortie du glyphosate. Malheureusement, et malgré la forte mobilisation de la société civile, le Gouvernement n’a pas réussi convaincre les 18 Etats membres qui ont voté pour le texte de la Commission européenne : une réautorisation du glyphosate pour 5 ans.

Pour Carmen Etcheverry, chargée de mission chez France Nature Environnement, « cette proposition de la Commission européenne n’apporte rien de plus qu’une simple prolongation de l’autorisation et c’est intolérable. Il n’y aura donc pas de plan d’accompagnement des agriculteurs pour sortir de leur dépendance au glyphosate. Les cinq ans s’écouleront et nous n’aurons toujours pas d’alternatives à proposer à notre agriculture ».


Pour une France pionnière de l’alternative : l’agroécologie

De très nombreux agriculteurs travaillent aujourd’hui avec des alternatives techniques viables. Il faut prendre des mesures fortes dès maintenant. Nous avons besoin de nous fixer des points intermédiaires avec des objectifs de réduction. Pour se passer de cette molécule, ce sont les principes de l’agroécologie qui devront être déployés. Pour cela, la recherche scientifique et l’accompagnement technique ont une responsabilité importante. Il est temps de mettre des moyens et des échéances en face des ambitions.

Pour Jean-Claude Bevillard, responsable des politiques agricoles de France Nature Environnement, « la sortie du glyphosate est un enjeu majeur de santé publique et de préservation de la nature. Les alternatives agronomiques existent : il s’agit de faire évoluer les modèles vers l’agroécologie. Il est hors de question de remplacer le glyphosate par une autre molécule dont la dangerosité sera prouvée dans 10 ans. Il n’y aura pas d’alternatives au glyphosate à système agricole constant ».

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Pollution lumineuse et Biodiversité

Dans Environnement, Salon & évènements par le 28 novembre 2017Pas de commentaire

Un nouveau texte réglementaire portant sur la lutte contre la pollution lumineuse est en préparation et plusieurs textes sur le sujet sont déjà entrés en vigueur. L’Association française de l’éclairage a sollicité le Muséum National d’Histoire Naturelle (UMS Patrimoine naturel, membre du Centre de ressources Trame verte et bleue) pour l’accompagner dans l’organisation d’une journée entièrement dédiée aux enjeux de la biodiversité soulevés par l’éclairage nocturne. Cette journée fournira un état des lieux des connaissances scientifiques sur le sujet ainsi que des retours d’expérience des collectivités. Alors que 80 % des nouveaux projets d’éclairage se réalisent aujourd’hui en LED, la question des LED dans la lutte contre la pollution lumineuse sera largement abordée.

Pollution-lumineuse-Biodiversite

OBJECTIFS DE LA JOURNEE

Cette journée vise à :

  • fournir collectivement l’état des connaissances et de la recherche en la matière
  • proposer une rencontre et des échanges constructifs entre tous les publics : collectivités, espaces naturels, techniciens territoriaux, institutions, professionnels de l’éclairage et écologues
  • présenter des retours d’expérience et faire émerger des solutions qui pourront être exploitées sur le terrain dans les politiques d’éclairage

PROGRAMME

  • Etat des connaissances et applicabilité dans les politiques territoriales : dernières avancées normatives et réglementaires en France et les conséquences pour les politiques territoriales, pollution lumineuse et biodiversité : problématique, état des connaissances scientifiques et panel de solutions, mesurer l’efficacité des différents modes de gestion de l’éclairage et préciser les niveaux de sensibilité de la faune, impacts de la lumière artificielle nocturne sur la pollinisation et les espèces végétales…
  • Retours d’expérience : Biotope (Métropole Européenne de Lille), CEREMA (Ile de la Réunion), Parc national des Pyrénées/Dark Sky Lab /SDE 65, groupe AFE Métropoles, groupe AFE Collectivités, Ville de Paris…
  • Téléchargez le programme complet >>


INFORMATIONS PRATIQUES

Date : 19 décembre 2017
Horaire : 8 h 15 – 17 h 15
Accueil des participants : 8 h 00
Lieu : 17 rue de l’Amiral Hamelin -75783 Paris Cedex 16

INSCRIPTIONS

Tarif adhérents : 90 € HT
Tarif non adhérents AFE : 180 € HT

Qui est l’Association française de l’éclairage (AFE) ?

