Réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl

Dans Energies, Energies, Environnement, Ondes, Pollution par le 2 septembre 2015Pas de commentaire

Tout le monde à en mémoire la catastrophe de Tchernobyl du samedi 26 avril 1986 à 1h24, le nuage radio-actif qui s’arrête aux frontières françaises puis une gestion d’après crise catastrophique. Désormais Bouygues et Novarka participent à la réalisation d’une enceinte de confinement au-dessus du réacteur accidenté de Tchernobyl. Il devrait permettre la sécurisation du site et le démantèlement ultérieur du réacteur. Une nouvelle étape marquante de ce chantier vient d’être franchie cet été avec l’assemblage de deux parties de l’arche constituant l’enceinte de confinement…

arche-de-tchernobyl

Voici la réalisation d’une enceinte de confinement sur Tchernobyl qui devrait protéger le site des radiations et permettre le démantèlement du réacteur endommagé

 Regardez le vidéo qui présente le projet

Les images de l’intervention de Green Peace sur les lieux avant tous les nouveaux travaux



En raison de ses dimensions titanesques, l’arche métallique en acier a été construite en deux parties, désormais réunies, et sera ensuite poussée sur le sarcophage du réacteur accidenté. Les prochaines étapes consisteront notamment à installer un système de ventilation innovant en vue de prévenir la corrosion de l’enceinte pendant sa durée de vie (100 ans), finir la construction d’un bâtiment technologique, futur centre de commande, ainsi qu’à équiper l’arche de grues entièrement automatisées, d’outils de démantèlement et de systèmes auxiliaires supplémentaires.

tchernobyl-info

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Une usine de méthanisation va voir le jour au ZooParc de Beauval

Dans A LA UNE, Alternatives, Animaux, Déchets Naturels, Energies, Entreprise, Environnement, Recyclage par le 18 février 2014Pas de commentaire

Autant l’annoncer clairement, la rédaction du blog n’est pas trop favorable aux zoos ! Nous pensons qu’il est préférable de favoriser une conservation au niveau local, en fabriquant dans les pays concernés, des zones protégées où les animaux peuvent évoluer en « liberté surveillée ». Malheureusement ce n’est pas toujours possible, alors les zoos sont parfois la solution pour qu’une espèce ne disparaisse pas complètement.  Le Zoo Parc de Beauval est d’ailleurs engagé sur plusieurs projets internationaux au travers de son association pour la recherche et la conservation (BEAUVAL NATURE)
Alors pourquoi faire un article sur le zoo de Beauval me direz-vous ? C’est le projet de construction d’une usine de méthanisation qui a attiré notre attention. Un projet ambitieux qui a nécessité un investissement de 2,3 millions d’euros et qui pourrait bien donner des idées à d’autres parcs dans le monde !

usine méthanisation Beauval 1 (c) société d'architecture Boitte

Voici le projet d’usine de méthanisation à Beauval tel que la société d’architecture Boitte l’a conçue

L’usine de méthanisation, un pas en faveur du développement durable

Les démarches RSE du parc de Beauval

Beauval est en train de créer la première usine au monde de méthanisation intégrée à un parc zoologique. Celle-ci s’inscrit dans un projet d’aménagement global, confortant une démarche très active en terme d’environnement. Voici quelques exemples de démarches RSE qu’il faut souligner :

Pastilles

Les différentes actions éco-responsables du zoo parc

Comment fonctionne l’usine ?

fonction-usine-methanisation

Un dessin valant mieux qu’un long discours… remarquez que l’usine produit de la chaleur mais aussi de l’électricité !

Proche de l’enceinte du Zoo Parc, elle transformera en énergie le fumier des animaux ( qui est source de méthane, un gaz haut en effet de serre) de Beauval ainsi que des déchets verts – certains issus de Beauval (dont la tonte, la taille et les feuilles de toute la végétation des 30 ha du Zoo Parc) et d’autres apportés par des agriculteurs locaux. L’énergie produite – appelée aussi biogaz - permet de produire de l’électricité mais surtout de la chaleur qui servira aux installations du parc.

usine-methanisation-Beauval

Plan de l’usine de méthanisation (vue du dessus). Comme vous le constaterez le projet est complexe !

