L’hydrogène nouvelle source d’énergie durable ?

Dans A LA UNE, CleanTech, Energies, Energies, Fossiles, Pollution par le 9 juin 20201 Commentaire
Moteur de navette spatiale dont les propulseurs fonctionnent à l'hydrogène
Moteur de navette spatiale dont les propulseurs fonctionnent à l’hydrogène

Ce  pourrait être une révolution énergétique. Sur tous les continents existent des sources naturelles d’hydrogène qui, si elles pouvaient être exploitées industriellement, fourniraient à l’humanité une nouvelle énergie, durable et respectueuse de l’environnement. De récentes avancées technologiques, basées sur l’exploitation de la biomasse, permettent d’envisager sérieusement l’hydrogène comme solution durable pour les déplacements. Rappelons qu’un moteur à hydrogène ne produit ni CO2, ni microparticules, mais uniquement de la vapeur d’eau ! Explication de cette ressource et bilan des dernières innovations dans cet articles…

Article mis à jour le 17 Juin 2020 - initialement publié en Mai 2013

Ou trouver les ressources en hydrogène ?

Le dégagement d’hydrogène le long des chaînes volcaniques sous-marines est connu de longue date. Mais l’exploitation de ces « fumeurs », à plusieurs milliers de mètres sous les eaux et loin des côtes, est exclue. Il en va peut-être différemment pour les sources terrestres, que les chercheurs français ont identifiées au cours de quatre années de travaux exploratoires.
Ces gisements ont été repérés dans « deux types de contexte géologique ».

  • D’une part, dans les grands massifs de péridotite, c’est-à-dire les régions où l’activité tectonique a fait remonter les roches du manteau terrestre à la surface. On en trouve en Papouasie-Nouvelle Guinée, en Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Calédonie, dans le sultanat d’Oman, aux Philippines, en Iran, à Cuba, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Italie ou au Portugal
  • D’autre part, au coeur de tous les continents, en particulier dans les zones les plus anciennes, appelées « cratons », soit sur environ la moitié des terres émergées !

C’est à cette seconde catégorie de réservoirs que s’intéressent les scientifiques. Dans la plupart des sites, les flux d’hydrogène sont diffus. Mais, dans les régions où une couverture d’argile s’est formée au-dessus des émanations de gaz, celui-ci s’est accumulé et on en trouve, dissous dans les aquifères, à des concentrations pouvant dépasser 80%.
Dans ces nappes, on le trouve souvent associé à du méthane, parfois à de l’azote ou à de l’hélium, gaz rare utilisé dans les industries de haute technologie.


Devant l’abondance de la ressource, qui pourrait résulter d’un « dégazage continu de la planète », l’Ifpen a décidé de lancer un programme de recherche afin de « quantifier » le potentiel de ces aquifères sur l’ensemble du globe. Toutefois, prévient-il, « le chemin est encore long avant d’envisager une production industrielle de grande ampleur ». Il y faudra, le moment venu, des systèmes de forage et de pompage, l’hydrogène pouvant alors être récupéré par dépressurisation de l’eau.
Les sources terrestres, bien réparties sur les différents continents, pourraient répondre pour une part significative aux besoins en hydrogène. Et contribuer ainsi, au moins localement, au mix énergétique.

L’exemple du Mali pourrait en être une préfiguration. Lors du forage d’un puits d’eau, dans le village de Bourakébougou, proche de Bamako, a été découvert fortuitement, il y a quelques mois, un gisement de gaz composé à 98 % d’hydrogène qui alimente aujourd’hui un groupe électrogène.

Une lueur d’espoir avec l’hydrogène par biomasse

Plus récemment, la société Haffner Energy, basée à Vitry-le-François dans la Marne, pourrait bien bousculer la donne. Remarqué par l’Ademe, son projet HYNOCA de développement d’une unité de production d’hydrogène à partir de biomasse permettant à terme de se passer des carburants fossiles, se présente comme révolutionnaire d’un point de vue écologique et économique.

HYNOCA® est une technologie de rupture brevetée permettant la production d’un hydrogène renouvelable et neutre en émission carbone à partir de biomasse, le tout à des prix accessibles facilitant le déploiement de cette solution porteuse d’avenir.

Les voitures à hydrogène actuelles sont dotées de piles à combustible certifiées. Par conséquent, ce carburant n’est pas plus dangereux que le diesel ou l’essence. En conduisant, vous n’émettrez que de l’eau, aucune pollution sonore ou chimique type CO2, NOx, Microparticules…

Prochainement, l’hydrogène produit à partir de biomasse sera distribué au même prix que les carburants fossiles détaxés. Aujourd’hui, seulement 20 stations à hydrogène se répartissent en France (source AFHYPAC). Toutefois, ce déploiement s’étend fortement, notamment avec l’appui du plan Hulot pour l’hydrogène qui prévoit la construction de 100 stations à hydrogène d’ici 2023.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

A propos de cet auteur...

Rédacteur Web et passionné de l'univers du Digital, j'ai ces dernières années décidé de participer activement à la démocratisation de la philosophie du Développement Durable en France. Engagé dans plusieurs ONG (reforestation, humanitaire) j'offre du temps et je prête ma modeste plume pour la rédiger des articles d'actualité sur l'écologie, l'environnement et les green technologies. Être un des auteurs de la rédaction du blog ActeurDurable.org est pour moi une fierté. Je profite de ces quelques lignes pour remercier chaleureusement tous les spécialistes que je sollicite très régulièrement dans le cadre de mes recherches et lors de la préparation des dossiers spéciaux !

Répondre à “L’hydrogène nouvelle source d’énergie durable ?”