La France se dote enfin de sa première éolienne offshore

Dans A LA UNE, Communication, Éolienne par le 25 octobre 2017Pas de commentaire

Vendredi 13 octobre 2017, la France a inauguré sa première éolienne en mer. Gageons que ce vendredi 13 lui portera bonheur et que cela fera date dans l’histoire des éoliennes françaises offshore. Conçue par Ideol, une société basée à La Ciotat (13), et fabriquée par Bouygues Travaux Publics, c’est la technologie portée par Floatgen qui a été sélectionnée pour cette éolienne car elle offre de nombreux avantages par rapport à l’éolien fixé en mer.

eolienne-flottante

L’éolien en mer flottant combine compétitivité-prix et maximisation des retombées économiques locales même si ce n’est pas au goût de tout le monde, notamment les défenseurs de l’environnement qui luttent parfois de manière irraisonnable contre cet éolien flottant ou pas. Pour preuve, le parc naturel marin (PNM) des estuaires picards et de la mer d’Opale a rendu un avis négatif sur le projet de parc éolien en mer de Dieppe – Le Tréport. Sur les 62 éoliennes qui doivent être installées au large du Tréport, un tiers se trouve dans la zone du PNM. Cet avis consultatif pourrait être suivi d’un avis conforme du Conseil d’administration de l’Agence française de la Biodiversité. Un choix qui met en difficulté la filière des énergies marines renouvelables et l’atteinte de l’objectif de 40% d’électricité renouvelable d’ici 2030

Présentation de l’éolienne


Baptisée sur le Quai des Darses à Saint-Nazaire devant 300 acteurs internationaux on espère que c’est le début d’une nouvelle filière industrielle pour la France, car nous avons un retard important face à nos homologues européens.


Quels objectifs pour cette éolienne ?

Cette éolienne d’une puissance de 2 MW s’apprête donc à rejoindre le site d’essais en mer SEM-REV de l’École Centrale de Nantes (une grande école d’ingénieurs fondée en 1919)
et du CNRS qu’on ne présente plus. C’est au large du Croisic qu’elle sera installée pour une durée initiale de deux ans. L’électricité produite sera injectée sur le réseau électrique pendant toute la durée de l’exploitation. L’objectif de ce projet est de confirmer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant. Il est aussi de démontrer que la solution technologique d’Ideol est la plus compétitive sur le marché. S’affranchissant de la contrainte de profondeur, les éoliennes en mer flottantes ouvrent très largement le potentiel de marché, plus de 80% des ressources éoliennes en mer étant situées à plus de 60 mètres de profondeur. Elles peuvent de plus être installées plus au large et donc avoir un impact visuel faible ou inexistant depuis la côte. Enfin, en profitant de vents plus constants et plus forts, elles permettent d’augmenter le rendement de production de l’électricité. Une révolution technologique qui dessine l’avenir de l’éolien en mer.

Télécharger le dossier sur la technologie Floatgen >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Inauguration du parc d’Arguel de 18 machines dans la Somme (brève)

Dans Communication, Energies, Entreprise, Éolienne par le 9 octobre 2017Pas de commentaire

CNR et son partenaire energieTEAM inaugurent un parc de 18 éoliennes sur les communes d’Andainville, Arguël, Fresnoy-Andainville et Saint-Maulvis

Didier Lhuillier, Directeur général de CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et Ralf Grass, Président d’energieTEAM,  ont inauguré ce jour le parc éolien d’Arguël dans la Somme. D’une puissance de 42,2 MW, ce parc éolien est le 38ème mis en service par CNR, en partenariat avec energieTEAM.  Il illustre la politique soutenue de développement initiée depuis 10 ans par CNR dans les énergies renouvelables aux côtés des territoires. Il permet à CNR de disposer de 476 MW de puissance installée en éolien et à energieTEAM d’être le 3e exploitant français après Engie et EDF.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Eoliennes : Floatgen ouvre la voie de l’éolien en mers profondes

Dans Communication, Entreprise, Éolienne, Hydraulique, Hydrolien par le 19 novembre 2015Pas de commentaire

floatgenLe projet FLOATGEN se reconfigure et ouvre la voie de l’éolien en mers profondes avec la première éolienne flottante testée au large des côtes françaises. Sept partenaires, venant de quatre pays Européens, se sont réunis à l’Ecole Centrale de Nantes le 24 juin pour inaugurer la nouvelle configuration de ce projet de recherche sur les éoliennes en mer flottantes. La première éolienne flottante en France, FLOATGEN, sera ainsi testée au large du Croisic sur le site d’expérimentation en mer SEM-REV, avec une turbine de 2 MW.

