La France se dote enfin de sa première éolienne offshore

Dans A LA UNE, Communication, Éolienne par le 25 octobre 2017Pas de commentaire

Vendredi 13 octobre 2017, la France a inauguré sa première éolienne en mer. Gageons que ce vendredi 13 lui portera bonheur et que cela fera date dans l’histoire des éoliennes françaises offshore. Conçue par Ideol, une société basée à La Ciotat (13), et fabriquée par Bouygues Travaux Publics, c’est la technologie portée par Floatgen qui a été sélectionnée pour cette éolienne car elle offre de nombreux avantages par rapport à l’éolien fixé en mer.

eolienne-flottante

L’éolien en mer flottant combine compétitivité-prix et maximisation des retombées économiques locales même si ce n’est pas au goût de tout le monde, notamment les défenseurs de l’environnement qui luttent parfois de manière irraisonnable contre cet éolien flottant ou pas. Pour preuve, le parc naturel marin (PNM) des estuaires picards et de la mer d’Opale a rendu un avis négatif sur le projet de parc éolien en mer de Dieppe – Le Tréport. Sur les 62 éoliennes qui doivent être installées au large du Tréport, un tiers se trouve dans la zone du PNM. Cet avis consultatif pourrait être suivi d’un avis conforme du Conseil d’administration de l’Agence française de la Biodiversité. Un choix qui met en difficulté la filière des énergies marines renouvelables et l’atteinte de l’objectif de 40% d’électricité renouvelable d’ici 2030

Présentation de l’éolienne


Baptisée sur le Quai des Darses à Saint-Nazaire devant 300 acteurs internationaux on espère que c’est le début d’une nouvelle filière industrielle pour la France, car nous avons un retard important face à nos homologues européens.


Quels objectifs pour cette éolienne ?

Cette éolienne d’une puissance de 2 MW s’apprête donc à rejoindre le site d’essais en mer SEM-REV de l’École Centrale de Nantes (une grande école d’ingénieurs fondée en 1919)
et du CNRS qu’on ne présente plus. C’est au large du Croisic qu’elle sera installée pour une durée initiale de deux ans. L’électricité produite sera injectée sur le réseau électrique pendant toute la durée de l’exploitation. L’objectif de ce projet est de confirmer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant. Il est aussi de démontrer que la solution technologique d’Ideol est la plus compétitive sur le marché. S’affranchissant de la contrainte de profondeur, les éoliennes en mer flottantes ouvrent très largement le potentiel de marché, plus de 80% des ressources éoliennes en mer étant situées à plus de 60 mètres de profondeur. Elles peuvent de plus être installées plus au large et donc avoir un impact visuel faible ou inexistant depuis la côte. Enfin, en profitant de vents plus constants et plus forts, elles permettent d’augmenter le rendement de production de l’électricité. Une révolution technologique qui dessine l’avenir de l’éolien en mer.

Télécharger le dossier sur la technologie Floatgen >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Inauguration du parc d’Arguel de 18 machines dans la Somme (brève)

Dans Communication, Energies, Entreprise, Éolienne par le 9 octobre 2017Pas de commentaire

CNR et son partenaire energieTEAM inaugurent un parc de 18 éoliennes sur les communes d’Andainville, Arguël, Fresnoy-Andainville et Saint-Maulvis

Didier Lhuillier, Directeur général de CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et Ralf Grass, Président d’energieTEAM,  ont inauguré ce jour le parc éolien d’Arguël dans la Somme. D’une puissance de 42,2 MW, ce parc éolien est le 38ème mis en service par CNR, en partenariat avec energieTEAM.  Il illustre la politique soutenue de développement initiée depuis 10 ans par CNR dans les énergies renouvelables aux côtés des territoires. Il permet à CNR de disposer de 476 MW de puissance installée en éolien et à energieTEAM d’être le 3e exploitant français après Engie et EDF.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Nhéolis une révolution dans l’éolien pour le particulier

Dans Éolienne par le 9 octobre 20096 Commentaires

Une éolienne mini mais qui fait le maximum

Une start-up aixoise lance sur le marché la première éolienne tridimensionnelle. Plus petite et… plus performante que sa grande sœur qui fleurit dans le monde entier, elle va révolutionner le petit monde de l’énergie cinétique. Un modèle pour le particulier est disponible !