Trois ans après l’initiation du projet, l’usine de méthanisation devrait ouvrir ses portes fin mars 2014, pour entamer une période de rodage de 3 mois.

Quels sont les objectifs de l’usine ?

  1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre et produire une énergie verte locale : une réduction des gaz à effet de serre estimée à hauteur de 762 tonnes de CO2/an.
  2. Diminuer le coût de l’énergie pour le Zoo Parc : la prévision table sur une réduction de 10% sur la facture totale de gaz nécessaire au chauffage du Zoo Parc.
  3. Valoriser des ressources locales : traitement biologique et valorisation énergétique et agronomique de déchets organiques locaux.

Beauval utilise actuellement du gaz naturel pour tous ses besoins thermiques. Le biogaz produit fera baisser la facture énergétique et augmentera la diversification des activités de Beauval dans la production d’électricité verte afin de diminuer l’impact carbone du Zoo Parc. Dans cette optique, il faut noter que Beauval a déjà installé en 2011, 280 m2 de panneaux solaires sur le toit de la maison des éléphants, qui produisent 40 000 kW par an. La quantité d’électricité revendue à EDF (1,9 Gigawatt) représente l’alimentation annuelle de 3 000 foyers. Pas si mal !

Recycler son portable peut aider les grands singes

Savez-vous que les téléphones portables sont fabriqués à partir de coltan. Malheureusement  pour les gorilles, 70 % de ce minerai se trouvent sur leur territoire. Le recyclage de téléphones usagés limite donc la déforestation et préserve l’habitat des grands singes. Plus de 3000 appareils ont déjà été collectés par Beauval puis recyclés ! Consultez notre article sur le sujet pour tirer le meilleur profit du recyclage de vos mobiles, grâce au comparateur de prix de recyclage.


carte_france_beauvalComment se rendre à Beauval ?

Au cœur des châteaux de la Loire, le ZooParc de Beauval se situe entre Tours et Vierzon, au sud de Blois, dans le département du Loir-et-Cher (41).
Pensez au covoiturage pour vous rendre au ZooParc, un mode de transport alternatif, une solution économique et conviviale : www.vadrouille-covoiturage.com

Consultez le site du zoo parc de Beauval >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Choisir un appareil de chauffage écologique et économique !

Dans Bois, Chauffage, Communication, Energies par le 29 janvier 20141 Commentaire

C’est l’hiver et vous adorez plus que tout rester sous votre couette. Non pas par fainéantise, mais parce que la température intérieure de votre maison ne dépasse pas les 18 degrés ! Mauvaise isolation, chauffage au fioul, simple vitrage… votre logement cumule les mauvais points. Heureusement nous allons vous faire découvrir la technologie du poêle à granule, un système de chauffage hyper calorifique qui permet de se chauffer de façon écologique et économique !!

Les aides fiscales pour la rénovation énergétique en 2014

Sachez tout d’abord que si vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique dans votre logement,  le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont annoncé deux points clés pour financer les travaux de rénovation énergétique  en 2014 :

  • une baisse de la TVA de 10% à 5% et
  • des aides supplémentaires aux ménages pour 2014

Examinez bien votre situation, il y a forcément une aide fiscale qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation !

Les granulés et les poêles à granules

Le granulé ou pellet se compose essentiellement de bois (sciure et copeaux de bois). Sous réserve que les prélèvements forestiers restent inférieurs à l’accroissement de la forêt, le bois est considéré comme une énergie renouvelable, largement sous exploitée, selon l’Office Nationale des Forêts.  La production des granulés pourrait participer à la valorisation des forêts françaises.