Quel est l’objectif de FLOATGEN ?

L’objectif du projet FLOATGEN est de démontrer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant, dans le but d’étendre le potentiel de développement de parcs éoliens en mer aux eaux profondes et disposant d’un meilleur gisement de vent. Le projet a également pour objectif de démontrer le fort potentiel de diminution des coûts de l’électricité produite par des parcs éoliens flottants.
Le projet évaluera la performance de la combinaison de l’éolienne et de la fondation flottante afin d’accumuler suffisamment d’expérience pour optimiser la performance de futurs projets utilisant cette technologie.
“ Le projet a subi plusieurs changements, mais il est désormais prêt à tester le premier démonstrateur d’éolien flottant reposant sur une technologie 100% européenne” souligne Mauro Villanueva, Directeur du Développement Technologique de GAMESA et coordinateur de FLOATGEN.

eolienne-flottante

Lancé en janvier 2013, le projet FLOATGEN inclut maintenant l’Ecole Centrale de Nantes et son site d’expérimentation en mer SEM-REV dans le consortium. “ SEM-REV est une zone offshore de 1km² disposant de moyens de mesures océanographiques, d’un centre de recherche à terre, d’un câble électrique sous-marin à haute tension, d’un système de connexion sous-marin et d’une sous-station électrique connectée au réseau national. Aujourd’hui, le site SEM-REV est complètement opérationnel en termes d’autorisations, ce qui correspond parfaitement au planning du projet FLOATGEN ” explique Christian Berhault, directeur de SEM-REV. Le financement de ce projet a été assuré dans le cadre du Contrat de Projets Etat Région 2007-2013, avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.

Le consortium compte désormais 7 partenaires européens, composé au niveau industriel par GAMESA, un fabricant mondial de turbines éoliennes, en coopération étroite avec IDEOL, le fournisseur de la fondation flottante, la contribution de l’Université de Stuttgart soutenue pour les activités de monitoring, pour les études d’impact environnemental et la communication par FRAUNHOFER-IWES et le GROUPE RSK, (biologie marine), ZABALA, société de conseil ainsi que l’Ecole Centrale de Nantes pour la réalisation des tests en mer sur son site d’expérimentation SEM-REV.


Le démonstrateur de 2MW utilisera la technologie « Damping Pool® » brevetée et développée par la société française IDEOL. Il s’agit d’un flotteur de surface, en forme d’anneau rectangulaire, relativement compact, à faible tirant d’eau et au comportement hydrodynamique extrêmement performant, permettant de réduire significativement le coût de l’éolien flottant. Le puits central situé à l’intérieur du flotteur est conçu et dimensionné pour permettre l’amortissement des mouvements du flotteur, grâce aux phénomènes de ballotement de l’eau retenue à l’intérieur, et ainsi de réduire les mouvements induits sur la turbine.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Primes d’Etat et nouvelles aides financières pour la rénovation des logements pour 2014

Dans A LA UNE, Bois, Clean tech, Divers, Energies, Energies, Entreprise, Environnement, Éolienne, Habitat, Maison, Photovoltaïque, Pompes à chaleur, Solaire, Thermique par le 26 septembre 20136 Commentaires

Vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique de votre logement ? Quelle que soit votre situation, il y a forcément une aide qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation ! Le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont annoncé deux points clés pour financer les travaux de rénovation énergétique  en 2014 :
- une baisse de la TVA de 10% à 5% et

- des aides supplémentaires aux ménages pour 2014

aides financières pour l'éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

aides financières pour l’éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

Un soutien massif à la rénovation des logements

Pour rattraper le retard et les objectifs du Grenelle qui fixait la rénovation complète de 400 000 logements chaque année à compter de 2013 et de tenter de tenir les engagements de réduction de consommation pour 2020. Bref, pour faire des économies d’énergie, et pas juste faire plaisir aux ‘écologistes ‘. Cette année, le rythme de rénovation serait voisin de 150 000 logements (privés et sociaux) et l’objectif futur à atteindre est ambitieux (et nécessaire) : 500 000 logements rénovés par an d’ici à 2017.