Enfin une éolienne pour le particulier !!

Enfin une éolienne pour le particulier !!

« La loi de Betz détermine qu’une éolienne ne pourra jamais convertir en énergie mécanique plus de 16/27 (ou 59 %) de l’énergie cinétique contenue dans le vent ».
Le savant allemand doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe. L’objet de ses tourments, qui contourne cette affirmation vieille d’un siècle chaque jour, se nomme Nordine Haddjeri.
Directeur de marketing d’un laboratoire pharmaceutique, ce passionné de voile et de cerfs-volants a très vite été sensibilisé au développement durable. Voici quatre ans, il décide de se lancer dans la conception d’une éolienne tridimensionnelle.
En août 2007, le premier prototype, un engin avec des paies de 3,50 mètres de long et de deux mètres de diamètre pour 400 kilos, voit le jour.
«J’ai vendu ma voiture, utilisé mes indemnités, un prêt personnel et d’amis pour me lancer dans l’aventure» explique t-il. On peut alors le voir sur la route de Lavera avec son camion transportant une éolienne sur un échafaudage et roulant pour mesurer la vitesse du vent. Trois mois après ces tests réussis, le voici qui crée Nhéolis.

«Le problème de la start-up restait : le financement et la crédibilité».

Lorsque Marc Lassus, fondateur et ancien pdg de Gemplus, se penche sur le berceau, et en devient le business angels, les ailes de Nhéolis peuvent enfin se déployer. «Marc Lassus a vu notre machine dans un garage à Marseille. Il était venu avec un aérodynamicien qui pensait qu’il était impossible qu’elle tourne» se souvient le pdg. Il y avait peu de vent ce jour là… Mais l’éolienne tridimensionnelle a bel et bien tourné. Trois mois plus tard, Nhéolis s’installait à Aix-en-Provence, tout en gardant son atelier à Marseille, et Marc Lassus devenait le conseiller stratégique à plein temps de la start-up.
En mai 2008, la société lève près de 2 M€ et signe un partenariat avec l’Onera, le centre français de recherches aérospatiales (146 000 euros).
Trois brevets internationaux sont déposés : un pour le concept de base et deux sur l’amélioration des pales et nouvelles formes de paies. Aujourd’hui, Nhéolis propose deux produits en série limitée: une éolienne destinée aux particuliers (environ 8000 euros) et une autre pour les entreprises (environ 15000 euros) qui sont vendues par des distributeurs.
«L’éolienne ne se définit pas en investissement mais en retour sur investissement. Plus il y a de vent, plus le retour sur investissement est court. Ce marché aura besoin d’incitations» souligne Nordine Haddjeri.
«Le marché reste jeune et nous avons déjà installé des éoliennes en France, en Italie, en Grande-Bretagne et en Espagne. Il faut nous dimensionner à l’international».
La société devrait être rentable en 2010.

Les avantages de l’éolienne tridimensionnelle

L’éolienne de Nhéolis présente cinq avantages par rapport aux autres éoliennes.

  • Compacte : A puissance égale, elle présente moins d’encombrement qu’une éolienne classique
  • Robuste : Le tridimensionnel permet d’haubaner les pales sur l’axe. Les éoliennes de Nhéolis ont ainsi tenu lors de la tempête du 29 janvier 2009 dans le sud-ouest alors que les arbres tombaient
  • Auto directionnelle : Elle se met automatiquement en face du vent
  • Silencieuse : Quasiment car les pales tridimensionnelles ne cisaillent pas le fluide
  • Productive : A espace égal, elle produit plus qu’une éolienne classique

Néholis en chiffres :
Création 24 décembre 2007
Chiffre d’affaires 100 000 euros en 2008 (16 M€ en 2010 et 37 M€ en 2011)
Effectif : 14 (4 au début de l’année et 36 d’ici fin 2010)
Objectifs : 400 éoliennes avant janvier 2010. 1000 d’ici 201
Site web : www.nheolis.com

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’énergie éolienne

Dans Éolienne par le 25 mai 20091 Commentaire
Parc éolien Off-shore

Parc éolien Off-shore

Une éolienne est une machine permettant de convertir l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique. Cette énergie mécanique a été utilisée au cours des âges pour pomper l’eau ou moudre le grain.

