40 gestes simples pour réduire votre facture d’eau et d’électricité

Dans Chauffage, Consommation, Eaux, Eclairage, Equipement, Habitat, L'eau par le 8 janvier 2016Pas de commentaire

Un ménage français consacre, en moyenne et par an, 6,2 % de ses ressources pour se chauffer, se déplacer, s’éclairer, faire fonctionner ses appareils électroménagers et électroniques, etc. Cela vous semble peu ? Pourtant, cela correspond en moyenne à 3207€ de dépenses par foyer et par an*! (* Bilan énergétique de la France publié par le Commissariat général au développement durable, 2013).  La solution la plus efficace pour réduire ses dépenses de chauffage est d’isoler son logement. Cependant, si des travaux de rénovation ne sont pas envisageables pour le moment, quelques gestes simples peuvent vous permettre d’alléger vos factures.

RÉDUIRE SES FACTURES, C’EST POSSIBLE !

Limiter ses consommations d’énergie ne nécessite pas forcément de tout révolutionner. Le budget d’une famille ne permet pas toujours de rénover le logement pour en améliorer les performances énergétiques. Pour autant, quelques bons réflexes suffisent pour faire baisser la facture d’énergie, en toute simplicité et à moindre coût !

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-13 conseils 1

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-31 conseil 2


screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-07-00 Conseil 3

Vous pouvez télécharger gratuitement le guide complet de l’ADEM et donc de bénéficier de conseils supplémentaires bien utiles ! Ce guide donne des conseils à ceux qui sont soucieux, au jour le jour, de la qualité des conditions de vie dans leur logement et de leur incidence sur l’environnement, à ceux qui envisagent la rénovation de leur maison, ou encore à ceux qui souhaite faire bâtir leur logement. Il conseille plusieurs pistes pour qu’une maison soit saine, agréable à vivre, confortable et économe : des gestes simples qui ne remettent en cause que quelques habitudes, des investissements malins à faire de temps à autres, ou encore des grosses dépenses à planifier de longue date. Ainsi, on peut améliorer sa qualité de vie en préservant la qualité de son environnement.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Eclairage extérieur avec lampes solaires

Dans Eclairage par le 25 avril 2014Pas de commentaire
snapshot-eclairage-solaire

remerciement à ecologie-shop pour cette infographie

Comment fonctionne l’éclairage solaire ?

L’éclairage solaire fonctionne grâce aux rayons du soleil qui sont captés par des cellules photovoltaïques et qui les transforment en source de lumière. Ces systèmes disposes bien souvent d’ampoules à LED de loin plus économes en énergie que les ampoules à filaments. Les éclairages solaires sont donc dotés de panneaux solaires et d’une batterie qui permet de diffuser de la lumière une fois la nuit tombée.

Le fonctionnement d’une lampe solaire d’intérieure

Une lampe solaire d’intérieure bénéficie des équipements cités ci-dessus. Cependant, le petit panneau solaire doit être positionné à l’extérieur de l’habitation afin de récupérer les rayons du soleil. Reliée par un câble, la lampe qui se trouve dans une pièce et qui ne profite pas du soleil, pourra néanmoins éclairer de façon naturelle, tout en faisant économiser de l’électricité à son propriétaire. Ce système est très pratique dans le sens ou il évite d’avoir à tirer un long câble pour s’éclairer dans la maison, un simple trou à la perceuse suffit !

Le fonctionnement d’un spot solaire d’extérieur

Le principe est le même pour un spot solaire d’extérieur, à la différence que le panneau solaire est directement intégré dans l’élément. En profitant d’une journée ensoleillée, il se chargera donc facilement grâce à sa batterie intégrée pour offrir une douce lumière le soir venu. Les spots solaires d’extérieur résistent bien évidement à l’eau.

Il faut savoir cependant que la durée de d’éclairage dépend de l’énergie solaire emmagasinée au cours de la journée. Si le soleil n’est que peu présent ou s’il pleut, nos lampes solaires auront une faible autonomie pendant la nuit. Néanmoins, il reste un bon moyen de s’éclairer de manière naturelle et sans danger, et surtout, de faire des économies importantes sur sa facture d’électricité.