  • Une aide financière en plus pour les ménages : en fait, ce sont deux nouvelles aides exceptionnelles : une prime de 1 350 € et une prime de 3 000 € pour les ménages les plus modestes  (maximum de revenus pour un couple : 26 000 €). La prime exceptionnelle de 1 350 € pourra être versée pendant deux ans aux ménages et sous conditions de ressources (maximum de revenus pour un couple : 35 000 €) ; et la mise en place d’un dispositif de tiers-financement qui suppléera les subventions publiques dès 2015 pour atteindre 380.000 rénovations lourdes annuelles dans le privé.

Un exemple de l’aide supplémentaire pour financer les travaux : un couple avec deux enfants et leur revenu annuel est de 45 000 €. Le coût des travaux (changement chaudière et isolation des combles) est estimé à 23 000 €. Les aides publiques représentent au total 8 000€ (incluant l’aide de 1 350 €), soit 34% de ce montant. Il reste à leur charge 15 000 euros, qui peuvent être financés par un emprunt bancaire d’une durée de 10 ans, soit un remboursement de 161 euros par mois. Et l’économie attendue sur la facture d’énergie est de plus de 800 € dès la première année suivant les travaux. Découvrez d’autres exemples de situation de rénovation énergétique >>

  •  Baisse de la TVA à 5% (anciennement 10%) pour les travaux d’isolation thermique :
    pour soutenir la démarche, ce point était attendu par toute la filière du BTP et s’appliquera pour 2014. La FFB dans un récent communiqué, demandait plus de volontarisme et notamment sur ce point, mais aurait souhaité cependant que la baisse de TVA de 10% à 5% s’applique à l’ensemble des travaux de rénovation énergétique.
  • Communication et accompagnement sur la rénovation énergétique :
    pour informer et sensibiliser à l’intérêt d’éco-rénover, lancement de l’opération baptisée “J’éco-rénove, j’économise” qui comprend la mise en place, dès cette semaine, d’un service public de la rénovation énergétique :
    - un numéro de téléphone unique nationale (0 810 140 240),
    - un site internet
    - 450 Points Rénovation Info Service (PRIS) répartis sur tout le territoire. Ce réseau est composé des Espaces Info Energie (EIE) de l’Ademe, des guichets ANAH (collectivités locales et directions départementales du territoire, DDT) ainsi que des Agences Départementales d’Information sur le Logement (ADIL).

Trois bonnes raisons pour les ménages pour réaliser des travaux d’amélioration de leur habitat sont évoquées : faire baisser les factures d’énergie, améliorer le confort et augmenter la valeur du bien. Rien que du bon sens, et on l’espère, qu’il sera entendu.

Autres aides financières

  • Ces primes s’ajoutent aux dispositifs existants pour accompagner la rénovation énergétique (crédit d’impôt, eco PTZ.. accessibles sans conditions de ressources )
  • Et enfin n’oublions pas les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) ou prime énergie qui peuvent aussi financer les projets

 

Source : Remerciements à Pages Énergie (portail de l’Eco-construction)

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Débat public sur le projet de parc éolien en mer du Nord

Dans Clean tech, Energies, Éolienne, Hydrolien par le 27 août 2013Pas de commentaire

Le débat public sur le projet de parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc mobilise les habitants dans la sérénité

A moins de deux semaines de la fin du débat public sur le projet de parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc, la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) a décidé de faire un point d’étape.

Forte mobilisation de la population aux réunions publiques, respect des règles mises en place par la CPDP, nombre important de cahiers d’acteur rédigés : le débat public a d’ores et déjà rempli une grande partie de sa mission en apportant l’information et en permettant à chacun de s’exprimer dans la plus grande sérénité.

Et cette mobilisation pour ou contre les hydroliennes ne devrait pas faiblir à moins d’une semaine de la très attendue réunion publique sur les impacts visuels du projet sur le paysage.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Google rachète Makani Power, une Start Up spécialisée dans les éoliennes aéroportées

Dans A LA UNE, Clean tech, Communication, Déplacements, Déplacements, Energies, Éolienne par le 4 juin 2013Pas de commentaire

Un engin qui semble tout droit sorti de l’imagination de Steven Spielberg !

La petite société américaine vient d’être rachetée par le géant Google de l’Internet, qui démontre une fois encore son intérêt pour le développement des énergies renouvelables. Une acquisition de plus pour Google, désormais sur de nombreux créneaux bien éloignés de son moteur de recherche et autre référencement google ! Le montant de l’acquisition n’a pas encore été fourni.
Makani Power est spécialisée sur le secteur des éoliennes aéroportées. Grâce à cette acquisition, elle espère arriver à produire de l’énergie à un prix compétitif par rapport aux énergies fossiles.
Concrètement, c’est le laboratoire de Google qui va gérer cette nouvelle entité. Le même que celui qui a sorti les Google Glasses et autres voiture sans pilote.