3 fois plus volumineux mais presque 2 fois moins cher que le fioul, les granulés sont particulièrement adaptés aux maisons individuelles. Le prix moyen est de 250 à 350€/tonne, ramenant donc ces granulés à un coût proche de celui des bûches classiques. Ceux qui bénéficient de la norme NF sont à  privilégier en priorité.

Quel bilan carbone pour les poêles et les chaudières à bois ?

Je vous invite à découvrir les résultats de notre étude du bilan carbone des différentes sources d’énergie, les prix revient par KW/h et les grammages de CO2 rejetés. Nous allons essayer d’actualiser les données en CO2 avec Supra, en espérant que ce dernier jouera un plus la transparence que ne l’avait fait à l’époque Wanders. Donc même si nous ne pouvons pas répondre sur l’aspect émission de CO2, on peut dire que se chauffer au bois est économiquement très intéressant par rapport à d’autres modes de chauffage.

Comment choisir une chaudière adaptée à mon logement ?

Difficile quand on est novice de choisir la bonne technologie, le bon produit et faire en sorte que cela convienne à mon logement. Alors que faire ?  Choisir seul ou faire confiance à un vendeur ?
La société Alsacienne SUPRA (fabriquant de Poêles à granulés, cheminées et inserts) à trouvé la solution.

Elle met gratuitement à disposition des particuliers, l’outil ‘bien choisir son poêle’. Ce simulateur en ligne que nous avons testé, vous pose un ensemble de questions sur votre logement (taille, date de construction, superficie, rénovation, etc.) et vous calcule au final la puissance énergétique que votre appareil doit fournir. Ensuite, il vous propose une sélection personnalisé des produits correspondants à votre besoin.

Sélectionnez votre type de logement

Sélectionnez votre type de logement

Une sélection de produits adaptés à votre situation vous est proposée

Une sélection de produits adaptés à votre situation vous est proposée


10217_logo
SUPRA
est une société française qui regroupe plus de 200 collaborateurs sur son site de production de 31 000 m², situé à Obernai. Son usine est dotée d’un outillage perfectionné, qui combiné à une structure industrielle et des collaborateurs qualifiés permet la production d’une large gamme de produits.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Maison BBC, un œil du coté de la Bretagne

Dans A LA UNE, Communication, Consommation, Energies, Energies, Entreprise, Habitat, Maison, Matériaux, Matériaux & Construction, Matériel par le 27 novembre 20133 Commentaires

Depuis le 1er janvier 2013, toutes les maisons neuves doivent dépenser moins d’énergie et, pour cela, respecter la nouvelle réglementation thermique (RT 2012). Trouver le bon constructeur pour votre maison est donc essentiel. Comment choisir ? Qu’est ce qu’une maison BBC ? Explications…

Les nouveautés de la règlementation RT 2012 pour maison BBC

La maison BBC ou Basse Consommation fixe une consommation énergétique inférieure à 50kwhEP/m2/an (kWhEP : kWh d’énergie primaire) en pays de la Loire, soit environ 4 fois moins que les exigences actuelles (RT 2005).

La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolés, trouver un bon constructeur est donc essentiel !

La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolés, sans ponts thermiques, et pensés différemment à grand renfort d’architectes, thermiciens, économistes… Mais, contrairement à la RT 2005 qui imposait des moyens pour obtenir La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolésde meilleurs résultats en labellisant telle ou telle solution ou tel ou tel matériel, la RT 2012 oblige à des résultats précis tout en laissant une grande marge de manœuvre dans le choix des moyens pour y parvenir. Mais attention, ces résultats sont draconiens et doivent s’inscrire dans le projet du « Grenelle de l’environnement » qui vise à réduire d’un facteur 4 la consommation globale d’énergie.

Une maison basse consommation BBC permet d’obtenir des conditions avantageuses en termes de financement. En complément du PTZ+ en vigueur au 1er janvier 2011, le taux ayant été étendu à la totalité des primos-accédants sans contrainte de revenu, il est également possible d’obtenir des financements complémentaires à des taux préférentiels comme le prêt EDF Vivrélec ou les prêts éco-vert de certaines banques.

