De grandes enseignes annoncent des engagements ambitieux pour la préservation des océans

Dans A LA UNE, Alimentation, Animaux, Durable, Environnement, L'eau par le 9 octobre 2017Pas de commentaire

En octobre 2017, le MSC fêtera ses 20 ans en France à travers une grande campagne qui célèbre les progrès constants réalisés par les pêcheries certifiées MSC. Aujourd’hui, ouvre ses portes à Malte une conférence de 2 jours qui a pour objectifs de stimuler l’implantation de solutions conjointes et de prendre des engagements de haut niveau pour la gestion durable de nos océans. Alors green washing ou réelle avancée ?

L’engagement fort des entreprises leaders des produits de la mer

Parmi les partenaires du MSC qui annoncent des engagements ambitieux, se trouvent le distributeur japonais Aeon, et le géant chinois du e-commerce, Tmall Fresh. Avec pour objectif 2020 de parvenir à proposer 20 % de produits de la mer labellisés, ils ont la capacité de transformer le secteur. La Chine et le Japon sont les deux plus grands marchés mondiaux de produits de la mer. Les engagements à long terme de grandes enseignes multinationales telles que Nomad Foods Europe, Carrefour, McDonalds et IKEA, ont également stimulé la certification et encouragé de nouveaux acteurs à participer au programme MSC. Aujourd’hui, plus de 90 % des poissons de Nomad Foods Europe issus de la capture sauvage sont labellisés MSC, et Carrefour vise à ce qu’en 2020 un poisson sur deux proposés dans ses rayons poissonnerie soit originaire de sources durables.

Des objectifs de durabilité pour des pêcheries dans le monde entier

De grandes pêcheries ont également déterminé des objectifs, comme par exemple les Organisations de Producteurs des pêcheries danoises, représentant tous les pêcheurs commerciaux danois, pour obtenir la certification MSC pour plus de 90 % des pêcheries nationales, réaffirmant leur engagement pour la mise en place d’améliorations pour les océans. L’organisation des pêcheries durables islandaises (Icelandic Sustainable Fisheries), qui représente une cinquantaine de sociétés islandaises majeures en produits de la mer, s’est fixé pour objectif d’obtenir la certification MSC pour la totalité des pêcheries commerciales du pays, tandis que près de 70 % de la capture actuelle est déjà labellisée.

« Le MSC propose une structure unique en son genre favorisant une relation directe entre les producteurs de produits de la mer et les consommateurs, tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de l’océan à l’assiette. Nous apportons un soutien actif aux pêcheries pour concrétiser leur volonté de durabilité et aux partenaires commerciaux pour réaliser leur objectif d’amélioration de leurs propres opérations et agir en tant qu’agents de changement dans le secteur, » précise M. Howes. « Le MSC vise à préserver toute la rigueur et la fermeté de notre Référentiel mondial pour une pêche durable et responsable à l’égard de l’environnement et apporte des améliorations là où nécessaire. En coopération avec nos partenaires, le MSC s’engage à apporter des changements réels et durables pour garantir la viabilité des océans et proposer des produits de la mer pour le futur. »

Les objectifs annoncés par les leaders en produits de la mer sont établis dans le cadre de l’engagement de MSC présenté également à Malte cette semaine, en vue d’introduire 20 % des captures marines sauvages mondiales dans son programme d’ici à 2020. Pour y parvenir, le MSC portera une attention soutenue aux écosystèmes qui sont actuellement sous-représentés dans son programme et qui sont confrontés à une capture intensive et dont la biodiversité est menacée, et proposera de nouveaux outils aux pêcheries des pays du Sud pour être labellisées MSC.

Les pêcheries certifiées MSC représentent actuellement 12 % des captures sauvages mondiales et de nouvelles données indiquent que le volume des produits de la mer labellisés MSC a augmenté de 10 % au cours de la seule année passée (de 660 000 environ en mars 2016 à 731 000 en mars 2017).

Des améliorations environnementales concrètes

Le rapport MSC sur les impacts environnementaux montre également que 94 % des pêcheries s’engageant dans le programme ont introduit au moins une amélioration pour obtenir ou conserver la labellisation, représentant un total de plus de 1 200 améliorations sur les 16 dernières années. En général, les pêcheries certifiées visent des populations de poissons en meilleur état dans les années suivant la labellisation et présentent une variabilité moins importante dans la pérennité des stocks de poissons cibles par rapport aux pêcheries non certifiées.

Les Référentiels environnementaux du MSC pour une pêche durable répondent aux directives internationales de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (UNFAO) et la Global Sustainable Seafood Initiative (GSSI), présentes toutes deux à la conférence de Malte. Les pêcheries qui satisfont aux Référentiels MSC sont soumises à une évaluation indépendante, des audits réguliers et se doivent d’introduire dans certains cas des améliorations pour continuer à satisfaire aux meilleures pratiques.