Vol de démonstration

Explication de la technologie

Cliquez pour voir les explications en anglais de la technologie makani power

Cliquez pour voir les explications en anglais de la technologie makani power

Remerciements WRI


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Airbone Wind Turbine, éolienne aéroportée

Dans Energies, Éolienne par le 21 mars 2013Pas de commentaire

Elle ressemble à un petit dirigeable de reconnaissance. D’ailleurs « Airbone Wind Turbine » (AWT) emprunte à Goodyear cette technologie. Mais c’est une éolienne aéroportée qui a réalisé, début avril, son premier vol test à Limestone, dans l’Etat du Maine, aux Etats-Unis. Pour le moment, AWT est encore un prototype d’une douzaine de mètres, gonflé à l’hélium, et relié à un tracteur par l’intermédiaire d’un câble. Elle est le fruit de l’imagination des fondateurs d’Altaeros Energies, tous des anciens de l’université de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology qui ont reçu en octobre 2011 pour cette innovation, le prix ConocoPhillips, du nom du géant énergétique américain.

Airborne Wind Turbine : éolienne aéroportée

Quel objectif pour cette nouvelle technologie ?

Développer des énergies renouvelables compétitives. En étant positionnée dans les airs, là où les vents soufflent plus fort, AWT aurait un meilleur rendement que les éoliennes terrestres. Sa mobilité et son positionnement en hauteur – Altaeros énergies prévoit ainsi d’en construire une plus grosse susceptible de monter jusqu’à 300 mètres d’altitude – évitent aussi de défigurer les paysages.

Et la technique, comme l’expliquent ses promoteurs, est beaucoup plus simple que celle des hydroliennes, ces turbines sous-marines.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Nhéolis une révolution dans l’éolien pour le particulier

Dans Éolienne par le 9 octobre 20096 Commentaires

Une éolienne mini mais qui fait le maximum

Une start-up aixoise lance sur le marché la première éolienne tridimensionnelle. Plus petite et… plus performante que sa grande sœur qui fleurit dans le monde entier, elle va révolutionner le petit monde de l’énergie cinétique. Un modèle pour le particulier est disponible !

Enfin une éolienne pour le particulier !!

Enfin une éolienne pour le particulier !!

« La loi de Betz détermine qu’une éolienne ne pourra jamais convertir en énergie mécanique plus de 16/27 (ou 59 %) de l’énergie cinétique contenue dans le vent ».
Le savant allemand doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe. L’objet de ses tourments, qui contourne cette affirmation vieille d’un siècle chaque jour, se nomme Nordine Haddjeri.
Directeur de marketing d’un laboratoire pharmaceutique, ce passionné de voile et de cerfs-volants a très vite été sensibilisé au développement durable. Voici quatre ans, il décide de se lancer dans la conception d’une éolienne tridimensionnelle.
En août 2007, le premier prototype, un engin avec des paies de 3,50 mètres de long et de deux mètres de diamètre pour 400 kilos, voit le jour.
«J’ai vendu ma voiture, utilisé mes indemnités, un prêt personnel et d’amis pour me lancer dans l’aventure» explique t-il. On peut alors le voir sur la route de Lavera avec son camion transportant une éolienne sur un échafaudage et roulant pour mesurer la vitesse du vent. Trois mois après ces tests réussis, le voici qui crée Nhéolis.

«Le problème de la start-up restait : le financement et la crédibilité».

Lorsque Marc Lassus, fondateur et ancien pdg de Gemplus, se penche sur le berceau, et en devient le business angels, les ailes de Nhéolis peuvent enfin se déployer. «Marc Lassus a vu notre machine dans un garage à Marseille. Il était venu avec un aérodynamicien qui pensait qu’il était impossible qu’elle tourne» se souvient le pdg. Il y avait peu de vent ce jour là… Mais l’éolienne tridimensionnelle a bel et bien tourné. Trois mois plus tard, Nhéolis s’installait à Aix-en-Provence, tout en gardant son atelier à Marseille, et Marc Lassus devenait le conseiller stratégique à plein temps de la start-up.
En mai 2008, la société lève près de 2 M€ et signe un partenariat avec l’Onera, le centre français de recherches aérospatiales (146 000 euros).
Trois brevets internationaux sont déposés : un pour le concept de base et deux sur l’amélioration des pales et nouvelles formes de paies. Aujourd’hui, Nhéolis propose deux produits en série limitée: une éolienne destinée aux particuliers (environ 8000 euros) et une autre pour les entreprises (environ 15000 euros) qui sont vendues par des distributeurs.
«L’éolienne ne se définit pas en investissement mais en retour sur investissement. Plus il y a de vent, plus le retour sur investissement est court. Ce marché aura besoin d’incitations» souligne Nordine Haddjeri.
«Le marché reste jeune et nous avons déjà installé des éoliennes en France, en Italie, en Grande-Bretagne et en Espagne. Il faut nous dimensionner à l’international».
La société devrait être rentable en 2010.