Il existe un grand nombre de modèles, variant fonctionnalités et esthétique afin de répondre à tous les besoins. Formes variés, couleurs différentes vous finirez forcément par trouver celui qui vous correspond.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’éclairage écologique pour la maison

Dans Eclairage par le 15 juin 20091 Commentaire

Les premières ampoules à incandescence ont vu le jour en 1880 ! La technologie a donc été largement rentabilisée. Par souci écologique et/ou économique, on doit passer aujourd’hui à quelque chose de nouveau car l’éclairage représente tout de même une source importante de dépense énergétique.

De nouveaux types d’ampoules, dites à basse consommation, sont arrivés depuis quelques années sur le marché, de formes, de tailles, de technologies et de puissances différentes. On retrouve donc la lampe fluocompacte, la lampe ionisante ou encore la lampe à LED. Celles-ci sont bien plus écologiques que leurs consœurs vieilles de 130 ans. Elles permettraient de réduire les émissions de CO2 de quelques 450 millions de tonnes si elles étaient utilisées de façon générale à travers le monde. Les nouvelles technologies d’éclairage consomment jusqu’à 5 fois moins et durent jusqu’à 10 fois plus que les ampoules à incandescence classiques. De plus, elles sont recyclables.

Lampes fluocompacte et à incandescence

Lampes fluocompacte et à incandescence

Ainsi, en utilisant et en recyclant les lampes « basse consommation », vous réalisez des économies d’énergie, préservez les ressources naturelles et réduisez les risques de pollution.

Afin d’accélérer le mouvement, le gouvernement français a pris des mesures, en avance sur la législation européenne, en termes d’économie sur l’éclairage. Les ampoules classiques à incandescence vont disparaître avant fin 2012 des magasins français. Celles dont la puissance dépasse les 100 watts sont introuvables depuis la fin du mois de Juin 2009.

Dans une ampoule à incandescence, seule 5% de l’énergie est transformée en lumière (la majorité de l’énergie est convertie en chaleur), contre 25% pour une ampoule à basse consommation, appelée aussi ampoule fluocompacte.


Les ampoules fluocompactes, dont la durée de vie compense le prix d’achat élevé, s’usent à l’allumage et à l’extinction. Il faut donc s’abstenir d’en installer dans des lieux de passage (couloirs, toilettes, etc.). Enfin, la lumière incolore qu’elles dégagent parfois et leur lenteur à l’allumage n’arrangent pas leur popularité.
Enfin, pensez à recycler vos ampoules pour que celles-ci ne polluent pas plus notre environnement !

Afin de vous éclairer dans votre choix, nous vous proposons un comparatif des différents types de lampes existantes.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La lampe fluocompacte

Dans Eclairage par le 15 juin 20097 Commentaires

La lampe fluorescente compacte (LFC), participant à l’éclairage écologique de nos maison, a été inventée après la crise pétrolière des années 1970, lorsque des chercheurs ont eu l’idée de replier sur lui-même un tube fluorescent. L’ampoule fluocompacte est un tube fluorescent (néon) en version miniature, torsadé. La base de l’ampoule abrite des composants électroniques qui assurent un éclairage continu, sans quoi la lampe s’éteint et s’allume 100 fois par seconde.

Lampe fluocompacte

Lampe fluocompacte

La lampe fluocompacte dispose d’une puissance lumineuse supérieure aux ampoules à incandescence classiques pour une consommation (en Watts) inférieure. A luminosité égale, ce type d’éclairage consomme jusqu’à 5 fois moins d’électricité qu’une ampoule à incandescence.
La lampe fluocompacte dispose de différentes technologies, selon le fabricant mais aussi le prix. Certaines contiennent moins de substances nocives que d’autres, l’usure peut être ralentie, le rendu des couleurs meilleur …

Afin de mieux se repérer, voici un tableau récapitulatif des équivalences de puissance :

Equivalences des puissances d'éclairage

Équivalences des puissances d'éclairage

S’éclairer grâce à des ampoules basse consommation entraîne un surcout à l’achat, mais celui-ci est amorti ensuite par la baisse des consommations d’électricité et une amélioration de la durée de vie de l’ampoule .
L’éclairage fluocompacte dispose d’une durée de vie de 6 000 h à 12 000 h en fonction de la fréquence d’allumage/extinction. En effet, ces ampoules supportent mal des allumages répétés qui altèrent sa durée de vie.