Association à but non lucratif représentant la France dans les instances de normalisation nationales et internationales, l’Association française de l’éclairage (AFE) est une association dont les recommandations sont utilisées comme référence dans le Code du travail, les textes officiels et les appels d’offres.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Semaine Européenne de la Réduction des Déchets du 18 au 26 novembre

Dans A LA UNE, Alimentation, Autres Recyclages, Déchets Naturels, Durable, Emballages, Environnement, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 17 novembre 2017Pas de commentaire
SERD2016

Une des affiches de la SERD 2016

Depuis 2013, nous vous parlons de ce sujet sensible qu’est la réduction des déchets, comme l’évoquait déjà notre article Réduisons vite nos déchets, çà déborde !. A votre disposition également notre guide du recyclage pour bien trier ses déchets, qui selon nos lecteurs est une bonne source de conseils. Pour l’édition 2017 de la SERD (Semaine Européenne de la Réduction des Déchets), rendez-vous du 18 au 26 novembre un peu partout en France pour tous nous sensibiliser à la réduction des déchets et à la prise de conseils…


Semaine européenne de la réduction des déchets du 18 au 26 novembre !

Semaine européenne de la réduction des déchets du 18 au 26 novembre !L’objectif de la Semaine est de sensibiliser tout un chacun à la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et donner des clés pour agir au quotidien aussi bien à la maison, au bureau ou à l’école, en faisant ses achats ou même en bricolant. Le concept de la Semaine est basé sur la prévention des déchets c’est-à-dire avant que ce dernier ne soit produit, car le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

La prévention des déchets c’est donc agir pour ne pas produire les déchets en consommant mieux (consommation de produits peu emballés, écolabellisés), en produisant mieux (production de produits éco-conçus), en prolongeant la durée de vie des produits (réparation et don) et en jetant moins (compost par exemple) !

La Semaine s’adresse aussi bien aux administrations et collectivités, aux associations, qu’aux scolaires et au grand public. Tout le monde peut agir !

La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets inscrite dans le cadre de la campagne nationale sur la réduction des déchets, est un moment fort de mobilisation. Elle dépasse même nos frontières, la Semaine est également organisée en Europe où près de 12 000 actions ont été organisées dans plus de 27 pays.

Chaque année, lors de la Cérémonie des Trophées de la SERD, les prix sont remis aux porteurs de projet ayant mis en place les actions les plus remarquables, après sélection des primés par un jury national et européen.

Le programme

Vous pouvez consulter le programme de votre région ici >>

Voici plusieurs fiches thématiques conseils à télécharger gratuitement :

 

Mais au fait, Qu’est ce qu’un déchet ?

Consultez notre article qui donne la définition du déchet en droit de l’environnement :

On parle de déchet quand une chose n’est plus susceptible d’être (re)traitée dans des conditions techniques et économiques

 

Comment limiter le gaspillage alimentaire ?

Regardez cette vidéo postée par L’ADEM qui donne quelques conseils pour lutter contre le gaspillage alimentaire !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Contre la pollution de la plus grande nappe phréatique d’Europe

Dans Entreprise, Environnement, L'eau, Pollution par le 3 novembre 2017Pas de commentaire

Le 3 février 1997, un arrêté préfectoral autorise l’activité de stockage de déchets ultimes (mercure, arsenic, amiante, cyanure, chrome, plomb) par l’entreprise Stocamine (à Wittelsheim dans le Haut-Rhin). Le stockage était prévu pour une durée maximale de 30 ans, avec la promesse de réversibilité des déchets à tout moment. Plus de 44000 tonnes de déchets ultimes sont stockés dans les galeries souterraines d’une ancienne mine de potasse.

