Pesticides : pourquoi faut-il réduire leur utilisation dans l’agriculture ?

Dans Agriculture par le 1 avril 2022Pas de commentaire
Pesticides : pourquoi faut-il réduire leur utilisation ?

Malgré le fait que leur utilisation soit réglementée, tant en France qu’au niveau européen, lorsqu’il s’agit de pesticides, le sentiment commun est que la politique peine à prendre une position claire entre les études scientifiques et les intérêts économiques qui gravitent autour de ce marché. Les agriculteurs sont également dans une position difficile. D’une part, il n’y a pas d’alternative biologique viable et durable, d’autre part, il y a leur propre profit à préserver. Les derniers de la chaîne sont les consommateurs, peu et mal informés, attirés par des campagnes médiatiques parfois trop alarmistes ou, au contraire, rassurantes. Cherchons donc à savoir ce qui se cache dans le monde des pesticides et essayons de comprendre leurs effets sur l’homme et l’environnement.

Que sont les pesticides ?

Le terme pesticide, dans son sens le plus large, englobe les substances synthétiques et naturelles conçues pour prévenir, détruire, repousser et atténuer tout organisme nuisible et ses dommages. Il s’agit notamment d’agents contre les vecteurs de maladies humaines et animales ainsi que de défoliants, de desséchants et de régulateurs de croissance des plantes.

L’utilisation de ces substances vise à protéger la production, la transformation, le stockage, le transport et la commercialisation des denrées alimentaires, du bois et des produits dérivés, ainsi que des aliments pour animaux. L’agriculture, l’élevage, la transformation, les industries du textile et du bois sont donc les principaux utilisateurs.

Il est donc facile de voir dans quelle mesure leur utilisation est autorisée. Et par conséquent, combien de fois il est possible pour chacun d’entre nous d’entrer en contact, directement ou indirectement, avec leurs résidus.

Pesticides : avantages et inconvénients

Au fil du temps, le développement et l’utilisation des pesticides ont apporté des bénéfices immédiatement perceptibles, tels que l’amélioration quantitative et qualitative de la production agricole et animale, et ont également contribué au développement de zones géographiques entières.

pesticides tuent les abeilles
Les pesticides tuent les abeilles

N’oublions pas que le fameux DDT a permis de vaincre la malaria dans de nombreux territoires, dont la Sardaigne, tandis que d’autres pesticides ont permis de contenir la maladie du sommeil et la fièvre jaune.

Cependant, presque comme toute nouvelle acquisition, les pesticides ont été utilisés sans discernement. En outre, la recherche a été orientée uniquement vers l’efficacité et motivée par le profit immédiat, sans tenir compte des effets négatifs à long terme sur les humains, les animaux et l’environnement.

Le plan Écophyto 2+, qu’est-ce que c’est ?

En réponse à la pression croissante du public pour réduire l’utilisation des pesticides, le plan Ecophyto II+ a été développé pour renforcer le précédent plan Ecopyto II.

Le plan Ecopyto II+ intègre les actions du plan d’action du 25 avril 2018 sur ” les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante des pesticides ” ainsi que le ” plan de sortie du glyphosate ” annoncé le 22 juin 2018.

L’un des principaux objectifs du plan Ecophyto II+ est de développer des alternatives à l’utilisation des pesticides, comme l’utilisation de méthodes de lutte biologique ou le développement de cultures résistantes aux parasites.

Le plan Ecophyto II+ exige également des États membres qu’ils élaborent des plans pour réduire leur utilisation de pesticides et qu’ils rendent compte de leurs progrès à la Commission européenne.

Le plan Ecophyto 2+ est une stratégie nationale lancée par le ministère de l’agriculture français afin de supprimer progressivement l’utilisation des pesticides en agriculture.

Les principaux objectifs du plan sont d’accélérer le retrait des pesticides les plus nocifs et de promouvoir l’utilisation d’alternatives plus sûres.

En outre, le plan Ecophyto 2+ vise à réduire l’exposition aux pesticides de la population générale et à minimiser les impacts des pesticides sur l’environnement et la biodiversité.

Pour atteindre ces objectifs, le plan Ecophyto 2+ comprend des mesures telles que des campagnes d’information, le dialogue entre les parties prenantes et la mise en œuvre de mesures de protection. Le plan Ecophyto 2+ est une stratégie ambitieuse qui vise à faire de la France un leader de l’agriculture durable.

Quelles alternatives aux pesticides dans l’agriculture ?

Les alternatives aux pesticides sont étudiées depuis de nombreuses années et il existe aujourd’hui plusieurs options efficaces et sûres pour l’homme et l’environnement. L’une de ces alternatives est l’utilisation d’insectes utiles, tels que les coccinelles, qui s’attaquent aux ravageurs des cultures. Une autre solution consiste à utiliser des pesticides naturels fabriqués à partir d’ingrédients tels que le piment ou le savon, qui sont sans danger pour l’homme et les animaux tout en étant efficaces pour lutter contre les parasites.

En outre, certaines plantes ont des propriétés naturelles de résistance aux parasites qui peuvent être exploitées, comme les soucis, qui produisent un produit chimique repoussant de nombreux parasites communs des cultures. L’utilisation de ces alternatives peut contribuer à réduire la quantité de pesticides toxiques dans l’environnement et à protéger à la fois les personnes et la faune.

Cultiver son jardin sans pesticide, nos conseils

Les solutions alternatives aux pesticides font l’objet d’un débat animé. Certains pensent que les alternatives naturelles sont tout aussi efficaces que leurs homologues chimiques, tandis que d’autres affirment que les pesticides sont nécessaires pour obtenir des résultats optimaux. Il n’y a pas de consensus clair sur la question, mais il existe quelques bonnes pratiques en permaculture que les jardiniers peuvent adopter afin de minimiser l’utilisation des pesticides. L’une de ces pratiques consiste à utiliser la plantation d’accompagnement. Cela consiste à planter certaines plantes les unes à côté des autres afin de dissuader les nuisibles. Par exemple, les soucis émettent une odeur qui repousse de nombreux ravageurs communs du jardin, ils peuvent donc être plantés près d’autres plantes susceptibles d’être endommagées.

Des alternatives aux pesticides sont disponibles pour les jardiniers amateurs comme pour les agriculteurs commerciaux. Des préparations naturelles peu préoccupantes, comme celles fabriquées à partir de plantes ou de produits naturels, peuvent contribuer à renforcer les défenses des plantes. Ces préparations peuvent se présenter sous forme de matières premières (argile, vinaigre), de purins (ortie, prêle, etc.), d’infusions ou de macérations. Des produits de bio-contrôle sont également disponibles et utilisent des mécanismes spécifiques qui ciblent les plantes ou les bio-agresseurs. Ces produits peuvent se présenter sous la forme de dispositifs naturels ou de dispositifs sans agents de dispersion. Avec un peu de recherche, il est facile de trouver une alternative aux pesticides traditionnels qui répondra à vos besoins particuliers.

ajoutez cet article a votre liste de favoris
A propos de cet auteur...
Bonjour, je suis le directeur de la rédaction du site www.acteurdurable.org et je vous souhaite une bonne visite sur notre blog ! Je remercie tous les experts qui nous ont fourni des données précieuses afin de vous aider à mieux appréhender les sujets pointus dans le développement durable, notamment en matière de nouvelles technologies sur les énergies renouvelables. Si vous avez un savoir-faire, une expertise ou l'envie de participer, contactez-nous !
Pas de commentaire
Répondre