40 gestes simples pour réduire votre facture d’eau et d’électricité

Dans Chauffage, Consommation, Eaux, Eclairage, Equipement, Habitat, L'eau par le 8 janvier 2016Pas de commentaire

Un ménage français consacre, en moyenne et par an, 6,2 % de ses ressources pour se chauffer, se déplacer, s’éclairer, faire fonctionner ses appareils électroménagers et électroniques, etc. Cela vous semble peu ? Pourtant, cela correspond en moyenne à 3207€ de dépenses par foyer et par an*! (* Bilan énergétique de la France publié par le Commissariat général au développement durable, 2013).  La solution la plus efficace pour réduire ses dépenses de chauffage est d’isoler son logement. Cependant, si des travaux de rénovation ne sont pas envisageables pour le moment, quelques gestes simples peuvent vous permettre d’alléger vos factures.

RÉDUIRE SES FACTURES, C’EST POSSIBLE !

Limiter ses consommations d’énergie ne nécessite pas forcément de tout révolutionner. Le budget d’une famille ne permet pas toujours de rénover le logement pour en améliorer les performances énergétiques. Pour autant, quelques bons réflexes suffisent pour faire baisser la facture d’énergie, en toute simplicité et à moindre coût !

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-13 conseils 1

screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-06-31 conseil 2


screenshot-www.ademe.fr 2016-01-08 16-07-00 Conseil 3

Vous pouvez télécharger gratuitement le guide complet de l’ADEM et donc de bénéficier de conseils supplémentaires bien utiles ! Ce guide donne des conseils à ceux qui sont soucieux, au jour le jour, de la qualité des conditions de vie dans leur logement et de leur incidence sur l’environnement, à ceux qui envisagent la rénovation de leur maison, ou encore à ceux qui souhaite faire bâtir leur logement. Il conseille plusieurs pistes pour qu’une maison soit saine, agréable à vivre, confortable et économe : des gestes simples qui ne remettent en cause que quelques habitudes, des investissements malins à faire de temps à autres, ou encore des grosses dépenses à planifier de longue date. Ainsi, on peut améliorer sa qualité de vie en préservant la qualité de son environnement.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La brique terre cuite consolide sa position dans le logement

Dans Habitat, Matériaux & Construction par le 8 octobre 2014Pas de commentaire

A peine un an après l’application de la RT2012, et dans un contexte national de baisse générale d’activité de la construction, l’étude menée par Bati Etudes pour la FFTB confirme que la brique terre cuite poursuit sa progression en parts de marchés :

brique terre cuite

brique terre cuite

 

  • En maison individuelle : la brique terre cuite passe de 36% de parts de marché en 2010 à plus de 40% en 2013 (40,2% exactement)
  • En logement collectif : la brique terre cuite passe de moins de 9% de parts de marché en 2010 (8,6%)  à plus de 20% en 2013 (20,6%).

Au total, en 2013, un logement sur 3 est en brique terre cuite, alors qu’en 2010, il y en avait seulement 1 sur 4, soit une progression de 30%.


En volume, la brique accuse cependant le coup de la récession de logements construits en France : 1,720 million de tonnes de briques de mur utilisées en 2013 au lieu de 1,850 million de tonnes de briques de mur utilisées en 2012.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

La Maison qui déménage ! Un projet pilote contre le mal-logement.

Dans Habitat, Maison par le 19 juin 2014Pas de commentaire

Habitat et Humanisme Ile-de-France agit pour le logement de personnes en difficulté. Outil spécifique d’insertion, le logement temporaire accompagné donne au locataire le temps de retrouver un équilibre avant de pouvoir accéder à un logement social définitif.

la-maison-qui-demenage

Qu’est ce que le logement temporaire accompagné ?

model-la-maison-qui-demenageHabitat et Humanisme loge des personnes de manière temporaire, pourquoi ne pas les loger dans une maison elle-même temporaire ?
Les collectivités disposent souvent de terrains libres temporairement du fait de diverses procédures en cours. La Maison qui déménage étant démontable, ces terrains peuvent être utilisés par Habitat et Humanisme pour faire du logement temporaire. A l’automne 2014, Habitat et Humanisme installera la première Maison sur un terrain à Jouy-en-Josas (Yvelines) et accompagnera une nouvelle famille.
La Maison peut-être une solution rapide de logement pour des familles en difficulté. Conçue pour 4 personnes, elle peut accueillir un couple et 2 enfants. Sa compacité est un atout pour diminuer le loyer ; la maison sera ainsi louée environ 7€ du m².

