L’activité « Grand Eolien »

Dans Éolienne par le 25 mai 2009Pas de commentaire

L’éolien dans le Monde

Eoliennes

Eoliennes

L’énergie éolienne a poursuivi, en 2008 encore, sa « success story » mondiale en tant que source d’énergie la plus dynamique. Depuis 2005, l’ensemble des installations éoliennes a plus que doublé. Le chiffre d’affaire mondial du secteur éolien s’élève en 2008 à 40 milliards d’euros.
Les États-Unis et la Chine sont les nouveaux leaders du secteur et représentent 50.8% des ventes d’éoliennes en 2008.
On estime que l’énergie éolienne sera capable de contribuer en 2020 à au moins 12% de la consommation électrique mondiale. Une capacité globale d’au moins 1 500 000 MW peut être attendue pour 2020.

Répartition au niveau continental

En termes de répartition continentale, l’extension peut être vue ainsi : de manière générale, le foyer du secteur éolien se déplace de l’Europe vers l’Asie et l’Amérique du Nord. La part totale de l’Europe est tombée de 65.5% en 2006 à 61% en 2007 puis 54.6% en 2008.

Il y a seulement 4 ans, l’Europe dominait le marché mondial avec 70.7% des nouvelles capacités. En 2008, le continent a perdu cette position et, pour la première fois, l’Europe (32.8%), l’Amérique du Nord (32.6%) et l’Asie (31.5%) présentent des parts de marché comparables pour les nouvelles capacités.

Cependant, l’Europe reste le premier continent producteur alors que l’Amérique du Nord et l’Asie accroissent rapidement leurs parts de marché.

L’Europe de l’énergie éolienne

L’Europe a perdu sa position dominante mais conserve la position de leader en termes d’installations totales, avec 66 160MW en 2008 contre 23 000MW en 2002.
Le tableau ci-dessous montre l’évolution, année par année, du potentiel de production éolien de l’Europe sur les 8 dernières années et les prévisions jusqu’à 2012.

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Les pays les plus avancés dans le domaine demeurent l’Allemagne (22 GW), l’Espagne (15 GW) et le Danemark (3.1 GW). La France a atteint en 2007 la 5ème position européenne avec un potentiel de 2.4 GW (à seulement 270 MW de l’Italie, 4ème et bien moins dynamique).

L’éolien en France

La France bénéficie d’un gisement éolien important, le deuxième en Europe, après les Îles britanniques.
En effet le territoire français dispose d’un relief exceptionnel pour l’exploitation de l’énergie éolienne. Bordé par les montagnes ou par la mer, c’est un territoire propice à l’utilisation de cette énergie renouvelable grâce à la constance des vents dans plusieurs régions de France.
Les zones régulièrement et fortement ventées se situent sur la façade ouest du pays, de la Vendée au Pas-de-Calais, en vallée du Rhône et sur la côte languedocienne. Les régimes des vents sont différents dans ces trois secteurs, ce qui les rend complémentaires les uns des autres.

Vitesse du vent en France

Vitesse du vent en France

Etat des lieux

Entre 2007 et 2008, l’augmentation de la puissance du parc éolien représente près de 1000 MW (+37 %), soit un total de puissance installée de 3400 MW. A noter que la production des centrales nucléaires, quand à elle, baisse très légèrement (-0,1%) par rapport à 2007.
En 5 ans, la production d’électricité issue de l’énergie du vent a été multipliée par 14.
En ce début 2009, la puissance totale installée sur le territoire français, s’élève à 3 404 Mégawatts pour 2350 éoliennes. Cette énergie fait vivre 7 000 employés en France, et permet d’éviter le rejet de 1,65 million de tonnes de CO2 en 2008.
La France est aujourd’hui au 3ème rang européen en termes de marché annuel et 5ème en termes de puissance installée.

Perspectives du marché éolien en France

Malgré ces « résultats positifs », il existe un vrai décalage entre les objectifs volontaristes de l’état, 17 000 MW à l’horizon de 2015 et 25 000 MW en 2020, soit 10 % de la consommation française, contre environ 3 500 MW actuellement.
Pour atteindre les premiers objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement (puissance installée fin 2012 : 11 500 MW), il faudra installer environ chaque année 2 000 MW en moyenne, alors que 950 MW ont été installés en 2008.
Cela s’explique en partie par le phénomène contestataire face à l’éolien, spécifique à la France, et à des procédures administratives parmi les plus lourdes en Europe et dans le monde. Le lobby nucléaire étant une des principales raisons de notre faible engagement dans cette énergie renouvelable, donc propre.
La part de l’éolien dans la production électrique nationale est encore faible (5,6 TWh en 2008, soit un peu plus de 1 %).

Records éoliens :

  • En Novembre 2008, l’énergie maximale produite sur une journée a atteint 46 GWh.
  • Encore en Novembre 2008, un maximum instantané de production a été atteint avec une puissance de 2255 MW, ce qui correspond à un facteur de charge (énergie produite rapportée à la puissance installée) de plus de 70%.

Afin de mieux situer ces chiffres pas toujours explicites, sur l’année 2008, le facteur de charge mensuel est resté très variable, de 10% à 37%, pour une valeur moyenne sur l’année de 23%.

La grande variabilité des rendements est liée, par nature, à l’intermittence des conditions de vent.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Bonjour, je suis l'administrateur du site www.acteurdurable.org et vous souhaite une bonne visite sur notre blog ! Je remercie tous les experts qui nous ont fourni des données précieuses afin de vous aider à mieux appréhender le développement durable. Si vous avez un savoir-faire, une expertise ou l'envie de participer, contactez-moi.

Pas de commentaire

Répondre