Une maison BBC présente également un coût énergétique plus favorable qu’une maison traditionnelle ; elle est aussi plus facile à revendre car de plus en plus recherchée par les français.


Maisons Arteco, constructeur de maison BBC aux normes RT 2012

Fort de plus de 20 ans d’expérience, Maisons arteco accompagne ses clients dans des travaux avec qualité et sérieux. Avec plus de 1 500 maisons personnalisées créées à ce jour dans le Morbihan et le Finistère, Maison Arteco propose la construction de maisons adaptées aux besoins de chacun : des maisons pour les séniors, des maisons RT 2012, des maisons traditionnelles et contemporaines.
Premier constructeur à réaliser une maison Expo à énergie positive dans le Morbihan, Arteco a ouvert sa « maison laboratoire » à Vannes avec plus de 10 ans d’avance sur la règlementation !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

CO2Solidaire nouvelle plateforme pour la compensation carbone

Dans A LA UNE, Climat & Météto, Communication, Divers, Energies, Energies, Entreprise, Environnement par le 10 octobre 20131 Commentaire

Pour la première fois depuis sa création, le programme de compensation de l’ONG GERES – CO2Solidaire – s’ouvre à de nouveaux projets et se met au service de 2 associations françaises : Initiative Développement et Bleu Blanc Coeur. A compter du 9 octobre, ces nouveaux projets sont disponibles à la compensation via le programme à but non lucratif CO2Solidaire, 1er programme historique de compensation français. Une ouverture synonyme de structuration vers une Plateforme des associations françaises impliquées dans la finance carbone.

Loin des opérateurs de compensation classiques, nous nous posons en facilitateur : dans le cadre de CO2Solidaire, les partenaires soutiennent directement le porteur du projet de compensation.

Nous n’achetons/revendons pas les crédits carbone de ID et BBC.

La maturité comme gage de qualité

Fidèle à ses valeurs fondatrices, le programme CO2Solidaire continue de tenir son cap de l’éthique et de la transparence. A ce jour, plus de 150 entreprises, évènements, associations et collectivités sont engagés dans la Solidarité climatique. Fort de sens, le principe de Solidarité climatique réhabilite la démarche de compensation face aux idées reçues : Non, la compensation n’est pas une échappatoire à nos responsabilités. Oui, la compensation peut être une action de solidarité.


Cette vision reflète un ancrage solide sur le terrain : CO2Solidaire demeure, près de 10 ans après son lancement, le seul programme européen porté par une ONG historiquement opératrice, c’est-à-dire menant elle-même et depuis plus de 35 ans les projets de développement proposés dans le cadre de la compensation. Le programme CO2Solidaire a grandi avec la volonté de mettre en avant la valeur d’un crédit carbone plutôt que son prix. Aujourd’hui, la maturité de CO2Solidaire est résolument un gage de qualité et son réseau croissant de partenaires en est la preuve.

S’ouvrir pour fédérer, s’ouvrir pour innover

Ayant jusque-là fait le choix de proposer exclusivement les crédits carbone issus des projets du GERES, CO2Solidaire s’ouvre à 2 associations françaises : Initiative Développement et Bleu-Blanc-Coeur.
CO2Solidaire ne se positionne pas comme acheteur-revendeur des crédits carbone, mais se pose en facilitateur. Ce schéma de fonctionnement est une alternative à la plupart des pratiques du marché. Là où la multiplication des intermédiaires réduit le retour de la valeur du crédit carbone et dévalorise l’action de terrain, CO2Solidaire met en avant les développeurs
(GERES, ID et BBC) et fait de la transparence et la gouvernance des fonds son crédo. C’est sur la base de ces valeurs que s’est construite cette toute première collaboration entre 3 associations françaises impliquées dans la finance carbone.