Du 21 mai au 19 juillet,Venez découvrir La Maison qui déménage à La Villette, face au jardin du Dragon.

La Maison est ouverte les dimanches de 15h à 17h (15, 22, 29 juin et 6 juillet)
Plus d’animations sur www.habitat-humanisme.org/ile-de-france/programme-des-animations

Description du logement familiale

La maison est un habitat :

  • En bois de 40 m2, constitué d’éléments modulaires
  • Écologique et économique, démontable-remontable et limitant l’empreinte environnementale
  • Adaptés à l’habitat temporaire et mobile : Entièrement construite en France et favorisant les circuits courts dans le choix des produits, La Maison qui déménage allie performance économique et respect de l’environnement. Elle répond aux normes (RT 2012, handicap…) selon l’usage.

 

Le montage financier :

Aujourd’hui, Habitat et Humanisme a fait appel à différents financeurs privés et publics pour démarrer le projet, elle a aussi lancé une collecte sur Kiss Kiss Bank Bank pour compléter le budget.
L’exposition de la première maison à la Villette permet à Habitat et Humanisme de présenter son projet aux collectivités et aux partenaires potentiels. Le but est de les convaincre du potentiel du projet et de les encourager à le financer ; mais aussi de trouver des opportunités de terrains (privés ou publics) où installer les futures maisons.

Qui sont Habitat et Humanisme ?

Habitat et Humanisme agit depuis près de 30 ans en faveur des mal-logés. Couvrant 66 départements en France, elle permet aux familles et personnes seules en difficulté, d’accéder à un logement décent à faible loyer, et de bénéficier d’un accompagnement favorisant une véritable insertion.

Qu’est ce que la SCOP Univers & Conseils

La SCOP Univers & Conseils développe un projet d’écoconstruction dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Elle conçoit et distribue une gamme innovante de logements ou d’extensions en bois intitulée « Univers à vivre ». Ces « Univers à vivre » sont modulables et évolutifs,
démontables et nomades, sans empreinte sur le terrain et l’environnement. Leurs éléments préfabriqués sont éco-conçus et entièrement recyclables.


ajoutez cet article a votre liste de favoris

Maison BBC, un œil du coté de la Bretagne

Dans A LA UNE, Communication, Consommation, Energies, Energies, Entreprise, Habitat, Maison, Matériaux, Matériaux & Construction, Matériel par le 27 novembre 20133 Commentaires

Depuis le 1er janvier 2013, toutes les maisons neuves doivent dépenser moins d’énergie et, pour cela, respecter la nouvelle réglementation thermique (RT 2012). Trouver le bon constructeur pour votre maison est donc essentiel. Comment choisir ? Qu’est ce qu’une maison BBC ? Explications…

Les nouveautés de la règlementation RT 2012 pour maison BBC

La maison BBC ou Basse Consommation fixe une consommation énergétique inférieure à 50kwhEP/m2/an (kWhEP : kWh d’énergie primaire) en pays de la Loire, soit environ 4 fois moins que les exigences actuelles (RT 2005).

La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolés, trouver un bon constructeur est donc essentiel !