Quels sont les engagements pris pour 2020 ?

Engagement MSC: 20% d’ici 2020
Le Marine Stewardship Council a annoncé son engagement à engager 20% de la capture maritime mondiale dans son programme d’ici 2020, en soutenant la productivité et la résilience dans les écosystèmes marins d’importance mondiale. Avec cet engagement, le MSC contribue aux efforts mondiaux visant à améliorer la gestion des pêches et à assurer l’utilisation durable de nos océans, améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans le futur. Pour encourager une accélération des améliorations dans les délais fixés par les objectifs de SDG, l’ambition du MSC, plus précisément, pour la période allant jusqu’à 2020 est de:

  1. Augmenter le nombre de grands écosystèmes marins importants dans lesquels plus de 20% des captures maritimes sont certifiées MSC
  2. Augmenter le nombre d’espèces commerciales clés pour lesquelles 20% des prises mondiales sont certifiées MSC
  3. Accroître considérablement le nombre de pêches engagées dans le programme MSC dans le Sud mondial


Quelles sont les société concernées ?

2020 Leaders for a Living Ocean, une initiative du Marine Stewardship Council (MSC), regroupe 27 entreprises leaders du monde entier qui s’engagent à promouvoir l’offre, le commerce et la disponibilité en produits de la mer durables, traçables et certifiés. Cette alliance repose sur plus de 300 pêcheries et 3 000 enseignes de la chaîne d’approvisionnement, parmi lesquelles 80 distributeurs phares engagés dans la production et la vente de produits de la mer certifiés MSC.

  • Alibaba Group / TMall (Chine / En ligne)

Tmall Fresh s’engage à élaborer une politique durable d’approvisionnement en produits de la mer et à travailler avec MSC dans le but d’approvisionner au moins 20% de ses fruits de mer sauvages vendus sur Tmall Supermarket et M. Fresh de sources certifiées durables d’ici 2020.

  • Aeon Group (Japon / détail)

Aeon s’engage à faire en sorte qu’en 2020, 20% de tous les produits de la mer vendus chez les détaillants au sein du groupe AEON soient certifiés MSC ou ASC et veillent à ce que tous les magasins et supermarchés de marchandises générales consolidés sous AEON Co., Ltd. Acquérir la certification de la chaîne de sécurité MSC (CoC), à l’exception des petites entreprises sans traitement et emballage en magasin.

  • Aldi Group (International / retail)

ALDI SOUTH et ALDI North s’engagent pour toutes les matières premières utilisées pour les produits de la pêche et des produits de la mer dans notre gamme d’articles de base et saisonniers frais / surgelés en Allemagne certifiés MSC d’ici la fin de 2017. En outre, en termes d’opérations mondiales , ALDI SOUTH et ALDI Nord s’engagent à accroître la part des produits provenant de pêches certifiées MSC et gérées de manière responsable.

  • Ahold Delhaize Group (International / retail)

La politique de fruits de mer d’Ahold Delhaize se concentre sur l’augmentation du pourcentage de produits de fruits de mer de notre marque qui sont certifiés de manière crédible, ce qui contribue à l’engagement de «20 par 2020» de MSC.

  • Albert Heijn (Pays-Bas et Belgique / détail)

Albert Heijn veut que tous les produits de la pêche sous sa propre marque soient intégralement certifiés dès que possible. Pour cet objectif, nous visons à obtenir la certification MSC, mais lorsque de tels produits certifiés ne sont pas disponibles pour certaines espèces de poissons, nous utilisons également d’autres systèmes de certification crédibles. Pour notre marque privée / marque de marque, les poissons sauvages et congelés, Albert Heijn s’est engagé à travailler avec ses fournisseurs et le secteur de la pêche pour combler les dernières lacunes restantes et pour rendre tous les produits de capture sauvage disponibles sous la certification MSC d’ici 2020. Un exemple de ceci est notre travail avec les partenaires pour obtenir la crevette blanche certifiée MSC.

  • Carrefour (International / Retail)

Carrefour a fixé une cible mondiale pour vendre un poisson sur deux à partir de sources durables d’ici 2020. Pour réaliser cet engagement, Carrefour travaille avec ses fournisseurs pour choisir du poisson à partir de stocks sains, promouvoir des méthodes de capture plus sélectives, développer une aquaculture durable en réduisant les antibiotiques et en utilisant des aliments non liés aux OGM et en luttant contre la pêche illégale. Le MSC est l’un des outils que nous utilisons pour atteindre cet objectif. Aujourd’hui, plus de 60 produits de la marque Carrefour sont certifiés MSC dans nos différentes étagères. C’est en travaillant collectivement avec les gouvernements, les pêcheurs, les fournisseurs, les détaillants, les consommateurs et les ONG, que nous pouvons réaliser une transformation du marché vers la durabilité et assurer l’accès à la diversité marine à tous nos clients.