Vers une Plateforme française de Solidarité climatique

Face à la multiplication des sollicitations et des demandes de nos partenaires, nous avons choisi d’évoluer tout en réaffirmant notre rôle d’acteur éthique. Notre programme reste et restera le fer de lance d’une compensation responsable qui cherche à donner un visage plus humain à une finance carbone discréditée par de mauvaises pratiques.
CO2Solidaire souhaite se donner les moyens d’être un accélérateur de la transition écologique et un véhicule facilitant la levée de fonds climat pour le financement de projets d’atténuation ou d’adaptation.
La compensation carbone n’est pas la solution à la lutte contre le changement climatique. Elle n’est pas non plus qu’une histoire de chiffres. Elle doit être synonyme d’une solidarité qui dépasse nos frontières.

Initiative Développement (ID)

Depuis 1994, ID accompagne des communautés défavorisées des pays du Sud selon deux axes :

  • assurer une réponse durable aux besoins de base et
  • donner les moyens d’agir à des structures locales.

Le Pôle Énergies Renouvelables d’ID développe des projets énergétiques et environnementaux en Chine, aux Comores, au Congo Brazzaville, en Haïti et au Tchad, ayant pour objectif d’améliorer l’environnement et les conditions de vie des bénéficiaires. L’appropriation durable des projets par les bénéficiaires est le leitmotiv de ces actions.
3 projets menés dans le Sud-ouest de la Chine seront proposés via CO2Solidaire :
- La construction et la maintenance à long terme de biodigesteur à biogaz dans les provinces du Guizhou et du Yunnan
- La diffusion de cuisinières performantes dans la province du Guizhou
- La reforestation communautaire dans la province du Yunnan
Chacun de ces projets est certifié Gold Standard.

Bleu Blanc Cœur (BBC)

Association loi 1901, Bleu-Blanc-Coeur (BBC) a été en 2000 créée pour promouvoir une agriculture responsable à vocation santé. Elle vise à prendre en compte les objectifs
environnementaux et nutritionnels dans les productions agricoles. La préservation de la chaîne alimentaire est essentielle : pour bien nourrir les Hommes, il faut prendre soin de nos cultures et de la santé de nos animaux. Les produits BBC (oeufs, viandes, produits laitiers, farines, pain…) présentent moins de graisses saturées et d’acides gras Oméga 6, plus d’acides gras Oméga 3. Ils participent ainsi à un meilleur équilibre nutritionnel.
BBC aide les éleveurs à modifier l’alimentation de leurs vaches, en passant du soja/mais/blé à la graine de lin. Les ruminants réduisent ainsi leur fermentation entérique, donc les émissions de méthane (CH4).
La méthodologie de calculs des économies de TéqCO2 est officiellement validée en 2011 par le ministère de l‘Écologie et les
Nation Unies. La première vérification des économies de CO2 réalisées intervient en 2012.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Primes d’Etat et nouvelles aides financières pour la rénovation des logements pour 2014

Dans A LA UNE, Bois, Clean tech, Divers, Energies, Energies, Entreprise, Environnement, Éolienne, Habitat, Maison, Photovoltaïque, Pompes à chaleur, Solaire, Thermique par le 26 septembre 20136 Commentaires

Vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique de votre logement ? Quelle que soit votre situation, il y a forcément une aide qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation ! Le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont annoncé deux points clés pour financer les travaux de rénovation énergétique  en 2014 :
- une baisse de la TVA de 10% à 5% et

- des aides supplémentaires aux ménages pour 2014

aides financières pour l'éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

aides financières pour l’éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

Un soutien massif à la rénovation des logements

Pour rattraper le retard et les objectifs du Grenelle qui fixait la rénovation complète de 400 000 logements chaque année à compter de 2013 et de tenter de tenir les engagements de réduction de consommation pour 2020. Bref, pour faire des économies d’énergie, et pas juste faire plaisir aux ‘écologistes ‘. Cette année, le rythme de rénovation serait voisin de 150 000 logements (privés et sociaux) et l’objectif futur à atteindre est ambitieux (et nécessaire) : 500 000 logements rénovés par an d’ici à 2017.

