Comment économiser 334 kg de CO2 sur un transport de conteneurs ?

Dans Clean tech, Communication, Déplacements, Déplacements, Entreprise, Environnement par le 19 mai 2016Pas de commentaire

Comment ça marche ?

Pour aider les entreprises à réduire leur empreinte carbone, l’opérateur de transport combiné de conteneurs Contargo met à leur disposition un outil gratuit disponible sur son site web : le système d’information IMTIS qui compare les émissions de carbone du transport de conteneurs selon le mode de transport utilisé. Il permet aux entreprises d’évaluer leur empreinte carbone avant le transport et de choisir la combinaison la plus économe en CO2.

screenshot-www.datapressepremium.com 2016-05-19 16-35-14

Lors de la conférence sur le climat à Paris, il a été décidé de contenir le réchauffement de la planète en dessous de deux degrés d’ici 2100. Pour atteindre cet objectif, les pays européens doivent réduire leurs émissions de CO2 de 40 % avant 2030.

Ce système calcule les émissions de CO2 d’un transport combiné de conteneur en prenant en compte, non seulement le bilan carbone du transport, mais aussi celui des opérations de manutention sur le terminal intérieur. Il permet aussi de calculer la durée et la distance totale du transport combiné.

Un exemple de simulaion

Preuve par l’exemple avec l’infographie ci dessus qui montre très clairement les différences d’émissions de CO2 entre un transport par camion, en combiné rail-route ou en combiné fluvial. Pour le transport d’un conteneur maritime entre Wörth-Karlsruhe (Allemagne) et le port maritime de Rotterdam (Pays-Bas), le transport combiné fluvial permet d’économiser 334 kg de CO2 par rapport à un transport tout camion.

On peut regretter que ce système soit réservé aux seuls clients de Contargo… faire des économies oui mais que pour vos clients, allons un peu de bon sens !


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Affaires volkswagen, renault… il y a bien des façons de tricher

Dans Déplacements, Entreprise, Environnement par le 23 janvier 2016Pas de commentaire

Quelques mois après Volkswagen, c’est Renault qui se trouve désormais dans la tourmente pour triche sur les tests d’homologations. Seulement, ce fléau touche un panel bien plus large de constructeurs automobiles. Membre de la « Commission Royal » sur les tests des véhicules, France Nature Environnement et le Réseau Action Climat plaident pour des solutions structurelles. Les explications de France Nature Environnement (la porte-parole d´un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer.)

Renault programme co2
Les Renault Captur et Espace sur la sellette pour des dépassements de normes de CO2 et de NOx

Tricheries aux tests : un problème généralisé

Nos ONG dénoncent depuis longtemps les failles du système d’homologation. En effet, un nombre élevé de véhicules en circulation en France émettent en réalité bien plus de CO2 et d’oxydes d’azote (NOx) qu’en conditions de tests. Il faut dire qu’en laboratoire, ces conditions sont de plus en plus éloignées de la réalité.
Et les constructeurs automobiles préfèrent se cacher derrière des tests d’homologation ineffectifs plutôt que de respecter les normes. Face aux écarts importants constatés sur leurs véhicules, Opel, Ford et Mercedes vont ainsi être prochainement auditionnés par la Commission Royal.

Innocuité des tests : l’exemple des véhicules Renault

Sur banc d’essai, la technique de dépollution de la marque est idéale mais dans des conditions de circulation réelles, elle est clairement moins efficace. En effet, ce système ne fonctionne que 25% du temps environ, lorsque la température extérieure est entre 17 et 35 degrés. Pourtant, la température moyenne en France est aux alentours de 12°C. De plus, 40 % des trajets quotidiens parcourus en voiture font moins de 2 km[1], le moteur est donc froid et ne réchauffe pas l’air ambiant qui est régulièrement en dessous de 17 degrés.

Rappel de 15 000 véhicules Renault : si la solution existe, pourquoi attendre le scandale pour changer ?

Pour expliquer ce fonctionnement limité du système de dépollution de ses véhicules, Renault invoque le manque de fiabilité du moteur. Or ce mardi 19 janvier, la marque a proposé de corriger ce problème sur les véhicules Euro 6, ce qui implique que les moyens technologiques sont d’ores et déjà disponibles pour respecter les niveaux d’émissions fixés par les normes. Alors, pourquoi ne pas en avoir équipé les véhicules dès leur fabrication?
Fraude ou pas fraude,il est encore trop tôt pour le dire, mais ce scandale n’a que trop duré. Il est temps que les citoyens soient informés de manière fiable sur les émissions et la consommation réelle de leur véhicule et que les normes fassent loi.

