Semaine Européenne de la Réduction des Déchets du 18 au 26 novembre

Dans A LA UNE, Alimentation, Autres Recyclages, Déchets Naturels, Durable, Emballages, Environnement, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 17 novembre 2017Pas de commentaire
SERD2016

Une des affiches de la SERD 2016

Depuis 2013, nous vous parlons de ce sujet sensible qu’est la réduction des déchets, comme l’évoquait déjà notre article Réduisons vite nos déchets, çà déborde !. A votre disposition également notre guide du recyclage pour bien trier ses déchets, qui selon nos lecteurs est une bonne source de conseils. Pour l’édition 2017 de la SERD (Semaine Européenne de la Réduction des Déchets), rendez-vous du 18 au 26 novembre un peu partout en France pour tous nous sensibiliser à la réduction des déchets et à la prise de conseils…


Semaine européenne de la réduction des déchets du 18 au 26 novembre !

Semaine européenne de la réduction des déchets du 18 au 26 novembre !L’objectif de la Semaine est de sensibiliser tout un chacun à la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et donner des clés pour agir au quotidien aussi bien à la maison, au bureau ou à l’école, en faisant ses achats ou même en bricolant. Le concept de la Semaine est basé sur la prévention des déchets c’est-à-dire avant que ce dernier ne soit produit, car le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

La prévention des déchets c’est donc agir pour ne pas produire les déchets en consommant mieux (consommation de produits peu emballés, écolabellisés), en produisant mieux (production de produits éco-conçus), en prolongeant la durée de vie des produits (réparation et don) et en jetant moins (compost par exemple) !

La Semaine s’adresse aussi bien aux administrations et collectivités, aux associations, qu’aux scolaires et au grand public. Tout le monde peut agir !

La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets inscrite dans le cadre de la campagne nationale sur la réduction des déchets, est un moment fort de mobilisation. Elle dépasse même nos frontières, la Semaine est également organisée en Europe où près de 12 000 actions ont été organisées dans plus de 27 pays.

Chaque année, lors de la Cérémonie des Trophées de la SERD, les prix sont remis aux porteurs de projet ayant mis en place les actions les plus remarquables, après sélection des primés par un jury national et européen.

Le programme

Vous pouvez consulter le programme de votre région ici >>

Voici plusieurs fiches thématiques conseils à télécharger gratuitement :

 

Mais au fait, Qu’est ce qu’un déchet ?

Consultez notre article qui donne la définition du déchet en droit de l’environnement :

On parle de déchet quand une chose n’est plus susceptible d’être (re)traitée dans des conditions techniques et économiques

 

Comment limiter le gaspillage alimentaire ?

Regardez cette vidéo postée par L’ADEM qui donne quelques conseils pour lutter contre le gaspillage alimentaire !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Programme de recyclage Nespresso, greenwashing ou réelle avancée ?

Dans A LA UNE, Alimentation, Autres Recyclages, Communication, Déchets Naturels, Durable, Emballages, Entreprise, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 2 mai 20174 Commentaires

Un membre de notre organisation est récemment passé dans un centre commercial devant un container de recyclage des capsules Nespresso. Sur le comptoir du magasin dépositaire, on y trouve des prospectus expliquant le processus de recyclage engagé par cette société. Nous avons décortiqué la méthode et vous livrons ici notre sentiment sur les 3 points clés du programme :

  1. 5000 points dédiés à la collecte en France.
  2. Un centre de traitement spécialisé pour les capsules
  3. La seconde vie des capsules

Comment sont recyclées les capsules ?

recyclage-capsule-nespresso-aluminium-marc-de-cafe

Les capsules sont acheminées par camion en France et arrivent sur une chaine ou le marc de café et l’aluminium sont séparés.

Les capsules sont acheminées par camion en France et arrivent sur une chaine ou elles sont ouvertes. Le marc de café et l’aluminium sont séparés.
L’aluminium qui est un métal recyclable à l’infini est envoyé par camion vers une usine de recyclage, et le marc de café est envoyé dans des déchèteries pour faire du composte.
Sur le principe, vous le savez, nous sommes tout à fait favorables aux programmes de recyclage (voir notre article sur le tri sélectif et le guide du recyclage).

Cependant, il faut quand même se poser un certain nombre de questions. Qu’est ce qui m’empêche aujourd’hui de recycler moi-même ces fameuses capsules ?
La réponse est RIEN ! L’aluminium se recycle dans la poubelle jaune. Le marc de café va dans le bac à composte. What else ? Nothing Mr Restrito…

Conseils pour recycler vos capsules vous-même

  • Vous n’avez pas de bac à composte, placer le marc dans une boite et une fois de temps en temps, faite un saut à votre déchèterie la plus proche pour la vider.
  • Vous avez un bac de compostage, pensez à laisser sécher le marc de café au préalable avant de le mélanger au reste de votre composte.
  • Vous l’ignorez peut être mais le marc de café a de très bonnes vertus pour vos plantations et peut être ajouté directement dans la terre, sans passer par la phase compostage (respectez la période de séchage et n’en mettez pas trop quand même !).

