Les Paniers de la Mer bientôt à Rungis ! (Brève)

Dans Alimentation par le 28 septembre 2020Pas de commentaire
Depuis 2009 la Fédération Nationale des Paniers de la mer met à disposition de ces structures adhérentes un outil de traçabilité : le logiciel  REMORA  a été créé  afin de rendre compte du parcours des produits collectés, transformés et distribués, du « bateau à l’assiette ».

Unique en France, et même en Europe, le réseau des paniers ne cesse de se développer et de nouveaux grands projets pourraient bientôt voir le jour…
Créé en 1997 au Guilvinec, “Le Panier de la Mer” est une association d’insertion qui s’est donnée pour mission de récupérer le poisson invendu sous criée, le transformer et le distribuer à d’autres associations caritatives.

D’initiative locale, l’association est rapidement devenue nationale. De nouveaux Paniers de la Mer sont créés à Lorient, Boulogne, Saint-Malo puis Fécamp, regroupés depuis 2003 au sein d’une Fédération. L’association emploie 120 salariés sur l’ensemble de ses sites. Des personnes en chômage de longue durée ou en situation de précarité bénéficiant d’un contrat d’insertion pouvant aller de 6 mois à un an.

Plus de 250 tonnes de produits de la mer sont ainsi récupérées chaque année par “Les Paniers de la Mer” qui en 2019, après transformation, en redistribuaient 175 tonnes soit 1,2 millions de portions sur la base de 150g par portion.

Le projet à l’étude concerne l’installation au Pavillon de la mer à Rungis pour être au plus près des grossistes et accéder aux invendus venant également de l’étranger qui ne sont pas valorisés !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Passionnée des arts graphiques, de la mode et des dernières tendances, j'ai longtemps travaillé pour des groupes de presse dans la Santé. Mes longues années passées au sein d'un hebdomadaire ou d'une régie pub, m'ont donné l'envie de poursuivre l'écriture à titre personnel pour le blog ActeurDurable.org qui fait un excellent travail de sensibilisation pour un monde plus éco responsable !

Pas de commentaire

Répondre