Trois mesures pour rendre plus fiables les tests d’homologation

Afin de réviser le système de test, France Nature Environnement et le Réseau Action Climat militent pour  :

  1. La mise en œuvre des tests en conditions réelles de conduite doit intervenir au plus tard en 2017 en Europe.
  2. L’abandon des « marges de tolérance ». En octobre 2015, les Etats membres et la Commission européenne ont accordé des « marges de tolérance » aux constructeurs automobiles sur les émissions limites de pollutions. Nous voulons que cette mesure soit annulée et que les normes soient respectées.
  3. La mise en place d’un nouveau dispositif européen de surveillance. Celui-ci doit pouvoir superviser de manière indépendante le système d’homologation, effectuer des tests supplémentaires sur les véhicules présents sur le marché européen et sanctionner les agences de certifications ainsi que les constructeurs automobiles en cas de non-respect de la norme. Une mesure qui garantit   l’indépendance des tests mais permettrait également de dissuader ces abus.

La commission Royal attend les prochains résultats des tests de l’organisme d’homologation (l’UTAC) mais aussi la rencontre des autres constructeurs dont les véhicules montrent des écarts importants d’émissions (Opel, Mercedes et Ford).

Pollution de l’air, question majeure de santé publique : 145 morts prématurées en France chaque jour

Ce fléau s’avère être une problème d’intérêt général. Chaque jour, la pollution de l’air tue prématurément 145 personnes en France[2] et les véhicules diesel en sont en partie responsables. Face à cette question majeure de santé publique et afin d’agir contre les changements climatiques, la mise en œuvre de normes incontestables sur les émissions de polluants et de CO2 des voitures est un impératif urgent. Les tests d’homologations doivent évoluer rapidement et les normes affichées doivent être respectées.

Le programme environnement de Renault

Que doit-on croire ? Vont-ils vraiment réduire de 3%/an comme annoncé dans la vidéo ? Peut-on faire confiance aux chiffres annoncés ..? La justice tranchera

Voir la page de Renault dédiée à l’environnement >>

[1] Observatoire de la mobilité, 2014. http://www.utp.fr/images/stories/utp/UTP_Observatoire_de_la_Mobilit%C3%A9_2014.pdf
[2] En 2013, 3 polluants ont été responsables d’au moins 52 200 décès prématurés en France : 43 000 dus aux particules fines PM2,5 – 7 700 au dioxyde d’azote – 1 500 dus à l’ozone. http://www.eea.europa.eu/publications/air-quality-in-europe-2015

ajoutez cet article a votre liste de favoris

40 gestes simples pour réduire votre facture d’eau et d’électricité

Dans Chauffage, Consommation, Eaux, Eclairage, Equipement, Habitat, L'eau par le 8 janvier 2016Pas de commentaire

Un ménage français consacre, en moyenne et par an, 6,2 % de ses ressources pour se chauffer, se déplacer, s’éclairer, faire fonctionner ses appareils électroménagers et électroniques, etc. Cela vous semble peu ? Pourtant, cela correspond en moyenne à 3207€ de dépenses par foyer et par an*! (* Bilan énergétique de la France publié par le Commissariat général au développement durable, 2013).  La solution la plus efficace pour réduire ses dépenses de chauffage est d’isoler son logement. Cependant, si des travaux de rénovation ne sont pas envisageables pour le moment, quelques gestes simples peuvent vous permettre d’alléger vos factures.

RÉDUIRE SES FACTURES, C’EST POSSIBLE !

Limiter ses consommations d’énergie ne nécessite pas forcément de tout révolutionner. Le budget d’une famille ne permet pas toujours de rénover le logement pour en améliorer les performances énergétiques. Pour autant, quelques bons réflexes suffisent pour faire baisser la facture d’énergie, en toute simplicité et à moindre coût !

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-13 conseils 1

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-31 conseil 2


screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-07-00 Conseil 3

Vous pouvez télécharger gratuitement le guide complet de l’ADEM et donc de bénéficier de conseils supplémentaires bien utiles ! Ce guide donne des conseils à ceux qui sont soucieux, au jour le jour, de la qualité des conditions de vie dans leur logement et de leur incidence sur l’environnement, à ceux qui envisagent la rénovation de leur maison, ou encore à ceux qui souhaite faire bâtir leur logement. Il conseille plusieurs pistes pour qu’une maison soit saine, agréable à vivre, confortable et économe : des gestes simples qui ne remettent en cause que quelques habitudes, des investissements malins à faire de temps à autres, ou encore des grosses dépenses à planifier de longue date. Ainsi, on peut améliorer sa qualité de vie en préservant la qualité de son environnement.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

The Ocean Cleanup, un projet qui devient réalité après une levée de 2 Millions !