  • Coles (Australie / détail)

Coles reconnaît que la pêche bien gérée et responsable est essentielle à la durabilité future de nos écosystèmes marins et s’est engagée à ne vendre que des fruits de mer de Coles Brand. Coles a entrepris des évaluations indépendantes de centaines de produits de la mer sauvages et cultivés afin de satisfaire les exigences énergétiques robustes de Coles Brand. Cela signifie que Coles a examiné l’impact sur l’environnement, ainsi que la façon et les endroits où les fruits de mer sont capturés, afin de maintenir les populations et les habitats de poissons saine. Coles continuera de travailler avec des organisations comme le MSC, afin de donner confiance à ses clients pour aider à mieux choisir nos océans.

  • Colruyt Group (Belgique / détail)

Colruyt Group s’est engagé à approvisionner 100% des «poissons sauvages» utilisés dans nos 125 produits de marques propres conformément à ces critères de durabilité: exclusion de la pêche INN; de populations saines; méthodes de pêche durables (avec impact minimal et capture accessoire); des pêcheries avec une gestion et une traçabilité solides. Nous provenons de pêches certifiées MSC. Si les espèces ne peuvent être certifiées MSC, nous utilisons d’autres évaluations indépendantes. Notre poisson congelé et frais répond à 100% grâce à nos critères de durabilité et 85% de nos produits sont déjà certifiés MSC. Nous prévoyons 90% d’ici 2020. Le reste est évalué par l’institut scientifique belge, ILVO. Notre thon en conserve sera 100% conforme à nos critères d’ici la fin de 2019 et nous présentons un albacore certifié MSC et un bonite.

  • Organisations danoises de producteurs halieutiques [Danemark / secteur des captures]

Les organisations danoises de producteurs de pêche (Organisme danois de producteurs de pêcheurs et Organisme pélagique danois) représentent tous les pêcheurs commerciaux danois et pratiquement toutes les captures. L’ambition danoise pour la pêche durable et la certification MSC n’est pas nouvelle et son engagement original en 2010 a contribué à faire en sorte que l’industrie européenne et internationale de la pêche des fruits de mer soit plus durable. Le secteur danois a connu deux percées majeures en 2016 pour obtenir la certification MSC pour la pêche à la morue de la mer du Nord et la pêche pour les essences industrielles, le lançon, le sprat et la moue norvégienne. Avec ces certifications, l’industrie de la pêche danoise compte maintenant plus de 90% de toutes les pêches MSC certifiées. Les organisations de producteurs danoises travaillent avec tous les principaux acteurs danois dans la conduite des améliorations dans et sur l’eau, et cet engagement envers la pêche durable et la certification MSC vient à un moment où certains des océans du monde sont sous pression. Le dynamisme du secteur des pêches danoises en vue de l’obtention de la certification MSC pour toutes ses pêches montre le dévouement du secteur à un avenir durable pour les mers et les océans qui nous entourent.

  • El Corte Inglés (Espagne / détail)

El Corte Inglés a adopté une politique d’achat durable et responsable pour les fruits de mer en 2011 qui vise à contribuer à la durabilité et à la protection des espèces marines, tout en garantissant la satisfaction de la demande des consommateurs et en soutenant la continuité de toutes les industries liées à la pêche.

Dans le cadre de cette politique, l’engagement de El Corte Inglés 2020 est d’augmenter progressivement le volume et les ventes de produits marqués MSC proposés dans leurs magasins en priorisant les fruits de mer durables certifiés MSC dans leurs comptoirs de poisson frais en Espagne et au Portugal (à partir de 100% de la morue) et en introduisant autant que possible les produits de marques propres étiquetés MSC.

En outre, El Corte Inglés a pour objectif de promouvoir et de communiquer de manière significative la valeur ajoutée des produits de la pêche durable certifiée avec les fournisseurs et s’engage également à développer un dialogue multipartite avec les consommateurs, l’industrie, les scientifiques et les organisations afin d’atteindre 100% des sources de poisson durables.