La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolés, sans ponts thermiques, et pensés différemment à grand renfort d’architectes, thermiciens, économistes… Mais, contrairement à la RT 2005 qui imposait des moyens pour obtenir La norme RT 2012 suppose des bâtiments encore mieux isolésde meilleurs résultats en labellisant telle ou telle solution ou tel ou tel matériel, la RT 2012 oblige à des résultats précis tout en laissant une grande marge de manœuvre dans le choix des moyens pour y parvenir. Mais attention, ces résultats sont draconiens et doivent s’inscrire dans le projet du « Grenelle de l’environnement » qui vise à réduire d’un facteur 4 la consommation globale d’énergie.

Une maison basse consommation BBC permet d’obtenir des conditions avantageuses en termes de financement. En complément du PTZ+ en vigueur au 1er janvier 2011, le taux ayant été étendu à la totalité des primos-accédants sans contrainte de revenu, il est également possible d’obtenir des financements complémentaires à des taux préférentiels comme le prêt EDF Vivrélec ou les prêts éco-vert de certaines banques.

Une maison BBC présente également un coût énergétique plus favorable qu’une maison traditionnelle ; elle est aussi plus facile à revendre car de plus en plus recherchée par les français.


Maisons Arteco, constructeur de maison BBC aux normes RT 2012

Fort de plus de 20 ans d’expérience, Maisons arteco accompagne ses clients dans des travaux avec qualité et sérieux. Avec plus de 1 500 maisons personnalisées créées à ce jour dans le Morbihan et le Finistère, Maison Arteco propose la construction de maisons adaptées aux besoins de chacun : des maisons pour les séniors, des maisons RT 2012, des maisons traditionnelles et contemporaines.
Premier constructeur à réaliser une maison Expo à énergie positive dans le Morbihan, Arteco a ouvert sa « maison laboratoire » à Vannes avec plus de 10 ans d’avance sur la règlementation !

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Primes d’Etat et nouvelles aides financières pour la rénovation des logements pour 2014

Dans A LA UNE, Bois, Clean tech, Divers, Energies, Energies, Entreprise, Environnement, Éolienne, Habitat, Maison, Photovoltaïque, Pompes à chaleur, Solaire, Thermique par le 26 septembre 20136 Commentaires

Vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique de votre logement ? Quelle que soit votre situation, il y a forcément une aide qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation ! Le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont annoncé deux points clés pour financer les travaux de rénovation énergétique  en 2014 :
- une baisse de la TVA de 10% à 5% et

- des aides supplémentaires aux ménages pour 2014

aides financières pour l'éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

aides financières pour l’éco-rénovation, toutes les infos sur http://www.renovation-info-service.gouv.fr/

Un soutien massif à la rénovation des logements

Pour rattraper le retard et les objectifs du Grenelle qui fixait la rénovation complète de 400 000 logements chaque année à compter de 2013 et de tenter de tenir les engagements de réduction de consommation pour 2020. Bref, pour faire des économies d’énergie, et pas juste faire plaisir aux ‘écologistes ‘. Cette année, le rythme de rénovation serait voisin de 150 000 logements (privés et sociaux) et l’objectif futur à atteindre est ambitieux (et nécessaire) : 500 000 logements rénovés par an d’ici à 2017.

  • Une aide financière en plus pour les ménages : en fait, ce sont deux nouvelles aides exceptionnelles : une prime de 1 350 € et une prime de 3 000 € pour les ménages les plus modestes  (maximum de revenus pour un couple : 26 000 €). La prime exceptionnelle de 1 350 € pourra être versée pendant deux ans aux ménages et sous conditions de ressources (maximum de revenus pour un couple : 35 000 €) ; et la mise en place d’un dispositif de tiers-financement qui suppléera les subventions publiques dès 2015 pour atteindre 380.000 rénovations lourdes annuelles dans le privé.