Son rendement énergétique est meilleur que celui d’une ampoule à incandescence. Cependant le rendu des couleurs n’est pas des plus agréables (lumière froide), elles ne supportent pas la présence d’un variateur et mettent un certain temps à l’allumage avant d’atteindre une capacité lumineuse maximale.

Il faut aussi porter son attention sur les substances contenues dans ces lampes. Certaines peuvent contenir du plomb ou du mercure. A quoi bon s’éclairer de façon écologique si c’est pour rejeter ensuite du mercure et du plomb dans la nature une fois arrivée en fin de vie ? Pensez donc à les recycler !
Ces lampes génèrent des champs électromagnétiques nocifs pour l’homme. Il faut donc bannir leur utilisation proche de la tête de l’individu, comme sur une table de chevet, ou de bureau

Elle est à éviter dans les pièces qui sont éclairées par intermittence comme les WC, la cave ou les couloirs (du fait d’allumages répétés). Il vaut mieux privilégier ces ampoules pour éclairer de grands volumes comme la cuisine, le salon ou le jardin, où elles sont susceptibles de rester allumées plus longtemps, compte tenu de la montée progressive en luminosité.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

La lampe ionisante

Dans Eclairage par le 15 juin 20091 Commentaire

L’homme a tendance à se sentir mieux au contact de sources naturelles, riches en ions négatifs, comme la mer, la fôret, les cascades …
Hélas, notre quotidien urbain est pauvre en ions négatifs ce qui contribue notamment aux maux de têtes parfois ressentis. Les polluants, qui sont à l’origine de cette pauvreté en ions négatifs, sont émis par les bois traités, agglomérés, contreplaqués, colles, moquettes, peintures, isolants qui contiennent des particules en suspension que l’on inhale à longueur de journée.

  • Une atmosphère sans pollution compte environ 2000 ions négatifs par cm3.
  • Une pièce fermée ou polluée aura un taux d’environ 20 ions négatifs par cm3.

Les ions négatifs sont à l’origine d’une meilleure forme physique, et cérébrale (tonus et baisse du stress), prévention de maladies infectieuses (la grippe notamment) tout ceci retarde donc, toute mesure gardée, le vieillissement. Ils revitalisent l’atmosphère, éliminent la micropollution, neutralisent l’électricité statique et réduisent les perturbations électromagnétiques.

Afin de reconstituer ce manque d’ions négatifs dans notre quotidien, certaines ampoules fluocompactes intègrent désormais un ionisateur. Celui-ci n’est pas aussi efficace qu’un vrai ionisateur, mais contribue tout de même à une meilleure qualité de l’air ambiant

Ampoule ionisante

Ampoule ionisante

Une lampe ionisante émet des électrons qui s’attachent aux particules en suspension dans l’air ceux-ci vont ensuite se déposer progressivement sur le sol. Ces particules polluantes ne sont donc plus nocives pour la santé.
Seul bémol, son prix qui est supérieur à celui d’une ampoule fluocompacte.

Au même titre que l’ampoule fluocompacte, l’ampoule ionisante se doit d’être recyclée.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

La diode électroluminescente ou LED

Dans Eclairage par le 15 juin 20091 Commentaire

Une Diode électroluminescente (DEL), communément appelées LED (Light Emitting Diode) est un composant électronique transformant l’électricité en lumière.
Aujourd’hui, la led va bien au-delà de l’éclairage du simple circuit électronique.

Ampoule à LED

Ampoule à LED

Les ampoules à LED récentes et de qualité possèdent, généralement, un rendement lumineux supérieur aux lampes fluocompactes et donc des ampoules à incandescence. Toutefois, certains dispositifs d’éclairage à base de LED sont d’une qualité dérisoire. Leur rendement lumineux n’excède parfois pas celui des ampoules à incandescence.

Il faut donc privilégier une ampoule à Led de qualité, vous assurant un confort d’utilisation optimum.