Les avantages de l’éolienne tridimensionnelle

L’éolienne de Nhéolis présente cinq avantages par rapport aux autres éoliennes.

  • Compacte : A puissance égale, elle présente moins d’encombrement qu’une éolienne classique
  • Robuste : Le tridimensionnel permet d’haubaner les pales sur l’axe. Les éoliennes de Nhéolis ont ainsi tenu lors de la tempête du 29 janvier 2009 dans le sud-ouest alors que les arbres tombaient
  • Auto directionnelle : Elle se met automatiquement en face du vent
  • Silencieuse : Quasiment car les pales tridimensionnelles ne cisaillent pas le fluide
  • Productive : A espace égal, elle produit plus qu’une éolienne classique

Néholis en chiffres :
Création 24 décembre 2007
Chiffre d’affaires 100 000 euros en 2008 (16 M€ en 2010 et 37 M€ en 2011)
Effectif : 14 (4 au début de l’année et 36 d’ici fin 2010)
Objectifs : 400 éoliennes avant janvier 2010. 1000 d’ici 201
Site web : www.nheolis.com

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’énergie éolienne

Dans Éolienne par le 25 mai 20091 Commentaire
Parc éolien Off-shore

Parc éolien Off-shore

Une éolienne est une machine permettant de convertir l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique. Cette énergie mécanique a été utilisée au cours des âges pour pomper l’eau ou moudre le grain.

Les machines actuelles sont utilisées pour produire de l’électricité qui est consommée localement (sites isolés), ou injectée dans le réseau électrique (éoliennes connectées au réseau) grâce à la RTE. L’application « connecté réseau » ou « grand éolien » représente, en terme de puissance installée, la quasi totalité du marché éolien.

Il existe deux types d’application de l’énergie éolienne :

  • Les grands aérogénérateurs récents, installés dans les parcs éoliens, développent une puissance d’environ 2 MW, ce qui permet d’alimenter en électricité environ 2 000 foyers (hors chauffage). Le mât est en général deux fois plus haut que la longueur des pales : de l’ordre de 100 m pour des pales de 50 m.
  • Les petites éoliennes domestiques, destinées aux particuliers fonctionnent sur le même principe. Leur puissance varie entre 0,1 et 20 kW. Le mât mesure généralement entre 10 et 3 m. Elles peuvent alimenter des bâtiments isolés non reliés au réseau électrique ou bien être raccordées au réseau pour une vente de la production.

Malgré des certifications et des normes imposées à ce genre de matériel, des accidents surviennent des nuisances (nuisances sonores, nuisances paysagère, etc.) viennent assombrir le tableau.

Qu’en est-il vraiment ?

Voici quelques uns de nos conseils pour l’éolien >>

N’hésitez pas à réagir à nos conseils !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

L’activité « Grand Eolien »

Dans Éolienne par le 25 mai 2009Pas de commentaire

L’éolien dans le Monde

Eoliennes

Eoliennes

L’énergie éolienne a poursuivi, en 2008 encore, sa « success story » mondiale en tant que source d’énergie la plus dynamique. Depuis 2005, l’ensemble des installations éoliennes a plus que doublé. Le chiffre d’affaire mondial du secteur éolien s’élève en 2008 à 40 milliards d’euros.
Les États-Unis et la Chine sont les nouveaux leaders du secteur et représentent 50.8% des ventes d’éoliennes en 2008.
On estime que l’énergie éolienne sera capable de contribuer en 2020 à au moins 12% de la consommation électrique mondiale. Une capacité globale d’au moins 1 500 000 MW peut être attendue pour 2020.