  • Une aide financière en plus pour les ménages : en fait, ce sont deux nouvelles aides exceptionnelles : une prime de 1 350 € et une prime de 3 000 € pour les ménages les plus modestes  (maximum de revenus pour un couple : 26 000 €). La prime exceptionnelle de 1 350 € pourra être versée pendant deux ans aux ménages et sous conditions de ressources (maximum de revenus pour un couple : 35 000 €) ; et la mise en place d’un dispositif de tiers-financement qui suppléera les subventions publiques dès 2015 pour atteindre 380.000 rénovations lourdes annuelles dans le privé.

Un exemple de l’aide supplémentaire pour financer les travaux : un couple avec deux enfants et leur revenu annuel est de 45 000 €. Le coût des travaux (changement chaudière et isolation des combles) est estimé à 23 000 €. Les aides publiques représentent au total 8 000€ (incluant l’aide de 1 350 €), soit 34% de ce montant. Il reste à leur charge 15 000 euros, qui peuvent être financés par un emprunt bancaire d’une durée de 10 ans, soit un remboursement de 161 euros par mois. Et l’économie attendue sur la facture d’énergie est de plus de 800 € dès la première année suivant les travaux. Découvrez d’autres exemples de situation de rénovation énergétique >>

  •  Baisse de la TVA à 5% (anciennement 10%) pour les travaux d’isolation thermique :
    pour soutenir la démarche, ce point était attendu par toute la filière du BTP et s’appliquera pour 2014. La FFB dans un récent communiqué, demandait plus de volontarisme et notamment sur ce point, mais aurait souhaité cependant que la baisse de TVA de 10% à 5% s’applique à l’ensemble des travaux de rénovation énergétique.
  • Communication et accompagnement sur la rénovation énergétique :
    pour informer et sensibiliser à l’intérêt d’éco-rénover, lancement de l’opération baptisée “J’éco-rénove, j’économise” qui comprend la mise en place, dès cette semaine, d’un service public de la rénovation énergétique :
    - un numéro de téléphone unique nationale (0 810 140 240),
    - un site internet
    - 450 Points Rénovation Info Service (PRIS) répartis sur tout le territoire. Ce réseau est composé des Espaces Info Energie (EIE) de l’Ademe, des guichets ANAH (collectivités locales et directions départementales du territoire, DDT) ainsi que des Agences Départementales d’Information sur le Logement (ADIL).

Trois bonnes raisons pour les ménages pour réaliser des travaux d’amélioration de leur habitat sont évoquées : faire baisser les factures d’énergie, améliorer le confort et augmenter la valeur du bien. Rien que du bon sens, et on l’espère, qu’il sera entendu.

Autres aides financières

  • Ces primes s’ajoutent aux dispositifs existants pour accompagner la rénovation énergétique (crédit d’impôt, eco PTZ.. accessibles sans conditions de ressources )
  • Et enfin n’oublions pas les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) ou prime énergie qui peuvent aussi financer les projets

 

Source : Remerciements à Pages Énergie (portail de l’Eco-construction)

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Google rachète Makani Power, une Start Up spécialisée dans les éoliennes aéroportées

Dans A LA UNE, Clean tech, Communication, Déplacements, Déplacements, Energies, Éolienne par le 4 juin 2013Pas de commentaire

Un engin qui semble tout droit sorti de l’imagination de Steven Spielberg !