Les machines actuelles sont utilisées pour produire de l’électricité qui est consommée localement (sites isolés), ou injectée dans le réseau électrique (éoliennes connectées au réseau) grâce à la RTE. L’application « connecté réseau » ou « grand éolien » représente, en terme de puissance installée, la quasi totalité du marché éolien.

Il existe deux types d’application de l’énergie éolienne :

  • Les grands aérogénérateurs récents, installés dans les parcs éoliens, développent une puissance d’environ 2 MW, ce qui permet d’alimenter en électricité environ 2 000 foyers (hors chauffage). Le mât est en général deux fois plus haut que la longueur des pales : de l’ordre de 100 m pour des pales de 50 m.
  • Les petites éoliennes domestiques, destinées aux particuliers fonctionnent sur le même principe. Leur puissance varie entre 0,1 et 20 kW. Le mât mesure généralement entre 10 et 3 m. Elles peuvent alimenter des bâtiments isolés non reliés au réseau électrique ou bien être raccordées au réseau pour une vente de la production.

Malgré des certifications et des normes imposées à ce genre de matériel, des accidents surviennent des nuisances (nuisances sonores, nuisances paysagère, etc.) viennent assombrir le tableau.

Qu’en est-il vraiment ?

Voici quelques uns de nos conseils pour l’éolien >>

N’hésitez pas à réagir à nos conseils !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’activité « Grand Eolien »

Dans Éolienne par le 25 mai 2009Pas de commentaire

L’éolien dans le Monde

Eoliennes

Eoliennes

L’énergie éolienne a poursuivi, en 2008 encore, sa « success story » mondiale en tant que source d’énergie la plus dynamique. Depuis 2005, l’ensemble des installations éoliennes a plus que doublé. Le chiffre d’affaire mondial du secteur éolien s’élève en 2008 à 40 milliards d’euros.
Les États-Unis et la Chine sont les nouveaux leaders du secteur et représentent 50.8% des ventes d’éoliennes en 2008.
On estime que l’énergie éolienne sera capable de contribuer en 2020 à au moins 12% de la consommation électrique mondiale. Une capacité globale d’au moins 1 500 000 MW peut être attendue pour 2020.

Répartition au niveau continental

En termes de répartition continentale, l’extension peut être vue ainsi : de manière générale, le foyer du secteur éolien se déplace de l’Europe vers l’Asie et l’Amérique du Nord. La part totale de l’Europe est tombée de 65.5% en 2006 à 61% en 2007 puis 54.6% en 2008.

Il y a seulement 4 ans, l’Europe dominait le marché mondial avec 70.7% des nouvelles capacités. En 2008, le continent a perdu cette position et, pour la première fois, l’Europe (32.8%), l’Amérique du Nord (32.6%) et l’Asie (31.5%) présentent des parts de marché comparables pour les nouvelles capacités.

Cependant, l’Europe reste le premier continent producteur alors que l’Amérique du Nord et l’Asie accroissent rapidement leurs parts de marché.

L’Europe de l’énergie éolienne

L’Europe a perdu sa position dominante mais conserve la position de leader en termes d’installations totales, avec 66 160MW en 2008 contre 23 000MW en 2002.
Le tableau ci-dessous montre l’évolution, année par année, du potentiel de production éolien de l’Europe sur les 8 dernières années et les prévisions jusqu’à 2012.

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Les pays les plus avancés dans le domaine demeurent l’Allemagne (22 GW), l’Espagne (15 GW) et le Danemark (3.1 GW). La France a atteint en 2007 la 5ème position européenne avec un potentiel de 2.4 GW (à seulement 270 MW de l’Italie, 4ème et bien moins dynamique).