  • Eroski (Espagne / détail)

EROSKI s’est engagé à donner la priorité aux produits marins durables certifiés MSC dans leur comptoir de poisson frais, dans le but d’atteindre 700 compteurs humides avec certification de la chaîne de détention et 1800 tonnes de poisson marqué MSC en 2020. La certification des poissonniers EROSKI représente un important bond en avant dans la mise en œuvre de notre politique de pêche durable qui s’engage à commercialiser du poisson frais provenant de pêches qui ont l’approche la plus respectueuse de l’environnement de l’écosystème marin, l’utilisation de techniques de pêche durables et l’étiquetage transparent et la communication avec les consommateurs. Les premières espèces certifiées MSC introduites ont été le germon, l’anchois et la morue. Eroski travaille en collaboration avec des fournisseurs pour l’introduction du homard canadien, de la morue islandaise, de la palourde, de la sole NL, de la sardine basque et des produits surimi entre autres. Dans le thon, Eroski s’attend à atteindre 10% du volume de tous les thon en conserve échangés dans nos magasins issus de Pole & Line, MSC, FIP complet, APR ou FAD-free. Pour 2018, notre objectif est d’atteindre 20% et pour 2019 les 30%.

  • FishTales (marque Pays-Bas / fruits de mer)

FishTales relie les consommateurs de poissons frais et conservés à des pêches durables et aux pêcheurs audacieux qui se rendent en mer pour les meilleures prises. FishTales s’engage à contribuer à la réalisation du but 14 du développement durable en dotant 95% de son assortiment complet de captures sauvages certifié MSC d’ici 2020. FishTales compte actuellement 90% de ses certifications MSC de SKU (100% des produits de détail, 80% de hors de la maison des produits).

  • IKEA (International / détail et service alimentaire)

IKEA s’est engagée à fournir à tous les poissons et fruits de mer des sources responsables et durables d’ici septembre 2015, des certificats de pêche certifiés aux normes et aux fermes du Marine Stewardship Council (MSC) certifiées selon les normes ASC (Aquaculture Stewardship Council). En ce sens, IKEA a apporté des poissons et des fruits de mer de manière responsable et durable à plusieurs pays qui n’avaient jamais utilisé le label MSC ou ASC. Aujourd’hui, IKEA propose des poissons et des fruits de mer certifiés dans plus de 400 magasins IKEA dans 49 pays. Chaque année, environ 650 millions de personnes bénéficient de l’offre alimentaire IKEA. IKEA a largement atteint son objectif vis-à-vis de poissons et de fruits de mer certifiés à 100%: quelques marchés plus petits confrontés à une disponibilité limitée ou des restrictions d’importation complexes et des écrevisses restent des exceptions. La certification des écrevisse n’est pas encore possible.

  • ISF Icelandic Sustainable Fisheries (secteur Islande / secteur des captures et secteur de la chaîne d’approvisionnement)

Iceland Sustainable Fisheries (ISF) est une organisation d’adhésion ouverte avec environ 50 membres des principales sociétés islandaises de fruits de mer. L’ISF et ses membres en 2012 ont entrepris conjointement un projet ambitieux pour obtenir la certification MSC pour toutes les pêches islandaises commerciales. Le projet commence à produire des résultats impressionnants, et ISF et ses membres ont engagé une majorité d’espèces récoltées commercialement en Islande dans le programme MSC. À l’heure actuelle, la proportion des prises débarquées par les pêches certifiées MSC est d’environ 65 à 70%. Le plan consiste à avoir 100% des prises commerciales certifiées MSC dans quelques années. Les espèces de grandes quantités sont maintenant à la fin du processus d’évaluation, telles que le merou bleu et le maquereau et la faible quantité, mais les espèces de grande valeur approchent de la fin du processus d’évaluation, qui sont le pêcheur et le flétan du Groenland. Il est précieux que l’industrie islandaise des produits de la mer soit évaluée par rapport à la norme internationale robuste et nous pouvons présenter nos performances sur le marché international. Il est important de s’améliorer.

  • Isidro 1952, SL (Espagne / marque de fruits de mer)

Isidro 1952, SL est une société espagnole basée en Galice qui se spécialise dans la valorisation et la commodité des produits à base de poisson destinés à la consommation humaine. La mer est notre essence et notre mode de vie, et donc notre engagement envers la pêche durable a été un fait depuis notre départ. Nos objectifs pour 2020 en matière de durabilité sont les suivants:

Augmenter la commercialisation de produits avec des espèces durables avec une certification MSC de 10% des ventes courantes en volume.
Inclure la durabilité comme élément clé de notre stratégie de communication vis-à-vis des utilisateurs finaux afin de promouvoir une consommation responsable
Participez activement à toutes les campagnes promotionnelles et publicitaires organisées par le MSC et d’autres organisations reconnues, dans le but de sensibiliser les consommateurs à l’importance de la durabilité.
Contribuer à l’introduction sur le marché espagnol de nouvelles espèces commerciales avec des certifications durables mondialement reconnues.
Japan coop logo

  • Syndicat coopératif japonais des consommateurs (Japon / détail)

15% des produits marins privés de COOP (par valeur) portent déjà l’étiquette MSC bleue. COOP a l’intention de renforcer la gamme de produits MSC disponibles pour les membres COOP d’ici 2020. À cette fin, COOP travaille avec ses fournisseurs nationaux et étrangers pour les aider à acquérir une certification. Dans le même temps, COOP intensifie ses efforts pour améliorer la communication avec ses membres afin de sensibiliser le public au programme MSC.