Dans Clean tech, Environnement, L'eau, Pollution par le 25 novembre 2015Pas de commentaire

Vous vous souvenez du jeune Boyan Slat qui avait pour projet de nettoyer les Océans ? Après le succès de l’opération de crowdfunding qui a permis de récolter plus de 2 Million de Dollars, le projet Ocean CleanUp est désormais bien lancé avec une grande expédition en cours et un projet-pilote en préparation au Japon. Voici la vidéo qui explique le projet en détail, (en version sous titrée en français).

La « Mega Expedition » de Ocean Cleanup rassemble une trentaine de bateaux partis début août d’Hawaii pour rejoindre Los Angeles. Il s’agit des participants à la Transpac 2015 qui venaient d’effectuer le chemin inverse pour cette grande course à la voile. A l’aller déjà, entre L.A. et Honolulu, les skippers avaient dû composer avec de nombreux macro-déchets qui constituaient des obstacles sur leur route.

Le but du partenariat entre la Transpac et The Ocean Cleanup est de parcourir à plusieurs dizaines de bateaux le Pacifique au sein du gyre océanique suptropical du Pacifique Nord constituant le « continent plastique ». Derrière la bateau Ocean Starr, ils collecteront un maximum de données sur l’ampleur de la pollution plastique dans la zone pour aider Ocean Cleanup à calibrer sa future station de dépollution en plein océan.

ocean-cleanup-Tsushima-652x367

Le dispositif flottant sert à intercepter les déchets avant qu’ils ne touchent les côte

En fixant des barrages flottants sans mailles, il espère capter les plastiques qui flottent en surface, et qui représenteraient 7.250.000.000 de kilos de plastiques (soit le poids de 1000 Tour Eiffel). Son système préserverait les animaux marins qui ne pourraient pas se retrouver piégés, et il réfléchit à comment préserver au mieux le plancton si précieux pour l’équilibre des océans.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Google c’est bien, mais LILO c’est mieux !

Dans A LA UNE, Bureautique, Communication, Entreprise, Finances & Economie par le 12 novembre 2015Pas de commentaire

Changez de moteur de recherche pour financer de belles initiatives

LiloOn ne le sait peut-être pas mais chacun de nous faisons gagner aux moteurs de recherche 30€ par an grâce aux liens commerciaux. Et comme nous sommes plus d’un milliard à les utiliser, cela fait beaucoup d’argent.
Imaginez maintenant qu’il existe un système qui permette à chaque internaute de récupérer cet argent pour financer des causes utiles.
C’est en partant de ce rêve que Clément Le Bras et Marc Haussaire, deux jeunes ingénieurs français, ont créé LILO, un nouveau moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux.

Une recherche égale une goutte d’eau

Le principe est très simple. A chaque recherche l’internaute gagne une goutte d’eau. Cette goutte d’eau représente l’argent qu’il a généré par sa recherche. Puis il choisit ensuite à quel projet il souhaite donner sa goutte d’eau. Lilo transforme ensuite toutes les gouttes d’eau en argent pour les projets !

moteur-de-recherche-solidaire

Un principe simple et transparent, allez sur : http://www.uselilo.org/fr/

Le moteur est-il vraiment efficace ?

La première question qui vient à l’esprit est de savoir si ce moteur de recherche est aussi pertinent que les autres. C’est là toute l’ambition du projet Lilo : utiliser la technologie des grands moteurs de recherche afin de garantir la pertinence des résultats qui permettent d’assurer la viabilité du projet. Ceci grâce à une technologie de méta-moteur.

29 000€ collectés en quelques mois un début prometteur !

D’autres moteurs de recherche ont adopté cette stratégie qui s’est avéré payante. On peut notamment citer DuckDuck Go qui a axé sa communication sur la protection de la la vie privée. Ou encore Ecosia dont le but est de planter des arbres pour lutter contre le réchauffement climatique. Lilo se distingue de ce dernier par son approche plus généraliste avec un système de goutte d’eau innovant.

financement-lilo0

29 000€ ont déjà été collectés pour les projets soutenus par Lilo. Mais le vrai défi du moteur sera de se faire connaitre face aux géants pour avoir un vrai impact ! Mais sur internet les choses peuvent aller très vite. On connait la fulgurante ascension des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. La prochaine révolution numérique sera-t-elle sociale et environnementale ?
En tous les cas, ces deux jeunes ne manquent pas d’idée pour faire connaitre leur moteur. Clément est même allé jusqu’à présenter Lilo dans le métro !

