Plan de relance, quel est le bilan des financements publics dans la décarbonation de l’industrie ?

Dans A LA UNE, Finances & Economie par le 24 septembre 2021Pas de commentaire
Plan de relance, quel est le bilan des financements publics dans la décarbonation de l'industrie ?

Dans un contexte de crise économique et de hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement s’est attelé à la décarbonisation de l’industrie. Cela passe par des financements publics, qui ont eu des résultats positifs. La présentation de ce plan permettra de montrer comment il fonctionne et quels avantages il offre à l’économie française.

Présentation du plan de relance décarbonation ou décarbonisation

Le gouvernement a mis en place de nouvelles incitations pour soutenir les entreprises qui investissent dans l’utilisation de sources de chaleur moins émettrices de CO2, comme l’industrie utilisant la technique de la biomasse ou des biogaz. L’aide s’appelle France Relance et provient d’un fonds créé par l’argent du Fonds Chaleur plutôt que de taxes sur l’énergie ou les bénéfices de l’industrie comme la plupart des autres types d’aides.

134 Milliard d’€ pour décarboner l’industrie française…

Lire ou télécharger le rapport complet “Les grands économiques de la France”

Le 3 septembre 2020, le ministre de l’économie a présenté le plan “France Relance” pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 et assurer une reprise économique durable. Le plan d’investissement “France Relance” comprend trois priorités : la transition écologique (30 milliards d’euros), la compétitivité et l’innovation (34 milliards d’euros), la cohésion sociale par l’investissement territorial dans le programme de 36 milliards d’euros annoncé l’année dernière par le président de la république Emmanuel Macron.

France Relance, un programme d’investissement doté de 60 milliards d’euros versés par la France avec 26 milliards de la Caisse des Dépôts. Ainsi que 40 milliards d’euros qui sont versés dans le cadre du plan de relance européen afin d’atteindre un objectif total de retour à l’activité avant 2022 !

60 milliards d’euros investi par la France et 40 milliards dans le cadre du plan de relance…

Plus d’infos sur le Plans de relance économique Next Generation EU

Le plan prévoit également près de 390 milliards d’euros de subventions d’ici à 2023, répartis entre les États membres en fonction de leur population. L’argent est assorti de lignes directrices concernant les conditions d’éligibilité de chaque pays, qui sont jugées en fonction de la taille de son économie (ou de son produit intérieur brut), de son taux de chômage avant le début de la pandémie et de l’impact qu’elle aura sur ces deux chiffres. La France et l’Allemagne devraient tirer leur épingle du jeu…

L’Ademe dresse un bilan du Plan de Relance

L’Agence de la transition écologique (Ademe) a dressé le bilan de ses financements dans le cadre du Plan de Relance. Les deux tiers (66%), soit 134 millions d’euros, sont allés à des projets de décarbonisation de l’industrie jusqu’à présent et ce n’est qu’une première étape qui se poursuit et s’accélère jusqu’en 2022 !

Le Plan de Relance est en cours d’exécution et il nécessitera le soutien de l’Ademe. Le PDG de l’Agence estime que ce premier bilan était une étape nécessaire pour les aider à préparer une voie efficace. Il souligne que les émissions de CO2 n’ont diminué que de 10 % depuis 1990 sans que des changements significatifs aient été apportés. Aider les entreprises à devenir plus efficaces sur le plan énergétique devrait certainement jouer un rôle (ainsi que les énergies renouvelables) si nous voulons que ces chiffres diminuent encore plus !

Comment ce plan s’articule-t-il avec le plan “France 2030” ?

L’objectif du plan est d’étendre, au-delà de 2022, les aides qui ont été particulièrement efficaces et de permettre à la France d’atteindre la décarbonation de son industrie d’ici 2030, malgré les difficultés économiques rencontrées actuellement.

Secteur après secteur, le pays est passé par trois phases de relance. La première est une phase défensive qui consiste à soutenir les industries particulièrement touchées, comme l’aéronautique et l’industrie automobile, afin de les revitaliser. La seconde est une approche offensive qui comprend des transformations avec une mise en place de guichets, comme celui pour l’industrie du futur – cela inclut des augmentations de budget prévu par l’Etat. La troisième et dernière phase sera basée sur l’innovation qui permettra de réduire les émissions de carbone tout en augmentant la productivité et dessineront un avenir plus durable de l’industrie ; cela devrait se poursuivre comme prévu en 2023 et 2024.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Rédacteur Web et passionné de l'univers du Digital, j'ai ces dernières années décidé de participer activement à la démocratisation de la philosophie du Développement Durable en France. Engagé dans plusieurs ONG (reforestation, humanitaire) j'offre du temps et je prête ma modeste plume pour rédiger des articles d'actualité sur l'écologie, l'environnement et les green technologies. Être un des auteurs de la rédaction du blog ActeurDurable.org est pour moi une fierté. Je profite de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement tous les spécialistes que je sollicite très régulièrement dans le cadre de mes recherches et lors de la préparation des dossiers thématiques !

Pas de commentaire

Répondre