Un exemple de l’aide supplémentaire pour financer les travaux : un couple avec deux enfants et leur revenu annuel est de 45 000 €. Le coût des travaux (changement chaudière et isolation des combles) est estimé à 23 000 €. Les aides publiques représentent au total 8 000€ (incluant l’aide de 1 350 €), soit 34% de ce montant. Il reste à leur charge 15 000 euros, qui peuvent être financés par un emprunt bancaire d’une durée de 10 ans, soit un remboursement de 161 euros par mois. Et l’économie attendue sur la facture d’énergie est de plus de 800 € dès la première année suivant les travaux. Découvrez d’autres exemples de situation de rénovation énergétique >>

  •  Baisse de la TVA à 5% (anciennement 10%) pour les travaux d’isolation thermique :
    pour soutenir la démarche, ce point était attendu par toute la filière du BTP et s’appliquera pour 2014. La FFB dans un récent communiqué, demandait plus de volontarisme et notamment sur ce point, mais aurait souhaité cependant que la baisse de TVA de 10% à 5% s’applique à l’ensemble des travaux de rénovation énergétique.
  • Communication et accompagnement sur la rénovation énergétique :
    pour informer et sensibiliser à l’intérêt d’éco-rénover, lancement de l’opération baptisée “J’éco-rénove, j’économise” qui comprend la mise en place, dès cette semaine, d’un service public de la rénovation énergétique :
    - un numéro de téléphone unique nationale (0 810 140 240),
    - un site internet
    - 450 Points Rénovation Info Service (PRIS) répartis sur tout le territoire. Ce réseau est composé des Espaces Info Energie (EIE) de l’Ademe, des guichets ANAH (collectivités locales et directions départementales du territoire, DDT) ainsi que des Agences Départementales d’Information sur le Logement (ADIL).

Trois bonnes raisons pour les ménages pour réaliser des travaux d’amélioration de leur habitat sont évoquées : faire baisser les factures d’énergie, améliorer le confort et augmenter la valeur du bien. Rien que du bon sens, et on l’espère, qu’il sera entendu.

Autres aides financières

  • Ces primes s’ajoutent aux dispositifs existants pour accompagner la rénovation énergétique (crédit d’impôt, eco PTZ.. accessibles sans conditions de ressources )
  • Et enfin n’oublions pas les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) ou prime énergie qui peuvent aussi financer les projets

 

Source : Remerciements à Pages Énergie (portail de l’Eco-construction)

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Innovation : des récifs artificiels écologiques pourraient préserver la biodiversité lors d’implantation d’éoliennes en mer

Dans A LA UNE, Animaux, Clean tech, Environnement, Habitat, Hydrolien, Matériaux par le 29 mai 20131 Commentaire

Fort de son expertise dans les éco-matériaux à base de déchets coquillers marins, le laboratoire de l’ESITC Caen pilote un nouveau projet européen avec des enjeux économiques, environnementaux et patrimoniaux majeurs : RECIF. Il a pour objectif d’améliorer la gestion des ressources marines et de trouver une voie de valorisation des coquillages, très présents sur les côtes normandes. Il s’inscrit dans le cadre de l’implantation des éoliennes offshore et de la recherche de solutions pour compenser d’éventuelles perturbations de l’écosystème dans la zone Manche. Le projet RECIF, en rassemblant 9 partenaires français et britanniques (dont TPC-Groupe VINCI), est cofinancé par l’Union Européenne (FEDER) et la Région Basse-Normandie pour un montant de 3 millions d’euros et devrait aboutir en 2015.

Le Laboratoire de Recherche de l’ESITC Caen pilote le projet RECIF

Objectif : obtenir des récifs naturels après plusieurs années

Objectif : obtenir des récifs naturels après plusieurs années

L’Ecole Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction de Caen (ESITC Caen) et ses 8 partenaires français et britanniques viennent de lancer le projet RECIF (REutilisation de Coproduits marins en récIF artificiel). Il vise à traiter et valoriser les coproduits marins dans les matériaux de construction innovants pour récifs artificiels, tout en améliorant la gestion des ressources marines et la biodiversité. Sélectionné dans le cadre européen de coopération transfrontalière INTERREG IVA France (Manche) Angleterre, ce projet s’inscrit dans le cadre de l’implantation des Énergies Marines Renouvelables (EMR) dans la zone Manche et des réflexions pour l’amélioration de l’écosystème.