Notre ressenti sur l’opération Nespresso ?

C’est au niveau du bilan carbone que ce programme n’est pas satisfaisant. Trop de transports sont utilisés pour acheminer les capsules vers les centres de tri alors que vous pouvez le faire vous-même à la maison.
On peut se demander si ce programme n’est pas un immense coup de pub ? Une forme de greenwashing car 5000 points dédiés à la collecte munis de prospectus sont autant de publicités déguisées pour la marque.

Soulignons tout de même un point positif, dans le cadre d’ AluCycle™, Nespresso et l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) travaillent ensemble pour promouvoir la création d’un « Aluminium Responsable ». Ce programme vise à  améliorer les normes et les pratiques écologiques dans l’industrie de l’aluminium. Les usines d’aluminium et autres industries lourdes ont un retard considérable en matière d’écologie et continuent de polluer fortement l’environnement. Le programme concerne tous les acteurs de la chaine de l’aluminium : sociétés minières de bauxite, entreprises de recyclage, organismes de protection de l’environnement, des droits de l’homme et du travail, organismes académiques, gouvernementaux et internationaux.

On pourra surtout regretter le manque singulier d’engagement de Nestlé dans un réel programme de développement durable pour sa filière café. Le modèle proposé est principalement le commerce équitable. Ce qui est certes une avancée pour les producteurs, mais pas sur le long terme.

Quelles alternatives à Nespresso ?

Bonne nouvelle pour les bio-addicts consommateurs de café qui ont succombé aux dosettes, vous pourrez vous servir un café bio à votre machine Nespresso ! Mais pas avec les capsules du géant de Nestlé. C’est une petite entreprise allemande, Gourmesso, qui a pris cette initiative de produire des capsules de café compatibles Nespresso contenant du café issu de l’agriculture biologique.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Recyclage, passez à la vitesse supérieure !

Dans A LA UNE, Emballages, Recyclage, Tri sélectif par le 30 janvier 20143 Commentaires

Entre le Japon et la côte ouest des Etats-Unis, il existe un gigantesque courant marin tourbillonnaire nommé le vortex. Son flux puissant attire et emprisonne des déchets flottants dans des zones qu’on appelle « gyre ». Celle du pacifique s’étend sur une superficie équivalant à celle de l’Europe !
Afin de lutter contre cette pollution qui menace les écosystèmes marins et valoriser simultanément ces détritus que personne ne collecte, un cabinet d’architecture de Rotterdam (le WHIM) propose de les transformer en… une île artificielle d’une superficie de 10 000 kilomètres carrés.  L’idée de nettoyer la mer et de créer un nouvel habitat en même temps est une solution très intéressante, mais le chantier semble titanesque.

dechets-flottants

Chaque année, entre 5 et 20 millions de tonnes de plastique sont déversées dans nos océans. L’île imaginée par Ramon Knoester, approximativement de la taille de l’île d’Hawaï, serait constituée exclusivement de plastique. Pour la bâtir, des unités de retraitement flottantes fabriqueraient sur place des dalles de plastique recyclé qui serviraient de structure à l’île artificielle. Sur cette base viendraient ensuite se greffer d’autres modules produits à partir du recyclage, notamment des bacs de plastique à remplir de terre pour constituer un sol naturel dans lequel planter fruits et légumes.

Un projet viable ?

Masdar, la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet

Masdar, la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet

Comme souvent dans ce genre de projet ; l’effet d’annonce créer un peu de buzz et puis le projet retombe comme un soufflet. Vous avez surement entendu parlé de Masdar City la ville durable qui est née en plein désert. L’ambition était grandiose : pour 18 milliards de dollars, il s’agissait d’inventer la première ville sans pétrole, zéro carbone, zéro déchet. Une éco cité solaire en somme !
Pari tenu : Masdar, c’est une architecture traditionnelle mêlant le pisé aux panneaux photovoltaïques, les arcs et les colonnes, aux toits végétalisés et des modes de transport inventifs. Écoutez le témoignage d’un des rares journaliste à s’être rendu sur place pour constater de visu le résultat final
Seul petit problème, la ville est déserte. Gageons cependant qu’elle finira bien par se remplir. Dubaï n’accueillera pas tout le monde et une ville de plusieurs degrés plus fraîche que la capitale pourrait bien à terme attirer de riches entrepreneurs qui souhaitent sortir de la torpeur des grandes villes.