Voir la vidéo du Pitch métro

 


 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Eco-conception web, les 115 bonnes pratiques (ouvrage)

Dans Bureautique, Clean tech, Fossiles, Pollution par le 2 septembre 2015Pas de commentaire
eco-conception-pour-le-web

Disponnible aux editions http://www.editions-eyrolles.com/

L’empreinte écologique des sites web explose depuis quelques années. Essentiellement parce qu’ils sont mal conçus. En témoigne le poids des pages web multiplié par 6 entre 2008 et 2015. Heureusement, appliquée au web, la démarche d’éco-conception réduit significativement ces impacts et le coût des sites, tout en augmentant leur performance et donc la satisfaction des utilisateurs.

Très concret, ce livre aide à éco-concevoir son site, ou son service en ligne, au travers de 115 bonnes pratiques à appliquer à chaque étape du cycle de vie : conception, réalisation, exploitation. Chacune d’elles a été mise au point et validée par des experts reconnus.

La démarche d’éco-conception appliquée au web réduit significativement son impact environnemental et le coût de fabrication d’un site

Par exemple savez vous que plus vos pages seront lourdes et moins souvent son robot passera sur votre site ? Vous me direz qu’est ce qu’un robot Google ! L’expert SEO, Ivan Todoroff, nous explique que le robot ou crawler est l’outil qui permet à votre site d’être indexer dans la base de recherche. Si les pages de votre site n’existent pas pour Google, vous n’avez aucune chance de sortir dans les moteurs de recherche pour un terme clé. En réduisant significativement le poids de vos pages, vous contribuez à améliorer votre référencement naturel.

Toutes les parties prenantes de l’écosystème du numérique responsable soutiennent ce référentiel : Ademe, représentants des entreprises utilisatrices (Club Green IT et Cigref), représentants de la profession (Association Française des Editeurs de Logiciels/Afdel et Alliance Green IT /Agit), etc.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Deux entrepreneurs toulousains en route pour New-York

Dans A LA UNE, Clean tech, Communication, Déplacements, Salon & évènements par le 31 août 20151 Commentaire

ThirtyOne Bikes est une marque de vélos électriques et mécaniques conçus et assemblés dans une usine aux pieds des Pyrénées, dans le sud-ouest de la France. Ses co-fondateurs, Christophe et Clément, sont deux passionnés et professionnels du vélo depuis près de 20 ans.

ThirtyOne Bikes une start up française dans le vélo électrique

thirty-one-bikes

Les deux entrepreneurs toulousains et créateurs de ThirtyOne Bikes en route pour New-York avec leurs vélos électrique et mécanique

Ils abordent la conception de leurs vélos comme un styliste dessine sa collection. Le vélo ThirtyOne n’est plus un simple moyen de transport, il est travaillé de sorte que la qualité soit alliée au design et à la performance. De ce fait, le vélo ThirtyOne incarne la haute couture du vélo urbain.

ThirtyOne n’est pas une marque, ThirtyOne est une solution de mobilité. Avec plus de 20 ans d’expérience, nous assemblons nos produits au design unique un à un, à la main, dans notre usine située aux pieds des Pyrénées. Jusqu’au-boutistes et intransigeants sur les détails, nous représentons la haute couture du vélo urbain.

Le cap du salon à New-York

C’est grâce à sa fabrication française et à la qualité incontestée de ses vélos que ThirtyOne a été choisi pour représenter l’excellence française lors du salon Best of France, en plein Times Square, à New York les 26 et 27 septembre 2015. Best Of France est le plus grand salon au monde dédié à la culture française. Il a lieu tous les deux ans, et 2015 incarnera sa 3e édition. En 2013, le salon avait attiré plus de 100 000 visiteurs en 2 jours ainsi que 120 exposants et sponsors.

C’est avec une grande fierté que Christophe et Clément porteront les couleurs de ThirtyOne ainsi que celles de la France à New-York. Cet événement représente un tournant majeur dans leur aventure entrepreneuriale et permettra à la petite entreprise du sud-ouest de bénéficier d’une large visibilité à l’échelle internationale.