L’idée du projet RECIF est née dans le laboratoire de l’ESITC Caen, dont les travaux et thématiques de recherche sont axés notamment sur les matériaux et les éco-matériaux de construction prenant en compte leur impact environnemental (au même titre que leurs performances mécanique, thermique et/ou acoustique). L’ESITC Caen pilote déjà depuis 1 an le projet VECOP sur la réutilisation des coproduits marins en éco-pavés drainants. Les résultats et les connaissances de ce projet et notamment ceux liés aux caractéristiques physico-chimiques des coquilles, à l’étude du comportement des coquilles dans un matériau cimentaire, seront utilisés dans le cadre du projet RECIF pour optimiser les formulations dès le début du projet RECIF. VECOP a également permis au laboratoire de l’ESITC Caen de parfaire et de maitriser le processus de traitement et de transformation des coquilles vides permettant leur valorisation en granulats.


Le projet RECIF vise lui aussi la valorisation de ces déchets coquilliers en les incorporant dans un matériau qui sera mis au point pour la fabrication de récifs artificiels qui seront immergés en mer. 7 personnes sous la direction de Mohamed Boutouil, directeur du laboratoire de l’ESITC Caen, contribuent au projet dont le budget pour l’école atteint 715 k€.  Selon lui, « Le projet RECIF permet au laboratoire de l’ESITC Caen de poursuivre le développement de ses recherches dans le domaine des matériaux de la construction adaptés à leur environnement, en l’occurrence, le milieu marin. Les chercheurs et les doctorants de l’ESITC Caen vont s’attacher à mettre au point un matériau cimentaire pour la fabrication de récifs artificiels répondant à plusieurs critères notamment l’incorporation des coproduits coquillers et la durabilité vis-à-vis de l’eau de mer. Les perspectives et les résultats des études de ce matériau et des formes des récifs artificiels, permettront une meilleure compréhension du comportement physico-mécanique et biologique et de l’impact des récifs artificiels ».

RECIF – un partenariat européen au service de l’environnement

Les récifs artificiels

Les récifs artificiels

Le projet RECIF a comme objectif premier de répondre à un enjeu majeur auquel les industriels de la pêche sont confrontés : l’évacuation des déchets coquilliers issus de la mer. Il propose ainsi une filière de valorisation des coproduits coquilliers permettant de diminuer la quantité de déchets, tout en apportant une solution favorable au développement de l’écosystème marin. Ce projet innovant s’attachera à connaitre l’écosystème des zones d’immersion et à suivre le processus de colonisation des récifs. Un des enjeux principaux de ce projet est de comprendre le rôle des récifs dans les phénomènes d’enrichissement de la biodiversité afin d’améliorer la production de l’écosystème marin et développer ainsi des ressources pour les pêcheurs.

Dans la zone de la Manche, des éoliennes offshores seront bientôt implantées sur différents sites déjà connus. Le projet RECIF étudiera la préservation et le développement des ressources marines par la mise en place de récifs artificiels dans des zones préalablement ciblées. Par le biais de RECIF, des connaissances nouvelles et des solutions innovantes quant à l’impact environnemental des récifs artificiels lié à l’implantation des EMR (Energies marines renouvelables) seront à disposition des chercheurs et des industriels. A terme, les études et les résultats de ce projet pourraient s’inscrire dans le cadre d’éventuelles mesures compensatoires à la mise en place à grande échelle de parcs éoliens offshore, à commencer par les parcs de la zone Normandie.

Le partenariat entre les 9 acteurs est construit afin que les compétences se combinent et répondent de manière pertinente aux objectifs du projet RECIF. Les partenaires de l’ESITC Caen dans le cadre du projet sont : des universités (University of Southampton, University of Exeter, Université de Caen Basse Normandie), des laboratoires de recherche (Plymouth Marine Laboratory, Muséum National d’Histoire Naturelle), et des industriels (TPC – Groupe VINCI, EMCC). Les diverses parties prenantes au projet apportent leurs connaissances scientifiques et visent à obtenir des solutions innovantes sur l’ensemble de l’axe Manche, avec des résultats applicables et transférables en Manche et au-delà.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Peut-on obtenir un bon confort thermique avec un chauffage électrique ?