La petite société américaine vient d’être rachetée par le géant Google de l’Internet, qui démontre une fois encore son intérêt pour le développement des énergies renouvelables. Une acquisition de plus pour Google, désormais sur de nombreux créneaux bien éloignés de son moteur de recherche et autre référencement google ! Le montant de l’acquisition n’a pas encore été fourni.
Makani Power est spécialisée sur le secteur des éoliennes aéroportées. Grâce à cette acquisition, elle espère arriver à produire de l’énergie à un prix compétitif par rapport aux énergies fossiles.
Concrètement, c’est le laboratoire de Google qui va gérer cette nouvelle entité. Le même que celui qui a sorti les Google Glasses et autres voiture sans pilote.

Vol de démonstration

Explication de la technologie

Cliquez pour voir les explications en anglais de la technologie makani power

Cliquez pour voir les explications en anglais de la technologie makani power

Remerciements WRI


ajoutez cet article a votre liste de favoris

La « Toyota positive attitude » débarque en France !

Dans A LA UNE, Communication, Déplacements, Déplacements, Energies par le 23 mai 2013Pas de commentaire

La Toyota Prius, n’était qu’un véhicule de niche pour avant-gardistes écologistes. C’est désormais une voiture de masse. Au premier trimestre 2012, elle est montée sur la troisième marche du podium mondial des voitures les plus vendues au monde (247 230 ventes). Et pour conforter son avance, le constructeur nippon a sorti en Europe la Yaris hybride en juin dernier. Un lancement qui correspond à la stratégie du groupe : étendre la technologie 100 % hybride à l’ensemble de ses modèles en Europe d’ici à 2020. Le groupe Toyota lance en ce moment une grande campagne «Toyota Positive », basée sur une idée simple mais positive : imaginer des actions solidaires pour améliorer le quotidien.

Qu’est-ce-que Toyota Positive ?

Il s’agit, pour la marque, d’encourager les petits gestes, les idées et les plus grands projets de chacun, en rendant possible ces actions positives grâce au prêt de la Toyota Prius Rechargeable.
Un mouvement qui propose à chacun de diffuser de l’optimisme et du positif dans la ville, à l’image de la Toyota Prius Rechargeable, véhicule hybride fonctionnant  à l’électricité, à l’essence et à la bonne humeur semble t-il !

Racontez votre idée

Une envie d’embellir votre ville ? Une action solidaire pour améliorer le quotidien ? Vos idées sont seulement limitées par votre imagination. « Racontez ce que vous aimeriez faire aujourd’hui et nous pourrons vous aider à en faire une réalité demain » telle est la promesse du groupe.

En échange, Toyota met à votre disposition une de leurs voitures hybrides pour vous aider à l’accomplir.
La campagne débute en France mais elle a déjà eu lieu dans d’autres pays, voici un exemple de ce qui a pu être fait en Angleterre. A vous de jouer maintenant ! Laissez parler votre créativité et inventez une action solidaire qui puisse être durable.

La vidéo

Le système de rechargement

Le système de rechargement de la batterie de la Toyota Prius

Le système de rechargement de la batterie de la Toyota Prius

Rechargement de la batterie au Lithium de la Prius

Rechargement de la batterie au Lithium de la Prius

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’hydrogène nouvelle source d’énergie durable ?

Dans A LA UNE, Clean tech, Energies, Energies, Fossiles, Pollution par le 12 mai 20131 Commentaire

Ce  pourrait être une révolution énergétique. Sur tous les continents existent des sources  naturelles d’hydrogène qui, si elles pouvaient être exploitées industriellement, fourniraient à l’humanité une nouvelle énergie, durable et respectueuse de l’environnement.

Ou trouver ces ressources ?

Moteur de navette spatiale dont les propulseurs fonctionnent à l'hydrogène

Moteur de navette spatiale dont les propulseurs fonctionnent à l’hydrogène

Le dégagement d’hydrogène le long des chaînes volcaniques sous-marines est connu de longue date. Mais l’exploitation de ces « fumeurs », à plusieurs milliers de mètres sous les eaux et loin des côtes, est exclue. Il en va peut-être différemment pour les sources terrestres, que les chercheurs français ont identifiées au cours de quatre années de travaux exploratoires.
Ces gisements, décrivent-ils, ont été repérés dans « deux types de contexte géologique ».