En attendant, je recycle…

En Europe il n’y a aucun projet de cette envergure. Cependant, nos pays commencent vraiment à prendre le recyclage au sérieux depuis que des filières industrielles de recyclage naissent ici et là. Comme d’habitude la France est en retard, sauf en matière de traitement des matières plastiques. Les français, eux ont toujours du mal à faire l’effort de bien trier leurs poubelles. Subsiste cette idée saugrenue mais bien française, qu’il faudrait rétribuer nos concitoyens, sous une forme ou une autre, pour leurs efforts de recyclage !


Lorsque l’on fait des études consommateur, on se rend compte que les gens la plupart du temps ne savent pas bien trier leurs déchets. Alors pour remédier à ce problème, nous vous invitons à découvrir ce portail internet du recyclage conçu pour permettre à chacun de trouver une solution de recyclage à tout type de déchet.

http://www.lesjoyeuxrecycleurs.com/memento-recyclage

ljr_recyclage_6_box_bureauConcrètement, il fonctionne comme un moteur de recherche. L’utilisateur saisit le déchet qu’il souhaite recycler et se voit proposer en retour des fiches déchets (papiers, gobelets en plastique, gravats, chaussures, etc.). Sur chaque fiche déchet est indiquée en premier lieu la (ou les) solution(s) recyclage. Cela peut être par exemple le type de poubelle lorsqu’on se trouve à son domicile, ou bien un point d’apport en extérieur (une déchetterie, une borne de collecte pour les vêtements, etc.).
L’objectif est d’y recenser à terme tous les points de collecte existant en France. Lorsqu’elles existent, l’utilisateur peut y trouver les principales consignes de tri : à titre d’illustration concernant le papier, cela peut être de laisser ou non les agrafes, les trombones… ou alors la possibilité de recycler les enveloppes à fenêtre…

Pour les entreprises, il existe aussi une large gamme de boites dédiées au recyclage.

Bon recyclage !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Réduisons vite nos déchets, çà déborde !

Dans A LA UNE, Autres Recyclages, Déchets Naturels, Electronique, Emballages, Recyclage, Tri sélectif par le 19 décembre 2013Pas de commentaire

590 kilos c’est le poids moyen de déchets rejetés en une année par un français ! Le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’énergie et l’ADEME ont décidé de réagir en créant la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD). Inscrite dans le cadre de cette campagne nationale sur la réduction des déchets, elle dépasse nos frontières nationales, puisqu’elle est également organisée dans plus de 23 pays en Europe où près de 11 000 actions ont été organisées.

Quel est l’objectif de la SERD 2013 ?

Il s’agit avant tout de sensibiliser nos citoyens sur la nécessité de réduire la quantité de déchets générée et de donner des outils pour agir au quotidien. Et pour réduire cette quantité le mieux reste encore de ne pas produire de déchet.

Les actions pour la réduction des déchets menées au niveau européen

Comment réduire ses déchets ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Voici quelques pistes qui seront détaillées plus loin dans notre article

  • Achetez des produits avec des emballages réduits et privilégiez les produits des industriels qui utilise des procédés de fabrication éco-conçus.
  • Prolongez la durée de vie de vos produits en effectuant des réparations ou des dons : Ecoles, crèches, associations caritatives, associations locales, entreprises d’économie sociale… ils reprennent vos anciens matériels. Vous pouvez également revendre certains objets dans les brocantes, braderies, marchés aux puces et vide-greniers
  • Recyclez dans les bornes prévues à cet effet et compostez vos déchets alimentaires (épluchures de légumes, restes de repas, tontes de gazons, feuilles mortes, tailles de haies, etc.)
  • Parcourez le site dédié au recyclage de l’ADEME >>

590 kilos c’est le poids moyen de déchets rejetés en une année par un français !

Comment acheter malin ?

> Avant de partir faire mes courses, je prépare ma liste en regardant ce qu’il reste dans mon réfrigérateur et dans mes placards : cela m’évitera de racheter la même chose. Et je planifie si possible les repas de la semaine.
> Une fois dans le magasin, je suis vigilant sur les dates de péremption et je fais mes achats dans le bon ordre… c’est à dire en finissant mes courses par le frais et le surgelé.
> Si je reçois, j’achète les quantités qui correspondent au nombre de mes invités et je prépare plutôt des plats qui peuvent encore être consommés le lendemain.
>

Comment bien conserver mes aliments ?

> Je respecte le mode de conservation indiqué sur les emballages.
> Je regarde les dates limites de consommation et je range devant ou au-dessus les aliments qui doivent être consommés le plus rapidement.
> Dans le réfrigérateur, je range les produits à la bonne place en fonction des zones de fraîcheur, je les mets dans des boites fermées pour mieux les conserver et je nettoie régulièrement mon frigo pour éviter la prolifération des bactéries.
> Je pense à congeler les aliments pour allonger leur durée de vie mais attention je ne congèle pas des aliments déjà périmés ou trop proches de la date limite de consommation.
> Dans la corbeille de fruits, j’enlève ceux qui sont abîmés : les fruits pourris contaminent ceux qui sont sains.