  • JUMBO (Pays-Bas / détail)

Jumbo est la deuxième plus grande organisation de supermarchés aux Pays-Bas (580 magasins, 3 marchés alimentaires, magasin en ligne, 350 points de ramassage et livraison à domicile). En tant qu’entreprise familiale, Jumbo croit qu’il est important de considérer le monde qui l’entoure. Notre point de départ est que les produits devraient être produits avec attention au bien-être des humains, des animaux et de l’environnement. Les améliorations devraient être réalisables et abordables. Facile pour le producteur et abordable pour le client. La certification MSC et ASC peut assurer ceci. En 2020, nous cherchons à vendre uniquement des fruits de mer – frais et transformés – à partir d’une chaîne à 100%. Fait important, cette assurance est assurée par des parties indépendantes. Écolabels tels que MSC et ASC fournissent cette assurance. Pour les espèces de fruits de mer pour lesquelles la certification MSC ou ASC n’est pas disponible, nous participerons à des programmes d’amélioration dans le but d’obtenir la certification MSC ou ASC dans les 5 ans. Des questions telles que le salaire minimum et le bien-être des animaux seront bien entendu également prises en compte. En outre, la chaîne de supermarchés améliore encore son système d’information sur les produits, traçant les produits au niveau du navire ou de l’étang.

  • Kroger (États-Unis / détail)

L’offre de fruits de mer durables et cultivés à la ferme est importante pour nos clients et Kroger. En 2016, Kroger a élargi son travail avec des organisations de premier plan comme le Marine Stewardship Council et World Wildlife Fund et les principaux objectifs de durabilité des produits de la mer. D’ici à 2020, Kroger fournira 100% de ses produits de la pêche sauvages provenant de pêches certifiées MSC, dans l’évaluation complète du MSC, dans des projets complets d’amélioration des pêches ou certifiés par d’autres programmes reconnus par la GSSI. Kroger proposera préférentiellement des produits de la mer sauvages certifiés MSC et, d’ici 2020, Kroger fournira au moins 90% de son volume provenant de pêches certifiées MSC. Kroger s’engage également à continuer d’approvisionner 100% de thon stable à l’étagère des entreprises participant à l’ISSF. D’ici 2020, tout le thon en conserve de nos marques indiquera que le thon provient des entreprises participant à l’ISSF.www.sustainability.kroger.com .

  • Mars Petcare (marques internationales pour animaux de compagnie)

Les fruits de mer sont une partie importante du régime de nombreux animaux de compagnie et des personnes dans le monde entier. Dans notre plan «Durable en une génération», nous nous sommes engagés à adopter des pratiques durables pour obtenir cette ressource précieuse afin que nous puissions continuer à proposer des produits contenant du poisson pour les générations futures. En 2016, 43% de nos ingrédients de poisson et de fruits de mer ont été approvisionnés de manière durable. Notre ambition est de générer durablement 100% de nos ingrédients de poisson et de fruits de mer d’ici 2020. Nous utilisons notre stratégie 4R pour réduire, remplacer, rassurer et respecter. Nous nous engageons à réduire notre utilisation de poissons et de filets entiers; remplacer les ingrédients de nos produits dérivés des espèces de poissons vulnérables; rassurer les parties prenantes en obtenant une certification de tiers pour les ingrédients d’origine durable; et nous cherchons à faire en sorte que les droits de l’homme soient respectés dans nos chaînes d’approvisionnement en poissons dans le monde, tout d’abord, en mettant l’accent sur la Thaïlande. Nous reconnaissons que les solutions et les impacts à l’échelle nécessitent une collaboration. Nous créons des partenariats tels que ceux avec MSC et ASC, pour trouver et mettre en valeur des solutions innovantes pour une croissance durable. Notre plan « durable dans une génération » accélère nos efforts pour que la génération d’aujourd’hui et de demain se développe et que la planète va aussi.

  • McDonalds (International / service alimentaire)

L’approvisionnement durable en poisson fait partie de la stratégie de développement durable de McDonald’s. Nous sommes fiers de noter que globalement, 100% du poisson blanc pour notre Filet-O-Fish provient de pêches durables. De plus, McDonald’s a obtenu la certification du Marine Stewardship Council (MSC) en Amérique du Nord, en Europe et au Brésil, ce qui a permis de renforcer l’engagement ambitieux de MSC pour les écosystèmes marins résilients et productifs à l’échelle mondiale.