Le prix d’un achat de ce type d’éclairage est plus cher que celui des autres ampoules. Néanmoins, leur durée de vie est accrue (avec plus de 100 000 h d’utilisation pour les plus performantes) et leur consommation réduite. Voici un comparatif économique entre trois dispositifs d’éclairage pour une durée de 100.000 h.

Comparatif économique de 3 types d'éclairage

Comparatif économique de 3 types d'éclairage

L’éclairage à Led ne se voit pas altéré par des allumages/extinctions successifs comme pourrait l’être un éclairage à incandescence. De plus, ce type d’éclairage dispose d’une résistance aux chocs élevée ce qui permet de profiter de sa longue durée de vie.
Couplé à un variateur, l’éclairage à Led permet de s’ajuster aux différents moments de la journée ainsi qu’à l’envie de luminosité.

L’éclairage à Led peut être alimenté en basse tension (12v ou 24v) permettant son utilisation en lieux humides et en extérieur.

Les ampoules à Led sont préconisées pour un éclairage ponctuel comme une lampe de chevet, un spot d’éclairage, une veilleuse…

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La lampe à incandescence

Dans Eclairage par le 15 juin 2009Pas de commentaire

La lampe à incandescence est l’ampoule classique et ancestrale qui produit de la lumière en portant à incandescence un filament de tungstène, métal qui a le plus haut point de fusion (3 430 °C).

L'ampoule à incandescence

L'ampoule à incandescence

Son prix est bas, l’éclairage produit est agréable, semblable à la lumière naturelle. La variation de puissance est possible, ce qui vous permet d’adapter l’éclairage à vos besoins. Le choix de couleurs et de puissances est très large.


Hélas, son rendement lumineux est très faible (5%), le reste de l’énergie étant dissipé en chaleur. La durée de vie est très limitée aussi, aux alentours de 1000 h. Elle possède une faible résistance aux chocs. C’est donc une lampe peu rentable.

Des alternatives écologiques existent, ayant un rendement bien meilleur : l’ampoule fluocompacte, la lampe ionisante ou encore l’ampoule à LED.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La lampe halogène

Dans Eclairage par le 15 juin 2009Pas de commentaire

Le principe de la lampe halogène est le même que celui de la lampe à incandescence, mais le filament de tungstène incandescent est placé dans un tube en quartz contenant des gaz halogénés (iode et brome) à haute pression.

Ampoule de lampe halogène

Ampoule de lampe halogène

Ces gaz, nocifs et polluants, permettent notamment de chauffer le filament à une température plus élevée que l’ampoule à incandescence classique. Cette technique améliore ainsi le rendu des couleurs, plus proche de la lumière du soleil (rendement lumineux jusqu’à 30% supérieur), et augmente sa durée de vie (jusqu’à 2000 h).

La lampe à halogène n’est adaptée que dans un éclairage indirect car le flux lumineux est trop éblouissant. Il convient donc d’orienter ce flux vers le plafond, rendant la lumière plus homogène.
Plus grosse consommatrice d’énergie, du fait de puissances généralement plus élevées que les ampoules classiques, les ampoules halogènes sont donc à utiliser avec modération. On préférera multiplier des sources lumineuses différentes, rendant ainsi la luminosité plus importante, plutot que d’utiliser une lampe halogène.

Des ampoules écologiques existent et remplacent avec succès ce type d’ampoule. Elles ont un rendement bien meilleur, on peut notamment citer l’ampoule fluocompacte, la lampe ionisante ou encore l’ampoule à LED.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Adapter l’éclairage écologique aux pièces de la maison

Dans Eclairage par le 15 juin 20091 Commentaire

Étant la première pièce que vos visiteurs voient, il est primordial de créer une atmosphère chaleureuse et conviviale dans votre entrée. L’éclairage ne doit pas être agressif : des appliques, des spots orientables (avec des ampoules à Led par exemple) ou des lampes décoratives (lampe fluocompacte avec couleurs chaudes) seront agréables.

En ce qui concerne la cuisine, l’éclairage devra comporter au minimum un éclairage fonctionnel au-dessus des plans de travail et de cuisson ainsi que par exemple une lampe fluocompacte en suspension afin d’éclairer la pièce dans son ensemble.

