Les ressources marines de l’Europe sont épuisées pour 2019 !

Dans Alimentation, Environnement par le 11 juillet 2019Pas de commentaire

L’Union européenne a atteint le 4 juillet son « jour de dépendance du poisson ». Cela signifie que le continent a théoriquement consommé toutes ses ressources en poisson pour l’année 2019 et dépend des importations pour répondre à la demande, rapporte le WWF sur la base d’un rapport de l’organisation New Economics Foundation. Un citoyen européen mange en moyenne 22,7 kilos de poisson chaque année, explique l’ONG WWF. C’est beaucoup plus que ce qui est pêché chaque année dans les eaux territoriales des pays européens et que ce qui est produit par l’aquaculture. Près de la moitié du poisson consommé en Europe est ainsi importé d’un Etat tiers.

guide-wwf

Entre les pays de l’Union européenne, le « jour de dépendance du poisson » varie cependant fortement. Les pays les plus éloignés de la mer sont ceux qui recourent le plus aux importations. La Belgique, qui ne possède qu’une petite flotte de bateaux de pêche, n’est autosuffisante qu’à 14%. Son jour de dépendance tombe donc déjà le 22 février. En revanche, l’Estonie, l’Irlande, la Croatie et les Pays-Bas sont autosuffisants.

Un avenir sans poissons dans les océans ni dans nos assiettes ?

Au niveau mondial, nous mangeons en moyenne 19 kg de poisson par an. C’est environ deux fois plus qu’il y a 50 ans. Et nous sommes également deux fois plus nombreux. La demande mondiale de poisson continue d’augmenter et pour la satisfaire, nous pêchons plus de poissons que les océans ne peuvent en produire.

L’organisation WWF demande de lutter davantage contre la surpêche pour restaurer les stocks de poisson, ce qui permettrait d’augmenter l’autosuffisance de l’Union européenne. Elle rappelle aussi aux consommateurs de toujours privilégier le poisson issu d’une pêche durable. Nous vous invitons à consulter le site spécifique consacré aux océans et aux produits de la mer

Combattre la surpêche, on a besoin de votre aide !

Dans une économie globalisée, nos choix de consommation peuvent avoir des conséquences à l’échelle de la planète. Opter pour telle ou telle espèce de poisson peut avoir un impact considérable sur des stocks de poisson et des personnes pourtant éloignés de nous. La surpêche, nécessaire pour continuer à satisfaire la demande énorme de poisson, de crustacés et de coquillages, est un problème sérieux et les autorités collaborent avec le secteur de la pêche pour tenter de le résoudre. En attendant, vous ne devez pas renoncer complètement à manger du poisson. Mais vous pouvez faire en sorte de n’acheter que du poisson, des crustacés et des coquillages pêchés ou élevés de manière responsable. Les pêcheries durables prennent en compte la santé des stocks et le bien-être des êtres humains qui dépendent de la pêche.

Voici quelques conseils !

  • ACHETEZ DU POISSON, DES CRUSTACÉS ET DES COQUILLAGES PORTANT UN LABEL DE DURABILITÉ

Cherchez le label MSC ou ASC, qui indique que votre poisson provient d’une pêcherie ou d’un élevage durable et certifié.

  • NE MANGEZ PAS DE JEUNES POISSONS

Tant qu’un poisson n’a pas atteint une certaine taille, il n’est pas parvenu à maturité et n’a pas eu la possibilité de se reproduire. Demandez à votre poissonnier de vérifier que vous n’achetez que du poisson adulte. De cette manière, vous faites en sorte que les stocks de poisson aient la possibilité de se rétablir de la pêche.

Découvrez comment vous pouvez faire encore plus la différence >>

 

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Bonjour, je suis le directeur de la rédaction du site www.acteurdurable.org et je vous souhaite une bonne visite sur notre blog ! Je remercie tous les experts qui nous ont fourni des données précieuses afin de vous aider à mieux appréhender les sujets pointus dans le développement durable, notamment en matière de nouvelles technologies sur les énergies renouvelables. Si vous avez un savoir-faire, une expertise ou l'envie de participer, contactez-nous !

Pas de commentaire

Répondre