Dans Chauffage, Entreprise, Habitat, Maison par le 23 avril 2013Pas de commentaire

C’est en tout cas ce qu’annonce sur son site internet la société européenne Rothelec, créatrice de solutions de chauffage électrique depuis 35 ans. Je cite : « Le chauffage éco-électrique® Rothelec répond à tous les enjeux économiques et écologiques auxquels nous sommes confrontés en ce début du XXIe siècle ».
Elle a bâti son argumentation sur différents points (plus ou moins discutables) et propose différentes solutions de chauffage électrique dont les avantages mis en avant sont les suivants :

  • sans travaux,
  • sans local dédié,
  • sans entretien,
  • sans émission de gaz à effet de serre
    (ce point est discutable car l’électricité produite en France provient de différentes sources, chacune émettant des quantités de gaz à effet de serre variable de l’une à l’autre),
  • sans odeur, sans dégagement de fumée,
  • entièrement modulable,
  • une énergie dont le prix est régulé
    (régulé par l’Etat certes, mais cela ne veut pas dire grand-chose ! Il faudrait dire « dont le prix est encore abordable par rapport à nos voisins européens mais en hausse depuis 18 mois »),
  • une consommation maîtrisée,
  • le confort du chauffage central (à condition de prendre les options).

Voici les différentes solutions proposées :

Le Radiateur Tri-Chaleur®

La Tri-chaleur® est un concept de chauffe développé par Rothelec bénéficiant de plus de 35 ans d’optimisation dans le domaine du chauffage électrique.
Son principe est de combiner trois fonctions fondamentales et complémentaires du chauffage électrique : l’accumulation, le rayonnement et la convection pour une installation de chauffage efficace et des radiateur éco-electrique.

Le Chauffage central électrique

La régulation Rothelec permet de maintenir la température de votre habitation à une valeur constante sans chutes ni à-coups et de bénéficier ainsi d’une réelle économie de chauffage.
Ce système de contrôle haute performance est une exclusivité Rothelec et peut, sous certaines conditions, vous ouvrir le droit à un crédit d’impôt dans le cadre de la promotion des économies d’énergie pour une installation chauffage.

La solution de la Thermo faïence®

Les cœurs de chauffe en Thermo Faïence® des radiateurs éco-électriques Rothelec permettent d’obtenir la douce chaleur des poêles d’autrefois, ceux qui diffusaient un confort incroyable dans toute la pièce.
Ce confort d’antan a inspiré les concepteurs de Rothelec qui ont fidèlement reproduit – et amélioré – ce chauffage tout en douceur : plus d’à-coups thermique, jamais de pieds froids, pas de chaleur qui s’accumule inutilement au plafond.
Nouveau ! L’Accu-diffuseur en Thermo faïence® garantit une dispersion surfacique des températures optimale. Ses connectiques, double isolation et résistantes aux très hautes températures, vous garantissent un bien-être et une sécurité d’utilisation inégalées.

Le Chauffage dit « intelligent »

UNE PIÈCE, UN THERMOSTAT SANS FIL, C’EST SIMPLE …
« Une pièce, un thermostat sans fil » est la solution développée par Rothelec. Sa simplicité, sa facilité d’utilisation et sa précision vous offre des économies garanties… Dans chaque pièce, le thermostat dédié mesure en permanence la température ressentie et répond à vos attentes en réajustant comme il se doit la température ambiante automatiquement. Température de confort, température éco, programmation avec plages horaires, tout ce paramétrage initial est réalisé par votre technicien Rothelec lors de l’installation.

Si vous avez des commentaires, des retours d’expérience sur le savoir-faire de Rothelec, n’hésitez pas à poster vos réactions sur ce blog ou sur nos réseaux sociaux.