Eclairage cuisine

Eclairage cuisine

L’éclairage dans le salon : plus complexe à organiser, l’éclairage du salon doit tenir compte des différentes activités susceptibles d’y être menées. Chaque espace de vie (coin ordinateur, coin lecture, repas …) qui le compose se voit, généralement, doté d’un éclairage d’appoint (ampoule à Led par exemple). Des sources directes (fluocompactes par exemple) peuvent être disposées de façon à compléter le dispositif afin d’harmoniser la lumière de la pièce et gommer les dernières zones d’ombre.

Dans la salle de bains et la chambre, une ambiance apaisante est plus agréable. Pour cela, évitez les tubes halogènes dont l’éclairage est sans couleur. Préférez donc une lampe aux couleurs chaudes, peu agressive. Dans certains endroits, comme au dessus des vasques dans la salle de bain ou près d’un fauteuil de lecture dans la chambre, renforcez la luminosité à l’aide de lampes à Led plus directes.

Eclairage chambre à coucher

Éclairage chambre à coucher

Enfin, dans chacune de ces pièces vous pouvez placer des lampes ionisantes afin de purifier l’air ambiant et faire une source d’éclairage supplémentaire.

N’oubliez pas, toutes ces ampoules nécessitent en fin de vie d’être recyclées ! Ne les jetez donc pas dans une poubelle classique.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Le recyclage de vos ampoules

Dans Eclairage par le 12 juin 20096 Commentaires

Comme de nombreux produits, les ampoules doivent aussi être recyclées. Certaines d’entre elles doivent obligatoirement être déposées dans des lieux de récupération adaptés à leur retraitement :

Vous ne devez pas jeter à la poubelle les tubes fluorescents (« néons »), lampes fluocompactes (« basse consommation ») et de manière générale toutes les lampes portant ce symbole :

Pictogramme "ne pas jeter dans les poubelles classiques"

Pictogramme "Ne pas jeter dans les poubelles classiques"

Afin de les faire recycler, vous devez :

  • Les déposez dans votre déchetterie
  • Les rapportez chez votre distributeur

Attention : les ampoules « classiques » à filament et halogènes ne sont pas concernées : jetez-les avec les ordures ménagères non recyclables, et surtout pas avec le verre.

Dans un premier temps, les lampes sont collectées dans un conteneur en carton. Ce conteneur doit être placé dans un local adapté, à l’abri des intempéries, car les lampes contiennent du mercure et sont considérées comme des déchets ménagers spéciaux (DMS). Récylum, l’éco-organisme agréé en charge de l’élimination des lampes usagées, vient récupérer le conteneur afin de retraiter les ampoules.
Les lampes sont ensuite acheminées vers un centre de recyclage, où elles sont triées. Les composants sont dissociés puis traités :

  • Le verre constitue l’essentiel du poids des lampes (88%). Il est recyclable en verrerie, en lieu et place du sable brut, avec un niveau de fusion inférieur. C’est le matériau de choix pour la fabrication des tubes fluorescents neufs. Il permet aussi de fabriquer des abrasifs, des céramiques…
  • Le mercure, présent en infime quantité (0,005%), est lui aussi recyclé. Une fois isolé par distillation, puis purifié, il s’utilise comme du mercure neuf. Le recyclage du mercure, toutes origines confondues, assure 40 % des besoins mondiaux de cette matière première.
  • Les métaux (5%) comme le fer, l’aluminium, le cuivre, composant notamment les contacts et culots de lampes, sont également réintégrés dans les filières de fabrication.
  • Les poudres fluorescentes (< 3%) recouvrant l’intérieur des tubes et de certaines lampes ne sont pas récupérables. Constituées de terres rares, elles sont enfouies, après extraction du mercure, dans des installations de stockage de déchets ultimes et stabilisés.
  • Par ailleurs, certains composants, tels la bakélite et les plastiques (4%), ne sont pas recyclés à ce jour. Les volumes en jeu sont insuffisants pour la mise en place d’une filière économiquement viable. Ils font souvent l’objet d’une valorisation thermique par incinération.

Ainsi, 93% des lampes usagées sont recyclées et près de 98% de leurs constituants sont valorisés.

Symbole du Recyclage

Symbole du Recyclage

ajoutez cet article a votre liste de favoris