Cycle de vie de l’eau, cette denrée rare

Dans Eaux par le 27 mai 2009Commentaires fermés

Alors que débute le 21 siècle, les préoccupations liées à l’eau sont toujours les même depuis l’antiquité … Comment subvenir aux besoins en eau potable de tous les êtres humains ?

A chaque minute qui passe, c’est en moyenne 15 personnes qui décèdent de maladies transmises par une eau contaminée. Ce ne sont pourtant pas les solutions qui font défaut, mais plutôt les bonnes volontés politiques. Plus de 1,4 milliard de personnes à travers le monde ne disposent pas d’une eau saine.

A l’origine  » bien commun « , l’eau est devenue une marchandise qui se monnaye au prix fort. Un important mouvement de contestation lutte pour que l’accès à une eau potable soit reconnu comme un droit fondamental de l’humanité.

Une goutte d'eau

Une goutte d'eau

La vie d’une goutte d’eau

L’eau est composée de trois éléments, deux atomes d’hydrogène pour un atome d’oxygène, d’où la formule correspondante : H2O.

Durant son cycle, une molécule d’eau (H2O) ne passe pas plus de 10 jours en suspensions dans l’atmosphère.

Le cycle de vie de l'eau

Le cycle de vie de l'eau

Lorsque ces molécules tombent sous forme de pluie, elles se divisent en 3 catégories :

  • Celles qui ruissellent (les rivières mettent en moyenne 18 jours avant d’atteindre la mer).
  • Celles qui s’évaporent.
  • Celles qui s’infiltrent dans le sol.

Les plantes puisent l’eau dans le sol et par évapo-transpiration les molécules d’eau retournent dans l’atmosphère.
Les molécules d’eau peuvent passer dans l’humidité du sol pour y rester plusieurs mois.
Elles peuvent s’infiltrer jusqu’aux nappes phréatiques plus profondes où elles stagnent des siècles ou des millénaires.

Autres exemples :

- La neige qui tombe sur les glaciers peut y rester des décennies.
- Celle qui tombe sur les calottes glaciaires polaires des dizaines voire des millénaires.
- Une goutte d’eau dans l’océan peut y rester peu de temps en surface, mais des siècles et des millénaires en profondeur.
- Et l’eau entraînée dans les fosses de subduction au fond des océans peut y rester des millions d’années

Il faut donc veiller à préserver l’eau, en réalisant des installations de collecte ou de retraitement permettant d’économiser cette denrée devenue précieuse !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Autres Utilisations de l’énergie solaire thermique

Dans Thermique par le 6 mai 2009Commentaires fermés

Les deux tiers de la consommation en éléctricité des machines à laver le linge ou la vaisselle sont liés au chauffage de l’eau. Lorsque vous possédez un chauffage de votre eau plus économique et écologique que l’électricité, comme l’eau chaude solaire, il est possible d’y raccorder ces machines.

Le raccordement direct permet de ne pas utiliser la résistance électrique de sa machine.

Cela permet d’économiser environ 50% d’électricité.

Fonctionnement

Il existe pour cela 3 systèmes :
- Acheter une machine compatible avec un double raccordement.
- Brancher sa machine directement sur un mitigeur.
- Utiliser un commutateur automatique eau froide/eau chaude muni d’un thermostat.

Les machines

Lave vaisselle

Beaucoup de lave-vaisselles peuvent en principe se brancher à l’eau chaude (lorsque le corps de chauffe est commandé par un thermostat), avec une température maximum qui ne devrait pas excéder 60° C.

Lave-linge

La majorité des machines à laver le linge ne possèdent qu’une entrée d’eau froide. Il convient de faire attention lors d’un nouvel achat à privilégier une machine avec de multiples entrées d’eau. Ces entrées d’eau permettent à la fois de brancher une arrivée d’eau chaude et une arrivée d’eau froide, mais également de se brancher sur une conduite d’eau de pluie, afin de diminuer la consommation d’eau potable

Contrairement à nos voisins belges, suisses et allemands, ils existent peu de modèles de machine à laver le linge, avec arrivée d’eau chaude, disponibles à l’achat en France.

L’ Allwater de Miele est un appareil équipé de 2 arrivées d’eau (froide/chaude) et effectue automatiquement un réglage de la température en alternant l’utilisation des deux arrivées d’eau.

Un mitigeur branché sur la machine à laver

Avant d’installer l’eau chaude directement sur la machine à laver le linge ou la vaisselle, il convient de vérifier que celle-ci peut le supporter, sous peine de casser la machine. Les modèles classiques peuvent être alimentés directement en eau chaude s’ils sont munis d’un réglage de température.

Le raccordement d’un mitigeur thermostatique est nécéssaire, sur lequel on visse le tuyau d’arrivée d’eau du lave-linge. Prenez un mitigeur thermostatique de sortie de chaudière et non de douche où la température serait trop basse.

Vous adaptez alors la température du mitigeur à celle du programme de lavage (en rajoutant 10°C car l’eau chaude se refroidit au contact du tambour).

Le gros inconvénient de ce système est l’utilisation d’eau chaude pour le rinçage : cela minimise les économies d’énergie.

Pour compenser cet effet, il faudrait baisser la température du mitigeur pour ne pas effectuer tout le cycle de lavage à l’eau chaude. Pour cela, vous pouvez installer une minuterie réglée sur la durée de remplissage pour revenir baisser la température manuellement.

Un commutateur automatique eau froide / eau chaude

Un commutateur automatique du type Alfa Mix ou Preconnex permet d’obtenir une double alimentation d’eau pour tout type de machine. C’est une bonne alternative si vous possédez une machine à laver qui ne possède pas de thermostat dans le corps de chauffe afin de supporter le mitigeur.

Les systèmes Alfa Mix et Preconnex permettent ainsi d’utiliser une source d’eau chaude pour la machine à laver sans que celle-ci soit à double alimentation.

Vous pouvez ainsi régler sur cet appareil la température d’eau souhaitée pour le cycle de lavage (40 ou 60°C par exemple en positionnant la température de la machine à 30° afin que le thermostat électrique ne se déclenche pas). Il est réglable jusqu’à 60°C. Le commutateur automatique permet de passer sur l’eau froide avant le cycle de rinçage, il gère les prélavages, mais ne permet pas de programmer un départ différé.

Son installation est très simple et peut être effectuée avec des compétences minimes en bricolage.

Ce système coûte un peu plus de 300 euros en France, mais se trouve beaucoup moins cher en Allemagne.

L’huile de coude

Un dernier système un peu plus… difficile à utiliser est de remplir sa machine à laver le linge avec de l’eau chaude avant son lancement. Il suffit de verser à l’aide d’un seau ou d’un tuyau l’eau chaude dans sa machine à laver, puis d’enclencher le programme.

Bien entendu, ce système n’est valide que pour les machines à chargement vertical et non frontal. Par ailleurs, il ne permet pas de bénéficier des tarifs de nuit… sauf à être insomniaque !

Tout ceci a pour but de vous faire réaliser des économies durables, c’est à dire dépenser moins en économisant la planète !

ajoutez cet article a votre liste de favoris