Comment cuisiner astucieusement ?

> Je cuisine des quantités adaptées au nombre de personnes à table.
> Je regarde la durée de vie des produits que j’ai en stock : j’utilise en priorité les produits entamés et dont la date limite de consommation est la plus proche.
> Je respecte les dosages indiqués sur les recettes et à cette fin j’utilise les instruments appropriés : verre doseur, balance, cuillères à soupe ou à dessert…
> J’accommode les restes en vérifiant au préalable qu’ils sont encore consommables.

Comment trier mes déchets et rapporter mes objets et produits usagés ?

Pour les déchets courants : vieux papiers, déchets d’emballage et de verre je vais au bac de recyclage ou à la déchetterie
Le tri se fait généralement chez moi : je dépose ces produits dans des poubelles dédiées, identifiables grâce à un code couleur et qui font l’objet d’un ramassage spécifique. Des bacs de collecte peuvent également être mis à ma disposition sur la voie publique pour le verre et les papiers.

Pour les déchets plus occasionnels : appareils électriques et électroniques hors d’usage, mobilier cassé, textiles et piles usagées, lampes grillées, médicaments non utilisés, déchets de produits ménagers dangereux…

Différents modes de collecte peuvent exister :

> un service d’enlèvement à domicile pour les encombrants à jour fixe ou sur des points de regroupement, selon les communes ;

> la collecte dans certains magasins pour les piles, cartouches d’encre d’imprimantes, lampes usagées… ;

> la collecte chez les détaillants pour les déchets d’équipements électriques et électroniques ;

> la collecte via des associations, certains magasins, des conteneurs dans la rue, des espaces dédiés en déchéteries pour les textiles, linges de maison et chaussures usagés ;

> la collecte chez les pharmaciens pour les médicaments non utilisés ;

> la collecte dans l’une des 4500 déchèteries installées sur le territoire principalement pour les encombrants, les déchets dangereux et les déchets verts ;

> la collecte via les recycleries (telles que le réseau Emmaüs, le Réseau des ressourceries, etc.) qui récupèrent, valorisent ou réparent des produits tels que les meubles, vêtements, objets de décoration…

Le problème de l’éco-emballage

Je vous invite à découvrir également notre article sur l’Eco-emballage (Attention le logo de la société privée Eco-emballage qui ne signifie pas que l’emballage est recyclé ou sera recyclé !!) et de télécharger notre guide sur le recyclage.

Testez vos connaissances en matière de recyclage !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Le sapin de Noël respecte t-il l’environnement ?

Dans A LA UNE, Bois, Consommation, Déchets Naturels, Emballages, Environnement, Végétaux par le 10 décembre 20131 Commentaire

arcre sapin de noelÀ l’inverse du sapin artificiel qui requiert des produits d’origine pétrolière lors de sa fabrication, la culture du sapin de Noël a des effets positifs sur l’environnement :

  • Limiter les gaz à effets de serre. Au cours de leur croissance, les sapins absorbent du dioxyde de carbone (CO2) pour le transformer en bois et en oxygène. En réduisant le CO2 dans l’atmosphère, ils limitent donc les gaz à effets de serre et favorisent le filtrage de l’air.
  • Offrir un recyclage écologique. 100 % biodégradable, le sapin peut être transformé en copeaux de bois ou composté après les fêtes.
  • Améliorer la stabilité des sols. Grâce à son système racinaire, il réduit les risques d’inondations liées à l’érosion et les ruissellements lors des pluies estivales.

Un circuit de distribution court pour un meilleur bilan carbone

Le transport du sapin de Noël joue un rôle primordial sur son impact sur l’environnement. Pour mieux respecter la nature, il est important de privilégier un sapin produit localement, qui voyage peu. Les français continuent de marquer leur préférence pour le sapin naturel.

Les foyers français ont été 22,9 % à faire l’acquisition d’un sapin, parmi lesquels 19,3 % ont fait le choix du naturel contre 3,6 % pour l’artificiel.
Les puristes préfèreront la replantation en jardin avec décoration sur pied tous les ans. Encore faut-il avoir un jardin !

Chaque année à partir de la mi-novembre, les sapins de Noël arrivés à maturité sont coupés, mis sous filet puis palettisés pour rejoindre les fleuristes, les jardineries, les grandes surfaces, les marchés…. Pour mener à bien cette logistique ultra-saisonnière, les 1000 emplois permanents sont rejoints par 5000 saisonniers pour accomplir cette mission dans les meilleurs délais. Sur le plan économique et social, la culture du sapin de Noël concourt au développement de l’emploi dans certaines régions défavorisées.