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Bénéficiez d’une majoration de 5 à 10% sur le prix de revente final de l’électricité

Dans Energies, Habitat, Photovoltaïque, Solaire par le 19 avril 2013Pas de commentaire

Depuis le 7 janvier 2013, un arrêté publié au Journal Officiel stipule que les modules solaires photovoltaïques certifiés « Made In Europe », par un organisme certificateur européen, pourront permettre aux Maitres d’ouvrage de bénéficier d’une majoration de 5 à 10% sur le prix de revente final de l’électricité.  L’identification des produits concernés est ainsi facilitée et c’est tout une filière qui reprend espoir !

L’arrêté officiel

L’arrêté français publié au Journal Officiel de la République Française le 7 janvier 2013, stipule que « pour une installation photovoltaïque (…) la valeur des tarifs d’achat (…) est majoré de 5% si l’une des deux conditions décrites ci‐dessous est vérifiée :

  • Toutes les étapes du processus de transformation des plaquettes de silicium aux cellules des modules photovoltaïques de l’installation ont été réalisées sur un site de production installé au sein de l’Espace économique européen ;
  • Toutes les opérations de soudage des cellules, d’assemblage et de lamination des cellules et de tests électriques des modules photovoltaïques de l’installation ont été réalisées sur un site de production installé au sein de l’Espace économique européen.

La majoration est portée à 10 % si :

  • Les deux conditions décrites ci‐dessus sont vérifiées ;
    Ou si :
  • L’une des deux conditions décrites ci‐dessus est vérifiée ainsi que la condition suivante : toutes les étapes du processus de transformation des lingots de silicium aux plaquettes de silicium des modules photovoltaïques de l’installation ont été réalisées sur un site de production installé au sein de l’Espace économique européen. »

En d’autres termes, si ces conditions sont remplies, pour le client final, c’est l’assurance de bénéficier d’un tarif de revente avantageux, majoré de 5 à 10% pendant 20 ans, soit 2 ans de production supplémentaire. Pour cela, il sera demandé au fabricant de fournir au client un certificat « Made In Europe », délivré par un organisme certificateur européen, reconnu et habilité attestant que les modules sont bien réalisés au sein de l’Union Européenne.

Vous allez donc devoir trouver des organismes qui peuvent délivrer cette certification.

Liste des organismes certificateurs français des modules photovoltaïques habilités à délivrer ce nouveau certificat :

Nous tiendrons cette liste à jour ; si vous avez des noms d’organismes européens, n’hésitez pas a poster vos commentaires et en faire bénéficier toute la communauté d’ActeurDurable !

  • CERTISOLIS – www.certisolis.com

ajoutez cet article a votre liste de favoris

4e Forum national sur la gestion durable des eaux pluviales

Dans A LA UNE, Eaux, Entreprise, Habitat, L'eau, L'eau de pluie, Les eaux grises par le 5 mars 2013Pas de commentaire

Le 4e Forum national sur la gestion durable des eaux pluviales se tiendra les 20 et 21 mars à Douai (France). Ce Forum aura lieu la veille de la Journée mondiale de l’eau, célébrée le 22 mars, dont le thème pour 2013 est la coopération dans le domaine de l’eau.

Le temps fort de ce 4e Forum sera animé par le président de la Communauté d’agglomération du Douaisis sur la Taxe pluviale, outil d’une politique pluviale volontariste.