Les jeunes start-up françaises à travers le monde

Sans nul doute, la France est un pays ou le dynamisme économique est fort. Pour exemple, toutes ces jeunes strat-up françaises qui fleurissent dans le green devloppement ou dans d’autres secteurs innovants comme la domotique et l’internet des objets (IoT). Le groupe français ALTYOR conçoit et fabrique des produits connectés très tendances, comme  la soft remote (NodOn) ou la pédale connectée. Cette jeune strat-up orléanaise a été distinguée au Janus de l’industrie, une distinction qui récompense le meilleur design au service du produit. Composée de plusieurs sociétés filiales en France et en Chine, ce jeune groupe industriel français sera présent au CES de Las Vegas en janvier 2016 pour accompagner ses clients et présenter les innovations de demain.

Vous pouvez consulter sur ce site la liste des salons aux USA et à travers le monde et ainsi suivre les jeunes start-up françaises dans leur développement international.

Faites vous connaitre !

Vous êtes une jeune start-up française dans le green ou le développement durable, envoyez nous l’url de votre site !

La page est ouverte aux commentaires et après vérification nous publierons une liste des entreprises innovantes que nous tiendrons à jour. Nul besoin d’être le patron de la société, n’importe qui peut nous soumettre un candidat à plus de visibilité gratuite sur le net ! Son url ainsi qu’une brève présentation seront publiées (si la société est bien française et dans la thématique du développement durable ou de l’innovation).


ajoutez cet article a votre liste de favoris

La brique terre cuite consolide sa position dans le logement

Dans Habitat, Matériaux & Construction par le 8 octobre 2014Pas de commentaire

A peine un an après l’application de la RT2012, et dans un contexte national de baisse générale d’activité de la construction, l’étude menée par Bati Etudes pour la FFTB confirme que la brique terre cuite poursuit sa progression en parts de marchés :

brique terre cuite

brique terre cuite

 

  • En maison individuelle : la brique terre cuite passe de 36% de parts de marché en 2010 à plus de 40% en 2013 (40,2% exactement)
  • En logement collectif : la brique terre cuite passe de moins de 9% de parts de marché en 2010 (8,6%)  à plus de 20% en 2013 (20,6%).

Au total, en 2013, un logement sur 3 est en brique terre cuite, alors qu’en 2010, il y en avait seulement 1 sur 4, soit une progression de 30%.


En volume, la brique accuse cependant le coup de la récession de logements construits en France : 1,720 million de tonnes de briques de mur utilisées en 2013 au lieu de 1,850 million de tonnes de briques de mur utilisées en 2012.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La Maison qui déménage ! Un projet pilote contre le mal-logement.

Dans Habitat, Maison par le 19 juin 2014Pas de commentaire

Habitat et Humanisme Ile-de-France agit pour le logement de personnes en difficulté. Outil spécifique d’insertion, le logement temporaire accompagné donne au locataire le temps de retrouver un équilibre avant de pouvoir accéder à un logement social définitif.

la-maison-qui-demenage

Qu’est ce que le logement temporaire accompagné ?

model-la-maison-qui-demenageHabitat et Humanisme loge des personnes de manière temporaire, pourquoi ne pas les loger dans une maison elle-même temporaire ?
Les collectivités disposent souvent de terrains libres temporairement du fait de diverses procédures en cours. La Maison qui déménage étant démontable, ces terrains peuvent être utilisés par Habitat et Humanisme pour faire du logement temporaire. A l’automne 2014, Habitat et Humanisme installera la première Maison sur un terrain à Jouy-en-Josas (Yvelines) et accompagnera une nouvelle famille.
La Maison peut-être une solution rapide de logement pour des familles en difficulté. Conçue pour 4 personnes, elle peut accueillir un couple et 2 enfants. Sa compacité est un atout pour diminuer le loyer ; la maison sera ainsi louée environ 7€ du m².

Du 21 mai au 19 juillet,Venez découvrir La Maison qui déménage à La Villette, face au jardin du Dragon.

La Maison est ouverte les dimanches de 15h à 17h (15, 22, 29 juin et 6 juillet)
Plus d’animations sur www.habitat-humanisme.org/ile-de-france/programme-des-animations

Description du logement familiale

La maison est un habitat :

  • En bois de 40 m2, constitué d’éléments modulaires
  • Écologique et économique, démontable-remontable et limitant l’empreinte environnementale
  • Adaptés à l’habitat temporaire et mobile : Entièrement construite en France et favorisant les circuits courts dans le choix des produits, La Maison qui déménage allie performance économique et respect de l’environnement. Elle répond aux normes (RT 2012, handicap…) selon l’usage.