Le sac à sapin d’Handicap International

sac à sapin

Pour acheter le sac à sapin d’Handicap international, cliquez sur l’image

L’Association Française du Sapin de Noël Naturel est partenaire  du programme « Sac à Sapin  » d’Handicap International. Vous le connaissez sûrement, en voici les grandes lignes. Le Sac à Sapin a convaincu plus de 535 000 familles et a permis ainsi de collecter près de 700 000 €.
Pratique et malin, le Sac à Sapin décore le pied du sapin, protège le sol des aiguilles pendant toute la durée des fêtes de Noël, puis emballe proprement le sapin à jeter.
Généreux, le Sac à Sapin est vendu 5 € dont 1,50 € est reversé à Handicap International pour agir en faveur des personnes handicapées dans plus de 60 pays.
100 % biodégradable et compostable, il peut donc être jeté avec le sapin dans le bac des déchets verts, où il se dégradera en 4 à 8 semaines. Le Sac à Sapin est disponible, en France, dans toutes les grandes surfaces alimentaires et spécialisées, dans les grands magasins et chez les fleuristes et pépiniéristes.

Offrir une seconde vie à son sapin

Les particuliers qui souhaitent replanter leur sapin après les fêtes doivent opter pour un arbre cultivé en conteneur, conditionné en pot ou en motte, qui conserve les racines intactes. Ainsi, il pourra entamer une seconde vie avec un maximum de chances de reprise. Cependant, certaines précautions doivent être prises lors de son installation dans la maison et lors de sa replantation.

Dans la maison :

  • ne pas l’installer dans une pièce chauffée à plus de 17 °C (véranda, jardin d’hiver),
  • éviter toute source de chaleur (radiateur, cheminée)
  • prévoir un pied de sapin avec réserve d’eau miser ses aiguilles pour éviter leur dessèchement,
  • le placer dans une pièce non chauffée quelques jours avant de le replanter.

Le jour de sa replantation, il est important de veiller à :

  • éviter un jour où il gèle,
  • imbiber la motte du sapin durant un quart d’heure,
  • ajouter un peu de terreau et de terre de bruyère dans le trou préalablement réalisé,
  • arroser copieusement à la base du sapin.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder une parcelle de terrain, il leur reste la possibilité transformer leur sapin en compost ou en bois de chauffage, après l’avoir fait sécher.

Les différentes sortes de sapin de noël

Pour combler toutes les attentes et correspondre à tous les budgets, les producteurs français de sapins s’engagent à offrir un très large choix de sapins pour les fêtes de fin d’année. Variétés, tailles, présentations,… il est possible de trouver le sapin idéal parmi l’offre proposée. Bien que deux variétés, l’Epicéa et le Nordmann, prédominent sur le marché, différentes espèces de conifères affichent également des qualités intéressantes.

LE NORDMANN : Le majestueux
Apprécié pour ses aiguilles brillantes, souples et douces, le Nordmann se distingue par sa silhouette harmonieuse. Ce sapin à pousse lente atteint en moyenne 2 mètres au bout de 10 à 12 années de culture. C’est le sapin le plus apprécié des Français (69,1 % des parts de marché en 2011).
prix moyen de 27,90 euros

L’EPICEA : La tradition
L’Épicéa se caractérise par sa bonne odeur de résine. Doté de fines aiguilles, il présente une forme conique et généralement touffue. Sa silhouette équilibrée, de la base à la cime, participe à une décoration soignée. Sa pousse est la plus rapide des sapins de Noël : il nécessite 8 ans de culture pour atteindre une taille de 2 mètres.
prix moyen de 16,70 euros.

LE PUNGENS : Le sapin bleu
Plus connu sous le nom de sapin bleu, le Pungens est un sapin original et décoratif. Il se distingue des autres sapins grâce à ses aiguilles bleutées, épaisses et piquantes. Sa pousse est lente : il atteint 10 mètres au bout de 10 années de culture. Sélectionné pour son agréable senteur, le Pungens ne perd pas ses aiguilles avant plusieurs semaines.

L’OMORIKA : L’élégance
Son port lancé et ses aiguilles vert foncé au revers argenté lui valent une élégance particulière. Sa forme effilée nécessite des tailles successives pour qu’il puisse atteindre la silhouette conique tant appréciée. Une fois paré de ses décorations, l’Omorika participe à un décor raffiné.

LE NOBILIS : Résistant et odorant
Distingué, le Nobilis est un sapin pourvu d’aiguilles légèrement bleutées et douces au toucher. Il s’agit d’un arbre à pousse lente qui, une fois coupé, conserve longtemps son bel aspect. Quant à son parfum boisé, il participe à recréer une atmosphère unique dans la maison.