L’éolien en France

La France bénéficie d’un gisement éolien important, le deuxième en Europe, après les Îles britanniques.
En effet le territoire français dispose d’un relief exceptionnel pour l’exploitation de l’énergie éolienne. Bordé par les montagnes ou par la mer, c’est un territoire propice à l’utilisation de cette énergie renouvelable grâce à la constance des vents dans plusieurs régions de France.
Les zones régulièrement et fortement ventées se situent sur la façade ouest du pays, de la Vendée au Pas-de-Calais, en vallée du Rhône et sur la côte languedocienne. Les régimes des vents sont différents dans ces trois secteurs, ce qui les rend complémentaires les uns des autres.

Vitesse du vent en France

Vitesse du vent en France

Etat des lieux

Entre 2007 et 2008, l’augmentation de la puissance du parc éolien représente près de 1000 MW (+37 %), soit un total de puissance installée de 3400 MW. A noter que la production des centrales nucléaires, quand à elle, baisse très légèrement (-0,1%) par rapport à 2007.
En 5 ans, la production d’électricité issue de l’énergie du vent a été multipliée par 14.
En ce début 2009, la puissance totale installée sur le territoire français, s’élève à 3 404 Mégawatts pour 2350 éoliennes. Cette énergie fait vivre 7 000 employés en France, et permet d’éviter le rejet de 1,65 million de tonnes de CO2 en 2008.
La France est aujourd’hui au 3ème rang européen en termes de marché annuel et 5ème en termes de puissance installée.

Perspectives du marché éolien en France

Malgré ces « résultats positifs », il existe un vrai décalage entre les objectifs volontaristes de l’état, 17 000 MW à l’horizon de 2015 et 25 000 MW en 2020, soit 10 % de la consommation française, contre environ 3 500 MW actuellement.
Pour atteindre les premiers objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement (puissance installée fin 2012 : 11 500 MW), il faudra installer environ chaque année 2 000 MW en moyenne, alors que 950 MW ont été installés en 2008.
Cela s’explique en partie par le phénomène contestataire face à l’éolien, spécifique à la France, et à des procédures administratives parmi les plus lourdes en Europe et dans le monde. Le lobby nucléaire étant une des principales raisons de notre faible engagement dans cette énergie renouvelable, donc propre.
La part de l’éolien dans la production électrique nationale est encore faible (5,6 TWh en 2008, soit un peu plus de 1 %).

Records éoliens :

  • En Novembre 2008, l’énergie maximale produite sur une journée a atteint 46 GWh.
  • Encore en Novembre 2008, un maximum instantané de production a été atteint avec une puissance de 2255 MW, ce qui correspond à un facteur de charge (énergie produite rapportée à la puissance installée) de plus de 70%.

Afin de mieux situer ces chiffres pas toujours explicites, sur l’année 2008, le facteur de charge mensuel est resté très variable, de 10% à 37%, pour une valeur moyenne sur l’année de 23%.

La grande variabilité des rendements est liée, par nature, à l’intermittence des conditions de vent.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Parcs éoliens, leurs cartographies

Dans Éolienne par le 25 mai 20093 Commentaires

Carte de France des éoliennes

L'activité éolienne en France

L'activité éolienne en France

Les deux plus grands parcs d’énergie éolienne en France sont ceux de Fruges dans le Pas de Calais et celui de Léthuin, en Eure-et-Loir.
Celui de Fruges, compte 70 éoliennes pour une puissance totale installée de 140 MW. Ce parc peut alimenter une population d’environ 126 000 habitants.
En ce qui concerne Léthuin, il comptabilise 26 éoliennes 2MW chacune pour un total de 52MW. Il alimente environ 44.500 foyers et est exploité par EDF qui revend ensuite à la RTE sa production.