nappe-phreatique
Ces déchets sont stockés sous la nappe phréatique d’Alsace, la plus grande d’Europe. Celle-ci est située entre Vosges et Rhin, de Bâle à Lauterbourg. Pour sa seule partie alsacienne, elle est estimée à environ 35 milliards de m3 d’eau. Cette nappe fournit l’eau courante de millions de citoyens et sert également à l’arrosage des champs.
En 2008, le ministre de l’écologie a diligenté une mission d’expertise visant à lister les options possibles pour le site : le confinement au fond ou le déstockage (même partiel) et le déplacement des déchets vers d’autres sites de stockage agréés en France et en Allemagne.
C’est la solution d’un « déstockage partiel » des déchets considérés comme les plus dangereux (mercuriels en particulier) qui a été choisie. Le reste des déchets, qui représentent plus de 42000 tonnes, seront abandonnés sous terre lorsque le déstockage partiel sera terminé. Ce n’est désormais plus qu’une question de temps : la mine sera fermée hermétiquement par un confinement en béton d’ici à la fin 2017; les déchets ne seront plus accessibles pour un déstockage total.


8 raisons de signer la pétition et de refuser ce confinement et d’exiger le déstockage total

  1. En 1997, quand la décision a été prise de stocker des déchets, les habitants de Wittelsheim avaient reçu la promesse d’experts que ces déchets étaient réversibles, c’est à dire qu’on pourrait les retirer à tout moment. En 2004, l’amendement de l’ancien député Sordi revient sur ce principe de réversibilité. Aujourd’hui, ces mêmes experts et hommes politiques essaient de nous faire croire qu’il n’y a aucun risque de pollution. Comment peut on faire de telles promesses sur des dizaines voire des centaines d’années?
  2. Le 10 septembre 2002, un feu est apparu dans le « bloc 15″ de la décharge souterraine, censé ne contenir que des déchets ultimes incombustibles et inertes. La cause de l’incendie est une réaction survenue entre des produits phytosanitaires et des produits non-conformes à l’arrêté préfectoral. Le seul fait du dépôt de déchets non conformes interpelle et pose la question de la conformité du reste des déchets.
  3. L’incendie qui s’est déclenché dans le bloc 15 a pu rendre le travail dangereux dans ce secteur. C’est 3000 tonnes de déchets qui y sont stockés. Mais jusqu’à 8 autres blocs peuvent être vidés. Pourquoi se limiter à quelques blocs alors que pour aller chercher au compte-goutte les bigs bags de produits mercuriels, il faut manipuler des dizaines d’autres?
  4. Dans ces même blocs et dans toutes les galeries, la nature reprend ses droits. Le poids des 700 mètres de terre rebouche lentement mais sûrement les galeries. Les personnes descendues au fond ont pu voir les effets de 15 années d’attentisme. C’est maintenant qu’il faut déstocker!
  5. L’enquête publique a présenté des dizaines d’études et de documents dématérialisés, tous fournis par l’entreprise Stocamine. 10000 pages de documents techniques dématérialisés à ingurgiter en 2 mois pour se faire un avis. Seule une étude du BRGM concernant les aléas miniers n’a pas été prise en compte. Une étude qui brise toute la démonstration sur l’absence de risque de pollution de la nappe phréatique. En effet, la zone de risque d’effondrement des puits miniers de Wittelsheim a été élargie de 16 à 50 m. Si le puits venait à s’effondrer, l’eau de surface s’infiltrerait naturellement par cette zone de fragilité jusqu’à atteindre la zone polluée. De là à ce que la pollution remonte jusqu’à la nappe, il n’y a qu’un pas.
  6. Nous sommes tous concernés par ce risque de pollution. Les habitants de la plaine d’Alsace, de Wittelsheim jusqu’à Strasbourg, d’abord. Nos voisins allemands qui habitent le long du Rhin. Les riverains de Bure à qui on promet également la réversibilité. Et demain, si la porte est entrebâillée avec le stockage définitif de Wittelsheim, quelle région française est à l’abri? La vôtre peut-être?
  7. Tant qu’il y a des hommes au fond, il faut poursuivre les travaux de déstockage. L’entreprise a développé un processus industriel, dispose des moyens matériels et humain pour agir. C’est maintenant qu’il faut déstocker!
  8. A chaque étape de ce scandale, une opacité certaine régnait. Aujourd’hui encore, on ne peut pas dire avoir une pleine connaissance de ce qui se passe au fond. La CSS (Commission de Suivi du Site) de Stocamine ne s’est toujours pas rassemblée cette année. Aucune nouvelle non plus de la Commission de Suivi des Travaux. Si les études de l’enquête publique annonçaient jusqu’à 8 ans de travaux, aujourd’hui (octobre 2017), soit moins de deux ans après le début des travaux, les travaux de déstockage seraient proche de la fin. Un premier test des bouchons de confinement seraient même déjà en cours. C’est maintenant qu’il faut agir! Face aux risques de pollution de la nappe phréatique dans les années à venir, afin d’éviter un précédent, et afin d’éviter une catastrophe et un scandale sanitaire et écologique pour les générations à venir, il faut exiger aujourd’hui la poursuite du déstockage autant que faire se peut. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Guide de survie au bruit et au stress au travail