Le programme prévu sur ces 2 jours peut se résumer comme suit (par ordre chronologique):

  • Séance plénière du début : Nécessité et importance de gérer les eaux pluviales – Taxe pluviale
  • Atelier 1 : Créer son service de gestion des eaux pluviales et instaurer la taxe pluviale.
  • Atelier 2 : Comment organiser un service intercommunal de gestion des eaux pluviales ?
  • Forum A : Eaux pluviales : récupérer, dépolluer pour mieux gérer.
  • Atelier 3 : Le SIG, un outil indispensable à une bonne gestion patrimoniale ?
  • Atelier 4: Les outils d’accompagnement : supports techniques et financiers des eaux pluviales.
  • Atelier 5 : Gestion de terrain : difficultés et pistes d’amélioration.
  • Atelier 6 : Anticiper, connaître et gérer les pollutions des eaux pluviales.
  • Atelier 7 : Améliorer la qualité du milieu naturel par une réduction des surfaces imperméabilisées.
  • Séance plénière de fin : Gestion intégrée des eaux pluviales : état des lieux et perspectives ?

Autres intérêts de ce rendez-vous…

En parallèle des discussions en atelier ou en séance plénière, un salon professionnel se tiendra et permettra aux participants de visiter les stands de divers exposants : fournisseurs de matériels, collectivités territoriales, bureaux d’étude,… Des visites de sites sont prévues dans l’après-midi du 2e jour.

Ce forum est co-organisé par IDEAL Connaissances, Réseau IDEAL, Réseau EAU, la Communauté d’agglomération du Douaisis et l’Association pour le Développement Opérationnel et la Promotion des Techniques Alternatives en matière d’eaux pluviales (ADOPTA),  avec le soutien de l’Agence de l’eau Artois-Picardie, le Conseil général du Nord et la Ville de Douai.

Inscriptions ici >>

ajoutez cet article a votre liste de favoris

Innovation Butagaz, un pas vers la maitrise de votre consommation d’énergie

Dans A LA UNE, Chauffage, Communication, Consommation, Energies, Energies, Entreprise, Environnement, Equipement, Habitat, Maison, Matériaux & Construction par le 6 novembre 2012Pas de commentaire

Dans un contexte politique et environnemental où la réglementation évolue (application de la Réglementation Thermique 2012 au 1er janvier 2013), l’objectif national de demain est clairement affiché : optimiser l’efficacité énergétique de l’habitat français. Butagaz innove grâce la Butabox qui s’intègre dans un programme plus large d’écoConfortique®.


L’écoConfortique et la Butabox

butabox

Voici la Butabox, innovation de Butagaz

C’est un concept inédit qui se décline aujourd’hui par une nouvelle offre commerciale Butagaz packagée à l’attention des clients domestiques avec son « éco-plus » : la Butabox, un dispositif de comptage multi-énergies qui, relié à la box ADSL, permet de mesurer et gérer à distance la consommation énergétique de toute la maison.
Butabox est un outil intelligent qui sera distribué auprès du grand public dès 2014. Il permet de connaître la consommation énergétique (gaz et électricité) de tous les équipements de la maison pour appréhender son coût et son impact environnemental.

Sa vocation : favoriser une bonne gestion de l’énergie et simplifier le quotidien des consommateurs tout en les aidant à maîtriser leur budget et défendre leur pouvoir d’achat.

Butabox, comment ça marche ?

appli-smartphones-tablettes
Les dépenses énergétiques de tous les équipements de la maison peuvent être contrôlées et budgétées :

  • la consommation en kWh, kg et % de jauge dans le cas du gaz en citerne,
  • les émissions de C02 en kg et les coûts relatifs en euros.

Butabox permet aussi de contrôler à distance l’ensemble des appareils électriques reliés aux prises intelligentes :

  • mise en route ou arrêt de la télévision, du four, du sèche-linge,
  • gestion des détecteurs de fumées,
  • systèmes de surveillance, pilotes domotiques
controlez à distance vos consommations !

Controlez à distance vos consommations via le web ou votre Smartphone !

Le client peut à tout moment avoir accès à sa consommation grâce à un afficheur local, un accès sécurisé sur une plateforme web et des applications dédiées disponibles sur Smartphones et Tablettes.

Un petit schéma valant mieux qu’un grand discours, vous pouvez visionner la vidéo explicative du dispositif ou rendez-vous sur notre chaine Youtube>>

ajoutez cet article a votre liste de favoris