Carte d’Europe des éoliennes

Un suivi rigoureux et fréquent est nécessaire pour dresser une carte éolienne de chaque pays et, multiplié par le nombre de pays en Europe, cette tâche devient des plus compliquées.
Sur la carte ci-dessous, datant de 2007, certains parcs sont manquants. Ceci est dû à la non mise à jour des données. Ces manques concernent principalement l’Allemagne et le Danemark.
Néanmoins, cette carte permet de situer généralement l’activité du grand éolien en Europe.

L'éolien en Europe

L'éolien en Europe

Vous pouvez télécharger le baromètre de l’éolien en France et en Europe, document en français et anglais

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’éolienne et la RTE

Dans Éolienne par le 25 mai 2009Pas de commentaire

Malgré l’intermittence de sa production due aux aléas climatiques, l’énergie éolienne participe à l’équilibre de l’offre et de la demande d’énergie sur le réseau électrique géré par la RTE.
On estime aujourd’hui, que 20 000 MW d’éoliennes prévues en 2020 est équivalent à 4 000 MW de moyens de production thermique. Une source non négligeable de réduction de gaz à effet de serre (GES) comme le CO2. Le Grand éolien contribue donc à la réduction du carbone émit pour la production d’électricité.

Niveau de production des parcs éoliens en France

Niveau de production des parcs éoliens en France

Les outils

Face au développement des énergies renouvelables et tout particulièrement de l’éolien, il est nécessaire pour la RTE de disposer d’outils adaptés pour intégrer leurs particularités dans l’exploitation du système électrique.
Ceci est dû principalement à l’accroissement rapide des puissances installées, mais aussi par une production raccordée essentiellement sur les réseaux de distribution. La forte variabilité de la production et le comportement des machines, différant en fonction des technologies, ne simplifient pas la tâche des gestionnaires.

Moyens mis en œuvre

RTE a donc engagé plusieurs travaux pour mieux intégrer ces nouvelles énergies propres dans le système électrique en s’efforçant de disposer d’une mesure de la production en temps réel des éoliennes, appelée « Observabilité ». De mettre en place des plates-formes afin de visualiser la production d’énergie des éoliennes.
Enfin, la RTE a développé un modèle de prévisions de production éolienne. Ce modèle simple et robuste est alimenté par l’historique de la production, réalisée par chaque parc éolien, et par les prévisions de vent fournies par météo-France. Les premiers résultats du modèle sont d’ores et déjà satisfaisants.

Consommation d’électricité en France

De façon générale la consommation d’électricité dépend :

  • Des données climatiques : les variations de température ont une conséquence directe sur l’utilisation du chauffage électrique en hiver ou de la climatisation en été. Le taux de couverture nuageuse (la nébulosité) a également un effet sur l’utilisation de l’éclairage.
  • De l’activité économique : ainsi les week ends, les jours fériés, ou durant les périodes de congés, la consommation est différente de celle observée les jours travaillés.
  • Des acteurs du marché qui transmettent à la RTE, du jour pour le lendemain, les informations relatives aux programmes de production prévus, aux possibilités de modulation de la production ou de la consommation, et aux échanges avec l’étranger.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’éolienne domestique

Dans Éolienne par le 25 mai 20094 Commentaires

Les éoliennes domestiques sont bien moins imposantes que leurs grandes sœurs industrielles. De ce fait, leur production en est elle aussi réduite.

Elles mesurent en général de 9 mètres à plus de 30 mètres. La puissance fournie oscille, elle, entre 300W à 35kW.
La faisabilité d’un projet d’éolien va surtout dépendre de la force et de la constance des vents. À moins de 20km/h de moyenne annuelle (soit 5,5m/sec), l’installation d’une éolienne domestique n’est pas conseillée.
La localisation géographique et topographique est importante : à Narbonne, une éolienne sera efficace presque partout. À Dijon, il faudra l’installer en haut d’une colline pour qu’elle produise suffisamment.
Une éolienne domestique peut subvenir aux besoins en énergie d’un foyer composé de 4 personnes. Cependant, le raccordement au réseau électrique classique n’est pas à abandonner, car, à cause des aléas climatiques des coupures de courant peuvent survenir, durant plus ou moins longtemps.
De plus, lorsqu’il s’agit de l’électrification d’un site isolé, une batterie doit être reliée au système pour permettre le stockage de l’énergie dégagée pour ensuite la restituer.
Lorsqu’il s’agît d’une habitation déjà raccordée au réseau électrique classique, celle-ci a deux solutions pour traiter l’énergie produite :

