Google c’est bien, mais LILO c’est mieux !

Dans A LA UNE, Bureautique, Communication, Entreprise, Finances & Economie par le 12 novembre 2015Commentaires fermés

Changez de moteur de recherche pour financer de belles initiatives

LiloOn ne le sait peut-être pas mais chacun de nous faisons gagner aux moteurs de recherche 30€ par an grâce aux liens commerciaux. Et comme nous sommes plus d’un milliard à les utiliser, cela fait beaucoup d’argent.
Imaginez maintenant qu’il existe un système qui permette à chaque internaute de récupérer cet argent pour financer des causes utiles.
C’est en partant de ce rêve que Clément Le Bras et Marc Haussaire, deux jeunes ingénieurs français, ont créé LILO, un nouveau moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux.

Une recherche égale une goutte d’eau

Le principe est très simple. A chaque recherche l’internaute gagne une goutte d’eau. Cette goutte d’eau représente l’argent qu’il a généré par sa recherche. Puis il choisit ensuite à quel projet il souhaite donner sa goutte d’eau. Lilo transforme ensuite toutes les gouttes d’eau en argent pour les projets !

moteur-de-recherche-solidaire

Un principe simple et transparent, allez sur : https://www.lilo.org/fr/

Le moteur est-il vraiment efficace ?

La première question qui vient à l’esprit est de savoir si ce moteur de recherche est aussi pertinent que les autres. C’est là toute l’ambition du projet Lilo : utiliser la technologie des grands moteurs de recherche afin de garantir la pertinence des résultats qui permettent d’assurer la viabilité du projet. Ceci grâce à une technologie de méta-moteur.

29 000€ collectés en quelques mois un début prometteur !

D’autres moteurs de recherche ont adopté cette stratégie qui s’est avéré payante. On peut notamment citer DuckDuck Go qui a axé sa communication sur la protection de la la vie privée. Ou encore Ecosia dont le but est de planter des arbres pour lutter contre le réchauffement climatique. Lilo se distingue de ce dernier par son approche plus généraliste avec un système de goutte d’eau innovant.

financement-lilo0

29 000€ ont déjà été collectés pour les projets soutenus par Lilo. Mais le vrai défi du moteur sera de se faire connaitre face aux géants pour avoir un vrai impact ! Mais sur internet les choses peuvent aller très vite. On connait la fulgurante ascension des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. La prochaine révolution numérique sera-t-elle sociale et environnementale ?
En tous les cas, ces deux jeunes ne manquent pas d’idée pour faire connaitre leur moteur. Clément est même allé jusqu’à présenter Lilo dans le métro !

Voir la vidéo du Pitch métro

 


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl

Dans Energies, Energies, Environnement, Ondes, Pollution par le 2 septembre 2015Commentaires fermés

Tout le monde à en mémoire la catastrophe de Tchernobyl du samedi 26 avril 1986 à 1h24, le nuage radio-actif qui s’arrête aux frontières françaises puis une gestion d’après crise catastrophique. Désormais Bouygues et Novarka participent à la réalisation d’une enceinte de confinement au-dessus du réacteur accidenté de Tchernobyl. Il devrait permettre la sécurisation du site et le démantèlement ultérieur du réacteur. Une nouvelle étape marquante de ce chantier vient d’être franchie cet été avec l’assemblage de deux parties de l’arche constituant l’enceinte de confinement…

arche-de-tchernobyl

Voici la réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl qui devrait protéger le site des radiations et permettre le démantèlement du réacteur endommagé

 Regardez le vidéo qui présente le projet

Les images de l’intervention de Green Peace sur les lieux avant tous les nouveaux travaux



En raison de ses dimensions titanesques, l’arche métallique en acier a été construite en deux parties, désormais réunies, et sera ensuite poussée sur le sarcophage du réacteur accidenté. Les prochaines étapes consisteront notamment à installer un système de ventilation innovant en vue de prévenir la corrosion de l’enceinte pendant sa durée de vie (100 ans), finir la construction d’un bâtiment technologique, futur centre de commande, ainsi qu’à équiper l’arche de grues entièrement automatisées, d’outils de démantèlement et de systèmes auxiliaires supplémentaires.

tchernobyl-info

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Ocean Climax Festival à Bordeaux du 10 au 13 Septembre 2015

Dans A LA UNE, Climat & Météto, Communication, Environnement par le 1 septembre 2015Commentaires fermés

Du 10 au 13 Septembre 2015, l’ONG Surfrider Foundation Europe (dont nous vous avions déjà parlé à l’occasion de leur journée initiative océan) présente le Ocean Climax Festival sur le site de Darwin à Bordeaux, une mobilisation citoyenne avec une ambition claire : porter la parole de l’Océan au cœur des négociations de COP21, financer les actions de l’ONG pour la protection de l’Océan et du littoral, et permettre à chacun de trouver un moyen d’agir.

