Réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl

Dans Energies, Energies, Environnement, Ondes, Pollution par le 2 septembre 2015Pas de commentaire

Tout le monde à en mémoire la catastrophe de Tchernobyl du samedi 26 avril 1986 à 1h24, le nuage radio-actif qui s’arrête aux frontières françaises puis une gestion d’après crise catastrophique. Désormais Bouygues et Novarka participent à la réalisation d’une enceinte de confinement au-dessus du réacteur accidenté de Tchernobyl. Il devrait permettre la sécurisation du site et le démantèlement ultérieur du réacteur. Une nouvelle étape marquante de ce chantier vient d’être franchie cet été avec l’assemblage de deux parties de l’arche constituant l’enceinte de confinement…

arche-de-tchernobyl

Voici la réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl qui devrait protéger le site des radiations et permettre le démantèlement du réacteur endommagé

 Regardez le vidéo qui présente le projet

Les images de l’intervention de Green Peace sur les lieux avant tous les nouveaux travaux



En raison de ses dimensions titanesques, l’arche métallique en acier a été construite en deux parties, désormais réunies, et sera ensuite poussée sur le sarcophage du réacteur accidenté. Les prochaines étapes consisteront notamment à installer un système de ventilation innovant en vue de prévenir la corrosion de l’enceinte pendant sa durée de vie (100 ans), finir la construction d’un bâtiment technologique, futur centre de commande, ainsi qu’à équiper l’arche de grues entièrement automatisées, d’outils de démantèlement et de systèmes auxiliaires supplémentaires.

tchernobyl-info

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Dossier : rayonnement électromagnétique, une pollution à craindre ?

Dans A LA UNE, Les dossiers, Ondes par le 24 janvier 20142 Commentaires

onde-electromagnetiqueDans une époque de modernité ou au nom du progrès, le système pousse les gens de plus en plus vers de nouvelles technologies. Certains pointent du doigt une règlementation laxiste par rapport à un niveau d’exposition électromagnétique qui n’a jamais été aussi important.
Il est vrai que la notion de compétitivité rend ces technologies presque indispensables. En effet qui pourrait se passer aujourd’hui d’un téléphone mobile ?
Vincent JOLY, Conseillé en évaluation de pollution électromagnétique chez EPE Cconseil nous explique qu’au nom d’un gain de temps, nous sommes devenus en quelques années, esclaves de diverses technologies qui nous facilitent la vie de tous les jours. Alors que faire ?
Cette révolution s’est opérée en seulement quelques années. Pourtant, l’influence des rayonnements électromagnétiques n’a jamais été aussi forte. Elle est générée par de nombreux appareils électriques ainsi que par les récentes technologies sans fils, par exemple, un téléphone mobile, un téléphone DECT, le Wifi, etc.
Cette surexposition aux ondes soulève une question morale : allons-nous brader notre santé au nom du progrès ?

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Ondes, les opérateurs téléphone ont peur de dire la vérité

Dans Communication, Environnement, Informatique, Maison, Matériaux & Construction, Ondes, Peinture par le 7 juin 20122 Commentaires

140468796Si l’on regarde les règlementations dans d’autres pays européen, les différences sur le niveau d’exposition restent importantes. Cela s’explique par le fait  que certains pays ont bien avant la France procédé à des études qui montreraient un possible risque.
Par ailleurs, celle-ci sont souvent financés par des organismes indépendants ce qui n’est pas toujours le cas en France. Les récents scandales sanitaires (Médiator, Grippe A, prothèse PIP) nous montrent des les organismes chargés de défendre la santé publique comme L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament, anciennement Afssaps) ne font toujours pas leur travail. Cela est encore plus grave lorsqu’il s’agit de problèmes sanitaires liés à des conflits d’intérêt.
Néanmoins, les problèmes existent. Une nouvelle maladie, l’électro-sensibilité, encore peu reconnu en France semble émerger. L’Organisation Mondiale de la Santé l’a d’ailleurs reconnu ainsi que de nombreux autres pays européen. Il s’agirait d’une forme d’allergies lié à une surexposition aux ondes pendant quelques années.

Les contre-pouvoirs face aux géants de la téléphonie

En conséquence, plusieurs associations et médecins tire la sonnette d’alarme. Ils militent pour une baisse de l’exposition publique. Il existe des moyens assez simples comme des peintures de blindages qui réduisent la pénétration des ondes dans l’habitat. Vous pouvez aussi contrôler le niveau de rayonnement électromagnétique grâce à des appareils de contrôle.
L’autre solution est de réduire le seuil de rayonnement des antennes relais, mais cela ferait du tord aux opérateurs téléphoniques, pour deux raisons majeurs :
1. Ce serait reconnaître vis à vis du grand public que les antennes représentent un risque sanitaire, un impact très négatif en terme d’image.
2. Cette décision imposerait des coûts d’investissement important, en effet, pour compenser la baisse d’émission des relais il faudrait augmenter leurs nombres afin de ne pas diminuer la qualité du réseau.