  • Nomad Foods (marques internationales / fruits de mer)

Depuis qu’il est devenu membre fondateur du MSC en 1997, notre engagement à augmenter continuellement la quantité de poisson certifié MSC que nous fournissons pour nos produits Iglo, Birds Eye et Findus a permis des résultats quantifiables. Aujourd’hui, plus de 90% des poissons sauvages capturés que nous utilisons sont certifiés MSC et nous sommes de loin le plus grand utilisateur de l’écolabel MSC à l’échelle mondiale. En tant que plus grande entreprise agroalimentaire d’Europe, notre objectif est d’aider les consommateurs à prendre des choix alimentaires sains et nutritifs en augmentant la consommation de poisson en Europe. Notre relation à long terme avec le MSC signifie que, à mesure que nous atteindrons nos ambitions, nous augmenterons naturellement le volume de poisson certifié MSC consommé par les consommateurs au cours des trois prochaines années. Nous sommes fiers d’appuyer les principes de l’ONU SDG 14 et de jouer un rôle dans la réalisation de la vision du MSC pour fournir aux consommateurs des poissons d’origine durable.

  • ORKLA Foods Sverige AB (Suède)

100% MSC d’ici 2020 – c’est l’engagement d’Orkla Foods Sverige. Toutes les ressources marines provenant d’Orkla Foods Sverige doivent être pêchées conformément aux principes suivants.

Les espèces et les stocks de poissons ne devraient pas être notés dans la liste de l’UICN en voie de disparition.
Pas de surpêche, pêche illégale, non déclarée ou non réglementée
Traçabilité complète
Méthodes de pêche durables
Respect des droits de l’homme et des travailleurs.
Orkla Foods Sverige a atteint avec succès 90% de son objectif. Aujourd’hui, 110 produits sur 123 dans nos huit marques marines; Abba, Kalles, Limfjord entre autres, sont certifiés MSC. Nous utiliserons autant que possible le MSC pour sécuriser toute la chaîne de valeur et aider les consommateurs à prendre des décisions durables. Si les espèces ne peuvent pas être certifiées MSC, nous utiliserons d’autres évaluations indépendantes, sous la supervision de notre Orkla Marine Expert.

  • Parlevliet & Van der Plas (secteur international des captures)

En tant que membre de l’association des pêcheurs de l’Association des chalutiers Pelagic-Freezer, le Groupe P & P a pris l’initiative de certifier les pêches dans lesquelles il est impliqué en fonction des critères MSC. La première pêche à être attribuée avec le label MSC a été la pêche au hareng dans la mer du Nord, en 2006. Ensuite, a suivi d’autres pêches pélagiques et démersales dans la partie nord-est de l’océan Atlantique. P & P Group s’efforce de s’assurer que les pêches suivantes dans lesquelles les navires du groupe P & P opèrent sont certifiées selon la norme MSC: (1) La pêche sur le flétan du Groenland à l’est du Groenland; (2) La pêche au flétan du Groenland à l’ouest du Groenland; (3) La pêche du thon dans l’océan Indien et l’Océan Atlantique; (4) La pêche sur les crevettes de marijuana au Guyana.

  • PNA (secteur international / pêche – thon)

D’ici 2020, les Parties à l’Accord de Nauru (PNA), 8 petits pays insulaires dont les eaux produisent près de 60% de toutes les captures de thon skip dans l’Océan Pacifique occidental et central (WCPO) et qui contrôlent collectivement environ 30% du thon mondial fourniture, s’engage à:
s’assurer que 100% des DCP à la dérive dans leur juridiction océanique seront suivis et enregistrés afin de renforcer la conservation et la gestion durable de l’écosystème; les deux tiers de la capture gratuite de thon de l’école dans les eaux de l’ANP, représentant environ 400 000 tonnes métriques, certifiées MSC et Pacific Pacific Co; et en favorisant l’adoption des règles de contrôle des récoltes pour le listao WCPO dans la Commission des pêches du Pacifique occidental et central (WCPFC), l’ANP vise à voir que plus de 50% de la population de bonites non cultivées est récolté annuellement et en s’engageant à améliorer sa gestion l’efficacité et la transparence, continuera à maintenir son statut d’un des stocks de thon les plus sains à l’échelle mondiale.

  • Sainsbury’s (vente au détail au Royaume-Uni)

Toutes les ventes de poisson de Sainsbury seront certifiées indépendantes comme étant durables d’ici à 2020.