A l'occasion de ses 25 ans et dans le cadre de la COP21,SURFRIDER FOUNDATION EUROPE s'associe à DARWIN ECO-SYSTEME et PLAYGROUND, en créant l'événement OCEAN CLIMAX FESTIVAL, une mobilisation sur les enjeux climatiques et la protection des océans !

A l’occasion de ses 25 ans et dans le cadre de la COP21,SURFRIDER FOUNDATION EUROPE s’associe à DARWIN ECO-SYSTEME et PLAYGROUND, en créant l’événement OCEAN CLIMAX FESTIVAL, une mobilisation sur les enjeux climatiques et la protection des océans !

SURFRIDER FOUNDATION EUROPE présente OCEAN CLIMAX FESTIVAL

Réunissant street-artists, musiciens, scientifiques, sportifs et hommes politiques dans le cadre d’un événement eco-responsable, Surfrider Foundation Europe élèvera la pétition de l’Appel de l’Océan pour le climat, porté par la « Plateforme Océan et Climat », qui sera remise aux Etats signataires de la Convention sur le Changement Climatique des nations Unies.

Pour signer la pétition, c’est par ici >>

J-70 avant l’ouverture de la conférence sur le climat

A 70 jours de l’ouverture des négociations de COP21 et au lendemain du lancement officiel de l’événement diplomatique par François Hollande, le Ocean Climax Festival devient le point-rencontre de scientifiques et élus politiques invités à se « mouiller pour les océans ».
Dans le cadre des conférences qui se dérouleront les 11 et 12 septembre prochains lors du festival, Surfrider Foundation Europe rassemblera les représentants du CNRS, de « Humanité & Biodivertsité » et « Plateforme Océan & Climat » pour une prise de parole des plus grands scientifiques français dont Hubert Reeves, Gilles Bœuf, Pierre Rosenvalon et Jean Jouzel afin d’affirmer la place centrale de la protection des océans et ecosystèmes des littoraux pour la régulation climatique.
A leurs côtés, au-delà des clivages politiques pour accueillir les représentants internationaux de l’Union Européenne Janz, Jadot et mme l’ambassadeur des Etats-Unis à Paris, Alain Juppé, Ségolène Royal, Alain Rousset, Corine Lepage ou encore Jean-Paul Delevoye se rassembleront pour prendre acte de l’importance des zones littorales face au défi de l’adaptation et de la résilience climatique.

Le programme Ocean Climax Festival

Trois sessions de prise de parole et de réflexion seront organisées au cours du Festival. Ouvert à tous et participatif, elles ont comme objectif de comprendre la spécificité du Littoral comme espace de rencontre entre l’Océan et le Climat, qui doit être impérativement préservé par l’Homme et pour lequel on doit penser et organiser des réponses politiques.

  • Session 1 : Le Littoral, une rencontre terre-océan, un creuset de vie
  • Session 2 : Climat, biodiversité et démocratie
  • Session 3 : Une réponse politique est nécessaire et possible

Un grand nombre d’invités prestigieux : Pierre Rosenvalon (Historien et sociologue), Hubert Reeves (de l’astrophysicien viendra donner son regard sur sur les enjeux Océan & Climat sur la planète), Jean Paul Delevoye (Président du Conseil Economique et Social), Corinne Lepage, Alain Juppé, Gilles Bœuf…
Mais aussi des artistes, musiciens, avec en gest Vitalic, C2C, Tiken Jah Fakoly et biens d’autres encore…

Retrouvez toute la programmation et les info pratique (y compris la billetterie) ici >>.
Vous pouvez aussi télécharger le dossier complet avec les affiches en PDF ici >>

Bon festival !


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Deux entrepreneurs toulousains en route pour New-York

Dans A LA UNE, CleanTech, Communication, Déplacements, Salon & évènements par le 31 août 20151 Commentaire

ThirtyOne Bikes est une marque de vélos électriques et mécaniques conçus et assemblés dans une usine aux pieds des Pyrénées, dans le sud-ouest de la France. Ses co-fondateurs, Christophe et Clément, sont deux passionnés et professionnels du vélo depuis près de 20 ans.

ThirtyOne Bikes une start up française dans le vélo électrique

thirty-one-bikes

Les deux entrepreneurs toulousains et créateurs de ThirtyOne Bikes en route pour New-York avec leurs vélos électrique et mécanique

Ils abordent la conception de leurs vélos comme un styliste dessine sa collection. Le vélo ThirtyOne n’est plus un simple moyen de transport, il est travaillé de sorte que la qualité soit alliée au design et à la performance. De ce fait, le vélo ThirtyOne incarne la haute couture du vélo urbain.

