Capter les émissions de CO2 des camions sera bientôt possible

Dans A LA UNE, Energies par le 13 janvier 2020Commentaires fermés sur Capter les émissions de CO2 des camions sera bientôt possible
Captation de CO2, un espoir du côté des camions !

Des chercheurs suisses ont breveté un concept qui permet de réduire 90% des émissions de CO2 des camions. Une fois transformé, il pourrait même être réutilisé comme carburant. Avec la destruction des forêts à travers le monde, l’acidification des océans entrainant le blanchiment des coraux, la captation de CO2 est un enjeu prioritaire !

Réduire drastiquement les émissions de CO2 des poids lourds !

Leur solution pourrait bien non seulement réduire drastiquement les émissions de CO2 des poids lourds mais aussi créer du carburant renouvelable. Des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse ont breveté un nouveau concept. Il consiste à capturer le CO2 à même le pot d’échappement, puis de le transformer et de le stocker sous forme liquide à bord du véhicule. Le liquide pourrait, dans un deuxième temps, être transformé en carburant, en utilisant des sources d’énergie renouvelables. Des travaux réalisés en collaboration avec la Faculté des sciences et techniques de l’ingénieur et publiés dans la revue spécialisée Frontiers in energy research.

Le système étudié intègre un système d’adsorption à variation de température pour la capture du CO2 avec un système de turbocompresseur pour compresser et liquéfier le CO2 capté en utilisant la chaleur perdue des gaz d’échappement du moteur.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fenrg.2019.00143/full

Capturer le CO2 et le faire passer de l’état gazeux

Principal défi : “réussir à capturer le CO2 et à le faire passer de l’état gazeux à l’état liquide. Pour cela, les émissions du véhicule sont récupérées à même le pot d’échappement, puis refroidies. L’eau est alors séparée du gaz. “Pour isoler le CO2 des autres gaz (azote et oxygène), on passe par un système d’adsorption à température modulée (lorsque des molécules se fixent sur une surface solide depuis une phase gazeuse, liquide ou une solution solide, ndlr), en utilisant des matériaux adsorbants à base de metal–organic frameworks (MOFs), conçus spécialement pour absorber le CO2. Une fois saturé en CO2, ce matériau est chauffé, de sorte à extraire du CO2 pur. Des turbocompresseurs à haute vitesse développés par le Laboratoire de Jürg Schiffmann à EPFL Neuchâtel utilisent la chaleur du moteur pour comprimer le CO2 et le rendre liquide”, explique l’EPFL dans un communiqué.

Parmi les défis de la transition énergétique, la réduction des émissions de CO 2 du secteur des transports est l’une des plus difficiles.

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/transports/une-capsule-pour-capturer-90-des-emissions-de-c02-et-les-recycler-en-carburant_140183

Une cabine au dessus du conducteur

Tout se passe au-dessus de la cabine du conducteur, dans une grande capsule aux dimensions de 2 mètres x 0,9 mètres x 1,2 mètres. Une installation qui ne risque de pas de ralentir le poids-lourd puisque la capsule ne devrait pas représenter plus de 7% de la charge utile (c’est-à-dire la charge de ce qui est transporté et non celle du véhicule lui-même). Le liquide est ensuite stocké dans un réservoir et pourra être transformé en carburant dans une station spécifique qui utilise de l’électricité verte.

“Il suffira que le camion le dépose au moment de faire le plein”, explique François Maréchal, le chercheur qui a dirigé l’étude, qui précise que “le processus en lui-même est peu énergivore, grâce à l’optimisation de toutes les étapes”. Un camion qui consomme 1 kilo de carburant conventionnel devrait produire 3 kilos de CO2 liquide, la transformation s’effectuant sans pénalité énergétique selon les travaux publiés par l’EPFL. “Les 10% des émissions de CO2 non-recyclables pourraient être compensés en utilisant la biomasse”, une source d’énergie renouvelable qui dépend du cycle de la matière vivante végétale et animale, comme le bois ou le compost. L’étude n’explique pas exactement comment.

FlexFuel rend les moteurs moins polluants

 L’année 2018 fut cruciale pour le financement de la jeune startup : après l’entrée dans son capital d’un fonds d’investissement chinois en janvier, FlexFuel a levé 3 millions d’euros, la somme nécessaire pour accélérer l’expansion de l’entreprise en Europe. 


La technologie développée par FlexFuel permet de réduire la consommation de carburant et l’émission de particules. Cette solution qui dépollue les moteurs des voitures a été installée dans quelque 43.000 véhicules. De plus Flex Fuel Energy Development a conçu une station de décalaminage et de nettoyage moteur par injection d’hydrogène dédiée au Poids Lourd et au moteur industriel jusqu’à 16 litres de cylindrées


Nos Conseils associés

Consultez également la liste des labels écologiques officiels privés et publics ou des labels de qualité pour les énergies renouvelables (logement et construction…)

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Rédacteur Web et passionné de l'univers du Digital, j'ai ces dernières années décidé de participer activement à la démocratisation de la philosophie du Développement Durable en France. Engagé dans plusieurs ONG (reforestation, humanitaire) j'offre du temps et je prête ma modeste plume pour la rédiger des articles d'actualité sur l'écologie, l'environnement et les green technologies. Être un des auteurs de la rédaction du blog ActeurDurable.org est pour moi une fierté. Je profite de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement tous les spécialistes que je sollicite très régulièrement dans le cadre de mes recherches et lors de la préparation des dossiers spéciaux !

Les commentaires ne sont pas autorisés.