  • Union thaïlandaise (marque internationale des produits de la mer)

L’engagement de Thai Union est que tout notre thon soit durablement approvisionné, dans le but d’atteindre un minimum de 75% de nos propres marques de thon provenant de pêches certifiées par Marine Stewardship Council (MSC) ou dans un Projet d’amélioration des pêches ( FIP) d’ici la fin de 2020. L’Union thaïlandaise investira 90 millions de dollars dans des initiatives, y compris l’établissement de nouveaux PIF, qui regroupent les parties prenantes pour identifier les défis environnementaux dans une pêcherie, élaborer un plan pour y remédier et travailler ensemble pour mettre en œuvre le plan.

  • Département de l’industrie et du développement régional de l’Australie occidentale et du Conseil de l’industrie de la pêche de l’Australie occidentale (secteur des prises d’Australie)

Le Département des industries primaires et du développement régional de l’Australie occidentale, en partenariat avec le Conseil de l’industrie de la pêche australienne de l’Ouest (WAFIC) et avec le soutien du gouvernement de l’État, s’est engagé dans un programme qui permettra à toutes les pêcheries commerciales de l’État d’atteindre le MSC certification.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Sea Shepherd renonce à traquer les baleiniers japonais en mer du sud

Dans A LA UNE, Environnement par le 9 septembre 2017Pas de commentaire

En 2002 Paul Watson (fondateur de Sea Shepherd) était arrêté pour avoir fait obstacle au Varadero, un bateau costaricain, en pleine pêche aux requins. Mais il aurait aussi pu subir les foudres de la justice japonaise qui le hait profondément pour ses exactions en mer du Sud contre les baleiniers japonais. La rédaction du blog avait réagi à la publication du journal Le monde concernant un article sur les stocks invendus de viande de baleine au Japon qui atteignent près de 6000 Tonnes ! 15 ans après, ou en est-on ? La situation a-t-elle évoluée du côté du Japon ? Vous allez découvrir dans cet article que c’est encore pire, car la marine japonaise n’hésite pas à mettre des moyens militaires colossaux pour soutenir les baleiniers dans leurs campagnes d’extermination des baleines en mer du Sud

seashepherd

Face à l’arsenal maritime japonais, Sea Shepherd renonce à traquer les baleiniers dans les mers du Sud

L’ONG écologiste Sea Shepherd a annoncé que face à la puissance maritime déployée par les chasseurs de baleines au Japon, elle ne pourrait mener à bien sa traque annuelle pour défendre les cétacés dans les mers du Sud pour la saison 2017-2018.

 

L'ocean Warrior

L’ocean Warrior

Malgré son investissement l’année dernière dans un nouveau navire futuriste et ultra-rapide, l’Ocean-Warrior (un navire high tech qui a coûté 8,3 millions d’euros financé grâce à un système de loterie associative aux Pays-Bas) l’ONG de Paul Watson a annoncé devoir abandonner avec regrets sa prochaine traque annuelle de baleiniers japonais dans les mers du Sud.

 

Become a Part of Sea Shepherd History#NEWS: The Ocean Warrior is Coming

For almost 40 years Sea Shepherd has fought for the oceans, yet poaching, hunting, and illegal fishing still ravages our seas. With the help of the Dutch Postcode Lottery, the People’s Postcode Lottery in the United Kingdom and the Svenska Postkod Stiftelsen in Sweden, we now have the state of the art Ocean Warrior, the fifteenth vessel in our history.

We need your help to send the Ocean Warrior on its maiden voyage.

http://seashepherdglobal.org/OW

#SeaShepherd #OceanWarrior

Publié par Sea Shepherd Global sur jeudi 21 juillet 2016

 

« Nous n’enverrons pas de navires dans les mers du Sud cette année, mais nous n’oublions pas ce sanctuaire et ses baleines » : dans un communiqué (lire ci dessous), l’organisation de défense des océans a estimé que de nouvelles stratégies récemment mises en place par le Japon empêchent ses militants d’œuvrer efficacement pour sauver les baleines dans cette région. « Nous avons besoin de cultiver de nouvelles ressources et tactiques ainsi que notre capacité à faire cesser les activités des baleiniers japonais« , explique le texte qui argue son infériorité stratégique et de moyens face à la marine nippone.

Le fondateur de Sea Shepherd, le capitaine Paul Watson, se penche sur tout ce que Sea Shepherd a accompli dans nos campagnes de défense des baleines de l’océan austral au cours des 12 dernières années, malgré les chances incroyables, et pourquoi les récents changements dans les tactiques illégales de chasse à la baleine du Japon signifient que nous devons changer notre stratégie pour futures campagnes.