ThirtyOne n’est pas une marque, ThirtyOne est une solution de mobilité. Avec plus de 20 ans d’expérience, nous assemblons nos produits au design unique un à un, à la main, dans notre usine située aux pieds des Pyrénées. Jusqu’au-boutistes et intransigeants sur les détails, nous représentons la haute couture du vélo urbain.

Le cap du salon à New-York

C’est grâce à sa fabrication française et à la qualité incontestée de ses vélos que ThirtyOne a été choisi pour représenter l’excellence française lors du salon Best of France, en plein Times Square, à New York les 26 et 27 septembre 2015. Best Of France est le plus grand salon au monde dédié à la culture française. Il a lieu tous les deux ans, et 2015 incarnera sa 3e édition. En 2013, le salon avait attiré plus de 100 000 visiteurs en 2 jours ainsi que 120 exposants et sponsors.

C’est avec une grande fierté que Christophe et Clément porteront les couleurs de ThirtyOne ainsi que celles de la France à New-York. Cet événement représente un tournant majeur dans leur aventure entrepreneuriale et permettra à la petite entreprise du sud-ouest de bénéficier d’une large visibilité à l’échelle internationale.

Les jeunes start-up françaises à travers le monde

Sans nul doute, la France est un pays ou le dynamisme économique est fort. Pour exemple, toutes ces jeunes strat-up françaises qui fleurissent dans le green devloppement ou dans d’autres secteurs innovants comme la domotique et l’internet des objets (IoT). Le groupe français ALTYOR conçoit et fabrique des produits connectés très tendances, comme  la soft remote (NodOn) ou la pédale connectée. Cette jeune strat-up orléanaise a été distinguée au Janus de l’industrie, une distinction qui récompense le meilleur design au service du produit. Composée de plusieurs sociétés filiales en France et en Chine, ce jeune groupe industriel français sera présent au CES de Las Vegas en janvier 2016 pour accompagner ses clients et présenter les innovations de demain.

Vous pouvez consulter sur ce site la liste des salons aux USA et à travers le monde et ainsi suivre les jeunes start-up françaises dans leur développement international.

Faites vous connaitre !

Vous êtes une jeune start-up française dans le green ou le développement durable, envoyez nous l’url de votre site !

La page est ouverte aux commentaires et après vérification nous publierons une liste des entreprises innovantes que nous tiendrons à jour. Nul besoin d’être le patron de la société, n’importe qui peut nous soumettre un candidat à plus de visibilité gratuite sur le net ! Son url ainsi qu’une brève présentation seront publiées (si la société est bien française et dans la thématique du développement durable ou de l’innovation).


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Analyse des politiques et actions des entreprises du cac40 en faveur de la biodiversité

Dans A LA UNE, Entreprise, Finances & Economie par le 2 avril 20142 Commentaires

La biodiversité est à la base de l’ensemble de l’économie et donc du bon fonctionnement des entreprises. Le monde du vivant génère du business dont l’Homme tire des bénéfices. Cependant les ressources sont de plus en plus dégradées comme le montre le rapport du MEA & TEEB, un groupement de plus de 1300 scientifiques internationaux. Afin d’évaluer l’engagement des grandes entreprises françaises sur le sujet, B&L évolution a réalisé un référentiel de notation des politiques de biodiversité des entreprises. Ce modèle a ensuite été appliqué aux sociétés du CAC40 afin d’effectuer un classement en matière de démarches RSE des entreprises françaises en bourse. Résultats, classement, critiques et analyses dans cet article.

blabla

Résultats de l’étude menée par B&L Évolution : l’industrie agroalimentaire, les fabricants d’équipements électriques et électroniques sont les plus en avance.

Pourquoi les entreprises françaises doivent-elles investir dans une démarche RSE ?

Le monde du vivant – aujourd’hui souvent désigné par le terme biodiversité – est à la base de l’ensemble de l’économie et donc du bon fonctionnement des entreprises. Les écosystèmes produisent un grand nombre de biens et services dont nous tirons un bénéfice et qui contribuent au bien être et au développement de l’humanité.
Et pourtant, depuis des années la biodiversité s’érode sous l’impact des activités humaines et nous perdons ainsi le potentiel évolutif des écosystèmes, qui n’est autre que la capacité du monde vivant à s’adapter aux changements et à perdurer dans le temps.

c’est un peu comme si nous étions en train de résilier notre assurance vie !

Pour preuve, le MEA Millenium Ecosystem Assessment (groupement de plus de 1300 scientifiques internationaux) estime que l’érosion de la biodiversité implique une perte annuelle directe de 1% du PIB et qui serait de 7% en 2050 et que la valeur des services produits par les écosystèmes dont nous bénéficions serait  proche de la moitié du PIB mondial…

La méthode de notation des entreprises

Afin d’évaluer l’engagement des grandes entreprises françaises sur le sujet, B&L évolution a réalisé un référentiel de notation des politiques biodiversité des entreprises et l’a appliqué aux sociétés du CAC40. Il se sont basés sur le contenu des rapports extra-financiers de ces 40 entreprises, publiés en 2013. Pour cela, ils ont réalisé une grille d’analyse structurée autour de 8 thèmes :

  1. impacts sur la biodiversité,
  2. dépendances aux écosystèmes,
  3. périmètres de la démarche,
  4. formalisation de la stratégie biodiversité,
  5. outils mis en œuvre,
  6. pratiques d’innovation,
  7. législation,
  8. positionnement stratégique.