Comment replanter en milieu naturel

Replanter votre sapin de Noël en milieu naturel c’est possible, mais sous certaines conditions :

  • Assurez-vous déjà que l’espèce de sapin (ou autres arbres) puisse s’adapter aux conditions climatiques de votre région. Par exemple, inutile de planter un épicéa à Marseille, il ne résisterait pas à la chaleur.
  • Renseignez-vous sur le propriétaire de la parcelle que vous avez repérée. Il existe 2 sortes de forêts : communales ou domaniales. Privilégiez les forêts communales gérées par les communes et l’ONF. En vous rapprochant de l’agence ONF locale la plus proche de votre lieu d’habitation, vous demanderez à parler à votre garde forestier locale, qui vous indiquera si vous pouvez replanter. Il peut également vous conseiller un autre domaine à replanter en priorité, en fonction de l’urgence.

Pour les forêts domaniales, dont une grande partie est privée, vous ne pouvez bien sûr pas replanter sans autorisation du propriétaire. Comme il est difficile d’identifier chaque propriétaire, nous vous conseillons de vous adresser à votre commune, pour connaitre les propriétaires des parcelles boisées de votre commune.

Enfin, vous pouvez vous regrouper avec vos voisins et présenter une demande à votre Maire pour la création d’une opération locale de reboisement. Les communes ayant des forêts domaniales et/ou communales, certaines acceptent toutes les bonnes volontés, a fortiori quand la main d’œuvre est gratuite !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

SUPER TRASH : le film Documentaire Martin Esposito

Dans Autres Recyclages, Déchets Naturels, Electronique, Emballages, Environnement, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 9 octobre 20131 Commentaire

Ce mercredi 9 octobre 2013 est sorti sur les écrans le film du réalisateur Martin Esposito dénommé « Super Trash »
Il aborde la gestion des déchets dans les décharges avec leurs graves conséquences sur l’environnement et pour la santé .

A cette occasion, une présence symbolique a eu lieu devant les entrées des « lieux de stockage » situés dans les différentes communes suivantes :  Claye Souilly à Vauxaillon, Grisolles à Allemant de Nurlu, Saint-Florentin… Cette première série d’action sera suivie par d’autres initiatives « surprises » durant le trimestre à venir !

Nous rappellerons ainsi  qu’il est nécessaire d’œuvrer pour la réduction et à terme la fin/fermeture  des incinérateurs et des décharges, possible de gérer autrement nos déchets car il existe une vraie alternative crédible  à une  politique déchets du tout incinérateur,  du tout décharge  notamment par la réparation, la réutilisation, le réemploi, le recyclage, la chasse aux gâchis alimentaires organisés et à l’obsolescence programmée.

Cette action bénéficie  bien évidemment du soutien de nombreuses  associations, collectifs, citoyens agissant dans ce domaine en France qui ne pourront participer directement à cette action ce jour là !

 


ajoutez cet article a votre liste de favoris

17ème édition des Initiatives Océanes : tous contre le plastique

Dans A LA UNE, Eaux, Emballages, Environnement, L'eau, Matériaux, Polluants, Pollution, Recyclage, Tri sélectif par le 16 février 20122 Commentaires

En 2011, 42 000 bénévoles se rassemblent dans 35 pays pour donner un petit coup de propre à plus de 1200 plages, lacs et rivières le temps d’un weekend. Ils collectent l’équivalent en volume de 38 bus remplis de déchets aquatiques, parlent de leurs modes de consommation et combattent la pollution des océans.

L’objectif de la campagne 2012

reduction-plasticL’objectif de cette campagne qui se déroulera un peu partout sur les plages du littoral français du 22 au 25 mars 2012 est de réduire l’impact des plastiques à usage unique sur l’environnement marin, en sensibilisant le plus grand nombre aux dangers de la pollution qu’ils créent et en prônant leur réduction à la source, par « la règle des 4 R » : Refusons, Réduisons, Réutilisons et Recyclons.

Voici ce que nous dit Gilles Asenjo, Président de Surfrider Foundation Europe à propos de cette 17ème édition des Initiatives Océanes : tous contre le plastique

Cette campagne, vous l’aurez compris, s’intègrera tout naturellement à la 17ème édition des Initiatives Océanes de Surfrider Foundation Europe qui se déroulera du 22 au 25 mars 2012, partout dans le monde ! Nous connaissons votre attachement à ce rendez-vous, vous connaissez son importance. Rejoignez-nous à cette occasion : cette année, plus que jamais, nous avons tous un rôle à jouer.
Gilles Asenjo.