Campagne victorieuse en antarctique en 2015 2016

Campagne victorieuse en antarctique en 2015 2016

Sea Shepherd accuse le Japon de déployer contre elle un arsenal militaire et de se servir de nouvelles lois anti-terroristes

Selon Paul Watson et son organisation, le Japon fait usage de techniques et de stratégies militaires pour se prémunir contre les défenseurs des cétacés :
« Nous avons découvert que le Japon avait désormais recours à une surveillance militaire pour suivre en temps réel par satellite les mouvements des bateaux de Sea Shepherd et s’ils savent où sont nos bateaux à tout moment, ils peuvent facilement nous éviter« , affirme le communiqué. Et d’ajouter : « Nous ne pouvons pas faire face à un tel niveau de technologie. »

Ils affirment en outre que le Japon est passé un cran au-dessus en faisant passer cette année des lois anti-terroristes précisément destinées à nuire aux activités de Sea Shepherd. Le pays considère en effet que l’ONG a recours à des méthodes terroristes et son capitaine emblématique Paul Watson y est qualifié d’ »écoterroriste« . « Pour la première fois, le Japon a déclaré qu’il pourrait déployer ses forces maritimes pour défendre ses activités baleinières« , est-il également écrit. Il est aussi noté que l’organisation a été la cible de grenades incapacitantes, et elle accuse les baleiniers d’avoir tenté de saboter ses navires.

Le Misshin maru, un baleinier japonais qui a subit les foudres de Sea Shepherd lors de la campagne 2015

Dans un combat de David contre Goliath, Sea Shepherd s’interroge : « Le choix auquel nous sommes confrontés est le suivant : continuons-nous à affecter nos ressources limitées dans une nouvelle campagne dans l’océan Austral qui aura peu de chance de succès. Ou ne faut-il pas se rassembler avec des stratégies et tactiques différentes ? » Et tranche par la négative. Soulignant au passage avec amertume que les gouvernements de Nouvelle-Zélande, d’Australie et des États-Unis, par leur manque de soutien, voire par leur


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Urgence en océans profonds !

Dans Environnement par le 4 décembre 20133 Commentaires
campagne contre le chalutage en eau profonde

campagne contre le chalutage en eau profonde

2013 est une année cruciale pour la protection des océans profonds : la Commission européenne a proposé l’interdiction du chalutage profond, une méthode de pêche décrite par les chercheurs comme « la plus destructrice de l’histoire » : d’immenses filets lestés raclent les fonds marins jusqu’à 1800 mètres de profondeur et dévastent des écosystèmes multimillénaires et des espèces vulnérables, dont certaines sont menacées d’extinction.

En France, moins de dix navires sont impliqués dans la pêche profonde au chalut de fond. Six d’entre eux appartiennent à la flotte d’Intermarché. Malgré les millions d’euros d’aides publiques qu’ils perçoivent, ces navires industriels sont tous déficitaires. Le chalutage profond est un gouffre à fonds publics ; il n’existerait pas sans le soutien de nos impôts.

Les lobbies de la pêche industrielle font pression sur les États membres de l’Union européenne et les députés du Parlement européen pour éviter l’interdiction (…) Lire la suite sur le site de l’auteur >>

Texte de la pétition qui vise à interdire le chalutage en eaux profondes

Nous, citoyens de France et du monde, vous exhortons à soutenir la proposition européenne d’interdire le chalutage en eaux profondes, qui est reconnu comme l’une des méthodes de pêche les plus destructrices de l’histoire. Cette activité résiduelle, déficitaire et subventionnée ne concerne que neuf navires en France mais son impact environnemental est disproportionné : d’immenses filets lestés ratissent les milieux océaniques les plus vulnérables et capturent plus de 100 espèces, ensuite rejetées, dont certaines menacées d’extinction. Ces pêches industrielles dévastent le patrimoine naturel de l’humanité en rasant des coraux multimillénaires, détenteurs du record de longévité animale sur terre. M. Hollande, honorez la promesse « d’excellence environnementale » que vous avez faite aux Français et mettez fin à cette déforestation des océans profonds qui déshonore la France. Soutenez sans équivoque la proposition d’interdiction du chalutage en eaux profondes.
Signez la pétition ici
Vous pouvez aussi soutenir l’association Bloom en faisant un don

Quelques chiffres sur la pêche en France :

24 000 marins en France
La pêche génère 70 000 emplois directs et indirects
Coût d’acquisition d’un navire neuf : 3 à 4 millions d’euros
Âge moyen des navires de pêche français : 25 ans
Évolution de la flottille de pêche française en nombre de navires
1938 : 21 812 1950 : 16 623 2012: 7235

Le chalutage de type industriel nuit gravement à l’environnement, mais aussi à l’image de la pêche, notamment la pêche artisanale. Pourtant certains œuvre pour un changement des mentalités. Découvrez le projet Fish2Eco-Energy

ajoutez cet article a votre liste de favoris