Ces thèmes sont déclinés en plus de 130 critères sur lesquels la maturité et la performance de la stratégie biodiversité sont analysées, qui permettent d’obtenir ainsi 80 critères de notation.


Résultats, les bons et les mauvais élèves

Sans surprise, on observe des disparités importantes d’une entreprise à l’autre, sur la nature de sa démarche, sa maturité, son périmètre ou encore par exemple ses résultats. Certaines ont pris une avance remarquable, comprenant l’intérêt stratégique de « gérer le risque biodiversité ». C’est notamment le cas des secteurs d’activité habituellement pointés du doigt pour leurs impacts importants sur la biodiversité comme la construction ou par exemple ayant une dépendance très directe forte comme les industries agroalimentaires.
Sur les 40 entreprises analysées, 6 ne publient pratiquement aucune information sur ce thème, déclarant que ce n’est pas un enjeu pour leur activité et un peu moins de la moitié (18/40) ont une politique biodiversité relativement formalisée.
La notion d’impact sur la biodiversité commence à être intégrée par de plus en plus d’entreprises (30 sur 40 approchent le sujet sous cet angle) alors que la notion de dépendance – en lien direct avec la gestion de risque pour une entreprise – n’est affichée que par 7 d’entre elles.

Conclusions de l’étude

Seul un quart des entreprises indique faire de la R&D sur le sujet et une sur cinq seulement mène des actions sur leur chaine de valeur.
La biodiversité, grande absente des démarches RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) il y a quelques années, commence à gagner du terrain dans le monde économique, grâce sa médiatisation et à la prise de conscience des entreprises de l’importance stratégique de cet enjeu pour leurs activités.
L’industrie agroalimentaire, les fabricants d’équipements électriques et électroniques sont les plus en avance.
Pour nous le problème principal reste que les entreprises du CAC40 n’envisagent pas la biodiversité comme un ensemble et n’évaluent pas les risques associés. La biodiversité est prise en compte dans un périmètre restreint – réduit aux contours de l’activité de l’entreprise ; elle n’est que très rarement traitée avec une approche chaîne de valeur ou cycle de vie des produits/services.

Remerciements :
Réalisation  B&L évolution (Sylvain Boucherand, Camille Bouquet, Antoine Le Gal)

 

Pour aller plus loin…

Chiffres clés de la biodiversité (Source : rapports MEA & TEEB)

  • 60 % des écosystèmes mondiaux sont dégradés
  • 20 % des récits coralliens de la planète ont disparu et + de 20% sont dégradés
  • 35% des forêts de mangrove ont disparu
  • Le prélèvement d’eau dans les fleuves, rivières et lacs a doublé depuis 1960
  • 25% de la superficie terrestre est exploitée et érodée par les cultures ou l’élevage
  • La moitié des espèces végétales et animales connues aujourd’hui pourraient avoir disparu d’ici
  • Le coût de l’érosion de la biodiversité est de 7% du PIB mondial

Téléchargez le rapport complet

Rendez-vous à cette adresse pour lire le rapport en PDF (44 pages, très explicites vous apporte toutes les réponses)


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Environnement : la carte des conflits dans le monde

Dans A LA UNE, Entreprise, Environnement par le 27 mars 20142 Commentaires

EJOLT (Environmental Justice Organisations, Liabilities and Trade) est un projet européen qui a développé une carte mondiale interactive qui recense près de mille conflits environnementaux dans le monde. Pour mettre en œuvre un tel projet, il aura fallu 23 universités et ONG de 18 pays différents et près de 3 ans de recherche !
Depuis le 19 mars, vous pouvez utiliser gratuitement (voir l’intégrer sur votre site cf code d’intégration plus bas) à des fins de recherche ou de documentation. Les conflits sont répertoriés par types : nucléaire, biodiversité, énergies fossiles, eau… et par pays, voir même par entreprises.

En utilisant le zoom vous obtenez une photo très détaillée des sites polluants en question. C’est l’occasion de vérifier si l’usine près de chez vous est bien dans le giron de l’union européenne ?!

La carte des conflits environnementaux dans le monde

ejolt_static

Seul petit reproche que nous pourrions faire, c’est qu’hergonomiquement quelques améliorations auraient pu faciliter la navigation. Cependant, on apprend qu’il y a moins de 10 projets en France qui attirent l’attention : Iter (qui est en zone sismique), le stade des lumières à Lyon, l’aéroport de Nantes (si cher à notre futur ex-premier ministre), le complexe touristique de Nice, le tunnel des Pyrénées… à vos cartes !