Robin des Toits

Robin des Toits dirigée par Marc Cendrier met en cause  l’expertise officielle sur les dangers de la téléphonie mobile.
Les opérateurs se sont basés jusqu’à une période récente sur l’avis de l’OMS et sur les deux avis et rapports de l’AFSSE / AFSSET * pour défendre l’innocuité de la téléphonie mobile. Or, deux experts de l’AFSSET ont été dénoncés par l’lGAS et l’IGE ** en 2005 comme étant en liens directs et indirects avec l’industrie du portable. Quant à l’OMS, c’est au travers du CIRC qu’elle a publié en Juin 2011 un aide-mémoire classant les champs électromagnétiques des téléphones portables en « cancérigènes possibles ».
Lire la suite de l’article >>

L’AFSSET et CRIIREM

Si on se base sur le rapport de l’AFSSET (étude sur les ondes des antennes-relais et des téléphones mobiles) publié le 15 octobre 2009, les opérateurs téléphoniques nous mentent.
Lire le rapport >>

La règlementation européenne et française en matière d’ondes

Pour les antennes relais la réglementation est la suivante :
•    France : 41 à 61 V/m
•    Belgique : 20 à 30 V/m
•    Italie : 6 à 7 V/m
•    Suisse : 4 à 6 V/m
•    Autriche : 0,6 V/m
Vous aurez noté que le rapport entre la France et l’Autrice est de 1 à 10 !
La recommandation du rapport Bio-Initiative et la résolution 1815 du Conseil de l’Europe recommande un abaissement des seuils d’exposition à 0,6V/m
Lire le rapport >>

Quels sont vos risques, comment les mesurer, nos conseils ?

En attendant une évolution à la baisse des émissions, de plus en plus de personnes souhaitent connaitre leurs expositions via des appareils de détection

Quels sont les appareils qui émettent des ondes dangereuses ?

Antenne relais, Wifi, Wimax, téléphone DECT, etc.
DECT (Digital Enhanced Cordless Telecommunication) : c’est la norme qui a supplanté toutes les précédentes pour la téléphonie domestique en Europe (2006). En raison de leur fonctionnement numérique, utilisant des pulsations de basse fréquence (100 Hz) sur une porteuse de 1,9 GHz, les téléphones de type DECT sont dénoncés par des associations en France comme présentant des dangers pour la santé. Ils sont accusés entre autres de provoquer des irrégularités cardiaques.
Le professeur Belpomme membre de L’ARTAC a travaillé sur l’origine des cancers environnementaux. Ses conclusions sont édifiantes !

Connaissez-vous le DAS de votre mobile ?

L’indice de débit d’absorption spécifique ou DAS est un indice qui renseigne sur la quantité d’énergie véhiculée par les radiofréquences émises vers l’usager par un appareil radioélectrique (téléphone portable, par exemple).
L’absorption de champs électromagnétiques produit une élévation de température des tissus. Donc, plus le DAS d’un appareil radioélectrique est fort, plus cet appareil est potentiellement dangereux pour la santé.
Il n’est donc pas inintéressant de connaitre le DAS de votre téléphone.
Consulter le document joint >>
Au cas ou votre téléphone ne serait pas présent sur la liste, renseignez-vous auprès de  votre opérateur ou dans la doc technique de votre téléphone.

Voici les recommandations que nous pouvons donner, elles sont classées selon 2 groupes, arbitrairement fait par la rédaction du blog.
  • aux enfants et adolescents ainsi qu’aux femmes enceintes de ne pas limiter l’utilisation de téléphone mobile, et recommandé interdit au moins de 12 ans
  • se tenir a distance d’un relais wifi type livebox, freebox. En tous les cas ne pas mettre une chambre d’enfant ni entre ou a proximité de l’émetteur (box) et le récepteur (PC portable, tablette, smartphone connecté)
  • si votre enfant joue avec votre smarphone ou une tablette, activez le mode avion de votre téléphone, l’enfant ne recevra plus d’onde !
  • l’utilisation de l’oreillette filaire systématiquement pour les femmes enceintes ou les enfants
  • l’éloignement du téléphone portable du ventre de la femme enceinte
  • il est officiellement recommandé de ne jamais approcher un téléphone mobile en fonctionnement à moins de 20 cm d’un implant cardiaque, afin de limiter le risque de défaillance électronique provoquée par l’énergie dégagée par le portable.
  • choisir et utiliser un téléphone mobile dont la valeur de DAS est la plus basse possible, de préférence toujours inférieure à 0,7 W/Kg
  • la nuit, ne jamais conserver un téléphone mobile allumé à moins de 50 cm de votre tête.
  • Limiter le nombre et la durée de vos appels. Pas plus de 5 ou 6 fois par jour par exemple, ni plus de 2 ou 3 minutes d’affilée à chaque fois. Respecter un temps moyen de 1h30 en chaque appel.