  • Elle l’utilise, afin de subvenir à ses besoins et revend le surplus à la EDF, au travers du réseau RTE. Dans ce cas, l’installation d’une batterie n’est pas indispensable puisqu’en cas d’insuffisance du vent, l’électricité du réseau prend automatiquement le relais.
  • Elle revend toute son énergie produite à EDF. Cette solution permet de revendre son énergie produite plus chère que ce qu’on l’achète : 8,2 c€/kWh pendant 10 ans, puis entre 2,8 et 8,2 c€/kWh pendant 5 ans selon les sites.

A savoir que depuis juillet 2007, l’obligation d’achat de la production électrique par EDF n’existe que dans les zones de développement de l’éolien (ZDE) définies pour le Grand Eolien, ce qui est un frein à l’essor de l’éolien domestique.
Il existe par contre des accords avec des opérateurs privés (ex : partenariat Weole Energy et Direct Energie) qui permettent à tous ceux qui le souhaitent de revendre leurs surplus de production éolienne sur le réseau électrique.

La législation concernant l’éolienne domestique

Du point de vue législatif, l’installation d’une éolienne domestique est accessible à tout le monde. En effet, pour les installations mesurant moins de 12m, hors pales (mât et nacelle), aucun permis de construire n’est exigé et aucune déclaration n’est à faire.
Cependant, au-delà de cette limite, il est obligatoire d’obtenir un permis de construire avant de procéder à l’installation. La délivrance du permis dépend de l’utilisation finale de l’énergie produite :

  • Si elle est destinée à l’autoconsommation, c’est le maire de la commune qui délivre le permis.
  • Pour une production à revendre, c’est le préfet du département qui représente l’autorité compétente.

Les aides et subventions

L’énergie éolienne étant une énergie renouvelable, elle bénéficie des avantages fiscaux suivants :

  • D’un crédit d’impôt de 50% du coût du matériel TTC hors frais de pose. La seule condition est qu’elle soit destinée à une résidence principale neuve, ancienne ou encore en construction.
  • Un taux de TVA réduit à 5,5% peut également être obtenu pour la fourniture et l’installation dans une résidence principale ou secondaire achevée depuis plus de deux ans.
  • D’autres organismes peuvent également, apporter des aides. L’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) peut accorder une subvention, si le logement a plus de quinze ans et qu’il est la résidence principale de son propriétaire ou celle d’un locataire.

La rentabilité de l’éolienne domestique

Il est important de confier la réalisation de cette étude à un professionnel pour éviter les erreurs. En effet, la rentabilité de l’éolienne domestique est encore un sujet qui fait débat. Investir dans une éolienne n’est pas donné à tout le monde :
- 10 000€ HT pour une machine de 1 Kilowatt
- 70 000€ pour une de 20 Kilowatts

Entre autres, sa performance dépend largement de la vitesse moyenne du vent et de la taille de l’éolienne.
Pour une petite éolienne domestique à axe horizontal de moins de 12 m, avec 3 pâles en fibre de verre renforcé à transmission directe, le prix TTC (avec la TVA réduite) varie suivant la puissance de l’éolienne.

  • Pour une installation non raccordée au réseau, il faut compter aux alentours de 2000€ pour 400W jusqu’à 40 000€ pour une éolienne de 10 kW.
  • Pour les éoliennes raccordées au réseau, pour une puissance de 2kW comptez aux alentours de 11 000€, pouvant aller jusqu’à 20 kilowatts pour environ 45 000 euros.

Il est important de noter que ces prix, sont ceux de l’éolienne seule. Ils ne tiennent donc pas compte du matériel annexe, nécessaire au bon fonctionnement de l’installation (batteries, onduleurs …). Il ne comprend pas non plus les frais d’installation.