 

Le montage financier :

Aujourd’hui, Habitat et Humanisme a fait appel à différents financeurs privés et publics pour démarrer le projet, elle a aussi lancé une collecte sur Kiss Kiss Bank Bank pour compléter le budget.
L’exposition de la première maison à la Villette permet à Habitat et Humanisme de présenter son projet aux collectivités et aux partenaires potentiels. Le but est de les convaincre du potentiel du projet et de les encourager à le financer ; mais aussi de trouver des opportunités de terrains (privés ou publics) où installer les futures maisons.

Qui sont Habitat et Humanisme ?

Habitat et Humanisme agit depuis près de 30 ans en faveur des mal-logés. Couvrant 66 départements en France, elle permet aux familles et personnes seules en difficulté, d’accéder à un logement décent à faible loyer, et de bénéficier d’un accompagnement favorisant une véritable insertion.

Qu’est ce que la SCOP Univers & Conseils

La SCOP Univers & Conseils développe un projet d’écoconstruction dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Elle conçoit et distribue une gamme innovante de logements ou d’extensions en bois intitulée « Univers à vivre ». Ces « Univers à vivre » sont modulables et évolutifs,
démontables et nomades, sans empreinte sur le terrain et l’environnement. Leurs éléments préfabriqués sont éco-conçus et entièrement recyclables.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’éco-conception, une pratique rentable pour les entreprises !

Dans Clean tech par le 28 mars 2014Pas de commentaire

cycle_de_vieL’éco-conception constitue aujourd’hui un axe majeur de prévention ou de réduction à la source des impacts environnementaux car elle considère toutes les étapes du cycle de vie d’un produit (fabrication – distribution – utilisation – valorisation finale).
Intégrée de plus en plus dans les pratiques et outils des concepteurs, l’éco-conception valorise l’innovation et la créativité des entrepreneurs.

Mais une question fondamentale subsiste : « l’éco-conception est-elle rentable ? ».

C’est pour répondre à cette interrogation, que le pôle éco-conception en France et l’institut de développement de produits au Québec ont mené en 2013, avec de nombreux soutiens dont celui de l’Adem, une grande enquête auprès de 119 entreprises françaises, québécoises et européennes*.

Une étude internationale prouver la profitabilité de l’éco-conception

L’étude confirme que l’éco-conception est une solution « gagnant-gagnant » à la fois pour l’économie et l’environnement, sans impact négatif sur la rentabilité des entreprises.

En effet, cette démarche permet non seulement de réduire significativement les coûts de production et d’enregistrer des effets positifs sur les profits, mais également de réduire les impacts des produits sur l’environnement. Elle peut également générer des retombées positives autres que financières, et devenir ainsi un avantage concurrentiel non négligeable.

Les principaux enseignements de cette étude montrent que :

  • plus la taille de l’entreprise est petite, plus ses chances de rentabiliser ses actions d’éco-conception sont élevées,
  • pour 45% des répondants, l’éco-conception a un effet positif sur les profits de l’entreprise,
  • la marge bénéficiaire des produits éco conçus est supérieure à celle des produits conventionnels,
  • il est fondamental que le dirigeant de l’entreprise soit convaincu de l’intérêt de la démarche pour garantir son succès,
  • pour une grande majorité d’entreprises, la démarche d’éco-conception a généré de multiples retombées positives : amélioration de l’image ou de la notoriété (86% des répondants), augmentation de la motivation ou de la fierté des employés, meilleure relation avec les clients, ou encore une plus grande capacité à développer de nouveaux produits.

Les résultats complets de cette étude seront présentés lors du 3ème colloque national « éco-conception, la fin de l’ère des pionniers, le début de la maturité » organisé par le pôle éco-conception, l’Adem et la CCI Saint-Étienne Montbrison, le jeudi 17 avril à la cité du design de Saint-Étienne.


3ème colloque national « éco-conception, la fin de l’ère des pionniers, le début de la maturité »

L’objectif de cet événement est de promouvoir et diffuser auprès des entreprises les meilleures pratiques et méthodes en développement de produits ou de services intégrant l’éco-conception, de partager des retours d’expériences en France et à l’international et de favoriser les échanges et le transfert de connaissances.

index

http://www.eco-conception.fr

Le colloque s’adresse aux entreprises de toutes tailles, aux dirigeants, aux professionnels du marketing, des achats, de la qualité, de la production, de l’environnement, de la recherche et du développement, du design, aux responsables de collectivités et aux bureaux d’études.

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris