Nutri-Score une pétition pour l’adopter au niveau Européen

Dans A LA UNE, Alimentation, Consommation par le 4 juillet 2019Pas de commentaire

La puissante associations de consommateurs UFC Que Choisir, déjà à l’initiative de la pétition européenne ProNutri-Score (que je vous invite à signer ici et à faire circuler), vient de faire une vidéo très sympa montrant l’intérêt du Nutri-Score et pourquoi il est important de l’étendre au niveau européen. La semaine dernière, une grande victoire pour le Nutri-Score a été remportée avec l’adoption en Europe continentale par le groupe NESTLÉ du Nutri-Score. Le géant suisse se dit prêt mais limite toutefois son adoption concrète à la France, la Belgique et la Suisse, dans un premier temps. Et ne donne aucune précision sur le calendrier de déploiement dans ces trois pays.

nutri-score-manger-bouger

Edouard Philippe avait affirmé, dans son discours de politique générale prononcé le 12 juin dernier, sa volonté de rendre obligatoire le Nutri-Score au niveau européen. Cela montre bien le poids de la mobilisation pour faire plier les politiques et les grosses entreprises agroalimentaires et cette mobilisation, ce sont vos signatures. Dans le cadre de la loi de Santé de 2016, le gouvernement français a recommandé la mise en place d’une information nutritionnelle claire, visible, et facile à comprendre pour tous. L’objectif : améliorer l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

Le Nutri-Score c’est l’information nutritionnelle en un coup d’œil

Pour rendre plus lisible et compréhensible l’étiquetage nutritionnel, un logo peut désormais être apposé sur les emballages. Conçu dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, le Nutri-Score fait ainsi progressivement son apparition dans les rayons. Explications…

Le Nutri-Score, ce sont des logos à 5 couleurs apposés sur la face avant des emballages. Grâce à une lettre et à une couleur, il informe les consommateurs sur la qualité nutritionnelle d’un produit. Chaque produit est ainsi positionné sur une échelle à 5 niveaux allant :

  • du produit le plus favorable sur le plan nutritionnel (classé A)
  • au produit le moins favorable sur le plan nutritionnel (classé E)

La catégorie à laquelle appartient l’aliment est mise en exergue sur le logo par une lettre plus grande. comme vous pouvez le voir sur l’image ci dessous

logo nutriscore

Fake news sur le Nutriscore

Nutri-Score fait depuis quelques semaines l’objet de campagnes de fake news sur les réseaux sociaux qui sont repris par des journalistes dans des médias européens et qu’on retrouve jusque dans la bouche de certains politiques comme arguments pour repousser Nutri-Score. C’est, en effet, une période sensible car de nombreux pays européens sont en cours de réflexion sur le choix de leur label. Bien sur, discréditer et essayer de déstabiliser le Nutri-Score fait le jeu des sociétés qui refusent le Nutri-Sore et se battent au niveau européen pour le torpiller.

Fake news Nutriscore

Fake news Nutriscore – les lobbying en action !

Les chercheurs ont répondu aux fake-news via leur blog et fournissent des contre-arguments face aux attaques répétées. N’hésitez pas à diffuser ces textes dans vos réseaux. En espérant qu’ils aident à contrer les informations trompeuses !

Le nutri score expliqué en images

Courte mais efficace, si vous avez la flemme de lire l’article ;)

Cet article est inspiré des sources suivantes

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Enquête sur la pêche durable

Dans A LA UNE, Alimentation, Animaux, Consommation, Durable, Environnement par le 18 décembre 2018Commentaires fermés

Alors que l’UFC-Que Choisir publie les résultats d’une enquête sur la pêche durable, et au moment où les ministres de la pêche sont réunis à Bruxelles pour négocier les quotas de 2019, Acteur Durable souhaite apporter quelques précisions sur cet enjeu de taille, tant environnemental que de consommation, qui mérite une analyse scientifique rigoureuse et approfondie et des solutions concrètes et efficaces.

peche-non-durable-grande-surface

La bataille de la pêche durable est elle engagée ?

L’enquête UFC-Que Choisir dénonce les mauvaises pratiques de la grande distribution en matière de pêche durable. En effet, 86 % des poissons présents dans les étals des grandes surfaces enquêtées sont pêchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités. Au regard des risques environnementaux liés à la surpêche nous pensons qu’il est urgent de rendre l’étiquetage sur la durabilité de la pêche enfin explicite.

Voici ce que révèle l’enquête : pas moins de 88 % des stocks de poissons européens sont actuellement surexploités ou voient leur capacité à se reconstituer menacée, induisant dès lors un risque d’effondrement des stocks pour des espèces particulièrement menacées telles que le bar. Promotrice d’une consommation responsable, l’UFC-Que Choisir a mené l’enquête auprès de 1134 poissonneries de grandes surfaces, s’agissant de trois poissons de consommation courante menacés par la surpêche (le cabillaud, la sole et le bar) avec un double objectif : vérifier le respect des mentions obligatoires sur les méthodes de pêche et les zones de capture ; analyser les résultats sur la durabilité des ressources exploitées, tant en termes de méthodes de pêche que de zones de captures. Le résultat est malheureusement tristement sans appel : la grande distribution n’a aucune politique d’approvisionnement durable pour les trois espèces étudiées.

Les questions soulevées dans l’enquête sont primordiales, mais pour le MSC, il faut y répondre avec davantage de précisions. En étudiant uniquement trois espèces, qui ne totalisent qu’un quart des ventes de poissons sauvages frais en France cette étude ne reflète pas la complète réalité de la situation, qui est plus complexe que le fait de classer des techniques et des zones de pêche comme « durables » ou « non-durables ».

Chez Acteur Durable nous pensons que si pour 3 grandes espèces de poisson (bar, sol, cabillaud) les techniques de durabilités ne sont pas appliquées, il y a de fortes chances pour que ce le soit le cas pour les autres espèces !

Des étiquetages manquants, fantaisistes ou trop vagues pour 2 poissons sur 3

peche non durable

Intermarché décroche la palme, talonné par Système U et Leclerc qui totalisent respectivement 76 % et 67 % d’étiquetage non conformes !

Dans deux tiers des cas, les mentions obligatoires sont absentes, fantaisistes ou trop vagues. Avec plus de trois poissons sur quatre mal étiquetés, Intermarché décroche la palme, talonné par Système U et Leclerc qui totalisent respectivement 76 % et 67 % d’étiquetage non conformes ! S’agissant des zones de capture, on relève des mentions particulièrement vagues du type « Atlantique » ou « Méditerranée ». Or, en l’absence de zone maritime précise, on ne peut pas identifier les poissons provenant de stocks surexploités. Quant à l’information sur les méthodes de pêches, elle est absente pour un poisson sur quatre ! Alors que les consommateurs sont conscients des dégâts occasionnés par certains engins de pêche comme les chaluts de fonds, il est inadmissible qu’en étant privés de cette information, ils puissent acheter à leur insu des poissons pêchés de manière dévastatrice pour l’environnement.

Toutes les techniques de pêche ont un impact sur l’environnement, mais le niveau d’impact dépend d’un ensemble de facteurs. Le niveau de durabilité d’une technique de pêche ne peut être jugé sans prendre en considération le contexte dans lequel elle est utilisée ; et notamment l’espèce visée, le type d’écosystème dans lequel la pêcherie opère (haute mer, lagunaire, estuarien, etc.), le type de fond, les mesures de gestions mises en place pour limiter ces impacts (taille des mailles, fermetures de zones à la pêche, fermeture de période, limites de captures, mesures sur la taille des engins), et les techniques utilisées (fillet, chalutage, lignes, etc.).

86 % de poissons non-durables au rayon poissonnerie !

Seuls les poissons pêchés avec des méthodes respectueuses de la ressource et dans des zones où les stocks sont abondants peuvent être considérés comme durables. Mais en croisant les données sur les méthodes de pêche avec les zones de capture, il apparaît qu’au rayon poissonnerie de la grande distribution, 86 % des poissons examinés sont « non-durables » ! Le cabillaud est le poisson qui affiche le pire résultat (88 % de poissons non durables), suivi par la sole et le bar (respectivement 86 % et 80 % de poissons non durables).


Les méthodes de pêche, très majoritairement non durables, expliquent en partie ces résultats. Le chalut, de loin la méthode de pêche la plus utilisée, est ainsi relevé pour les trois quarts des cabillauds et pour plus de la moitié des soles et des bars. A l’inverse, les méthodes de pêche les plus respectueuses telles que les lignes et les hameçons, ne sont relevées quant à elles que pour un quart des bars et 14% du cabillaud.

Bien évidement, le MSC monte au créneau. Je cite :  » Il est trompeur de réduire l’évaluation de la durabilité d’une pêcherie à l’étude de deux critères. Il ne s’agit pas uniquement de bannir telle ou telle espèce, zone de pêche ou tel ou tel engin de pêche, il faut pouvoir prouver scientifiquement que ces pratiques sont adaptées à l’environnement et efficaces pour préserver les ressources et les écosystèmes marins dans leur ensemble« .
Les pêcheries engagées dans le programme MSC doivent remplir 28 critères et près de 100 sous-critères pour assurer que les stocks de poissons ciblés sur lesquels elle opère sont maintenus à des hauts niveaux de productivité et limiter l’impact sur l’écosystème au strict minimum en préservant les autres espèces, les habitats et écosystèmes marins.

Aucune des grandes enseignes ne propose une pêche durable !

L’analyse de la durabilité pour les sept grandes enseignes étudiées réserve une surprise : les taux très élevés de poisson non durables sont à peu près identiques chez tous les distributeurs. Système U, l’enseigne la plus mal notée, propose 89 % de poissons non durables, alors que Cora qui est le moins mal classé, en propose 81 %, soit une proportion à peine moins élevée. Ces chiffres démontrent qu’aucune enseigne n’a mis en place une politique d’approvisionnement durable pour les trois poissons étudiés.

Que faire pour améliorer la situation rapidement ?

  • Aligner strictement les futurs quotas sur les recommandations émises par les experts du Conseil International pour l’Exploration de la Mer ;
  • Mise en place d’un étiquetage réglementaire intégrant un indicateur explicite de la durabilité du poisson ;
  • Réaliser des contrôles sur le respect des dispositions réglementaires d’étiquetage ;
  • Lutter pour interdire les méthodes de pêches non durable, tel que la pêche électrique ;
  • Revoir les quotas des gros bateaux et les redistribuer aux petits pêcheurs qui utilisent des méthodes durable (lignes ou petits filets) ;
  • Interdire la pêche des juvéniles, ces jeunes poissons qui n’ont pas le temps d’arriver à maturation sexuelle

 

A votre niveau, les consommateurs…

  • Privilégiez les poissons pêchés avec des méthodes de pêche plus protectrices de la ressource (lignes, hameçons et filets) ;
  • Diversifiez vos achats en privilégiant les espèces dont les stocks sont les plus fournis (par exemple lieu noir, merlan, hareng, maquereau) ;
  • N’achetez plus de poissons de grands fonds (notamment sabre noir, grenadier, lingue bleue) du fait de la grande fragilité de ces stocks et attention aux espèces menacées.
UNE NOUVELLE APPLI MOBILE SUPER UTILE POUR CHOISIR LE BON POISSON AU BON MOMENT !
  • Saviez vous qu’il existe des saisonnalités pour les poissons ? Tout comme les fruits et légumes de saison, les poissons ne doivent pas être consommé à certaines périodes (reproduction). Avec l’application mobile « Planète Océan », la Fondation GoodPlanet, en partenariat avec Ethic Ocean, vous offre un guide pour agir directement pour la préservation des océans.
    Quelle est l’espèce de poisson que je consomme ? Où et comment a-t-elle été pêchée ? Quelle recette puis-je préparer et comment ? Autant de questions auxquelles l’application vous apportera des éléments de réponse. Pédagogique et pratique, cette appli mobile répertorie plus de 100 espèces de poissons, coquillages et crustacés selon leur provenance, l’état de leur stock et leurs techniques de pêche.
    Elle saura vous guider dans vos choix en vous aidant à identifier les espèces gérées durablement. Vous y découvrirez aussi les actualités du monde marin en temps réel à travers les articles du magazine GoodPlanet.info, des conseils conso et des recettes.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Baissez durablement votre facture d’électricité et de gaz

Dans A LA UNE, Chauffage, Consommation, Dépenses, Eclairage, Energies, Energies, Maison par le 7 septembre 20171 Commentaire

AVEC L’UFC-QUE CHOISIR, FAITES DURABLEMENT BAISSER VOTRE FACTURE D’ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ !

ogimage-facebook

10 ans après l’ouverture des marchés de l’énergie à la concurrence, et alors que les conditions d’une véritable concurrence profitable aux consommateurs sont réunies sur les marché du gaz et de l’électricité, un trop grand nombre de consommateurs ignore la possibilité, les modalités mais aussi l’intérêt du changement de fournisseur d’énergie… L’UFC-Que Choisir entend donc, comme elle l’a fait avec succès l’an dernier, éveiller les consciences sur l’intérêt et la simplicité du changement de fournisseur d’énergie, les rassembler pour faire émerger des offres (gaz et électricité) les plus attractives possibles financièrement et assises sur des conditions juridiques sécurisées.
N’hésitez plus. Ensemble, faisons baisser la facture énergie !

Nouveautés 2017

Cette année, pour répondre à la demande des consommateurs, la campagne comprend plusieurs nouveautés : les offres gaz et électricité « classiques », sont dorénavant À PRIX FIXES 2 ANS pour une plus grande prévisibilité des tarifs et durabilité des économies potentielles. Pour l’électricité est proposé un lot « soutien aux petits producteurs de renouvelable » À PRIX FIXE 1 AN (électricité provenant majoritairement de petits sites de production renouvelable situés en France), pour lequel le nombre de souscripteurs est plafonné à 25 000.

Si tous les inscrits pourront demander à avoir une proposition d’offre personnalisée « soutien aux petits producteurs de renouvelable », seules les 25 000 premières personnes qui exprimeront le souhait d’y souscrire pourront en bénéficier.

Attention le nombre de place est limité alors ne perdez pas de temps et  Inscrivez-vous  ici >>

choisirensemble-457x221

Quelles garanties ?

  • Du gaz et/ou de l´électricité moins chers
  • Un contrat sûr
  • L’ UFC-Que Choisir à vos côtés

Pourquoi inviter les consommateurs à quitter les tarifs réglementés de gaz et d’électricité ?

Aujourd’hui, les fournisseurs alternatifs peuvent durablement proposer des offres tarifaires compétitives par rapport aux tarifs réglementés proposés par les opérateurs historiques [EDF pour l’électricité, ENGIE (ex GDF Suez) pour le gaz]. De même, les tarifs réglementés permettent de moins en moins d’avoir une vue claire de l’évolution tarifaire: celui du gaz change tous les mois, le tarif réglementé d’électricité change, lui, chaque été alors que l’on trouve des offres à prix fixes sur le marché libre. Enfin, au dire même des experts du secteur, les tarifs réglementés risquent de fortement augmenter dans les mois et années à venir. Alors que la sécurité de l’approvisionnement est garantie par les distributeurs nationaux et pas les fournisseurs historiques, et que l’on peut toujours revenir au tarif réglementé après les avoir quitté, l’UFC-Que Choisir appelle donc les consommateurs, dans leur intérêt, à faire jouer la concurrence.

Comparateur Gaz & Électricité gratuit

Grâce au calculateur de consommation de gaz et d’électricité, vous pouvez réduire votre facture annuelle d’énergie. Une fois cochées les cases qui permettent de déterminer votre consommation, le montant annuel de votre dépense s’affiche. Vous pouvez le comparer à toutes les offres commerciales disponibles, le montant d’économies réalisé ou son surcoût sont précisés pour chacune. En cliquant sur le nom du fournisseur, vous avez accès à l’évaluation de son contrat et à notre avis sur ses offres.

simulateur-energie-quechoisir

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Contrôlez la qualité de l’eau du robinet de votre ville

Dans A LA UNE, L'eau par le 5 mars 20141 Commentaire

ufc-que-choisir-etude-eauL’excellent magazine UFC Que choisir vient de publier gratuitement les résultats d’une étude menée sur la qualité de l’eau du robinet dans 36 568 communes en France métropolitaine.
Face aux lobbyings de l’eau et à la politique souvent opaque des villes en matière de qualité de l’eau, UFC Que choisir réalise ici un travail colossale présenté sous forme de carte interactive.
En saisissant votre « code postal » vous obtenez une synthèse pour six critères polluants : pesticides, nitrates, sélénium, qualité bactériologique, aluminium et radioactivité.
Les résultats proviennent du site du ministère de la Santé et sont réalisés à partir des analyses de l’eau effectuées entre juillet 2011 et janvier 2014.

banniere-qualite-eau

Quels sont les critères polluants pris en compte dans l’étude ?