Ensemble réduisons notre empreinte plastique

Les Initiatives Océanes, ce sont des bénévoles, des représentations locales de Surfrider, des familles, des amis, des enseignants, des camarades de classe, des surfeurs, des bodyboardeurs, des planchistes, des salariés, des journalistes et tout simplement des citoyens qui se mobilisent sur le terrain. Ce sont eux qui font de l’opération ce qu’elle est.

Pour 2012, quel message veulent-ils transmettre ?

Endiguer la prépondérance de plastique est aux yeux des bénévoles la priorité. C’est à la demande des antennes locales de Surfrider Foundation Europe, que l’association a décidé d’intégrer les Initiatives Océanes à la campagne Rise Above Plastics*.
Dans le cadre de leur lutte contre l’indigestion de déchets, rejoignez-nous du 22 au 25 mars 2012 .
* Réduisons notre empreinte plastique !

10 façons de réduire votre empreinte plastique

A l’image de l’empreinte carbone, les gens ont tous une empreinte plastique – qui mesure la quantité de plastique qu’une personne utilise sur une période donnée. Bien qu’il soit impossible – et sans doute irréalisable – d’éliminer entièrement le plastique dans votre vie, vous pouvez prendre des mesures pour réduire les plastiques inutiles.

affiche-initiatives-oceans-2012

L'affiche 2012

Voici 10 façons simples de réduire votre empreinte plastique dans le cadre de la campagne Rise Above Plastics :

  • 1. Arrêtez d’utiliser des bouteilles d’eau à usage unique en plastique. Dans presque tous les cas, l’eau de votre robinet est tout aussi sûre – sinon plus – que l’eau distribuée dans les bouteilles en plastique à usage unique. Au lieu de cela, vous pouvez acheter et utiliser une bouteille réutilisable et la remplir d’eau.
  • 2. Autant que possible, achetez de la nourriture en vrac. Acheter de la nourriture en vrac contribue à réduire la quantité totale de matériaux d’emballages consommés.
  • 3. Passez au numérique ! Achetez votre musique et vos vidéos par voie électronique. Vous éviterez la nécessité de créer des disques et boîtiers en plastique sous cellophane.
  • 4. Arrêtez d’utiliser des sacs d’épicerie en plastique. Chaque année, plus d’un milliard de sacs de plastique sont utilisés dans le monde entier. Parce que ces sacs sont si légers et minces, ils sont facilement transportés par le vent dans l’environnement. A la place, utilisez des sacs réutilisables pour ramener vos courses et autres achats à la maison.
  • 5. Dites « NON » aux portions individuelles pré-emballées. Ces types de produits sont parmi les pires quand il s’agit de suremballage. Refusez les portions individuelles, les emballages excessifs et autres plastiques « jetables ». Emportez des ustensiles réutilisables dans votre sac à main, sac à dos ou voiture en cas de BBQ, pique-nique ou plat à emporter.
  • 6. Les contenants réutilisables c’est top ! Pour le déjeuner et les restes, utilisez des contenants réutilisables au lieu de sacs en plastique. Ils sont tout aussi faciles à utiliser et beaucoup moins nocifs pour la planète.
  • 7. Achetez une tasse de voyage réutilisable. Utilisez une tasse de voyage réutilisable ou à emporter pour le café, le thé et autres boissons achetés. Pensez à tous les couvercles (ainsi que les gobelets en papier ciré) que vous économiserez.
  • 8. Il faut toujours chercher les emballages alternatifs. Beaucoup d’articles comme les boissons gazeuses, les détergents, litière pour chats, etc sont proposés dans un emballage de remplacement (comme l’aluminium ou de carton) qui peut être plus facilement recyclé que le plastique.
  • 9. Achetez et vendez d’occasion. Vêtements, jouets, équipements pour bébé, meubles, articles ménagers, articles de sport et de nombreux autres articles de consommation courante peuvent souvent être trouvés d’occasion, réduisant ainsi la quantité de plastique entrant dans le flux de déchets.
  • 10. Recyclez ! Dans les cas où vous devez utiliser du plastique, s’il vous plaît assurez-vous de le recycler. Vous pouvez allonger le cycle de vie de nombreux plastiques pour fabriquer des objets cool et utiles ! Évitez les sacs en plastique et en mousse de polystyrène vu qu’ils ont généralement des taux de recyclage très faibles.

Vous voulez plus d’action ?

Voici 4 choses faciles à faire pour garder le plastique hors de l’environnement marin :

  • 1. Participez à un nettoyage de plage. Les antennes de Surfrider Foundation organisent des nettoyages mensuels voire plus fréquemment.
  • 2. Soutenez les pétitions et lois d’endiguement des déchets marins, d’interdiction de sacs plastiques et la consigne de recyclage des bouteilles.
  • 3. Passez le mot. Parlez-en à votre famille et vos amis et expliquez-leur pourquoi il est important de toujours rechercher les alternatives au plastique !
  • 4. Rejoignez l’une de nos antennes bénévoles et menez des actions dans le cadre de la campagne Rise Above Plastics.