Tour de France des « grands projets inutiles »

Vous pouvez également jeter un œil sur une autre carte, au niveau français celle-là et qui recense tous les projets inutiles en France. 21 projets français sont pointés du doigt. Classés en 5 grands thèmes (urbanisme, énergies, infrastructures, déchets, sports), ils sont vus et répertoriés sous l’angle journalistique ; celui des journalistes Du Monde qui ont écrit sur ces sujets. Il convient donc de prendre le recul nécessaire selon votre étiquette ! Cela permet au moins de faire un rapide tour d’horizon sur le gâchis financier ou écologique dans l’hexagone.

Tour de France des "grands projets inutiles"

Tour de France des « grands projets inutiles » (Le monde)

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Une usine de méthanisation va voir le jour au ZooParc de Beauval

Dans A LA UNE, Alternatives, Animaux, Déchets Naturels, Energies, Entreprise, Environnement, Recyclage par le 18 février 2014Commentaires fermés

Autant l’annoncer clairement, la rédaction du blog n’est pas trop favorable aux zoos ! Nous pensons qu’il est préférable de favoriser une conservation au niveau local, en fabriquant dans les pays concernés, des zones protégées où les animaux peuvent évoluer en « liberté surveillée ». Malheureusement ce n’est pas toujours possible, alors les zoos sont parfois la solution pour qu’une espèce ne disparaisse pas complètement.  Le Zoo Parc de Beauval est d’ailleurs engagé sur plusieurs projets internationaux au travers de son association pour la recherche et la conservation (BEAUVAL NATURE)
Alors pourquoi faire un article sur le zoo de Beauval me direz-vous ? C’est le projet de construction d’une usine de méthanisation qui a attiré notre attention. Un projet ambitieux qui a nécessité un investissement de 2,3 millions d’euros et qui pourrait bien donner des idées à d’autres parcs dans le monde !

usine méthanisation Beauval

Voici le projet d’usine de méthanisation à Beauval tel que la société d’architecture Boitte l’a conçue

L’usine de méthanisation, un pas en faveur du développement durable

Les démarches RSE du parc de Beauval

Beauval est en train de créer la première usine au monde de méthanisation intégrée à un parc zoologique. Celle-ci s’inscrit dans un projet d’aménagement global, confortant une démarche très active en terme d’environnement. Voici quelques exemples de démarches RSE qu’il faut souligner :

Pastilles

Les différentes actions éco-responsables du zoo parc

Comment fonctionne l’usine ?

fonction-usine-methanisation

Un dessin valant mieux qu’un long discours… remarquez que l’usine produit de la chaleur mais aussi de l’électricité !

Proche de l’enceinte du Zoo Parc, elle transformera en énergie le fumier des animaux ( qui est source de méthane, un gaz haut en effet de serre) de Beauval ainsi que des déchets verts – certains issus de Beauval (dont la tonte, la taille et les feuilles de toute la végétation des 30 ha du Zoo Parc) et d’autres apportés par des agriculteurs locaux. L’énergie produite – appelée aussi biogaz - permet de produire de l’électricité mais surtout de la chaleur qui servira aux installations du parc.

Trois ans après l’initiation du projet, l’usine de méthanisation devrait ouvrir ses portes fin mars 2014, pour entamer une période de rodage de 3 mois.

Quels sont les objectifs de l’usine ?

  1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre et produire une énergie verte locale : une réduction des gaz à effet de serre estimée à hauteur de 762 tonnes de CO2/an.
  2. Diminuer le coût de l’énergie pour le Zoo Parc : la prévision table sur une réduction de 10% sur la facture totale de gaz nécessaire au chauffage du Zoo Parc.
  3. Valoriser des ressources locales : traitement biologique et valorisation énergétique et agronomique de déchets organiques locaux.

Beauval utilise actuellement du gaz naturel pour tous ses besoins thermiques. Le biogaz produit fera baisser la facture énergétique et augmentera la diversification des activités de Beauval dans la production d’électricité verte afin de diminuer l’impact carbone du Zoo Parc. Dans cette optique, il faut noter que Beauval a déjà installé en 2011, 280 m2 de panneaux solaires sur le toit de la maison des éléphants, qui produisent 40 000 kW par an. La quantité d’électricité revendue à EDF (1,9 Gigawatt) représente l’alimentation annuelle de 3 000 foyers. Pas si mal !