Pesticides (quantité totale de pesticides, atrazine et ses métabolites)

Le risque entraîné par les pesticides est celui de l’exposition à long terme, à des doses très faibles mais répétitives, avec des interactions possibles entre les différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être démontrés à ce jour, pourraient être des cancers (leucémies notamment), des troubles du système nerveux ainsi que de troubles de la reproduction.

Les nitrates

Les teneurs excessives en nitrates dans l’alimentation sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons. En effet, les nitrates, transformés dans l’organisme en nitrites, peuvent par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang empêcher un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Toutefois, aucun cas de méthémoglobinémie lié à l’eau d’alimentation n’est recensé aujourd’hui en France. Plus généralement, la présence de nitrates dans l’eau potable est un indicateur de pollutions d’origine agricole, qui peut s’accompagner de la présence d’autres polluants tels que des pesticides.

Le sélénium

C’est un composant des roches profondes dont la présence dans les eaux révèle l’épuisement de la ressource. Bien que ce composé soit toxique, ses conséquences sur la santé sont à ce jour mal évaluées compte tenu des faibles niveaux auxquels est exposée la population française.

La qualité bactériologique (bactéries coliformes, entérocoques, Escherichia coli)

Les défauts de traitement de potabilisation (chloration) ou des canalisations endommagées dans le réseau peuvent entraîner la présence de bactéries responsables par exemple de troubles intestinaux.

L’aluminium

L’aluminium est utilisé sous forme de sels pour rendre limpides des eaux naturellement troubles. Bien qu’il n’y ait pas à ce jour de lien démontré entre l’exposition à l’aluminium et la maladie d’Alzheimer, par application du principe de précaution, il est recommandé de limiter les doses ingérées.

La radioactivité

La radioactivité de l’eau est due à la présence, dans certaines régions, d’un sous-sol granitique riche en composés radioactifs naturellement présents dans les roches. Elle est faible par rapport aux autres sources de radiations naturelles (rayonnements du sous-sol, de l’air ambiant ou rayonnements cosmiques). Les études épidémiologiques menées à ce jour n’ont pas permis d’établir de lien entre l’eau de boisson et les cancers du système digestif ou d’autres organes. Par application du principe de précaution, il est cependant recommandé de limiter cette contamination.

Interprétation des résultats

resultat-etude-qualite-eau-robinet-34

Les résultats de l’étude sur la qualité de l’eau du robinet dans le 34

En fonction de la proportion d’analyses non conformes, et pour chaque critère, ont été définies les appréciations suivantes :

  • Qualité de l’eau « Bonne » : moins de 5 % d’analyses non conformes
  • Qualité de l’eau « Passable » : entre 5 % et 25 % d’analyses non conformes
  • Qualité de l’eau « Médiocre » : entre 25 % et 50 % d’analyses non conformes
  • Qualité de l’eau « Mauvaise » : entre 50 % et 75 % d’analyses non conformes
  • Qualité de l’eau « Très mauvaise » : plus de 75 % d’analyses non conformes

Pour chaque critère, a été calculée l’évolution par rapport à la première enquête publiée en mars 2012 (pour laquelle avaient été prises en compte les analyses réalisées entre le premier semestre 2009 et le premier semestre 2011).

Important : Les résultats observés pour les 6 contaminants analysés (nitrates, pesticides, bactéries coliformes, sélénium, aluminium et radioactivité) ne préjugent pas des niveaux de qualité pour les autres paramètres examinés dans le cadre des contrôles officiels. En effet, la potabilité de l’eau est définie sur la base de l’ensemble de ces résultats consultables en mairie, ainsi que sur les sites Internet des Agences régionales de santé et du ministère de la Santé.

En savoir plus sur l’étude

Consultez le site officiel Recherchez ici la qualité de l’eau de votre robinet >>


Les bons gestes pour les consommateurs

  • Laissez couler l’eau quelques instants avant de la boire. Dans le cas où l’odeur est marquée, il suffit de laisser l’eau s’aérer, par exemple dans une carafe ouverte.
  • Lorsque la concentration en nitrates est comprise entre 50 et 100 mg/l, l’eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes et les nourrissons. Si elle est égale ou supérieure à 100 mg/l, l’eau ne doit être utilisée pour aucun usage alimentaire.
Lisez nos conseils pour conseils pour la qualité de l’eau et l’environnement.

ajoutez cet article a votre liste de favoris