Disparition des coraux, un rapport alarmant de la royal Society

Dans Biodiversité, Environnement par le 23 octobre 2020Pas de commentaire

Depuis le milieu des années 1990, le corail de la Grande Barrière de Corail a diminué de plus de 50%. Selon une nouvelle étude publiée dans Proceedings of the Royal Society B, cela vaut pour pratiquement toutes les espèces, à toutes les profondeurs et dans toutes les tailles. Allons nous voir disparaitre complètement nos barrières de coraux avant la fin du 21 ème siècle ? Décryptage dans cet article…

Depuis 1995, 50% des coraux de la grande barrière de corail ont disparu

La recherche a couvert les 2300 kilomètres de la Grande Barrière de Corail et a révélé une perte inquiétante à presque tous les niveaux.
« Une population de corail dynamique compte des millions de petits coraux bébés, ainsi que de nombreux grands – les grandes mamans qui produisent la plupart des larves », explique Andy Dietzel du Centre d’excellence de l’ARC pour les études sur les récifs coralliens.
« Nos résultats montrent que la capacité de la Grande Barrière de Corail à se rétablir – sa résilience – est compromise par rapport au passé, car il y a moins de bébés et moins de grands adultes reproducteurs. »

Les coraux plus gros préoccupent le plus les scientifiques marins

La perte de coraux plus âgés comme celui-ci pourrait avoir un effet en cascade sur l’ensemble du système récifal, car les plus grandes colonies d’une population ont un impact disproportionné sur la reproduction et les gènes de la prochaine génération tout en offrant un meilleur habitat et de la nourriture pour les poissons et autres espèces récifales.

« Le déclin mondial des grands et vieux arbres, par exemple, implique une perte d’habitat essentiel, de nourriture et de stockage de carbone », écrivent les auteurs. Mais si la taille des forêts terrestres a été soigneusement suivie au fil des ans, les tendances de la taille des coraux sont rarement examinées ; c’est traditionnellement une question de couverture.

Pour combler cette lacune, les chercheurs ont documenté le déclin systématique de l’abondance de corail dans la Grande Barrière de Corail à travers la taille, les habitats, les secteurs et les taxons de 1995 à 2017. Pendant ce temps, le récif a connu plusieurs cyclones locaux, quatre événements de blanchiment de masse et deux des épidémies majeures d’étoiles de mer à couronne d’épines (sans parler d’un autre épisode de blanchissement grave survenu plus tôt cette année).

L’étude de la vaste étendue qu’est la Grande Barrière de Corail est évidemment tout un défi, et pour estimer la taille des colonies, les chercheurs ont utilisé les longueurs d’interception de ligne comme approximation. Une étude semblable avait été menée au début des années 2000 et l’IFRECOR prônait déjà pour plus de développement durable en outre-mer.

Australie : l’impact du blanchissement des coraux plus grave que prévu

Cela signifie qu’une ligne a été placée sur le récif de corail pour mesurer la longueur totale de divers organismes ci-dessous.
Bien que n’étant pas une mesure directe de la taille des coraux, les longueurs d’interception de ligne peuvent indiquer des changements dans la taille de la colonie sous-jacente, et parce qu’elle est utilisée depuis si longtemps, les auteurs disent que c’est “une source irremplaçable de données démographiques historiques” sur les coraux.

Moins d’abondance et moins de densité

Les auteurs ont constaté qu’une abondance de corail avait fortement diminué dans toutes les tailles de colonie et tous les taxons de corail. Ces changements ont été les plus prononcés dans les régions du nord et du centre de la Grande Barrière de corail, où s’est produit l’essentiel du blanchissement massif des coraux.
« Nous avions l’habitude de penser que la Grande Barrière de Corail est protégée par sa taille », déclare le biologiste marin Terry Hughes. Les résultats montrent que même le système de récifs le plus grand et relativement bien protégé du monde est de plus en plus compromis et en déclin.

La perte de colonies moyennes et grandes est particulièrement inquiétante, car elles pourraient éventuellement retarder la reproduction et empêcher les coraux plus âgés de reconstituer des populations en diminution. Dans le même temps, la perte disproportionnée dans les petites colonies suggère une réduction de la propagation de minuscules larves de corail.

Avons nous des raisons d’espérer ?

Le potentiel de récupération des coraux féconds plus âgés est incertain étant donné la fréquence et l’intensité croissantes des événements de perturbation“, écrivent les auteurs de la présente étude .
Le déclin systématique des petites colonies dans les régions, les habitats et les taxons suggère qu’un déclin du recrutement a encore érodé le potentiel de rétablissement et la résilience des populations de corail.

Et la fenêtre de récupération se ferme rapidement. Si nous ne réduisons pas nos émissions d’ici la fin du siècle, des études montrent que des événements de blanchiment destructeurs comme ceux survenus en 2016 et 2017 pourraient très bien se produire sur une base annuelle.

Téléchargez l’étude publiée dans Proceedings of the Royal Society B >>

Si nous pouvons contrôler le réchauffement entre 1,5 et 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, conformément à l’accord de Paris, alors nous aurons toujours un récif. Mais si nous arrivons à 3-4°C en raison d’émissions non restreintes, alors nous n’aurons pas de Grande Barrière de Corail reconnaissable.

Comment réagir à notre petit niveau ?

Parce que chez ActeurDurable nous croyons en la conservation participative. Mais aussi parce que chaque geste compte, notamment en matière de préservation des ressources marines, nous voulions mettre un coup de projecteur sur le projet Coral Guardian. L’idée est simple mais efficace et s’inspire des projets de reforestation. Vous pouvez désormais adopter votre bébé corail !! Outre le fait de devenir Papa ou Maman “sans les inconvénients” (certains apprécieront à leurs justes valeurs) vous contribuez à la préservation de l’environnement et  soutenez les populations locales qui dépendent de l’océan pour survivre. C’est simple, facile, et utile !
ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Rédacteur Web et passionné de l'univers du Digital, j'ai ces dernières années décidé de participer activement à la démocratisation de la philosophie du Développement Durable en France. Engagé dans plusieurs ONG (reforestation, humanitaire) j'offre du temps et je prête ma modeste plume pour la rédiger des articles d'actualité sur l'écologie, l'environnement et les green technologies. Être un des auteurs de la rédaction du blog ActeurDurable.org est pour moi une fierté. Je profite de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement tous les spécialistes que je sollicite très régulièrement dans le cadre de mes recherches et lors de la préparation des dossiers spéciaux !

Pas de commentaire

Répondre