Voici quelques uns de nos conseils pour l’éolien >>

N’hésitez pas à réagir à nos conseils !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Énergie éolienne, certifications et normes

Dans Éolienne par le 25 mai 20091 Commentaire

Il existe plusieurs certifications portant sur l’énergie éolienne en Europe, d’origine danoise, hollandaise et allemande. Ceci est dû à l’antériorité de leur marché éolien.
En France, il n’existe pas de certification propre à l’éolien (ISO, AFNOR …).

Cependant, il existe la norme EN 50 308 : « Aérogénérateur, Mesures de Protection Exigences pour la Conception, le Fonctionnement et la Maintenance »
Cette norme a été prescrite par le Comité Européen de Normalisation Electrotechnique (CENELEC) sur mandat de la Commission Européenne après avis du Comité « Normes et règles techniques » en tant que norme « harmonisée » au titre de la directive « machines » qui s’apparente à la norme internationale CEI 61 400–1.
Elle fixe « les prescriptions pour les mesures de protection ayant trait à la santé et à la sécurité du personnel, applicables à la mise en service, au fonctionnement, et à la maintenance des éoliennes d’axe horizontal ».
Ses prescriptions tiennent compte des risques mécaniques (chutes, glissement, …), thermiques (incendie, brûlures …), électriques, engendrés par le bruit ou résultant de la non observation des principes d’ergonomie.
Elle fait référence à près d’une trentaine d’autres normes, et notamment aux normes de la série EN 292 (sécurité des machines : principes généraux), qui deviennent ainsi indirectement « harmonisées ».

Cependant, si les industriels souhaitent volontairement faire certifier leurs installations éoliennes, il existe des organismes indépendants comme GL (Germanisher Lloyd), réputé comme l’un des plus sévères.

En ce qui concerne les éolienne domestiques, il faut veiller à ce que les appareils vérifient correctement ces normes.

Voici quelques uns de nos conseils pour l’éolien >>

N’hésitez pas à réagir à nos conseils !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Les dangers de l’éolien

Dans Éolienne par le 25 mai 2009Pas de commentaire

Hélas, l’énergie éolienne n’a pas que des aspects positifs …

En effet, quelques accidents, non graves jusqu’à ce jour, peuvent arriver. Mais compte tenu du nombre d’installations éoliennes à travers le monde, ce nombre d’accidents reste très faible.
Il existe un groupe anti-éolien, La Fédération Nationale « Vent de Colère ! », militant contre cette énergie. Ils recensent, entre autres, les principales nuisances occasionnées ainsi que les accidents survenus.

Parc éolien

Parc éolien

Nombre d’accidents

En France, seulement 12 accidents sont répertoriés depuis une dizaine d’années. Heureusement, il n’y a eu encore aucun dommage corporel à déplorer en France, alors que plus de 3 404 éoliennes sont d’ores et déjà implantées en ce début 2009.

Les risques encourus

D’après des études ministérielles, les dangers présentés par les aérogénérateurs, en France comme à l’étranger, se répartissent en 4 catégories :

  • L’effondrement de la machine. La zone de risque correspond à une surface dont le rayon est limité à la hauteur de l’éolienne, pale comprise
  • La projection d’objets tels que pales ou morceaux de pale. La zone de risque peut atteindre plusieurs centaines de mètres si l’on en juge par l’étude allemande. La chute, plus localisée géographiquement, de blocs de glace peut également intervenir dans certaines régions
  • L’impact de la foudre. La zone de risque de choc électrique résultant de l’action de la foudre se limite aux abords immédiats de l’éolienne. Toutefois, des projections peuvent résulter des effets induits, comme par exemple l’explosion de pales
  • Les accidents du travail. Il s’agit des risques classiques inhérents à des interventions sur chantier, en présence d’équipements sous haute tension ou sur des installations de grande hauteur. Toutefois, ces risques sont ici particulièrement sensibles en raison de la nature des équipements, des travaux à réaliser (notamment dans les nacelles, voire sur les têtes de pales) et de l’isolement des installations
Accident éolien

Accident éolien

ajoutez cet article a votre liste de favoris