  • D’une part, dans les grands massifs de péridotite, c’est-à-dire les régions où l’activité tectonique a fait remonter les roches du manteau terrestre à la surface. On en trouve en Papouasie-Nouvelle Guinée, en Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Calédonie, dans le sultanat d’Oman, aux Philippines, en Iran, à Cuba, en Californie, en Grèce, en Turquie, en Italie ou au Portugal…
  • D’autre part, dans la partie centrale de tous les continents, en particulier dans les zones les plus anciennes, appelées « cratons ». C’est-à-dire sur environ la moitié des terres émergées.

C’est à cette seconde catégorie de réservoirs que s’intéressent les scientifiques. « Dans la plupart des sites, les flux d’hydrogène sont diffus, décrit Eric Deville. Mais, dans les régions où une couverture d’argile s’est formée au-dessus des émanations de gaz, celui-ci s’est accumulé et on en trouve, dissous dans les aquifères, à des concentrations pouvant dépasser 80% »
Dans ces nappes, on le trouve souvent associé à du méthane, parfois à de l’azote ou à de l’hélium, gaz rare utilisé dans les industries de haute technologie.
Devant l’abondance de la ressource, qui pourrait résulter d’un « dégazage continu de la planète », l’Ifpen a décidé de lancer un programme de recherche afin de « quantifier » le potentiel de ces aquifères sur l’ensemble du globe.


Toutefois, prévient-il, « le chemin est encore long avant d’envisager une production industrielle de grande ampleur ». Il y faudra, le moment venu, des systèmes de forage et de pompage, l’hydrogène pouvant alors être récupéré par dépressurisation de l’eau.
«Nous sommes très optimistes, dit Valérie Beaumont. Les sources terrestres, bien réparties sur les différents continents, pourraient répondre pour une part significative aux besoins en hydrogène. Et contribuer ainsi, au moins localement, au mix énergétique. »

Une lueur d’espoir…

L’exemple du Mali pourrait en être une préfiguration. Lors du forage d’un puits d’eau, dans le village de Bourakébougou, proche de Bamako, a été découvert fortuitement, il y a quelques mois, un gisement de gaz composé à 98 % d’hydrogène qui alimente aujourd’hui un groupe électrogène.

Sources : Le Monde (PIERRE LE HIR)

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Airbone Wind Turbine, éolienne aéroportée

Dans Energies, Éolienne par le 21 mars 2013Pas de commentaire

Elle ressemble à un petit dirigeable de reconnaissance. D’ailleurs « Airbone Wind Turbine » (AWT) emprunte à Goodyear cette technologie. Mais c’est une éolienne aéroportée qui a réalisé, début avril, son premier vol test à Limestone, dans l’Etat du Maine, aux Etats-Unis. Pour le moment, AWT est encore un prototype d’une douzaine de mètres, gonflé à l’hélium, et relié à un tracteur par l’intermédiaire d’un câble. Elle est le fruit de l’imagination des fondateurs d’Altaeros Energies, tous des anciens de l’université de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology qui ont reçu en octobre 2011 pour cette innovation, le prix ConocoPhillips, du nom du géant énergétique américain.

Airborne Wind Turbine : éolienne aéroportée

Quel objectif pour cette nouvelle technologie ?

Développer des énergies renouvelables compétitives. En étant positionnée dans les airs, là où les vents soufflent plus fort, AWT aurait un meilleur rendement que les éoliennes terrestres. Sa mobilité et son positionnement en hauteur – Altaeros énergies prévoit ainsi d’en construire une plus grosse susceptible de monter jusqu’à 300 mètres d’altitude – évitent aussi de défigurer les paysages.

Et la technique, comme l’expliquent ses promoteurs, est beaucoup plus simple que celle des hydroliennes, ces turbines sous-marines.


ajoutez cet article a votre liste de favoris