Dans Pollution par le 19 octobre 2017Pas de commentaire

A l’occasion de la 2nde Semaine de la Santé auditive au Travail du 23 au 28 octobre, un petit livre malin vient de paraître, il va nous apprendre comment mieux affronter le quotidien des nuisances sonores, de la fatigue et du stress sur son lieu de travail et comment adopter une nouvelle hygiène de santé auditive pour conserver forme et performance au travail.

Petit guide de survie au bruit et au stress au travail

Ou comment sortir indemne du quotidien de millions de français confrontés à ces nuisances néfastes pour la santé.

guide-survie-bruit-stress-ravailA l’occasion de cette nouvelle édition de la Semaine de la Santé auditive au travail, l’association JNA (Journée Nationale de l’Audition) publie un nouvel ouvrage valorisant l’hygiène de santé auditive comme élément de forme, de santé et de performance au travail. Au travers de cet ouvrage de 136 pages à paraître aux éditions Josette Lyon, l’équipe pluridisciplinaire de l’association JNA livre des solutions concrètes génératrices de forme et de dynamisme tout en apportant un meilleur équilibre personnel dans son cadre de travail.

Volontairement pragmatiques, les auteurs proposent une démarche collective volontariste s’appuyant sur la mise en place d’outils novateurs de pilotage valorisant les gains financiers obtenus au travers d’un « cycle rapide de retour sur investissement ». La méthodologie développée contribue à enrichir le dialogue social dans l’entreprise. Ainsi, chaque lecteur trouvera dans ce « Petit guide de survie au bruit et au stress au travail » une mine d’informations à appliquer pour favoriser le bien vivre et le bien vieillir au travail grâce aux bienfaits de la santé auditive.

« Les oreilles c’est la vie » comme en témoigne le Pr. André Chays – chef de service ORL et membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine qui signe le préambule de ce petit guide aussi astucieux que pratique. En prenant soin de son capital auditif et des impacts sur la santé du cerveau, il est alors possible de limiter les risques psychosociaux, les risques d’accident du travail par perte de vigilance, les risques cardio-vasculaires… explique le Dr. François Baumann, référent du Burn out en France.

Cet ouvrage JNA est réalisé dans le prolongement du programme JNA « Santé auditive : mode d’emploi pour concilier bruit, santé et performance » décliné sur le site www.sante-auditiveautravail.org et dans les brochures spécial-salariés ou spécial-dirigeants présentes dans tous les packs de prévention adressés aux acteurs de l’entreprise participant à la Semaine de la Santé
auditive au travail. Cette 2e édition de la campagne est parrainée par le Ministère des solidarités et de la santé, le Ministère du travail et labellisée Conseil National du Bruit, UN Global compact et le WHO (OMS).

Chaque jour, agir, organiser, fédérer pour une meilleure santé auditive en France

 


ajoutez cet article a votre liste de favoris