Répartition au niveau continental

En termes de répartition continentale, l’extension peut être vue ainsi : de manière générale, le foyer du secteur éolien se déplace de l’Europe vers l’Asie et l’Amérique du Nord. La part totale de l’Europe est tombée de 65.5% en 2006 à 61% en 2007 puis 54.6% en 2008.

Il y a seulement 4 ans, l’Europe dominait le marché mondial avec 70.7% des nouvelles capacités. En 2008, le continent a perdu cette position et, pour la première fois, l’Europe (32.8%), l’Amérique du Nord (32.6%) et l’Asie (31.5%) présentent des parts de marché comparables pour les nouvelles capacités.

Cependant, l’Europe reste le premier continent producteur alors que l’Amérique du Nord et l’Asie accroissent rapidement leurs parts de marché.

L’Europe de l’énergie éolienne

L’Europe a perdu sa position dominante mais conserve la position de leader en termes d’installations totales, avec 66 160MW en 2008 contre 23 000MW en 2002.
Le tableau ci-dessous montre l’évolution, année par année, du potentiel de production éolien de l’Europe sur les 8 dernières années et les prévisions jusqu’à 2012.

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Estimation de la puissance éolienne installée en Europe

Les pays les plus avancés dans le domaine demeurent l’Allemagne (22 GW), l’Espagne (15 GW) et le Danemark (3.1 GW). La France a atteint en 2007 la 5ème position européenne avec un potentiel de 2.4 GW (à seulement 270 MW de l’Italie, 4ème et bien moins dynamique).

L’éolien en France

La France bénéficie d’un gisement éolien important, le deuxième en Europe, après les Îles britanniques.
En effet le territoire français dispose d’un relief exceptionnel pour l’exploitation de l’énergie éolienne. Bordé par les montagnes ou par la mer, c’est un territoire propice à l’utilisation de cette énergie renouvelable grâce à la constance des vents dans plusieurs régions de France.
Les zones régulièrement et fortement ventées se situent sur la façade ouest du pays, de la Vendée au Pas-de-Calais, en vallée du Rhône et sur la côte languedocienne. Les régimes des vents sont différents dans ces trois secteurs, ce qui les rend complémentaires les uns des autres.

Vitesse du vent en France

Vitesse du vent en France

Etat des lieux

Entre 2007 et 2008, l’augmentation de la puissance du parc éolien représente près de 1000 MW (+37 %), soit un total de puissance installée de 3400 MW. A noter que la production des centrales nucléaires, quand à elle, baisse très légèrement (-0,1%) par rapport à 2007.
En 5 ans, la production d’électricité issue de l’énergie du vent a été multipliée par 14.
En ce début 2009, la puissance totale installée sur le territoire français, s’élève à 3 404 Mégawatts pour 2350 éoliennes. Cette énergie fait vivre 7 000 employés en France, et permet d’éviter le rejet de 1,65 million de tonnes de CO2 en 2008.
La France est aujourd’hui au 3ème rang européen en termes de marché annuel et 5ème en termes de puissance installée.

Perspectives du marché éolien en France

Malgré ces « résultats positifs », il existe un vrai décalage entre les objectifs volontaristes de l’état, 17 000 MW à l’horizon de 2015 et 25 000 MW en 2020, soit 10 % de la consommation française, contre environ 3 500 MW actuellement.
Pour atteindre les premiers objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement (puissance installée fin 2012 : 11 500 MW), il faudra installer environ chaque année 2 000 MW en moyenne, alors que 950 MW ont été installés en 2008.
Cela s’explique en partie par le phénomène contestataire face à l’éolien, spécifique à la France, et à des procédures administratives parmi les plus lourdes en Europe et dans le monde. Le lobby nucléaire étant une des principales raisons de notre faible engagement dans cette énergie renouvelable, donc propre.
La part de l’éolien dans la production électrique nationale est encore faible (5,6 TWh en 2008, soit un peu plus de 1 %).

Records éoliens :

  • En Novembre 2008, l’énergie maximale produite sur une journée a atteint 46 GWh.
  • Encore en Novembre 2008, un maximum instantané de production a été atteint avec une puissance de 2255 MW, ce qui correspond à un facteur de charge (énergie produite rapportée à la puissance installée) de plus de 70%.

Afin de mieux situer ces chiffres pas toujours explicites, sur l’année 2008, le facteur de charge mensuel est resté très variable, de 10% à 37%, pour une valeur moyenne sur l’année de 23%.

La grande variabilité des rendements est liée, par nature, à l’intermittence des conditions de vent.

ajoutez cet article a votre liste de favoris