Bibliographie et ressources

Disponible sur le site officiel, une BD des schtroumpfs sur les déchets aquatiques, un document présentant la durée de vie des déchets et leur type de recyclage, des affiches, des stickers à distribuer chez vos commerçants …


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Le guide du recyclage pour bien trier ses déchets

Dans A LA UNE, Alimentation, Allaitement, Autres Recyclages, Compléments Alimentaires, Déchets Naturels, Durable, Electronique, Emballages, Recyclage, Tri sélectif par le 5 août 20105 Commentaires

Ou en sommes nous avec le recyclage ?

Composition de la poubelle type du Français. Image © Rudy Salin / L'Internaute Magazine

Composition de la poubelle type du Français. Image © Rudy Salin / L’Internaute Magazine

Le recyclage commence a rentrer dans les mœurs des français. Et c’est tant mieux car la quantité de déchets a doublé entre 1980 et 2002. Le tri sélectif est vraiment disparate d’une ville à l’autre. Chaque citoyen peut donc se rendre compte par lui-même du niveau d’implication de sa mairie et donc d’adapter son prochain passage aux urnes si les maires ne respectent pas leurs engagements.

Malgré les efforts des collectivités, seulement 12 % des déchets sont actuellement recyclés.

Rendez-vous compte ! 51 % sont mis en décharge sans aucune valorisation, et 26 % sont incinérés avec récupération d’énergie (chiffre en progression mais encore loin des possibilités actuelles nées des dernières technologies).

Mais savez-vous vraiment trier vos déchets ?

Sur internet, nous avons vu apparaitre des outils pour vous aider à trier vos déchets. Malheureusement, on y retrouve des erreurs récurrentes ; c’est pourquoi ActeurDurable souhaite cette semaine faire un bilan du recyclage et du compostage.

logo de la société privée Eco-emballage qui ne signifie pas que l'emballage est recyclé ou sera recyclé !!

logo de la société privée Eco-emballage qui ne signifie pas que l’emballage est recyclé ou sera recyclé !!

Avant cela, nous aimerions signaler aux consommateurs que vous êtes, que le logo ci-contre, ne signifie EN AUCUN CAS que l’emballage est fait à partir de produits recyclés, NI que l’emballage est recyclable.
Autrement dit, pour le consommateur, ce signe est à OUBLIER !
Nous vous conseillons de lire notre dossier sur les labels >>

En fait, cela signifie que l’industriel à payé une taxe d’emballage, une soit disant « éco taxe »… en fait tout ceci ressemble à un embrouillage collectif, qui contribue à la confusion du consommateur dans son acte de recyclage. C’est vraiment dommageable, surtout lorsque l’on voit à qui profite cette taxe. La société Eco Emballage bénéficie de cette manne financière importante, mais pour en faire quoi ?

Nous avons visité leur site web. Ok c’est joli et pas trop mal fait, mais leur guide comporte des erreurs, notamment pour le compostage. Les pelures d’agrume ne se composte pas. Les os, arrêtes de poisson, viande et autres déchets de repas doivent être incinérés. En les mettant dans votre bac à composte, vous aurez de mauvaises surprises olfactives et vous perturbez le processus de décomposition. Vous conviendrez que pour une société qui est dans l’éco emballage, c’est inacceptable de se tromper sur le cœur de son métier.


Mais à notre sens, il y a encore plus grave : Ou sont les bilans des actions menées ? A quoi sert cette argent ? Quels sont les résultats attendus ? Pourquoi est-ce le seul organisme privé à collecter cette taxe ? A qui profite cet argent ? Et enfin pourquoi utiliser un logo qui se rapproche tant du sigle du recyclage ?

Plus de 30 % des matériaux jetés dans les bacs de tri ne peuvent pas être recyclés, à cause d’erreurs des usagers. Voici quelques pistes pour vous aider.

Il serait temps de faire table rase des erreurs du passé et d’investir dans des solutions durables. Les marchés publics sont aussi en cause. La ville de Marseille est le triste exemple national des problèmes de sous-traitance de la propreté à des sociétés privées (Veolia, etc.) dont seul le profit compte.
Si vous souhaitez connaitre les consignes de tri sélectif dans votre ville consultez ce site >>

Le recyclage vu de façon ludique

Vous pouvez télécharger le guide Eco Junior N°34 de Septembre 2012 sur le recyclage des emballages.
Avant dernier numéro ici >> guide trimestriel Eco Junior N°33 d’Avril 2012 sur le recyclage des emballages.

Testez-vous !

A très bientôt et bon tri sélectif !!

ajoutez cet article a votre liste de favoris