D’autres recommandations qui, si elles devaient être appliquées, seraient si contraignantes qu’on n’utiliserait plus son téléphone. Les voici pour info…

  • Ne téléphoner que dans des conditions de réception maximum : dès que votre écran affiche les « 4 barrettes » de réseau, pas moins. Pour chaque barrette manquante, le rayonnement émis par le portable pour se connecter est multiplié par 2.
  • Ne pas téléphoner en vous déplaçant, ni en train, ni en voiture, ni en bus, ni à pied, ni à cheval, ni en vélo, ni en bateau, ni en patinette, ni en roller etc…
  • Ne pas téléphoner en voiture, même à l’arrêt, ou dans tout autre infrastructure métallique. Un effet dit « cage de Faraday » emprisonne et répercute les ondes émises par le portable, le rayonnement subi est alors maximum au centre de la « cage ». Dans une voiture, cela se situe à la hauteur de votre tête.
  • Le temps de joindre votre correspondant, conserver le mobile à la verticale et éloigné de vous tant que la première sonnerie n’a pas retentit, souvent un bip ou un signal visuel vous indique que vous êtes en connexion avec le numéro appelé.
  • Ne pas oublier : lorsque vous utilisez votre téléphone mobile en public, vos voisins subissent le rayonnement émis par le téléphone. S’éloigner permet de leur éviter cette exposition passive

N’hésitez pas à réagir à nos conseils et à partager l’info sur vos réseaux sociaux

Lire la conclusion du dossier >>


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Nos conclusions sur le rayonnement électromagnétique

Dans Ondes par le 7 juin 20121 Commentaire

Officiellement, les problèmes sont inexistants, tout va pour le mieux du monde. On nous explique que toutes les mesures sont prises pour protéger notre santé. Pourtant, chaque personne est parfois soumise à un rayonnement électromagnétique, n’y a t’il donc aucun risque ?

De nombreux éléments nous montrent le contraire :

  • Les règlementations étrangères sont parfois beaucoup plus strictes et imposent des contraintes plus importantes aux opérateurs.
  • Plusieurs associations ou organisations indépendantes pointent du doigt des problèmes importants liés à une surexposition aux rayonnements électromagnétiques.
  • Des professionnels issus du corps médical ou scientifiques nous montrent que les ondes pourraient bel et bien avoir un effet biologique sur le corps humain.

Alors à qui faire confiance ?

La prévention semble être le seule remède, il semble bon d’agir avec bon sens en limitant de plus possible son exposition dans les espaces à forte exposition. Par exemple les chambres ou les bureaux devraient recevoir une attention particulière.  La prévention aux rayonnements électromagnétiques s’articule autour de deux axes essentiels:
1.    L’identification des rayonnements.
2.    La mise en place de solutions
Réduire son exposition est possible grâce à divers système de blindage qui permettent de limiter la prolifération des ondes dans l’habitat, par exemple avec des peintures spéciales.

Merci à :
Vincent JOLY,  Conseillé en évaluation de pollution électromagnétique
www.epeconseil.com

E.P.E. Conseil accompagne les particuliers ou les entreprises dans le diagnostic et la mise en place de solutions pour quantifier et apprivoiser les pollutions électromagnétiques, ci-dessous ses principaux axes :

  1. Expliquer la nature des rayonnement et leurs implication dans le quotidien.
  2. Diagnostiquer les rayonnements électromagnétiques intérieurs ou extérieurs.
  3. Mettre en place des solutions permettant de réduire son exposition.

Mise à jour du 18/10/2013

Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail publie ce jour les résultats de l’évaluation des risques liés à l’exposition aux radiofréquences sur la base d’une revue de la littérature scientifique internationale, actualisant ainsi l’état des connaissances publiées en 2009. Le rapport va dans le sens de notre article bien sure !!

ajoutez cet article a votre liste de favoris