Recycler son portable peut aider les grands singes

Savez-vous que les téléphones portables sont fabriqués à partir de coltan. Malheureusement  pour les gorilles, 70 % de ce minerai se trouvent sur leur territoire. Le recyclage de téléphones usagés limite donc la déforestation et préserve l’habitat des grands singes. Plus de 3000 appareils ont déjà été collectés par Beauval puis recyclés ! Consultez notre article sur le sujet pour tirer le meilleur profit du recyclage de vos mobiles, grâce au comparateur de prix de recyclage.


carte_france_beauvalComment se rendre à Beauval ?

Au cœur des châteaux de la Loire, le ZooParc de Beauval se situe entre Tours et Vierzon, au sud de Blois, dans le département du Loir-et-Cher (41).
Pensez au covoiturage pour vous rendre au ZooParc, un mode de transport alternatif, une solution économique et conviviale : www.vadrouille-covoiturage.com

Consultez le site du zoo parc de Beauval >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Semaine du développement durable du 1er au 7 avril 2014

Dans A LA UNE, Communication, Salon & évènements par le 17 février 2014Commentaires fermés

semaine-developpement-durable-2014

Depuis plusieurs années, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie organise un rendez-vous en faveur de la Semaine du développement durable, du 1er au 7 avril 2014. Nous vous avions parlé de l’édition 2010, mais cette année la thématique est : « consommer autrement« . Au-delà de cette thématique annuelle, l’appel à projets est ouvert à tous les champs du développement durable. Quels types de manifestations organiser ? Pourquoi et comment s’inscrire ? Quels sont les critères de sélection ? Explications…

Qui peut s’inscrire ?

Collectivités, associations, entreprises, administrations, établissements d’enseignement, centres de recherches, établissement publics, musées, fondations, organismes de gestion, etc.

Quels sont les objectifs ?

  • Sensibiliser aux enjeux du développement durable
  • Apporter des solutions concrètes pour agir
  • Inciter à l’adoption de comportements responsables

Pour qui organiser un événement ?

Grand public, jeunes, professionnels, public interne, scolaires, collectivités, experts.

Quelles sont les thématiques ?

L’appel à projets est ouvert à tous les champs du développement durable :
consommation, biodiversité, climat, déchets, eau, emplois verts/formations, énergie, habitat, loisirs, mer/littoral, RSE, sports, tourisme, transports, urbanisme, jardinage, etc.

Quels types de manifestations organiser ?

Action pédagogique, conférence, concours, exposition, sortie, village associatif, visite, festival, marché, portes ouvertes, projection de film, sport, etc.

Pourquoi s’inscrire ?

Vous bénéficiez d’une visibilité nationale. Inscrivez-vous ici >>


C’est l’occasion idéale de présenter vos actions ou manifestations en faveur du développement durable. Le site référence chacune de vos manifestations ! Les internautes peuvent alors, en un simple clic, prendre connaissance et participer aux projets que vous avez enregistrés. Vous bénéficiez aussi des relations presse conduites par le ministère pour cette opération.

Quels sont les critères de sélection ?

Organiser une ou plusieurs action(s), pendant un ou plusieurs jour(s) du 1er au 7 avril…

  • en faveur du développement durable…
  • à but non lucratif.

BfECI6JCcAAGWTm.png largeComment m’inscrire ?

Je remplis le formulaire en ligne sur le site
Je reçois automatiquement un premier mail de prise en compte de mon inscription. Mon événement sera ensuite soumis à la validation de l’équipe Semaine du Développement Durable avant sa mise en ligne.
Je reçois un second mail, dans un délai de 15 jours environ, soit de validation, soit de demande de précisions, soit de refus.
Une fois le projet validé, j’ai la possibilité de modifier/préciser certaines informations en cliquant sur le lien vers ma fiche événement, communiqué dans le mail de validation. Attention, mon événement n’apparaîtra plus sur le site internet jusqu’à nouvelle validation, dans un délai de 15 jours environ.

Jusqu’à quand m’inscrire ?

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 avril 2014. Cependant, plus vous vous inscrivez tôt, plus vous bénéficierez de visibilité dans le programme officiel des manifestations, publié sur ce site. Vous aurez toujours la possibilité de compléter/modifier votre événement une fois celui-ci validé, via le lien communiqué dans le mail de validation.

Contacts

Mail : semainedudeveloppementdurable@developpement-durable.gouv.fr
Tél : 01 40 81 68 03 ou  01 40 81 78 43

L’exemple des cafés Malongo


Prix Entreprises Environnement 2013: MALONGO… par developpement-durable

La vidéo de Rainforest à l’occasion de la semaine du développement durable

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Choisir un appareil de chauffage écologique et économique !

Dans Bois, Chauffage, Communication, Energies par le 29 janvier 20141 Commentaire

C’est l’hiver et vous adorez plus que tout rester sous votre couette. Non pas par fainéantise, mais parce que la température intérieure de votre maison ne dépasse pas les 18 degrés ! Mauvaise isolation, chauffage au fioul, simple vitrage… votre logement cumule les mauvais points. Heureusement nous allons vous faire découvrir la technologie du poêle à granule, un système de chauffage hyper calorifique qui permet de se chauffer de façon écologique et économique !!

