Des vélos libre-service sponsorisés par la pub !

Dans Déplacements par le 3 septembre 2018Pas de commentaire

En matière de déplacement écologique, les vélos libre-service sont un bon exemple pour la circulation en ville. À Rennes et à de La Baule les vélos libre-service sont désormais sponsorisés par la publicité grâce à l’appui financier du Groupe Giboire.

velos-en-libre-service

Les vélos en libre-service, un marché très concurrentiel

Alors que JC Decaux, Kéolis et Transdev, les leaders français et mondiaux des vélos en libre-service sont parvenus à installer leurs solutions dans la plupart des grandes métropoles ces dix dernières années, et notamment à Rennes, Nantes, Toulouse, Lyon, Bordeaux,… les start-ups chinoises ont bousculé les codes en 1 an seulement, en inventant les vélos libre-service sans borne et en réalisant des levée de fonds faramineuses leur donnant les moyens de déployer à très grande échelle leurs solutions légères et low-cost, même en l’absence de modèle économique pérenne. Ajoutez à cela le coup d’éclat de Smoove qui emporte le marché parisien face à Decaux puis peine sérieusement à honorer sa promesse, les vélos chinois balancés dans la Seine, la Garonne ou mis en décharge sur les trottoirs, l’arrêt du rêve de Gobee.bike, ou encore l’arrivée des trottinettes électriques libre-service de la société Lime en même temps que l’annonce de l’arrêt d’Autolib à Paris, et c’est tout le marché de la mobilité urbaine qui se trouve face à un besoin immédiat de rationalisation. Entre l’avenir prometteur de l’économie du partage et la bulle économique biaisée par la concurrence mondiale, la sélection naturelle par « le marché » n’est plus si naturelle en cette période. Face à de tels enjeux, la start-up Ecovélo ne tremble pas à l’idée de jouer dans la cour des grands, elle a de beaux atouts à faire valoir, et des partenaires sérieux qui l’accompagnent.

Écovélo, une start-up médiatique

Face à l’arrivée des nouveaux modèles économiques chinois qui déploient des milliers vélos à perte dans les grandes métropoles, la contre-offensive française s’organise en créant des alliances avec les Annonceurs pour réduire le coût des vélos « avec borne » et ainsi conserver leur préférence auprès des villes.
C’est une première en France, à Rennes : le Groupe Giboire vient de s’engager à cofinancer les Vélos STAR libre-service de Rennes jusqu’en 2021 en contrepartie d’un espace de communication à l’arrière du vélo. Déjà engagés auprès de la ville de Rennes depuis 2017, cet acteur majeur de l’immobilier dans l’Ouest est passé par la start-up Écovélo pour créer les conditions de son implication dans le monde du vélo libre-service. Une approche RSE qui ne fait que débuter puisque le Groupe Giboire est aussi à l’initiative du sponsoring des vélos libre-service électriques de La Baule, déployés depuis le mois de juin dernier dans la deuxième station balnéaire préférée des français.

vélo libre-service nouvelle génération

le vélo libre-service de nouvelle génération accessible sans minimum de commande.

A l’heure où la mobilité douce est un enjeu économique et social majeur, pour aujourd’hui et pour l’avenir, la création de partenariats publics-privés de ce type pourrait permettre aux acteurs de français de conserver leur place de leaders mondiaux des vélos en libre-service. La start-up médiatique Écovélo, spécialisée sur les vélos libre-service et la communication sur vélos, se félicite de cette démarche et anticipe une mutation profonde des modèles économiques associés au vélo-partage d’ici quelques années.

650 vélos STAR sponsorisés à Rennes, un coup de pouce pour le sauvetage du service

ecovelo-passIls étaient 900 vélos en début d’année, ils ne sont plus que 650 depuis le 1er septembre 2018. Les vélos libre-service de Rennes, ville pionnière de ce système de vélo-partage, ont bien failli disparaitre. Trop couteux, vétustes, mal utilisés… Kéolis Rennes, l’opérateur Transport en charge du service, a dû batailler pour sauver les vélos STAR. Au final, en rationalisant les stations, et renouvelant l’intégralité du parc avec des vélos neufs plus maniables et en réduisant un peu leur nombre, le projet devenait presque acceptable pour la Ville de Rennes. En intégrant ensuite une ligne de revenus publicitaires, l’équation devenait viable. Et c’est le Groupe Giboire, présent sur Rennes depuis plus de 95 ans et engagé dans une démarche co- responsable, qui a proposé l’offre la plus appréciée :

  • 3 ans d’engagement et de recettes associées
  • 1 visuel bleu, comme les vélos, sur les pare-boue arrière
  • Une participation à la mobilité collective en favorisant les visites de biens immobiliers à vélo ou en bus
  • Un jeu concours pour faire gagner un vélo électrique (à retrouver en ce moment même sur www.giboire.com)
  • Autopartage de véhicules électriques dans sa flotte de véhicules de services

Discrète mais très active, à l’initiative de ce partenariat, la start-up Écovélo montre à qui en doutait que la publicité et le vélo font bon ménage dès lors que les partenaires engagés ont une vision saine de la RSE et se mette avant tout au service de la petite reine.

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Bonjour, je suis l'administrateur du site www.acteurdurable.org et vous souhaite une bonne visite sur notre blog ! Je remercie tous les experts qui nous ont fourni des données précieuses afin de vous aider à mieux appréhender le développement durable. Si vous avez un savoir-faire, une expertise ou l'envie de participer, contactez-moi.

Pas de commentaire

Répondre