Les aides fiscales pour la rénovation énergétique en 2014

Sachez tout d’abord que si vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique dans votre logement,  le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont annoncé deux points clés pour financer les travaux de rénovation énergétique  en 2014 :

  • une baisse de la TVA de 10% à 5% et
  • des aides supplémentaires aux ménages pour 2014

Examinez bien votre situation, il y a forcément une aide fiscale qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation !

Les granulés et les poêles à granules

Le granulé ou pellet se compose essentiellement de bois (sciure et copeaux de bois). Sous réserve que les prélèvements forestiers restent inférieurs à l’accroissement de la forêt, le bois est considéré comme une énergie renouvelable, largement sous exploitée, selon l’Office Nationale des Forêts.  La production des granulés pourrait participer à la valorisation des forêts françaises.

3 fois plus volumineux mais presque 2 fois moins cher que le fioul, les granulés sont particulièrement adaptés aux maisons individuelles. Le prix moyen est de 250 à 350€/tonne, ramenant donc ces granulés à un coût proche de celui des bûches classiques. Ceux qui bénéficient de la norme NF sont à  privilégier en priorité.

Quel bilan carbone pour les poêles et les chaudières à bois ?

Je vous invite à découvrir les résultats de notre étude du bilan carbone des différentes sources d’énergie, les prix revient par KW/h et les grammages de CO2 rejetés. Nous allons essayer d’actualiser les données en CO2 avec Supra, en espérant que ce dernier jouera un plus la transparence que ne l’avait fait à l’époque Wanders. Donc même si nous ne pouvons pas répondre sur l’aspect émission de CO2, on peut dire que se chauffer au bois est économiquement très intéressant par rapport à d’autres modes de chauffage.

Comment choisir une chaudière adaptée à mon logement ?

Difficile quand on est novice de choisir la bonne technologie, le bon produit et faire en sorte que cela convienne à mon logement. Alors que faire ?  Choisir seul ou faire confiance à un vendeur ?
La société Alsacienne SUPRA (fabriquant de Poêles à granulés, cheminées et inserts) à trouvé la solution.

Elle met gratuitement à disposition des particuliers, l’outil ‘bien choisir son poêle’. Ce simulateur en ligne que nous avons testé, vous pose un ensemble de questions sur votre logement (taille, date de construction, superficie, rénovation, etc.) et vous calcule au final la puissance énergétique que votre appareil doit fournir. Ensuite, il vous propose une sélection personnalisé des produits correspondants à votre besoin.

Sélectionnez votre type de logement

Sélectionnez votre type de logement

Une sélection de produits adaptés à votre situation vous est proposée

Une sélection de produits adaptés à votre situation vous est proposée


10217_logo
SUPRA
est une société française qui regroupe plus de 200 collaborateurs sur son site de production de 31 000 m², situé à Obernai. Son usine est dotée d’un outillage perfectionné, qui combiné à une structure industrielle et des collaborateurs qualifiés permet la production d’une large gamme de produits.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

9ème édition du festival du film sur le développement durable

Dans A LA UNE, Communication, Durable, Environnement, Les eaux grises, Sports & loisirs par le 13 janvier 2014Commentaires fermés

Pour la 9ème édition du festival international du film sur le développement durable et afin de donner un nouveau souffle à son festival Écofilm, la municipalité a décidé cette année de s’adresser en priorité aux enfants. Un des temps forts du festival sera sans doute la journée consacrée au gaspillage alimentaire : une animation cuisine mobile ouverte à tous sera organisée par Dreux-Agglomération et la banque alimentaire. Le festival international du film de développement durable se déroulera du 21 au 25 janvier à l’espace multifonctions de Vernouillet. Entrée gratuite. Renseignement au 02.37.62.80.79.

Présentation du festival international : ECOFILM

9ème édition du festival du film sur le développement durable

9ème édition du festival du film sur le développement durable

Parmi les 1 700 films que compte le festival Écofilm l’un d’entre eux est tourné dans l’Himalaya. Dans un village reculé du Népal, à plusieurs heures de marche de la route la plus proche. Ce reportage suit le travail d’une ONG qui vient pour combattre la déforestation. Très vite cette association s’aperçoit que, pour gagner la confiance de la population, elle doit d’abord amener l’eau potable, évacuer les eaux usées, construire des latrines pour améliorer l’état de santé de la population. Ils distribuent des moyens de contraception et des kits pour que les femmes accouchent dans de bonne condition… Ensuite l’ONG construit des écoles, maternelles, élémentaires, organisent des cours du soir pour les adultes. Un potager offre de nouveaux plants pour renforcer un spectre alimentaire plus large que celui de l’alimentation traditionnelle plutôt fruste. Des micro-crédits sont proposés… Chaque nouvelle action est discutée avec les villageois.

Thierry Maous, le directeur du festival écofilm explique :  » Quand je projette ce film dans un collège, je demande aux élèves de classer en trois colonnes chacune des interventions de cette ONG : environnement, économie et social. Pour cette dernière, je précise qu’elle contient le droit à la santé, à l’éducation, à la démocratie… Les élèves sont étonnés de voir que c’est dans cette colonne que s’inscrivent la plupart des actions nécessaires au bien-être de la population. C’est ainsi que le reboisement et la protection de la nature s’imposent naturellement aux villageois. Lors de l’échange qui suit la projection, les collégiens sont encore plus surpris de découvrir que ces besoins fondamentaux d’accès à l’eau, à la santé, à l’éducation, au crédit et à la démocratie soient partagés par tous sur notre planète… »

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Une nouvelle bourse pour la levée de valeurs socialement responsables

Dans Dépenses, Finances & Economie par le 10 janvier 2014Commentaires fermés
Une démarche RSE ?

Une démarche RSE ?

SINIG est un projet de plateforme indépendante de création originale basée à Montreuil. Elle a élaboré un protocole nommé « LAKULA », sorte de bourse de levée de valeurs socialement responsables.  Le coté original du projet réside dans la manière de lever des fonds  pour les entreprises : il suffit de jouer à « Never Love Alone », un jeu « intelligent » et « socialement engagé »  Intégralement conçu par SINIG, ce jeu met en scène une fillette qui doit se sortir d’un environnement hostile dans laquelle elle est plongée.

En quoi consiste LAKULA ?

LAKULA est une Bourse de Levée de Valeurs Socialement Responsables. En clair, c’est comme une bourse où au lieu d’y lever des fonds on y lève des Valeurs Socialement Responsables.

Comment fonctionne LAKULA ?

Nous avons imaginé le jeu Never Love Alone par lequel les ival (Leveurs de Valeurs) passeront pour accéder à la Bourse. Le principe de la levée de valeurs est le suivant : sur le site seront répertoriées des structures (entreprises, associations, fondations, ONG) produisant un bien, un service, un produit, un procédé médical, industriel, une loi, un décret, un règlement) dont tout le monde peut bénéficier sans que le processus de sa fabrication/élaboration ait un impacte négatif sur l’environnement et la collectivité.
Ce seront les ival (leveurs de valeurs) qui choisiront parmi une liste de structures présentées (ils peuvent aussi en proposer) celles qui feront leur entrée à la Bourse. Un clic pour une structure. Toute structure qui atteindra le nombre de clics requis fera son entrée à la bourse. Les entrées en bourse se feront dans des lieux choisis par les structures admises. SINIG se chargera de la cérémonie d’entrée.

Le jeu Never Love ALone

Le principe est le suivant : une jeune fille aveugle et unijambiste est plongée dans un univers hostile : agrégat de notre monde soumis à la pollution, à la dégradation de l’environnement, aux guerres, aux tensions sociales, …) doit retrouver son chien pour ensemble aller visiter les merveilles de notre monde (agrégats de belles inventions, de belles découvertes & œuvres d’ici bas…). L’ival devra l’aider à y accéder.
Les auteurs promettent que la narration du jeu changera tous les ans.

De la part de notre équipe, bonne chance à ce projet novateur !


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Elles ont posé nues pour dire non au chalutage de fond

Dans A LA UNE, Animaux, Communication, Environnement, L'eau par le 9 décembre 20132 Commentaires

Gillian Anderson, Aure Atika, Barbara Cabrita… mais aussi des hommes comme Jean-Marc Barr sont passés devant l’objectif de Denis Rouve pour en finir avec le chalutage profond, une technique de pêche désastreuse pour les fonds marins. Pourquoi poser nu avec des poissons ? Juste pour tirer la sonnette d’alarme, et c’est déjà pas mal !  Il fallait oser…

Depuis 2009, l’association Fishlove milite pour la préservation des fonds marins avec des opérations spéciales qui savent attirent l’attention. D’autres célébrités, comme l’acteur Ben Kingsley et Lizzie Jagger, avaient elles aussi participé à ces shootings dénonçant la surpêche, En cette fin d’année 2013, Fishlove revient avec un autre combat, contre le chalutage profond.

Comme le montre la dessinatrice Pénélope Bagieu à travers son infographie, le chalutage profond est une technique de pêche – subventionnée – qui a la particularité de détruire les fonds marins. Pour l’association Bloom et pour Fishlove, il faut agir.
Une pétition est donc en ligne, avec un objectif de 800 000 signatures pour attirer l’attention des politiques européens.

Des images à retrouver ci dessous ou dans le diaporama de Voici.


ajoutez cet article a votre liste de favoris